02 janvier 2009

Bonne année, les littéraires !

Je continue ma série de vœux par tous les copains des blogs non politiques… Un peu d’histoire. Avant 2008, je fréquentais essentiellement des blogs politiques, les blogs de potes (Fiso, Franssoit, Gaël, Tonnégrande, …), les blogs politiques et des blogs de commentateurs fidèles des miens (Eric, Filaplomb, …). En septembre 2007, à l’initiative d’Eric, nous avons commencé « Equilibre Précaire ». Un jour, je suis tombé sur ce billet de Balmeyer, quelques semaines après son édition.

Voilà ce que disais Eric dans l’introduction : « Ce qui est marrant avec le blog, c’est qu’on découvre des personnalités, parfois attachantes. Balmeyer fait partie de ces bloguers qui ont une plume, un ton. »

Sous le charme des mots, j’ai fini par éplucher le blog de Balmeyer puis ceux de certains de ses lecteurs : Zoridae, Dorham, … et découvrir une autre blogosphère, celle de ceux « qui ont une plume ». Je les appelle les « littéraires » parce qu’il « faut bien » les appeler. Ils sont maintenant une bonne vingtaine dans mon netvibes. Les Balmeyeristes ayant, entre temps, été rejoints par des Filaplistes.

Ils ont réussi à réconcilier la blogosphère avec le Français.

Mais il leur reste du boulot. Bonne année 2009 à tous !

4 commentaires:

  1. Ils arives même à écrire des biyé entier sans une seul faute ! Je ne sais pas coment ils fond !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Rho ben merci pour ce billet ! Cette rencontre était un peu un tournant pour moi, et pour d'autres ! Bonne année à toi.

    RépondreSupprimer
  3. Tu récupère ton retard de lecture ?

    Bonne année !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...