29 octobre 2008

Discours sur le travail : des mots

Ca y est ! Nicolas Sarkozy a enfin fait son discours tant attendu pour résorber le chômage qui grimpe à peu près à la même vitesse que moi quand je rentre à la maison et que j’ai oublié de passer aux toilettes en quittant le bistro.

On a eu le droit au grand retour de la communication préélectorale ! Du « je ne vois par pourquoi », au pragmatisme opposé à l’idéologie ! J’ai lu dans Métro ce matin qu’on a eu le droit aussi à la « pensée unique » (je ne retrouve pas de lien).

Chaque mesure en elle-même pourrait générer des remarques ou des critiques.

Le travail du dimanche, en gros : « je ne vois pas pourquoi un type qui voudrait travailler le dimanche n’y aurait pas droit ».

Les emplois aidés : par pragmatisme il va remettre en place des mesures qui avaient été mises en place par idéologie par les socialos et judicieusement supprimées par pragmatisme par la droite.

Que voulez-vous que l’on rajoute comme commentaire dans les blogs… ?

Les CDD ? « Il vaut mieux avoir un CDD qu’être au chômage ». Ben voyons... Il a raison. Il vaut mieux perdre une couille que la vie. Le candidat du « contrat travail unique » n’avait pas réussi à le mettre en œuvre ! Il propose donc de généraliser les CDD. Peut-on parler de continuité politique ?

Le crédit d’impôt pour les emplois à domicile
? Bof. C’est peut-être efficace sur le plan de l’emploi mais annoncer ça le même moi que la suppression de certaines niches fiscales est osé. Car il s’agit bien d’une niche fiscale qui profitera peut-être à quelques précaires qui pourront bosser quelques heures mais surtout à des gens qui ont les moyens d’employer quelqu’un à domicile.

Mais c’est le travail le dimanche qui me fait le plus bondir
. D’autant que le sujet est déjà ouvert à l’Assemblée. Comme qui dirait, je suis plus que jamais opposé au travail dominical.
Je ne sais pas si c’est par idéologie ou par pragmatisme.

Par pragmatisme, surement : je ne vois pas en quoi travailler le dimanche donnera plus de sous aux gens pour acheter le dimanche, qu’ils soient touristes ou non (Nicolas Sarkozy parlaient bien des touristes étrangers : ils vont surement profiter de leurs dimanches de vacances pour aller faire des courses dans des zones commerciales de banlieue…).

Par pragmatisme, toujours : on nous présente un travail le dimanche basé sur le volontariat. Qu’on m’explique comment une caissière de supermarché peut refuser si son patron lui demande de venir travailler de 13h à 20h un dimanche. Il est mignon le volontariat.

Par idéologie aussi. On accepte aujourd’hui que les commerces soient ouverts le dimanche. On nous expliquera demain qu’il faut que les artisans bossent le dimanche car les gens ne peuvent pas faire venir quelqu’un chez eux quand ils ne sont pas là. Ca va relancer l’économie. On nous dira ensuite que les banques doivent être ouvertes le dimanche car certains particuliers ne peuvent pas prendre le temps de discuter avec un conseiller financier le week-end. Enfin, on nous expliquera que les administrations doivent être ouvertes le week-end, d’une part au nom de l’égalité entre les citoyens et d’autre part parce que les citoyens doivent pouvoir accomplir leurs démarches administratives le week-end.

Pendant ce temps, on se prépare à supprimer la distribution du courrier le samedi. Qu’on m’explique !

S’il y a une urgence sur le travail du dimanche, c’est plutôt
de vérifier que toutes les dérogations actuelles sont bien justifiées
!

Tenez ! Allez donc lire la réaction d’Alain Vidalies sur ces mesures.

28 commentaires:

  1. Bonbiyé !
    Rien à dire de plus...

    RépondreSupprimer
  2. Les autres sont rien que des feignasses qui se lèvent tard...

    RépondreSupprimer
  3. Merci les deux ! (il était temps que je me remue !).

    RépondreSupprimer
  4. On en a encore pour plus de 3 ans de ces c...

    RépondreSupprimer
  5. Un billet drôle sur une triste réalité. La couille ou la vie, j'adore ! Sans compter tes comparaisons uniques (la vitesse du chômage).
    Du fond, de la forme, youpi !

    RépondreSupprimer
  6. L'angélisme puant et hypocrite au sujet du volontariat, Gérard Filoche en parlait très bien dans l'émission "l'humeur vagabonde" (Fr Inter) du 10-04-2008. Il disait la même chose : c'est faire croire aux employés qu'ils auront le choix alors que ce n'est pas vrai.

    RépondreSupprimer
  7. MGP,

    Merci ! Ce qu'il y a d'incroyable avec cette histoire de volontariat (un peu comme avec le "travailler plus pour gagner plus") c'est que les gens y croient.

    RépondreSupprimer
  8. A propos du travail le dimanche il faut écouter la chronique de David Abiker sur France Info sur l'exemple des Champs-Elysées,dont la répétition aurait presque un effet comique si on perdait de vue ce qu'il y a derrière...

    KesJenDi

    RépondreSupprimer
  9. Kesjendi,

    J'écoute ça ce soir !

    N.

    RépondreSupprimer
  10. salut,
    complètement d'accord sur le travail aidé...dont il aurait mieux valu, pour le coup, qu'il soit supprimé par "cohérence idéologique", ce qui nous éviterait le retour de ces mesures ridicules qui tuent plus d'emplois qu'elles n'en créent...

    Et par idéologie, et par cohérence toujours, le fait de laisser les gens libres de s'organiser comme bon leur semble avec ce qui reste leur propriété (leur droit de travailler) me parait la seule piste possible. Ou alors, il faut reconnaitre que l'on considère l'Etat comme propriétaire du fruit du travail des gens, et responsable de l'organisation de ce travail. ça s'appelle du communisme au mieux, et de l'esclavage au pire.

    à bientôt !

    RépondreSupprimer
  11. Ah ! Mon libéral préféré !

    Avec toujours la même erreur : l'état n'a rien à voir dans l'histoire en tant que "propriétaire"... Il est juste "législateur" et, en l'occurrence, uniquement le représentant de la volonté du peuple.

    L'esclavage est d'obliger les gens à travailler, pas le contraire ! Comme "le volontariat" ne peut pas exister dans un rapport "employeur - employé" en situation de crise financière et de pression à l'emploi, empêcher la loi de protéger les gens est de l'esclavagime ! Pas le contraire.

    C'est qu'il y a d'amusant avec les libéraux (et beaucoup d'extrémistes divers) : vous théorisez n'importe quoi pour arriver à n'importe quelle conclusion en oubliant tout bon sens.

    RépondreSupprimer
  12. Je pense aussi que c'est un mauvais calcul si le but est vraielment de relancer la conommation.
    Si les gens travaillent le dimanche, ils auront certes^un peu plus d'argent.Mais quand le dépenseront-ils ??

    Maintenant, il y a peut être une volonté de NS de voir consacrer une plus grande partie du Revenu à l'Epargne. Ce quii mécaniquement augmenterait l'offre d'argent pour ls investisseurs et diminuerait le prix de l'argent (les taux d'intérêt).

    On aurait aini une relance par la production et non une relance par la consommation

    RépondreSupprimer
  13. Moi, ce qui m'amuse beaucoup, dans cette histoire de travail dominical, c'est que les gauchisses se retrouvent en plein accord avec les catholiques les plus traditionnels...

    RépondreSupprimer
  14. @ Elmone,
    si les taux d'intérêt baissent je ne pense pas que les gens soient incités à épargner davantage.

    Cette histoire du travail le dimanche est purement idéologique et l'argument de la crise vient à point nommé pour la fine équipe, c'est tout ce qu'il y a à y voir à mon avis.

    Cf la conclusion de Nicolas : si on accepte ça maintenant, c'est la porte ouverte...

    KesJenDi

    RépondreSupprimer
  15. Didier,

    C'est normal : l'apéro du dimanche midi avec les copains est sacré.

    Plus sérieusement, j'ai du mal à voir pourquoi Nicolas Sarkozy défend cette mesure : il va se mettre à dos une partie de son électorat, pas nécessairement que "la droite catholique" mais aussi toute "la droite famille".

    Tout ça pour satisfaire 3 libéraux qui de toute manière sont opposés à la gauche.

    KesJendi,

    Oui, c'est idéologique, de la "communication idéologique" envers les libéraux qui ne sont pas contents de la gestion de la crise financière, ou un truc comme ça.

    Elmone,

    Tu as vu mon billet sur jegweb ?

    RépondreSupprimer
  16. Didier,

    Plus j'y pense, plus il se met à dos l'électorat traditionnel de la droite, dans ce cas précis, tous les "patrons de bistros" et de petits commerces qui vont se retrouver avec de la concurrence le dimanche.

    RépondreSupprimer
  17. J'avoue ne pas avoir beaucoup d'idées sur la question. en fait, aucune, même. Je dois dire que je m'en fous un peu, voire beaucoup.

    RépondreSupprimer
  18. Moi aussi, je pensais juste à ça juste après vous avoir fait une première réponse.

    N.B. : Vous avez vu mon billet sur la Comète sur mon blog dans 20 minutes ?

    RépondreSupprimer
  19. Oups ! Jegweb ! http://jegweb.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  20. Félicitations : tu as des sources remarquables ! Ça compte pour publier un billet...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.