02 octobre 2008

La politique du n'importe quoi

A la une de l’actualité ce matin : Nicolas Sarkozy lance un plan de soutien à l’immobilier. Je résume : il va aller chercher des sous (on ne sait pas où, ça serait trop facile) et va racheter des logements pas encore construits pour aider les artisans qui les construisent.

Je rappelle l’actualité d’hier : Nicolas Sarkozy va piquer des sous dans la caisse du Livret A pour participer au financement de PME.

Je n’ai pas besoin de faire un billet de trois pages pour démontrer le ridicule de la situation et la grotesquitude de la politique menée :

Le Livret A était destiné à financer le logement social et donc l’immobilier.

25 commentaires:

  1. C'est ridicule !
    Mais il faut croire que Bouygues Immobilier avait besoin d'aide pour vendre (trop chers) les appartements construits ou à construire ! Voilà une explication !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Bon, c'est le matin, j'oublie de cocher la case adéquate ! J'aimerais bien que Blogger change ce réglage et qu'elle soit cochée par défaut, ce serait plus simple !
    :-)

    RépondreSupprimer
  3. Tiens Poireau ! Je viens de conseiller à Jeffane de t'envoyer un mail pour te poser une question.

    RépondreSupprimer
  4. he ben si avec ça on est pas sauvés...

    RépondreSupprimer
  5. Comme je l'ai dit, on est shizophrène...

    RépondreSupprimer
  6. Pour ma part, je rigole en relisant la profession de foi, vous savez, la pub pour inciter à voter...
    ici
    Drôle mais déprimant aussi...

    RépondreSupprimer
  7. Quand le n'importe quoi se superpose au tout des promesses, les possibilités offrent le vrai visage d'un monde conservateur où l'inepte se dispute à l'ânerie dans un combat idéologique où les peuples perdront leurs illusions à la faveur d'un horizon sans issue.

    Je n'ai plus envie de rire :-(

    RépondreSupprimer
  8. La politique du chat qui se mord la queue, ou la variante du chien, ou de ce que l'on voudra ?

    RépondreSupprimer
  9. Du moment que c'est SA queue et pas la mienne.

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, ils m'ont de nouveau coupé la ligne ! :-(((

    Pfffffffffffff

    RépondreSupprimer
  11. Monsieur POireau, du moment que c'est pas la queue, enfin la file!!

    RépondreSupprimer
  12. En tout cas cette fois c'est officiel: jospin etait plus liberal que sarkozy, y compris au niveau economique.
    "relancer" l'immobilier en pleine bulle, c'est vraiment nimporte quoi. non seulement c'est de l'interventionisme pur jus, mais en plus c'est con.

    RépondreSupprimer
  13. N'importe quoi, tu peux le dire...
    en plus de ces quelques mots, Nicolas, je fais un test.
    Merci

    RépondreSupprimer
  14. La banque Dexia devait faire faillite. Mardi 30 septembre, le gouvernement français, le gouvernement belge, et le gouvernement luxembourgeois ont injecté 6,4 milliards d’euros pour renflouer la banque Dexia. Les contribuables vont verser 6,4 milliards d’euros pour sauver la banque Dexia de la faillite.

    Scandale supplémentaire : le patron de Dexia, Axel Miller, va partir en empochant 3,73 millions d’euros en parachute doré.

    Axel Miller a osé éclater de rire quand on lui a parlé de son parachute doré. Regardez cette video insupportable :

    http://aliceadsl.lci.fr/infos/economie/conjoncture/0,,4108048-VU5WX0lEIDUzNg==,00-le-fou-rire-du-patron-de-dexia-sur-son-parachute-dore-.html

    RépondreSupprimer
  15. Et moi qui ne veut même pas que mon Luminaire Céleste touche à mon livret... Il faut revenir au bas de laine, moi je vous le dis.

    RépondreSupprimer
  16. loooool

    tu as trop raison !!

    (c'est bouygues qui doit être content en tous cas)

    Je viens de voir une interview de Peillon sur i-télé qui enchaine la politique de Sarko (http://www.vincent-peillon.fr). juste jouissif.

    RépondreSupprimer
  17. Catherine,

    Votre luminaire ne voit pas toujours très clair !

    RépondreSupprimer
  18. Ah, la politique du n'importe quoi, il me semblait que c'était une idée de Rémi Gaillard.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.