18 avril 2008

Aimer Césaire et Desproges

Pierre Desproges est mort il y a vingt ans aujourd’hui. J’étais à peine né. Je voulais faire un billet pour lui rendre hommage.

Pas de bol ! Aimé Césaire est mort hier. La blogosphère est unanime : il faut lui rendre hommage. Moi aussi donc.

Pourtant, Aimé Césaire n’a écrit aucun bouquin : il employait des nègres.

Je plaisante ! Hommages !

52 commentaires:

  1. Pierre Desproges était noir ?!

    RépondreSupprimer
  2. Il n'était pas blanc blanc dans cette affaire.

    RépondreSupprimer
  3. Ah, Desproges...

    Souvenons nous de son réquisitoire contre JM Le Pen :

    "Premièrement, peut-on rire de tout, deuxièmement peut-on rire avec tout le monde ?"

    RépondreSupprimer
  4. Oui, oui, le fameux "on peut rire de tout mais pas avec tout le monde"...

    La définition même du snobisme.

    RépondreSupprimer
  5. Je développerai un peu plus tard : j'ai école, là...

    RépondreSupprimer
  6. Puisque, l'autre jour, on parlait de cette baudruche associative qu'on appelle la Halde...

    RépondreSupprimer
  7. Tu portais encore des couches au début de ta vingtaine ?

    RépondreSupprimer
  8. Didier,
    Non... ne développez pas, je vois à peu près ce que vous vous voulez dire.
    Voyez, la plaisanterie que j'ai faite dans mon billet (Césaire qui n'écrit pas des livres puisqu'il a des nègres), elle m'est venue hier au bistro en présence de mon copain Tonnegrande qui me semble noir. Ca l'a amusé.
    J'aurais pu la faire à mon copain Marcel (très sympathique mais électeur du Front National et pas très futé). Ca l'aurait amusé aussi mais pas pour les mêmes raisons, il l'aurait prise au premier degré : "haha ! un noir qui fait écrire ses livres par des nègres ! haha ! elle est bonne".
    Il n'a probablement jamais entendu parlé de la négritude.

    Voilà ! Si j'avais sorti la plaisanterie à Marcel ça aurait été pour me moquer de lui après avec Tonnegrande. Une espèce de troisième degré.

    Ca n'est pas du snobisme.

    RépondreSupprimer
  9. Diane,

    C'était pour faire croire à mes lectrice que je suis jeune !

    RépondreSupprimer
  10. j'ai bien aimé la saillie du post rédigée en rouge moi ..mais tant qu'à rendre hommage à Desproges (que j'adore, j'ai tous les cd de ses tribunaux des flagrants délires et autres délires)et pour rester dans le ton, il ne fallait pas ajouter 'je plaisante'...

    RépondreSupprimer
  11. Anne,

    J'ai précisé "je plaisante" pour différentes raisons.

    La première est que, par les temps qui courrent, les blogueurs sont nerveux et ont peur de la justice ! Sans le "je plaisante", mon billet est peut-être de la diffamation.

    La deuièxme est que je ne maîtrise pas mes lecteurs : ceux qui viennent souvent savent que je déconne beaucoup, mais mes billet sont repris par des trucs comme Cozop ou Wikio, je ne voulais pas que les lecteurs se méprennent.

    RépondreSupprimer
  12. Bon, ben du coup je me sens plus à l'aise pour vous adresser ce lien pour f^ter desproges :
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/desproges/video/xpyct_desproges-on-me-dit-que-des-juifs_fun

    Du bonheur (j'ai bien peur que comlme d'habitude, le lien ne marche pas)

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas,

    Pardon de t'avoir cassé ton coup !

    RépondreSupprimer
  14. Didier G
    Le snobisme, c'est une bulle de champagne qui hésite entre le rot et le pet.
    Voila la vraie définition du snobisme

    RépondreSupprimer
  15. Olivier : cette "définition" ne signifie rigoureusement rien, et je pense que vous le savez.

    Le snobisme consiste à être accepté par un milieu fantasmé, et à refuser, une fois qu'on y a mis un pied, que les autres y aient droit (---> la Légion d'honneur).

    C'est exactement ce que dit la phrase de Desproges : on peut rire de tout (même faire des blagues racistes), à condition d'être certain que le "vulgus" restera à l'extérieur. On peut dire toutes les horreurs que l'on veut, à condition de rester "entre nous".

    Si jamais une personne qui n'a pas "la carte" se risque à faire le même humour gras que nous, on le rejette dans les ténèbres, parce que, merde, on est "différents", pas du même monde, etc.

    Conclusion : Desproges était un irrémédiable con. Il suffit d'en juger par ses goûts de chiotte : Brassens est un poète, Schönberg est un escroc, etc.

    Je suis bien content qu'il soit mort, personnellement.

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas : la blogosphère n'est pas unanime le moins du monde (comme si la blogosphère avait la moindre idée de ce que peut être la poésie...) : Césaire était un poète boursouflé, donc médiocre. Je ne lui rends pas hommage du tout.

    RépondreSupprimer
  17. Ben dis, Desproges a toujours autant de succès. Pour Césaire, j'hésite...

    En tout cas, merci Nicolas de m'avoir inspiré.
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  19. Didier snob, c'est sine nobile, non!
    Un snob c'est un type qui singe jusqu'à l'outrance les tics d'un milieu auquel il souhaite accéder, ce qui fait qu'il est irrémédiablement ridicule et dans ce nouveau milieu et dans le milieu dont il vient.
    Molière en a fait une pièce.

    Ce que dit Desproges, et que Nicolas explique très bien, c'est ce que l'on dit, n'est pas perçu de la même façon selon que l'on s'adresse a quelqu'un qui est sur la même longueur d'onde et quelqu'un qui n'y est pas.
    En ce sens Tonnégrande et le vieux Marcel ne vont pas rire de la même chose, vu qu'à phrase identique ils comprendront deux choses totalement différentes. Le premier rira, parce qu'en toute intelligence il aura perçu l'humour de Nicolas, le deuxième rira de ce qu'il a compris, c'est à dire de pas grand chose et comme il ne comprend rien il mettra Césaire au même niveau que Sulitzer.
    Pour ce qui est de Brassens, je suis un peu (mais vraiment un petit peu) d'accord avec vous, mais il faut comparer avec ce qui ce faisait à l'époque dans la chanson française.
    Ce que dit Desproges, c'est qu'il faut a minima s'adapter à son auditoire.

    RépondreSupprimer
  20. Didier
    Desproges a dit, on peut rire d'un juif avec un juif, mais pas avec Hitler

    RépondreSupprimer
  21. Didier Goux,

    Je ne suis pas d'accord avec vous, ce n'est pas ce que Desproges veut dire. On peut rire d'un aveugle avec un aveugle ou quelqu'un qui sait que vous ne pensez pas un mot de ce que vous dites.

    Quand j'entends des blagues sur l'homosexualité de Delanoë dite par un homophobe ca me fait grincer des dents. Quand c'est de la part de Tonnegrande (je le cite parce que vous le connaissez), ça me fait rire.

    RépondreSupprimer
  22. Versac,

    Si c'est bien toi, tu aurais du écrire : sale raciste homophobe.

    Si c'est bien toi, ton profil blogueur et ton blog sont à chier. Ce qui me fait dire que ce n'est peut-être pas toi...

    RépondreSupprimer
  23. Les autres,

    Merci de votre passage. Pas le temps lire. Pour une fois que je peux aller au bistro. En Bretagne, voulais-je dire.

    RépondreSupprimer
  24. N'abuse pas sur le chuchen, quand même!

    RépondreSupprimer
  25. Vos arguments me confortent : Desproges est un snob et vous n'avez aucune idée de ce qu'est vraiment le snobisme. Lisez ou relisez Proust. Et aussi René Girard.

    Le propre du snobisme, c'est qu'il est toujours le fait de L'AUTRE, du voisin, etc. Or, personne, ni vous, ni moi, ne peut totalement échapper au snobisme. Je le redis : la phrase de Desproges signifie exactement ceci : on peut se moquer de qui on veut, à condition de rester "entre nous" (sous-entendu : entre gens supérieurs à la plèbe).

    Il mer semble, moi, qu'un esprit vraiment fort devrait être capable de faire, par exemple, des plaisanteries racistes AVEC des gens qu'il sait être racistes. Sinon, ça ne vaut vraiment pas la peine : cette petite coterie, ces petites personnes qui se pensent supérieures (comme Desproges et son public) et qui rient entre elles... c'est vraiment à vomir.

    RépondreSupprimer
  26. Didier,

    Non ! ^J'irais bien jusqu'à dire que vous racontez n'importe quoi, au moins pour ce qui me concerne : il n'y a pas de notion de supériorité, juste d'affinité !

    C'est amusant, après la discussion que nous avons eue l'autre jour sur l'égalité et la liberté, vous voudriez que tout le monde soit égale devant l'humour.

    Je ne peux pas faire une plaisanterie raciste avec un raciste, ça va le renforcer dans son truc et lui faire penser que je le soutiens. C'est tout.

    RépondreSupprimer
  27. Moi, de toute façon, depuis que je sais que Congrès socialiste est fermé, je vois tout en noir...

    (Dites donc, c'est mort, la blogosphère, aujourd'hui : ils sont tous à Romans, ou bien ?)

    RépondreSupprimer
  28. Quand je ne suis pas là pour animer ...

    RépondreSupprimer
  29. Moi je ne participe pas aux discussions entre buveurs de bière gros.
    C'est du snobisme ça ?

    RépondreSupprimer
  30. @ nicolas :

    c'est bien là toute l'étendue du désastre ambiant cette necessité de devoir rajouter 'je plaisante' pour ces raisons invoquées !
    mesurez bien la censure sournoise que tout un chacun applique...sous prétexte du "devoir bien penser", du 'devoir bien dire' sous pretexte de cette dictature du politiquement correct de la pensée et de l'expression, sous couvert des interdictions qui se multiplient...plus ça va , plus la liberté d'expression est ligotée.
    Bien sur que oui, aujourd'hui, Desproges serait interdit d'antenne, serait trainé en justice, peut-etre ses shows censurés, parce qu'il nous met le nez dans notre crasse ou parce que l'on interpréterait ses propos.
    C'est plutôt la-dessus que le projecteur devrait se braquer à l'occasion de la commémoration de sa mort, cette censure que l'on observe jusqu'ici même, sur le net !
    Il est plus dangereux de censurer que de laisser écrire totalement librement ,car il y a tjs moyen d'opposer un droit de réponse à l'expression contestée.

    RépondreSupprimer
  31. C'est juste pour faire le 35ème commentaire et m'associer à l'hommage. Moins dans l'esprit de ce forum (qu'est-ce que ça bavarde, des fois, par ici) que dans celui du personnage. Des personnages. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  32. Tonnegrande,

    Tu lances une guerre entre les gros buveurs de bière et les gros buveurs de Côte du Rhone.

    Anne,

    Non ! Faut pas paniquer et ça n'a rien à voir avec du politiquement correct.

    Il ne faut pas en faire un plat. Nous autres, blogeurs, sommes un peu sur les dents depuis les municipales et depuis quelques semaines, les journalistes s'intéressent à nous. Ca ne fait guère que 1 ou 3 mois que ça dure.

    Par ailleurs, il est bien naturel que certains propos soient interdits sur les blogs (appel à la haine raciale, révisionnisme, ...) et on n'a pas de le droit d'insulter des gens. C'est logique et ça n'a rien à voir avec du politiquement correct.

    Enfin, il n'y a pas de censure dans ce billet, j'ai juste rajouté "je plaisante". Desproges aurait rajouté "pouf pouf". Pas de quoi en faire un plat...

    En plus, il me semble que ça fait bientôt deux ans qu'on se connait... tu te contentes de poster des commentaires anonymes (tu ne laisses que ton prénom) : c'est facile de se sentir libre et de crier à la liberté d'expression !

    Oh!91,

    Je comprends rien à ton commentaire.

    RépondreSupprimer
  33. Nicolas,
    Te rendant une petite visite, je te signale que tu te trompes d'Anne : celle qui a posté deux fois ici n'est pas celle avec laquelle tu as échangé chez Loïc ou Lomig, càd moi, qui ne poste jamais chez toi.
    Cela dit, elle a tout à fait raison sur la liberté d'expression !
    Et quand tu oses affirmer que tu t'interdis d'insulter quelqu'un, je me marre ! Il y a ici de très fréquentes exceptions à cette règle : il suffit de ne pas être de ton avis pour se faire traiter de con.
    Si je ne poste pas, je viens régulièrement voir si, par hasard, le niveau de réflexion s'élève : hélas...

    Anne

    RépondreSupprimer
  34. C'est dommage, tu me sembles aussi conne qu'elle !

    " quand tu oses affirmer que tu t'interdis d'insulter quelqu'un"

    Où ai-je affirmé ça ? J'ai dit qu'il n'y avait pas le droit d'insulter des gens, pas que je m'interdisais d'insulter les gens.

    Comme l'autre Anne, tu déformes...

    RépondreSupprimer
  35. CQFD

    Merci Nicolas pour la démonstration.

    Anne

    RépondreSupprimer
  36. Il y a de la concurrence chez les trolls, on dirait...

    RépondreSupprimer
  37. On peut aussi rendre hommage au sarkozysme qui est mort récemment...

    Mince, que c'est triste...



    Didier,

    poète boursouflé ? C'est aussi clair que du Césaire, ça !
    Vous voulez dire que c'est trop abondant, trop bordélique, pas travaillé, "body-buildé" ; un truc d'escroc en somme ?

    RépondreSupprimer
  38. Je dis juste que Césaire - pour le peu que j'en ai lu - est un mauvais poète, grandiloquent, ressasseur, emphatique, dont il ne restera rigoureusement rien.

    Mais je peux me tromper, chose facile dans ce type de prédiction.

    Et tout le monde voit bien que ce n'est pas le poète qui est en ce moment porté aux nues (si je puis dire), à travers ce vieillard mort.

    RépondreSupprimer
  39. anne, née anne20 avril, 2008 22:50

    oups ! nicolas j'avais loupé ta réponse à vrai dire, qui contient bcp de choses..et de reproches..


    note bien que mes propos n'étaient absolument pas des reproches à ton intention ! bon sang que les commentaires sont interprétés ou lus avec un ton différent que celui qui est rédigé.

    alors petites mises au point amicales :

    1- au sujet de mon soi-disant 'anonymat' et c'est important !! je suis anne, l'est tjs été, ce n'est pas un pseudo anonyme mais mon prénom, que j'ai tjs utilisé, puisque c'est le mien ... donc ma vraie identité , (et sur ton serveur on ne demande pas l'email, sinon à ta disposition) alors ton reproche d'anonymat, je le digère à vrai dire mal... je vois pas comment dire qui je suis autrement que par le prénom que mes parents m'ont donné
    je ne peux pas indiquer un lien de blog puisque je n'en ai pas (j'en avais autrefois 'les yeux ouverts' si ça te dit qq chose)

    2 - je ne suis pas la 'anne' dont parle l'autre 'anne' puisque je ne sais absolument pas qui est 'lomig' ou 'loic', et que je ne commente que très exceptionnellement, ne trouvant rien à dire, me suffisant de la lecture des articles ,à part chez eric mainville, (crise dans le s medias)

    3- là je me suis exprimée chez toi, parce que je trouvais ton post interessant, le sujet me touchait.
    (bah alors je n'aurais pas du, et plutot rester ds le silence comme d'hab..ça ne me réussit pas ici je crois m'etre fait traiter de conne ds les com...)
    Ecrire que j'aurais aimé ne pas voir ce 'je plaisante' c'"était une façon de dire que la qualité de ton post se suffisait sans cet avertissement, parce que je trouve incroyable qu'aujourdh'ui on doive ajouter 'je plaisante' quand on fait un trait d'esprit, ou quand on fait de l'ironie
    pq pas non plus ajouter après un pamphlet : 'attention ceci est un pamplet, et expliciter ce que sont les genres d'expression ou encore s'en excuser ?

    il me semble que tu n'insultais personne dans ton post tout d'abord, et je me demande pq on parle d'insultes dans les commentaires, et pq toi aussi tu évoques cela en réponse aux miens

    et j'en ai donc profité ds mes coms pour dire qu'aujourd'hui, tout le monde, même sur le net, (pas spécialement toi !) sans meme insulter personne, avait la pétoche de s'exprimer librement, et que cela me désolait complètement, que ce n'était pas le signe d'une société ouverte et intelligente et libre que de trembler d'écrire ou de de ne pas oser dire sans prendre mille précautions...

    je n'étais en colère contre personne ici, sur ce blog, je m'exprimais juste...et je suis abasourdie à vrai dire de lire que tu n'as rien compris à mon commentaire, ou de voir que s'indigner d 'un manque de liberté d'expression ou d'une peur de dire, de plaisanter provoque un tel tollé à mon encontre

    mais bon, sorry pour toi qui est l'hote de ce blog, je me le tiens pour dit ...et resterai coite.
    et je dois sans doute me faire à l'idée qu'effectivement desproges ne pourrait pas dire ne serait-ce qu'un dixième de ce qu'il voulait dire, mais que tout le monde s'en fout et même mieux, finalement, tout le monde trouve ça plutot bien
    bien dommage

    voili voilo...et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  40. Anne,

    Je me souviens des yeux...

    Tu peux commenter, c'est ton homonyme qui m'a fait bondir !

    RépondreSupprimer
  41. Anne (les Yeux !),

    Je prends enfin le temps de lire ton commentaire.

    1. Il n'y a aucun reproche envers toi, juste envers ton homonyme qui disparait pendant six mois et reviens brutalement me larguer une bouse sur le coin de l'oeil.

    2. Tu ne perds pas grand chose : ce sont deux blogueurs de droite mais qui refusent qu'on le dise !

    3. Je me répète : les blogueurs sont un peu sur les dents par les temps qui courrent, ça ne durera pas ! Je n'insultait évidemment personne.

    Ne reste pas coite !

    RépondreSupprimer
  42. « Anne, je me souviens des yeux...» :

    joli début de poème...

    RépondreSupprimer
  43. Didier,

    Merci ! Ca n'était pas le but. Les Yeux est (sont ?) un des premiers personnages que j'ai rencontré dans la blogosphère quand j'étais un modeste blogueur débutant. Maintenant, je suis moins modeste.

    RépondreSupprimer
  44. Pour ceux qui douteraient encore de la boursouflure grandiloquente du funéraillé national de la semaine dernière, on peut en ingurgiter un échantillon chez Trublyonne.

    De la poésie par césairienne.

    RépondreSupprimer
  45. Ce billet (dans lequel l'envie de faire un bon mot est évidente) est plus proche de Desproges que ne l'était celui de Versac (dans lequel on se dit plutôt: oula, mais il est à côté de la plaque...)

    Tout est dans le contexte.

    Et tu n'as pas à rougir de ton "je plaisante":
    Ecrire sur un blog politique ca n'est pas réciter un sketch, ca n'est pas écrire un recueil de bons mots.
    Nicolas J. n'est pas un humoriste professionnel.
    Et je crois que la plus belle preuve que ce "je plaisante" n'est pas de trop nous vient de Desproges à la fin de cet extrait d'interview: http://www.dailymotion.com/visited/search/desproges/video/xqniu_desproges-interview-part-2
    Desproges lui même dit: "Je plaisante là évidemment". Parce qu'il n'est pas en train de faire son numéro sur scène, qu'il donne une interview "sérieuse", et que ça fait une différence.


    J'ajouterai juste qu'on ne peut pas éternellement revendiquer la liberté de ton de Desproges. En réalité ceux qui passent leur temps à nous dire "Desproges pouvait dire plein de chose aujourd'hui c'est plus possible" ont tout simplement essayé de faire du Desproges et se sont cassé la gueule.

    RépondreSupprimer
  46. Sartorius,

    Merci.

    Je suis très d'accord avec ta dernière phrase : à force de croire qu'on peut dire n'importe quoi sous prétexte que Desproges se le permettait on oublie que Desproges ne disait pas n'importe quoi !

    Sur le blog, je suis obligé de "surfer" sur un ligne. Je ne rougis pas de mon "je plaisante" : c'est juste une précision qui n'a d'ailleurs pas suffit !

    RépondreSupprimer
  47. Bonjour,

    Si tu aimes deproges va sur le site d 'Alexandre solutricine, même humour même verge fleurie...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.