20 janvier 2009

Discours

Je ne sais pas si le rédacteur de cette dépêche AFP est un comique pour nous livrer que quelques extraits du discours de Nicolas Sarkozy à propos de la réforme de l’armée (probablement à l’occasion des vœux).

Humour : « "Il y avait des régiments français en charge de s'assurer que nous ne serions pas envahis par l'Italie", a raillé le chef de l'Etat. "On ne voulait pas l'armée italienne, on a eu Carla", a-t-il poursuivi, "mais enfin c'est quand même plus agréable, notamment pour moi". »

« Dans un long plaidoyer, Nicolas Sarkozy a dénoncé le refus d'une partie des 330 fonctionnaires du Service d'études sur les transports, les routes et leurs aménagements (Setra) de Bagneux (Hauts-de-Seine) de s'installer à Sourdun pour compenser le départ des militaires. "Ils ont tort, parce que ce transfert il se fera. Et je suis désolé (...) c'est une opportunité de travailler dans un cadre pareil", a estimé le président. "Dès que je veux changer quelque chose, toutes les forces du conservatisme se mobilisent pour l'empêcher. J'étais préparé à ça, j'écoute mais je n'en tiens pas compte", a-t-il lâché. »

Les gens sont mutés de 100 km… Deux solutions : le divorce ou le changement de boulot pour le conjoint ou « le gens ». Et ils devraient être ravis.

« On va essayer non pas de vous compenser, on va essayer de faire mieux, la crise, c'est une opportunité pour en sortir plus fort ».

C’est sûr ! On ne va pas en sortir plus faibles…

« Comme dans toutes ses cérémonies de vœux, Nicolas Sarkozy a plus largement défendu "le mouvement" face à la crise, s'attribuant pêle-mêle les effets bénéfiques de la suppression de la publicité dans l'audiovisuel public, de l'interdiction de fumer dans les lieux publics et de la baisse des victimes de la route lorsqu'il était ministre de l'Intérieur. »

Ah ! La suppression de la pub, l’interdiction du fumer et la baisse des victimes de la route font parti du mouvement face à la crise…

« Sur la ligne, sur la volonté, sur la volonté d'aller de l'avant, on n'a pas d'états d'âme parce qu'il n'y a pas d'autre stratégie ».

Quand on est au bord du gouffre, il faut aller de l’avant ? Au fait ! C'est quoi le calendrier de l'avant ?

13 commentaires:

  1. Sur la vidéo (site de là où il habite) on le voit bien se marrer par avance de sa connerie à propos de celle que je ne citerai pas tellement elle me sort par les yeux.
    Lui aussi d'ailleurs me sort par les yeux.
    Et puis ces gesticulations sans cesse, c'est ridicule.
    Lamentable ce type, tout simplement lamentable.

    RépondreSupprimer
  2. Quandje te le disais hier, que Bernard avait loupé sans doute le meilleur plaquage de sa vie?

    RépondreSupprimer
  3. Tiens je viens de tomber sur une Sarkozerie là:
    (via NouvelObs.com=
    "J'écoute, mais je ne tiens pas compte."

    C'est le Président, quoi.

    RépondreSupprimer
  4. > Les gens sont mutés de 100 km… Deux solutions : le divorce ou le changement de boulot pour le conjoint ou « le gens ». Et ils devraient être ravis.

    Fonctionnaire c'est un choix.

    RépondreSupprimer
  5. Les morceaux choisis sont ... bien choisis !
    mort de rire.

    RépondreSupprimer
  6. A t'il seulement conscience de ce qu'il se passe en France? Est-il réellement concerné? Je sais ce que tu vas répondre, Nicolas...

    RépondreSupprimer
  7. La photo est fort drôle, on sent qu'il va sortir un gros morceau, là.

    Qu'est-ce qu'il serait drôle, ce bonhomme, s'il n'était pas aussi nuisible !

    RépondreSupprimer
  8. Purée, je viens d'écouter le discours intégral, ça m'a refroidi. Il est fourbe, c'est dingue. Sur certains points il m'a presque convaincu. J'suis flippé !

    RépondreSupprimer
  9. Ouh la, méfi ! Quand un homme politique (ou un économiste) nous dit qu'il n'y a pas d'autre stratégie, il faut comprendre qu'il y en a mais qu'il essaie de nous les cacher.

    RépondreSupprimer
  10. Ben, c'est le président de ceux qui on voté pour lui, quoi…

    RépondreSupprimer
  11. Je suis bloqué depuis un quart d'heure devant la zone de commentaire !

    Un tel niveau de médiocrité dans un si-petit-homme politique me laisse sans voix !

    Nous sommes très mal barrés .

    Bésitos

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.