30 octobre 2008

J'ai rencontré Julien Dray

Ce qu’il y a de très bien avec ces entretiens, tels celui qu’on a eu avec Julien Dray hier soir, c’est qu’ils redonnent le goût à la politique. Je ne suis peut-être pas mauvais pour raconter des conneries à l’abri de mon clavier mais la « vraie politique » à quand même un meilleur goût. C’est presque aussi bon que des endives au jambon.

Ce n’est pas en un billet que je vais raconter toute la séance, près de deux heures et huit pages de notes. Ce billet n’est probablement que le premier d’une longue série. Je crois d’ailleurs que je vais ouvrir un nouveau blog : « Partageons Julien Dray ».

Pour ce premier billet, je vais commencer par remercier Romain et Hervé qui ont organisé la cérémonie (Hervé a refait son blog) et Martin, Ronald, Vogelsong, Abadinte, Eric et Tonnégrande qui ont bien voulu poser les questions nécessaires pendant que je me réfugiais dans mon silence légendaire.

Je remercie également Julien Dray sans qui une rencontre avec Julien Dray n’aurait pas été possible.

Trêve de mondanités.


La conversation ne s’est pas du tout déroulée comme je l’imaginais et c’est aussi bien. Je pensais que nous allions passer la moitié du temps à parler des affaires internes du parti et l’autre moitié à évoquer les grands sujets politiques. Mon petit doigt m’avait par exemple laissé entendre que nous aurions parlé d’éducation. Il s’est planté et c’est aussi bien, car tout est lié.

Avant de refaire le monde, au sens propre pas au sens du comptoir pas toujours très propre, il faut un parti politique en ordre de marche dans une gauche en ordre de bataille.

Tout est lié. S’il y a une chose dont m’a convaincu Julien (vous permettez que je l’appelle Julien ?) ou plus exactement notre conversation, c’est bien ça.

Vu de l’extérieur, on avait envie de dire : « On veut du fond, vous nous faites chier avec vos querelles de personnes, on veut un projet. » En fait, on est cons. Le projet ne se fera pas du jour au lendemain, on ne le découvrira pas au fond d’une motion, l’idée lumineuse ne nous sautera pas à la gueule comme Jim saute sa nouvelle copine (que ça reste entre nous, il m’a défendu d’en parler dans l’autre blog).

je comprends beaucoup mieux Marc quand il parle de démocratie interne. C’est peut-être ce que j’appelle, moi, méthode de travail.

Le projet sortira de la manière dont travaillera le PS les prochaines années (dans ce que j’appelle le projet, il y a tout, y compris l’opposition à la droite et la communication). Ainsi,


Ainsi, dans de prochains billets, je reviendrai sur des détails de cette conversation avec Julien mais l’essentiel que j’en retiens est que l’important est la méthode de travail et donc la personne qui sera chargée de la mettre en œuvre.

La bataille sur cette personne est primordiale, mais il ne s’agit pas de savoir qui sera le prochain candidat à l’élection présidentielle (vu de l’extérieur, on fait souvent l’amalgame) mais qui sera le prochain Premier Secrétaire du Parti Socialiste.

Julien Dray m’a convaincu qu’il pouvait être cette personne.


Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je ne suis pas un lapin de six semaines. C’est son boulot de convaincre les gens. Si ça avait été une autre personne, j’aurais probablement aussi été convaincu !

Sauf que… Julien a commencé presque taciturne puis s’est enflammé au cours du débat, peut-être quand il a compris que nous étions des militants avant d’être blogueurs (surtout les autres, parce que moi, heu…). Je crois qu’il est sincère. Tout ça n’est peut-être qu’une stratégie de communication, mais quelques détails ne trompent pas.

Je vais citer un exemple (ce n’est qu’un exemple, un autre billet suivra peut-être pour détailler). Quand Julien parlait du rôle du Premier Secrétaire, il a indiqué qu’une des premières fonctions de ce dernier était de former, d’encourager, de conseiller, de critiquer, … ses adjoints pour leur permettre d’apprendre leur job. Il ne pouvait pas savoir que c’était un de mes chevaux de bataille au boulot ou dans ma vie associative passée. Il ne pouvait pas savoir que ça serait le seul point que je mettrai en avant dans ce premier billet, premier billet dont il se fout probablement comme de la première fois où il a mis la main dans la culotte de sa voisine sur les bancs de l’Assemblée.

Julien ne m’a pas convaincu à propos de Ségolène Royal (il y aura d’autres billets car il a apporté différents éclairages qui me permettent de voir différemment « les raisons de l’échec »).

Julien m’a juste convaincu à propos de Julien Dray : c’est peut-être lui qui ferait le meilleur Premier Secrétaire. Et c’est une bonne raison, pour moi, de croire à nouveau à la politique.

Convaincu par Julien Dray… Pour moi, défenseur de Lionel Jospin devant l’éternel, ce n’est pas rien. Une page se tourne.

Mais je ne suis pas membre du Parti Socialiste. Ca pourrait peut-être changer.


27 commentaires:

  1. OK Nicolas, il semble t'avoir conquis. Il ne doit donc pas être si mal. Ceci étant, laissons redescendre la pression. J'espère que le prochaoin congrés va révéler quelque chose (ou quelqu'ubn).... Les derniers événements du ps m'ont convaincu de me méfier...

    RépondreSupprimer
  2. Elmone,

    Oui... laissons passer le congrès.

    RépondreSupprimer
  3. Putain tu es le premier socialiste depuis des années à dire que tu pourrais devenir socialiste encarté.

    Marc lui se pose la question inverse.

    RépondreSupprimer
  4. nicolas,
    démocratie interne veut dire méthode de travail, outils et volonté... :)

    RépondreSupprimer
  5. sinon oui je pense que JD pourrait faire un bon 1er sec car c'est un bien un des seuls... sans lui faire injure... à ne pas être présidentiable pour le futur contrairement à Peillon, Hamon.

    Et donc penser et agir sur le fonctionnement du parti si il a cette volonté.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    Après avoir écouté l'ITW (j'ai rien d'autre à faire, je suis en vacances, salauds de profs...d'ailleurs, vous auriez pu quand même parler d'éducation...! Bref !) je partage ton point de vue : il convainc sur lui-même avant tout, et il ferait un bon premier secrétaire. Il donne envie de croire à la politique. C'est déjà pas mal.

    Mais il a une bonne dose d'égo dissimulé sous pas mal de fausse modestie, aussi...Défaut de ses qualités, sans doute...

    Merci pour le bon boulot !
    CC

    RépondreSupprimer
  7. Seb,

    J'aime bien être le premier.

    Marc,

    Je sais ! Mais je réduisais la "démocratie interne" à une méthode pour faire monter l'avis de la base alors que c'est plus que ça.

    RépondreSupprimer
  8. Tiens, je m'en vais cinq minutes et la méthode pour commenter change...
    Voyons...

    Je ne suis pas convaincu par Julien Dray, je ne l'ai pas rencontré. Par contre ce que tu expliques de ce qu'il a expliqué me semble juste.
    A suivre...
    :-)

    [Ils finiront par te la faire prendre ta carte !!!].

    RépondreSupprimer
  9. Julien powa ?

    bon j'attends la suite

    RépondreSupprimer
  10. @Seb: Ouarph, j'ai fait encarter 5 des mes potes en 5 ans. Et oui, et oui, et ils y sont toujours.

    RépondreSupprimer
  11. Moi aussi j'y étais, et je peux vous dire que Juju est un sacré animal politique. Animal ? oui ce n'est pas un végétal, pas un truc sans âme donc.

    Il a une force de caractère qui est connue.Et des convictions en terme de fonctionnement militant du PS qui font qu'il ferait un très bon premier secrétaire pour remettre le PS au travail et riposte vraiment à la droite et à sa politique.

    Il a reconnu des erreurs des périodes passées, rappelant qu'il a été souvent de ceux qui tiraient la sonnette d'alarme. Alors que certains "couineurs" actuels faisaient de la lèche.

    j'ai pris 8 pages de notes sur mon carnet en plus des 1H30 de son au format .mp3 qui sera bientot en ligne.

    RépondreSupprimer
  12. CC,

    Il y a de l'égo, pas mal, mais pas non plus mal placé.

    Poireau et Gaël,

    Oui ! Attendez la suite.

    RépondreSupprimer
  13. Dagrouik,

    Oui mais il faudrait aussi entendre la version des autres.

    RépondreSupprimer
  14. Bondiou Nicolas, il faut faire un itw de Jospin pour te faire revenir dans le droit chemin, le chemin de la jospinitude!

    RépondreSupprimer
  15. Martin,

    Ne lis pas mal mon propos. J'ai dit : "devant l'éternel". Je reste un défenseur de Jospin, y compris jusqu'à des propos très récent qu'il a pu tenir (je n'écoute pas tout, non plus).

    Je pense simplement qu'en 2008, une page est tournée. Une génération de politique doit être oubliée.

    RépondreSupprimer
  16. N'oubliez pas (toi, Nicolas, et les autres déjà PS) d'expliquer ce que devrait être la démocratie interne… Moi aussi j'hésite depuis longtemps à prendre la carte, sans franchir le pas à cause de cet obstacle!

    RépondreSupprimer
  17. Ah oui, on peut même s'abonner aux commentaires, j'ai trouvé !!!
    :-)))

    RépondreSupprimer
  18. Poireau,

    On peut même s'abonner sans laisser de com (donc terminés, les com : "coche").

    Le Coucou,

    Pas facile à expliquer (sinon ça serait facile à mettre en oeuvre) : écouter 200 000 encartés tout en faisant de la communication politique ! C'est aussi une des raisons pour lesquelles ce que propose Julien Dray me semble pas mal.

    Néanmoins, je préfèrerais que ça soit les autres qui exposent : je ne suis pas membre et ne sais donc pas comment ça marche réellement actuellement.

    RépondreSupprimer
  19. David75

    Attends de rencontrer Vincent Peillon, Et tu oublieras que Dray existe ..

    RépondreSupprimer
  20. David,

    Non. C'est incroyable ce que vous avez, au PS, à vous renvoyer vos champions à la gueule.

    Leurs expériences politiques ne sont pas comparables. Ce n'est pas une critique de Peillon mais il n'a pas du tout le même cheminent politique. Ils n'ont pas du tout le même poids.

    Je ne doute pas que le PS dispose de dizaines de types susceptibles voire capable d'occuper le poste, la question n'est pas là.

    RépondreSupprimer
  21. Nicolas, je reviens à la charge… Si l'argument "écouter 200000 encartés…" vient de Julien Dray, moi je le trouve irrecevable! En effet, la direction du PS est là pour écouter et faire la politique voulue par la majorité des 200000 militant, et pour répondre à tous moments aux demandes d'explications de la base. Ça s'appellerait démocratie. Là-dessus, s'il s'agit simplement de ton opinion, c'est une autre histoire, et je comprends que cela puisse paraitre une montagne à franchir, vu l'état actuel des choses…

    RépondreSupprimer
  22. Le coucou,

    Quand je disais "écouter 200000 encartés", je parlais bien d'écouter et faire la politique voulue par la majorité des 200000 !

    Mais ça vient bien de moi, pas de Julien Dray. Lui, il parlait plutôt des moyens à mettre en oeuvre pour répondre à cette problématique et je me répète : ne faisant pas partie du PS, je ne souhaite pas vraiment l'évoquer.

    N.

    RépondreSupprimer
  23. David75

    Désolé de t'avoir enervé, je pense que Peillon et Dray sont complémentaires.
    Dans la motion de Royal ils sont un certain nombre a avoir la carrure necessaire pour occuper le poste de 1er secretaire dont Dray ...

    RépondreSupprimer
  24. David,

    Tu ne m'as pas énervé. Sinon j'aurais écrit "Putain de bordel" ou un truc comme ça.

    Oui, ils sont complémentaires. Mais Dray est connu du public, est à l'Assemblée Nationale, a d'ailleurs quinze ans d'expérience de plus que Peillon à l'AN.

    Je ferais un billet sur le sujet prochainement mais, si son rôle principal est d'animer le parti, le 1er Secrétaire National est aussi celui qui porte la parole du parti.

    RépondreSupprimer
  25. Ah ! Il faudra que je le lise, alors.

    RépondreSupprimer
  26. ah..c'était donc ça, toi défenseur de Jospin et moi défonceur de Jospin, vala la différence !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.