07 octobre 2008

Wouah ! La crise !

C’est la crise. Hier soir, journée noire : le CAC40 a perdu près de 10%. Je ne m’en réjouis évidemment pas mais ça ne m’empêche pas de me foutre de la gueule des andouilles qui jouent avec notre pognon.

Si j’en croyais la radio, ce matin, la situation est grave. Elle l’est, mais il faut quand même relativiser. Comme l’autre jour, je diffuse donc la courbe du CAC 40 : son niveau est le même qu’en octobre 2004 et qu’il y a exactement 10 ans… Il y a un an, lors d’un vague pic, il était inférieur à ce qu’il était fin 2000 !

La chute d’hier est jolie mais n’est probablement que l’élément d’un cycle quelconque qu’essaient de comprendre les économistes puisque c’est en faisant croire qu’ils y comprennent quelque chose qu’ils gagnent de l’oseille !

En fait, la seule chose qui m'inquiéte est que Claude Allègre a dit, dans le Parisien, ce matin, que ce n’est pas grave. Je n’ai jamais eu confiance dans ce gars.

Ce qui me rassure, c’est quand je vois BNP Paribas racheter la banque Fortis, je me dis qu’il y a encore de l’oseille à gagner. Si BNP dépense des sous, ça ne doit pas être pour nous faire plaisir… Et ça m’amuse de voir que le Royaume Belge est maintenant le premier actionnaire du fleuron des banques Françaises…

Aussi bien, d’ici trois jours, la Société Générale rachètera Dexia…

J’entendais à la radio, ce matin, que les Caisses d’Epargne et les Banques Populaires envisagent un rapprochement. A mon avis, ça n’est qu’un prétexte pour faire sauter leurs structures juridiques imbitables. Je ne connais pas trop les CE et les BP, mais j’ai bossé pendant longtemps pour d’autres « banques à réseaux » le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel. La structure est incompréhensive et mon statut récent dans la blogosphère me permet de vous l’expliquer. Remerciez-moi.

Voilà : ce sont les seules banques dont la maison mère appartient aux filiales régionales, elles-mêmes propriétés des filiales locales, elle-même appartenant aux clients. Alors si vous y comprenez quelque chose…

Je me demande si quelques financiers avertis ne seraient pas bien heureux de faire sauter ses structures délirantes et strictement Françaises… Et restructurer tout le domaine bancaire mondial.

La crise ne fera pas que des malheureux… d’autant que les impôts payent les pots cassés.

49 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Les crises font toujours des heureux. De même que les guerres, qui sont des crises en plus grave. Ou en plus aigu, c'est selon le point de vue.

    RépondreSupprimer
  3. Didier,

    Bon Dieu ! Un troll réactionnaire aurait pu dire : il nous faudrait une bonne guerre !

    Plus sérieusement, ce qui m'amuse toujours c'est que la crise est présentée comme une vente en masse de la part de gens qui ont peur. Mais s'il y a des types qui vendent, ça veut dire que d'autres achètent...

    RépondreSupprimer
  4. Claude Allègre a dit : l'amiante, c'est pas grave, quand il était en charge du cabinet de Jospin, quand ce dernier était ministre de l'éducation nationale.

    Il dit que le réchauffement climatique est une chimère et qu'il n'est pas imputable à l'être humain.

    Bref...

    Et il est davantage scientifique qu'économiste ; t'as raison de t'en méfier. Ce type est un cinglé dont le sport favori est de prendre le contrepied de tous les autres...

    RépondreSupprimer
  5. Dorham : pour l'amiante c'était une énorme connerie. Pour le réchauffement, c'est autre chose, rien n'est prouvé. Vous ne pouvez mettre les deux choses dans le même sac, il me semble.

    RépondreSupprimer
  6. Dorham,

    Tu raison.

    Didier,

    Dorham a raison (pour l'amiante non plus, à une époque, rien n'était prouvé, il y avait juste unanimité des scientiques pour penser que...).

    RépondreSupprimer
  7. Allegre c'est le gars qui te ressemble un peu Nicolas ?

    RépondreSupprimer
  8. Non : c'est un gros à lunettes avec des cravates à chier.

    RépondreSupprimer
  9. La crise fait des heureux... peut-être mais pour l'instant j'en vois surtout qui font la gueule!

    RépondreSupprimer
  10. Tim,

    Je parlais à Didier Goux, ci-dessus, des gens qui achètent des actions : croient tu qu'ils fassent la gueule ?

    RépondreSupprimer
  11. @christie : Si mais des belles :)

    RépondreSupprimer
  12. @christie : Si mais des belles :)

    RépondreSupprimer
  13. Pline l'Ancien (né en 23 après JC) connaissait déjà les (fabuleuses) propriétés de l'amiante et ses dommages sur les poumons (des esclaves tisseurs).
    Au Royaume Uni, c'est en 1931 qu'une première réglementation a vu le jour, après des constats conjoints de l'inspection du travail et de la médecine, et suite également à plusieurs morts de travailleurs de l'amiante.
    L'amiante est classé cancérigène depuis 1977 en France.
    L'interdiction de sa fabrication et de sa commercialisation est effective dans l'Union Européenne depuis 2005.
    Entre 50 et 100 000 morts par l'amiante sont attendues ces 10 à 20 prochaines années.
    Pour plus d'infos, on peut consulter le site de l'INRS et celui de Ban Asbestos.

    RépondreSupprimer
  14. Ton billet est tout à fait vrai.
    Lorsque je bossais pour les mma, l'objectif des années 90 était de faire sauter la forme mutuelle et faire une SA pour être plus performant sur le marché (appel public à l'épargne.

    RépondreSupprimer
  15. Je viens de lire les commentaires. Je crois que je suis hors sujet.



    scusez moi

    RépondreSupprimer
  16. Audine,

    Merci ! On devrait toujours faire appel une pro ! Bref... Il n'y a que la loi et les entrepreneurs qui ne reconnaissaient pas les méfaits de l'amiante.

    Elmone,

    Non ! Ce sont les commentaires qui sont hors sujet (suite à un écart à propos de Claude Allègre).

    Le billet porte bien, en partie, sur les trucs mutualistes qui pourraient disparaitre dans cette crise.

    RépondreSupprimer
  17. Il y en a qui vont gagner de l'argent effectivement : notamment ceux qui ont senti le coup venir l'année dernière et ont vendu leur portefeuille d'actions, ceux- là vont pouvoir le reconstituer aujourd'hui.
    Le problème c'est le "bank run" (la queue aux guichets pour retirer son argent). Peu importe la stabilité du système, ses protections, ses garanties - s'il y a bank run, il implose.
    Les Etats ne pourront pas rembourser tout le monde.
    Comment un ami au bord de l'interdit bancaire pourrait vous aider à éponger vos dettes ;)

    RépondreSupprimer
  18. Moi j'aime bien cette structure qui part de l'avis des clients (mutualistes) pour s'imposer au sommet de la pyramide. Je ne suis pas sûr qu'un gros pourcentage de gens aillent voter quand on les y appelle mais pour le moins, ça a de la gueule !
    :-))

    [Pour le réchauffement, je fais partie des sceptiques aussi. J'ai un article en stock sur le sujet mais toutes ces coupures de ligne m'ont fait prendre du retard. La bonne nouvelle, c'est que j'ai de l'avance !!!].

    RépondreSupprimer
  19. Mr Poireau, Nicolas,
    Cette mutualité est en fait un paravant. Lors des AG les "sociétaires" (on les appelle comme ça) n'ont pas plus voix au chapitre que les petits épargnants.

    C'est toujours la DG qui décide. Les salariés et les syndicats ne sont pas plus respectés dans les Cies à forme mutuelle.

    RépondreSupprimer
  20. Ctoileblog,

    On n'en est pas encore là ! Les gens reçoivent leur paye sur leur compte en banque et ne sont plus habitués aux espèces...

    Poireau,

    Oui, la structure mutualiste a du charme. Par contre, elle ne tient plus dans la mesure où les "sociétaires" en sont plus militants. Je ne sais si tu te rappelles les billets que j'avais faits sur les coopératives laitières, c'est pareil. On pourrait aussi prendre l'exemple de la Camif qui se "casse la gueule" car les "clients potentiels" ne lui reconnaissent plus les avantages "du début" et préfèrent les supermarchés du coin.

    Elmone,

    Oui et non. Ce que tu dis est probablement vrai dans certains établissements mais pas toujours. J'ai bossé dans une des structures régionales d'une des banques mutualistes que je cite : je peux te garantir que le système est démocratique et que les clients sont bien considérés comme des sociétaires.

    Mais... La vocation des entreprises est de grossir, donc les structures nationales de ces machins, pas vraiment contrôlé par les échelons régionaux qui cherchaient plus à contrôler leurs propres électeurs ont fait des trucs pour grossir. Le CA a voulu, par exemple, se faire côté en bourse pour pouvoir acheter plus facilement des filiales étrangères : c'est contrairement contraire aux intérêts de la base !

    (d'autant que le CA si on cumule le chiffre de toutes les caisses régionales est probablement déjà la plus grosse banque du monde).

    RépondreSupprimer
  21. C'est bizarre il y a quelque temps, Sarkozy nous assuré que la France ne serait pas touché par la crise parce que les réformes qu'il a entrepris nous protègerait ! Il voulait aussi mettre en place en France les Subprimes ! Ouf je suis heureux que pour une fois il ne tienne pas une promesse lol

    Que pensez de l'augmentation du budget de l'Elysée :

    http://www.jeune-garde87.org/2008/10/06/pas-de-crise-au-chateau/

    RépondreSupprimer
  22. Putain de bordel ! Pazmany, le budget de l'Elysée n'est pas le sujet du billet.

    Ne me dites pas que je vais être spammé en permanence, sinon, je demande à sortir du Wikio...

    RépondreSupprimer
  23. Nicolas, tu veux dire que cette crise va permettre à des financiers de tordre le coup aux banques mutuelles? Qui d'ailleurs n'ont pas rempli leur rôle mutuel au vu des plantages prévus ici ou là.

    Elmone: c'est intéressant ce que tu nous raconte là. Les statuts de ces trucs mutuels ne permettent donc pas de sortir les DG vermoulus ?

    RépondreSupprimer
  24. Dagrouik . Il est arrivé qu'un Président soit débarqué. C'est ce qui est arrivé fin des années 90 aux mma quand le président de la maaf est arrivé.
    Il a séduit le conseil d'administration des mma (composé de personnalités hétéroclites) et les sociétaires ont été instrumentalisés.
    Ceci étant, le président viré est resté 12 ans alors qu'il faisait l'unanimité contre lui.

    RépondreSupprimer
  25. Quoi, les DG vermoulus ? Tous les Dg ne sont pas vermoulus, merde !

    Quoique...

    RépondreSupprimer
  26. Réchauffement climatique : comment ça, rien n'est prouvé ? Enfin, comme pour l'amiante, les indices sont là, la déduction permet d'anticiper la preuve scientifique. De toute façon, en science, il y a une part de croyance : si la science ne sert pas les intérêts humains, elle ne sert strictement à rien.

    Allègre est un ultra-rationnaliste, c'est certain et c'est derrière ce paravent qu'il se réfugie toujours.

    Pour le dossier de l'amiante, ce type a balayé le dossier sous le tapis. Contre l'avis de tous, il continue de nier l'évidence alors que des tas de gens sont morts. Sans aucun remords, pour se sauver de l'atrocité qui consiste à reconnaître son erreur. Ce mec devrait un peu se regarder dans une glace.

    Quand on l'écoute, on croirait entendre un vieux stalinien productiviste sur le retour.

    RépondreSupprimer
  27. Dagrouik,

    Je "ne veux pas dire", je "pense que, peut-être".

    Dorham,

    Tu ne l'aimes pas, je suppose... Nous, non plus, rassure toi !

    RépondreSupprimer
  28. Effectivement pas encore fossoyeur du capitalisme, on peut malgré tout observer une crise à qui l'on prête çà et là, non sans raison d'ailleurs, l'habit du messie marxiste. Quant aux média dominants, on connaît leur goût sauvage pour tout ce qui effraie le quidam avec une propension à l'exagération et au manque de recul. Pour ce qui est des guerres, elles sont bien là, bien entretenues par les permanants du conseil de sécurité de l'ONU.

    RépondreSupprimer
  29. Je note dans les news du jour qu'un mammifère sur quatre est menacé de disparition !

    Et là d'un coup, je me rappelle que nous sommes des mammifères !

    Merde, cette crise ne serait pas un signe alarmant de notre prochaine disparition ?

    RépondreSupprimer
  30. Daudavendauth,

    Ouais. Faut jouer sur la peur. Une bonne guerre à 5000 km et on oublie qu'on a rien à bouffer.

    Merlin,

    1 sur 4 ? Ce n'est pas suffisant : il y a encore 40% des Français qui ont une bonne opinion de la politique actuelle.

    RépondreSupprimer
  31. Lech Kowalski filmait à Wall Street la semaine dernière, vous pouvez voir gratuitement "président Bush" sur http://www.camerawar.tv

    RépondreSupprimer
  32. L'important c'est pas la crise, c'est le bank run.

    Apparement il suffirait d'un retrait de 10% des actifs pour qu'une banque de dépôts fasse faillite.

    C'est pour cette raison que les pays européens augmente le niveau maximum d'assurance, pour rassurer les épargnants.

    La chute du CAC40 est plus une vision à long terme, la récession pointant son nez.

    RépondreSupprimer
  33. C'est vrai que la crise va aussi permettre aux établissements qui en ont encore les moyens de camoufler bien des opérations douteuses —en terme d'emplois en particulier—, tu as raison Nicolas.

    RépondreSupprimer
  34. Etienne,

    On n'en n'est pas encore là !

    Coucou,

    Ouais ! Il reste du pognon et "ils" ne vont pas en faire que du bien.

    RépondreSupprimer
  35. Ce n'est pas ce que pense les dirigeants européens et M. Fillon.

    Quand il dit que l'épargne est garantie à 100% en France, c'est évident que c'est pour éviter un bank run.

    Quand les dirigeants européens augmente le niveau de garantie, c'est évident que c'est par peur d'un bank run.

    RépondreSupprimer
  36. Etienne,

    Non, ça n'est pas évident. C'est surtout évident que nos braves dirigeants soutiennent des machins financiers avec notre pognon à nous. Tu ne vas pas assez loin dans la parano !

    Que ferait un Français sans compte en banque ? Personne ne va aller chercher ses économies.

    RépondreSupprimer
  37. Mais on s'en fout de ce que ferais un français sans compte en banque. Les argentins avaient eux aussi l'habitude d'avoir un compte en banque, mais ils sont quand même allé se masser devant les banques pour retirer leur épargne !

    RépondreSupprimer
  38. Sauf qu'en Argentine, tous les citoyens ne pratiquent pas les TIP, les prélèvements automatiques, les débits différés et les CB...

    80% des Argentins doivent recevoir leurs salaires en liquide !

    RépondreSupprimer
  39. Je ne suis pas sûr que ce soit très différent sur les pratiques bancaires entre la France et l'Argentine d'avant la crise.

    Et les gens pourraient ne laisser que leur compte courant et retirer leur compte d'épargne.

    Si les gens pensent que le matelas est plus sécurisant que la banque, il retireront leur épargne de la banque. Et le confort du compte en banque passe après la sécurité pour beaucoup d'épargnant je pense.

    RépondreSupprimer
  40. On peut tout penser ! Mais pas comparer des centaines de milliards d'années de pratiques bancaires.

    Les gens ne sont pas cons (les Argentins non plus, mais n'ont pas nos habitudes) : s'il y a une crise, il y aura inflation, donc le pognon retiré ne vaudra plus rien... Autant que ça soit la banque qui le perde plutôt que de risquer que les centaines de milliards d'euros entassés sous le matelas ne permettent même plus de s'offrir une bière.

    RépondreSupprimer
  41. Cela dit, tu as peut-être raison, je ne crois pas que la question soit là.

    RépondreSupprimer
  42. A la banque non plus ils ne vaudront plus rien. Et je suis pas sûr que les gens lient si étroitement crise et inflation.

    (D'ailleurs, il se pourrait qu'il y ai une déflation et non une inflation...)

    RépondreSupprimer
  43. Nicolas, je te remercie.
    J'allais oublier, honte à moi.

    RépondreSupprimer
  44. Ai-je bien lu dans ton article :
    remerciez-moi....
    alors, alors, comme je suis "un tout tit peu bien élevée, je l'ai fait

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.