24 octobre 2008

CAC 40 à l'odeur du caca rance

Les établissements Dagrouik&Cie ont le regret d'informer ses usagers que le CAC40 est passé au dessous de 3000 il y a une vingtaine de minutes profitant que j'avais le dos tourné. Voilà le graphique sur 10 ans (piqué à http://www.boursorama.com/) prouvant qu'il reste une marge de baisse. Ne désespérons pas.

15 commentaires:

  1. C'est maintenant qu'il faut acheter Nicolas.

    RépondreSupprimer
  2. Bah au moins on voit comment les français réagissent :
    c'est pas glorieux, belle analyse en tout cas
    http://www.delitsdopinion.com/1analyses/etat-is-back/

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ces petites montagnes :)
    Je ne me souvenais plus de cette incroyable chute de 2002. D'ailleurs je n'ai aucun souvenir de dégringolade boursière (mais bon, je suis fort jeune...).

    RépondreSupprimer
  4. A partir de désormais, tu ne tournes plus le dos Nicolas, ça suffit comme ça !

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme,

    C'est pas bien de faire de la pub pour son blog dans les commentaires. C'est du spam.

    Salsifi,

    Le 11 septembre 2001 avait eu lieu en 2002.

    Trublyonne,

    D'accord !

    RépondreSupprimer
  6. Les actionnaires sont fous ou bien ont-ils encore besoin de plus de notre bon argent d'Etat ?

    [Je signale à Salsifi qu'il ne peut y avoir qu'un seul légume par blog et que malheureusement, la place ici est prise ! Nan mé oh !].

    :-))

    RépondreSupprimer
  7. La bourse c'est simple : quand elle baisse, il y a plein de monde qui perd de l'argent. Quand elle monte, il y a un petit nombre de personnes qui en gagne plein.
    Sérieusement, le marché boursier est basé sur l'anticipation, et la psychose de la crise/récession provoque des anticipations qui font boule de neige (bourse en baisse => récession => bourse en baisse). L'ampleur de la baisse est liée à l'ampleur démesurée de la communication autours de la récession. Elle n'a pas de fondement réel. Et le ralentissement économique lui-même est lié à la baisse de la bourse qui provoque des attitudes de repli.

    RépondreSupprimer
  8. Bouhouhou, ça file le mal de mer, en ce moment CAC -5.85% = 3120 pts, mdr, je m'étais fait le pari de -3000 pts, Mouai ça a duré 10mn mais ça a pas tenu ! Allez ça ira mieux demain attendons, y'a d'l'espoir Francfort -11%, ah ça va mieux CAC-6.10%, perdons pas espoir d'une baisse en hausse (lol)Et pis le brut baisse mais pas le super waf waf !
    Bien t-à-toi

    RépondreSupprimer
  9. On peut déconner mais se réjouir ?

    RépondreSupprimer
  10. La bourse, je n'y comprends rien de rien mais j'ai compris que des fois ça arrange certains quand ça baisse et pas les autres. Je crois que j'ai compris aussi que ça arrange ceux qui ont perdu mais ont des réserves quelques part pour acheter pas cher et se renflouer et que ceux qui ont tout misé ont tout perdu.. C'est ça ou je n'ai toujours rien compris ???

    RépondreSupprimer
  11. La dernière crise de foi quant aux "bienfaits" du marché fait la une des médias américains. Et pour cause. Elle provient d'Alan Greenspan, l'ex-président de la Federal Reserve, qui a professé pendant 18 ans à la tête de la banque centrale américaine la supériorité du marché sur la régulation.

    Interrogé jeudi 23 octobre par le président de la Chambre des représentants, Henry Waxman, qui était particulièrement mordant, Alan Greenspan a, comme l'écrit le New York Times, " admis qu'il avait eu tort de faire confiance au marché pour réguler le système financier sans un contrôle supplémentaire du gouvernement ".

    Lisez les déclarations de Greenspan. Elles révèlent un homme totalement désemparé par la crise financière.

    - "J'ai fait une erreur en comptant sur l'intérêt privé des organisations, principalement des banquiers, pour protéger leurs actionnaires."

    - "Ceux d'entre nous qui comptaient sur l'intérêt des établissements de crédit pour protéger les actionnaires (en particulier moi-même) sont dans un état de choc et d'incrédulité".

    - "La crise a pris une dimension beaucoup plus grande que ce que j'avais imaginé".

    - "J'ai trouvé une faille dans l'idéologie capitaliste. Je ne sais pas à quel point elle est significative ou durable, mais cela m'a plongé dans un grand désarroi."

    - "La raison pour laquelle j'ai été choqué, c'est que l'idéologie du libre marché a fonctionné pendant 40 ans, et même exceptionnellement bien".

    - "J'ai eu en partie tort en n'essayant pas de réguler le marché des Credit Default Swaps".

    - "Le modèle de gestion des risques tenait depuis des décennies. Mais l'ensemble de cet édifice intellectuel s'est effondré l'été dernier."

    Heureusement qu'il y a encore Alain Madelin pour croire aux vertus du libéralisme. Mais il doit se sentir de plus en plus seul, non ?

    cordonsbourse.blogs.liberation.fr/

    RépondreSupprimer
  12. CC,

    En gros, c'est le bordel, c'est bien ça ?

    Christie,

    Y'a un peu de ça...

    Machin,

    Au fait, il est où Madelin ? Il existe encore ?

    RépondreSupprimer
  13. J'ai bien identifié l'odeur de M. Dagrouik, avant même de cliquer...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.