27 octobre 2008

Où sont les Sarkozystes ?

Vous savez, ceux qui voulaient nous faire travailler plus pour gagner plus ? On se retrouve maintenant avec le chômage qui semble repartir à la hausse et des employés qui subissent de plein fouet du chômage partiel, avec leurs taules qui ferment une semaine sur deux.
Ils se cachent ?
Mais non ! Je vais bien avoir un troll ou deux qui vont venir nous expliquer que ce n’est pas de la faute à Nicolas Sarkozy mais à la crise mondiale, nous prenant de haut, comme si nous étions des incompétents bornés et ne voyions pas nos voisins.

Justement, si. On les voit. On voit ceux qui ont encore un peu de sous dans les caisses qui essaient d’avoir une politique sérieuse pour accompagner la crise pendant que notre chef imagine un stratagème pour rester à la tête de l’Europe le plus longtemps possible.

Mais ce n’est pas Nicolas Sarkozy que je veux critiquer dans son billet, c’est ceux qui l’ont soutenu, avant l’élection puis pendant les quelques mois qui ont suivi puis qui ont commencé à se taire progressivement, il y a environ un an.

Il faut une crise économique, mondiale, je sais, pour montrer que toute sa politique est mauvaise alors que cette crise était probablement prévisible ne serait-ce que parce que l’économie est toujours cyclique. Et eux étaient là : « Comment voulez-vous qu’on lutte contre la Chine si on ne travaille pas plus, bande de nazes ? »

Et voilà…
Maintenant, on se retrouve avec un Président qui tente de passer pour un gauchiste en renationalisant à moitié des banques… Mais je ne vais pas vous refaire l’excellent discours de Ségolène Royal hier (pour un peu, je vais « changer de motion »…). Deux ans de perdus.

Ils sont où, ceux qui encourageaient cette politique ? Ceux qui trouvaient normal que des personnalités de gauche, comme Bernard Kouchner, participent à la casse général.
Tiens ! Il est où, Bernard Kouchner ? Nous voilà dans une crise mondiale (je ne l’ai pas déjà dit) avec un Président qui s’active auprès des voisins et notre Ministre des Affaires Etrangères est étrangement absent, comme le constatait Sarkofrance mercredi !

Finalement, restez cachés.

N.B. : ça n'a rien à voir avec la choucroute mais je teste une nouvelle version de blogger et toute ma mise en page disparait bêtement quand je copie dans blogger les billets préparés par Word. Toutes mes excuses...

21 commentaires:

  1. Ah non ce n'est pas une nationalisation, c'est un chèque en blanc: il n'y a pas d'actionnaire Etat dans le CA des banques en question.

    RépondreSupprimer
  2. ça pédale sec dans la choucroute on dirait...
    c'est pour ça qu'il vaut mieux rester discrêt...
    Ce qui est dommage, c'est que ce soient toujours les mêmes qui rongent les os et finissent les restes, ou fassent les poubelles pour survivre...

    RépondreSupprimer
  3. Dagrouik,

    Yes ! C'est pour ça que je fais référence au discours de SR. J'aurais pu aussi faire référence aax propos de Jospin que j'ai lus sur je ne sais quel blog.

    Christie,

    Oui, toujours les mêmes !

    RépondreSupprimer
  4. Bravo !
    Et ils sont où, et ils sont où, et ils sont où les libérauxlalalalalaaaala...

    RépondreSupprimer
  5. Il n'est pas absent, Kouchner : il fait des déclaration sur la disparition de soeur Emmanuelle...

    Les Sarkozystes, je les cherche aussi...

    RépondreSupprimer
  6. Comme dirait Juan : "où es-tu ami sarkoziste ?"

    RépondreSupprimer
  7. Les sarkozystes, il est prévu de les réveiller en 2012 : ils votent, ils vous écrabouillent une seconde fois, et hop ! on les remet dans le formol jusqu'en 2017...

    RépondreSupprimer
  8. Pas d'inquiétude pour les libéraux, ils reviendront dès que la crise se calmera en nous clamant que Sarko a sauvé le monde....

    RépondreSupprimer
  9. Meuh non, ils sont pas morts les sarkozystes, ils sont pas dans le formol non plus, ils n'existent pas. Ce sont de beaux ectoplasmes, parfaitement protéiformes qui s'extasieront bientôt sur un nouveau champion. Ils ont été Balladuriens, chiraquiens, ils sont sarkozyste, ils seront "copistes" (héhé) ou copéistes, ou coptes ????

    Bref, "souvent sarkozyste varie, bien fol qui s'y fie", disait déjà François Ier...

    Maintenant, j'aimerais qu'on pousse dans le même sens pour demander aux ministres à couleuvre de montrer un peu ce qu'ils ont dans le calbute, les Rama Yade, les Fadela Amara, tamère, et puis les Bernard Kouchner...démissionnez, quittez ce navire, malheureux !

    RépondreSupprimer
  10. Dis donc, ça marche un peu bof ce truc de commentaire intégré...
    parfois, ça refuse tout bonnement le commentaire. Pourtant, j'ai même pas été grossier ni rien :((

    RépondreSupprimer
  11. Quant à Ségolène Royal, de ridicule qu'elle était elle devient quasiment effrayante.

    RépondreSupprimer
  12. Dorham,

    Ouais... on les reverra... (et le machin de commentaires n'est pas encore très au point).

    Didier,

    Trollez pas le parti.

    Les autres,

    Je n'ai pas la réponse !

    RépondreSupprimer
  13. David75

    Didier Goux

    C'est vrai que Ségolène Royal est effrayante pour les profiteurs et ceux qui s'en mettent plein les fouilles et ce, sur le dos des pauvres gens .. Moi je la trouve impeccable

    RépondreSupprimer
  14. David,

    malheureux, tu vas nous réveiller la bête...

    RépondreSupprimer
  15. Mais je m'en doute bien, que vous la trouvez impeccable ! La bouillie trotsko-sarkozyste de son discours était faite exactement pour vous faire béer.

    RépondreSupprimer
  16. Et voilà, qu'est-ce que je disais...

    (Dorham : mouton noir)

    RépondreSupprimer
  17. M'sieur Nicolas, c'est Dorham qu'a commencé !

    (Ah... non, merde, c'est moi...)

    RépondreSupprimer
  18. Je me réjouis, Nicolas, que tu fasses allusion à l'excellent discours de Ségolène sur la crise financière et je t'invite à aller jusqu'au bout de ton idée : "Change de motion ........."

    RépondreSupprimer
  19. Koulma,

    Les guillemets étaient la pour souligne que je n'ai aucune motion n'étant pas membre du PS.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.