13 janvier 2009

La relance en plan de Rantanplan

Le Parti Socialiste devrait annoncer son « plan de relance » le 20 janvier. Des collègues blogueurs politiques (ségolistes…) commencent déjà à critiquer ce plan et le fait qu’il soit annoncé le jour de l’investiture d’Obama. Ce dernier point est en effet surprenant mais pas spécialement choquant. A la réflexion, c’est même peut-être aussi bien : le plan sera repris en page 5 du Parisien et aucune place ne sera laissée à ses détracteurs.

Surtout, la date de présentation a peu d’intérêt dans la mesure où il semble que les principales mesures sont déjà connues.

Par ailleurs, je ne crois pas que ce plan concerne réellement le grand public qui pourrait d’ailleurs en prendre ombrage tellement la critique serait aisée. Je ne suis en effet pas persuadé que présenter un plan de relance d’urgence (c’était une promesse de Ségolène Royal avant le congrès) quand on est dans l’opposition et dans l’incapacité de le mettre en œuvre avant trois ans soit spécialement rusé. J’espère que la présentation du projet par Martine Aubry sera plus un signe d’orientation économique qu’autre chose… Comme dirait Marc, par exemple : « En l’état hormis dire qu’on dépense 40 milliards au lieu de 26 »…

Cela dit, je ne suis pas membre du PS et ils annoncent ce qu’ils veulent.

Pour ma part, je suis sceptique sur cette notion de plan de relance. On nous parle de « demande », « d’offre », on est perdus dans les différentes annonces à coup de milliard (26 d’un côté, 360 de l’autre et hop !). On ne sait plus s’il s’agit de sauver le système, les banques, les entreprises, les actionnaires ou les braves gens, contribuables heureux de participer à cette dépense.

J’entendais à la radio, ce matin, que le Gouvernement allait accorder une quatrième licence pour un nouvel opérateur de téléphonie mobile en France. Un des arguments était que les gens ne comprendraient pas que l’état bloque la concurrence qui pourrait diminuer le coup des conversations téléphoniques. Je pense que les gens s’en foutent royalement de la quatrième licence : quand on n’a pas de pognon pour nourrir, habiller ou vêtir la famille, on arrête de dépenser son pognon dans des forfaits téléphoniques qui vont directement engraisser les actionnaires des opérateurs. Pour ma part, je fanfaronne sur mes autres blogs suite à l’acquisition d’un iPhone 3G mais on me fera difficilement croire qu’une telle acquisition est indispensable et contribue à la relance de l’économie Française

Ainsi, je suis sceptique et pas faussement. Par exemple, je comprends bien qu’on puisse vouloir relancer le secteur automobile par une prime à la casse. Mais… D’une part, je ne vois pas pourquoi aider l’industrie automobile est une priorité à notre époque où l’on prône le développement durable. D’autre part, les constructeurs ont trouvé le moyen d’étendre la prime à la casse, ce qui prouve uniquement qu’ils ont encore un peu de moyens de réduire leurs marges pour larguer des caisses. Enfin, j’ai du mal à croire que ce sont des types qui ont des bagnoles de plus de 8 ou 10 ans qui vont acheter des voitures neuves.

Il faudrait que ces « dépenses subites », de relance, aillent dans des secteurs où elles soient utiles, comme la recherche, l’investissement en infrastructures diverses (rail et prisons… par exemple), l’enseignement (justice, médecine… notamment). Mais dans tous ces secteurs, les actions ne peuvent qu’être qu’à long terme (si on construit des voies ferrées, les travaux ne débuteront qu’à l’issue de différentes études : les vrais investissements n’auront lieu que dans quelques années).

Dans le fond, il s’agit de dépenser des sous qu’on n’a pas encore. Si on pouvait éviter de le faire uniquement dans le seul but de reculer pour mieux sauter, ça éviterait de creuser la dette pour le fun. On peut, certes, tenter de relancer l’économie par des artifices mais il faudrait faire en sorte que ça s’accompagne d’un rééquilibrage durable de la structure de la dépense publique.

Par exemple, un « doublement de la prime pour l’emploi » tel que proposé par les socialos (voir l’article du Monde) ne me parait pas une dépense utile et durable. S’il faut redonner du pouvoir aux faibles revenus, autant diminuer directement la TVA.

Enfin, on nous présentait l’Allemagne comme exemplaire et on la prenait pour modèle, avec ses diminutions de salaires : tout est maintenant en train de péter chez eux : « Toute cette idéologie de la rigueur, budgétaire et sociale, présentée comme la voie de la croissance, se trouve aujourd’hui balayée par la crise ».

Que faire ?

31 commentaires:

  1. on dirait un billet ségoliste :)

    RépondreSupprimer
  2. Dorham,

    Réponds à la question.

    Marc,

    Tu dis ça pour me faire de la peine ?

    RépondreSupprimer
  3. Cet excellent billet pose tout le problème de la relance: on a besoin de faire tourner au plus vite la mécanique économique, donc de prendre des mesures d'urgence (l'automobile)…, mais les investissements vraiment prometteurs (la recherche) n'auront guère d'effet avant longtemps! Un vrai casse-tête!

    RépondreSupprimer
  4. Le Coucou,

    Ouais... Pas simple...

    RépondreSupprimer
  5. Le plus important et tu l'as remarqué , c'est pourquoi proposer un truc ( qu'elle qu'en soit la qualité ), alors que les élections sont en 2012 et que jusqu'à preuve du contraire l'UMP est majoritaire au parlement.

    C'est donc de la COMM, du buzz on va dire. Et donc là c'est raté, ça tombe en pleine période "So Help Me god", on va bouffer de l'Obama sur toutes les chaines de TV pendant 48H ou plus, surtout s'il annonce des mesures à coup de 400 milliards de $, qu'on découvre un nouveau Madoff, ou une nouvelle bulle qui pête ( CDS, LBO, Credit Card, y'a le choix en boutique).

    Pour le reste pour des propositions plus sérieuses, il faudra attendre.

    Par ce que ça demande du temps, du travail et ça doit concerner la période 2012-2017. Et expliquer comment inverser des cycles à la con commencés pour certains il y a 20 ans. Rapport capital/travail, 150 milliards d'aides/exonérations/niches fiscales dont on se demande à quoi elle servent vraiment.

    Ca prendra du temps et en même temps, il va falloir soutenir les victimes de cette crise et de cette société vermoulue ( entre 7 et 10 millions de gens quand même) . Et par ce que 7 ans ont été perdus depuis 2002.

    Donc ce plan de relance, c'est un truc de comm qui est déjà assommé par Obama.

    Je ne me souviens plus très bien, mais euh, euh , euh on parlait d'un monde d'avance il y a 3 mois. Il est où ?

    Où est l'Europe dans ce plan de relance ? Où sont les solution aux problèmes écologiques ? On nous parlait d' urgence sociale et écologique à Reims.

    Bref, de la gnognote qui tombe mal et qui est pénible. A moins que ce ne soit pour jouer à la course avec Sarkozy. Jeu dangereux, par ce que seul lui est sûr de gagner: les médias mainstream lui appartiennent.

    RépondreSupprimer
  6. Dagrouik,

    Oui, c'est de la com. Mais s'adresse-t-elle au grand public ?

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas: je ne crois pas que les gens s'en foutent. Quels gens, d'abord ?
    Beaucoup de ceux qui ont des difficultés à nourrir et habiller leur famille ont quand même un téléphone portable. Le fixe a été coupé parce qu'on ne pouvait plus payer les factures, mais les trois enfants adolescents ont quand même un portable: même si on est très pauvre, il faut que les enfants soient "comme les autres". Beaucoup de gens en difficulté sont très consommateurs de téléphonie mobile, à l'affût des nouveautés et donc Sarko flatte le pauvre dans le sens du poil, bien démagogiquement, populistement, efficacement, comme d'habitude.

    Suzanne

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  8. Suzanne,

    Je me suis peut-être mal exprimé : les gens "non politisés" n'ont que faire de ce que dira le PS trois ans avant les élections nationales.

    En outre, je vais être "odieux" mais les pauvres et tous ceux qui n'ont pas eu "l'éducation" sont peut-être plus consommateurs de conneries technologiques que "nous autres". Par exemple, alors que j'ai largement les moyens, je n'avais pas de "disque dur externe" parce que je n'en voyais pas l'utilité... Alors que tous mes potes de bistro ont un machin "multimédias" avec des milliers de films dessus, films qu'ils ne regardent jamais.

    Bref... J'aime autant que le PS éviter la démagogie "de court terme" quand on est en dehors des périodes électorales...

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas: alors, la solution, pour avoir "l'éducation", ce serait l'école publique gratuite et l'instruction obligatoire en France pour tous, garçons et filles? Avec, même, soyons exigeants, des classes ouvertes aux jeunes enfants de deux ans ? Au bout de deux trois générations, on verra le résultat ?

    Suzanne.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne veux pas être cynique, je ne dis pas "que voulez vous ma pauv dame, "ils" sont comme ça, donnez leur du fric, ils le boiront.
    Juste que la démagogie à court terme, ça paie à long terme.

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  11. Pourquoi moi,
    y a tant de gens de talent en France...

    RépondreSupprimer
  12. Dorham,

    Parce que tu.

    Suzanne,

    Ce n'est pas de cette "éducation" là dont je parle mais celle "au quotidien" (celle des parents et de "la société de consommation").

    Pour ce qui concerne la démagogie "de court terme", je ne suis pas persuadé qu'elle soit payante électoralement pour le PS, même à long terme. Ils n'ont pas besoin de démontrer qu'ils sont le meilleur parti d'opposition...

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas: je parlais de la démagogie à court terme de Sarkozy. (toujours à propos du téléphone portable)

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  14. "S’il faut redonner du pouvoir aux faibles revenus, autant diminuer directement la TVA."

    T'y crois vraiment, à ça ? Pour ma part, je suis persuadé qu'une baisse de la TVA s'accompagnera d'une hausse des prix en magasin.

    RépondreSupprimer
  15. @Nicolas, bien sur que c'est de la comm, et a destination de qui ? Je dirai les français. Sinon c'est pas la peine de l'annoncer à fortiori quand ça ne casse pas des briques.

    A tous sur la baisse de la TVA, méditez le précédent de la baisse de la TVA sur les produits culturel et donc les disques/CD etc.. Les prix ont ils baissé ? C'était il y a quelques années.

    RépondreSupprimer
  16. Hein, la TVA a été baissé sur les cd ?
    es-tu sûr, il me semblait qu'elle n'avait été baissée que sur les livres. Ah ben oui, après quelques recherches, j'en suis certain, la tva des disques, dvd, spectacles est bien à 19,6 %.

    D'ailleurs, il me semble que c'est L'UE qui freine cette vieille demande française de baisse de la tva pour les produits culturels.

    Les livres sont à 5,5% et s'en portent bien, les poches sont à un prix raisonnable quand même.

    RépondreSupprimer
  17. La TVA sur les CD est marginale (au sens où les CD ne représentent pas une part significative de la consommation des ménages). Ce qu'il faut c'est une baisse globale sur la plupart des produits de manière à diminuer l'imposition de la consommation, l'imposition la plus injuste à notre disposition.

    RépondreSupprimer
  18. Je me demande quelle quantité d'impôts supplémentaires si la Française des jeux (entubons les pauvres, vives les impôts volontaires, quoi de mieux !)n'existait pas.

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  19. "quelle serait", pardon

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  20. et vive sans S.
    bon, j'arrête les commentaires de blogs.

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  21. Suzanne,

    Je ne sais pas exactement, mais son chiffre d'affaire est de l'ordre de 10 milliards (sachant qu'environ la moitié est redistribuée mais est rejouée immédiatement, la notion de "chiffre d'affaire" est discutable). Je suppose que près de la moitié va dans la poche de l'état.

    10 milliard c'est environ le montant du déficit de la sécu.

    RépondreSupprimer
  22. Plan de relance du PS un jour ou il passera inaperçu ça c'est une trouvaille!
    Comme ça les promesses faites ils ne seront pas obliger de les tenir.
    Avant c'était pareille mais ça se voyait,et les gens réclamait la mise en chantier des promesses.
    Maintenant c'est fini ça devient anonyme et donc du vent!
    Présenter un plan de relance à de l'intérêt si il se fixe des objectifs de lutte,si il est connu et si les gens s'en empare.
    Exactement ce que ne veut pas le PS!
    Jean Claude Goujat

    RépondreSupprimer
  23. La TVA sur les produits culturels à été baissée dans les années 80 ou 90

    RépondreSupprimer
  24. David75

    Au lieu de faire un plan plan de relance virtuel qui ne fera ni avancer ni reculer le débat et qui de toute façon ne sert à rien puisqu'il ne sont pas au pouvoir, enfin ol faut bien montrer aux fraçais qu'ils ont leur avis le PS serait mieux inspiré de préparer un progamme qui tienne la route pour 2012.
    Juste pour le fun, à signaler que ségolène Royal a fait une tribune sur ce sujet et qui est passé inaperçu parce que peu de médias ont relayé.

    RépondreSupprimer
  25. Je n'ai aucune réponse intelligente à formuler pour ta question. Il y a une crise de confiance, un hiatus entre gouvernants au sens large, y compris dans les entreprises, et gouvernés. Temps que cela dure, la relance ne sert à rien !
    :-))

    RépondreSupprimer
  26. Poireau,

    Oui, c'est l'impression que ça donne. On a l'impression qu'on essaie de soigner un cancéreux avec de l'aspirine... Ca supprimera peut-être le mal de crâne mais pas les métastases.

    RépondreSupprimer
  27. Je préfère la métaphore mécanique qui colle mieux avec l'illustration. Le moteur cale, au lieu de regarder à l'intérieur ce qui ne vas pas, on fait le plein d'essence...

    RépondreSupprimer
  28. D’une part, je ne vois pas pourquoi aider l’industrie automobile est une priorité à notre époque où l’on prône le développement durable. D’autre part, les constructeurs ont trouvé le moyen d’étendre la prime à la casse, ce qui prouve uniquement qu’ils ont encore un peu de moyens de réduire leurs marges pour larguer des caisses.

    C'est effectivement une aberration.
    Pourquoi favoriser des industries polluantes totalement dépassées ? alors que des alternatives + rapides à mettre en oeuvre et + efficaces existent ?

    Il suffit de co-voiturer pour diviser par deux le bilan carbone par passager d'un trajet. Avec une moyenne de 1,27 passager par véhicule en France et les 3/4 des trajets de particuliers qui consistent en école-boulot-école-dodo, on pourrait très facilement diviser par 2 ou 3 les émissions.

    Seulement, ce n'est pas une solutions technologique exportable... alors on préfère produire de l'électricité à partir du nucléaire et charger les voitures de batteries polluantes.

    On marche sur la tête.

    Plus de chiffres et de détails ici :
    http://www.greenit.fr/article/acteurs/vers-un-new-deal-ecologique

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.