26 février 2009

Organisation territoriale

J’ai profité de mon temps transport incroyable (pour trouver un garage puis rentrer au boulot) pour réfléchir à la réforme des machins territoriaux et aux conclusions de la commission Balladur. Il fallait que j’ai un avis à exprimer dans le blog. C’était plus fort que moi. Que penser de ce machin alors qu’on n’est pas dans un rapport « droite-gauche » habituel, les forces du bien contre les puissances financières ? Donc, j’ai réfléchi ! Ca n’est pas souvent et on ne m’y prendra pas deux fois.

La conclusion est tombée. Formelle. Je suis contre. Résolument contre. Je vais laisser les élus de gauche exprimer leurs points de vue et images du monde qu’ils imaginent. Je suis contre car il n’y a aucune raison d’être pour.

La réforme proposée ne changera rien au nombre de lycées et de collèges à construire, de routes à entretenir, d’équipements à subventionner, … Si l’organisation actuelle impose des coûts supplémentaires, il faut les chasser, les réduire, … mais changer d’organisation n’a jamais fait baisser les frais. C’est typique des entreprises Françaises. 20 ans que je bosse et que je subis des réorganisations diverses : ça n’a jamais fait diminuer les charges ! Toutes ces réformes sont censées avoir un impact sur le long terme et il y a toujours un gugusse pour proposer une nouvelle réforme avant la rentabilisation de la précédente.

Au pire, les charges liées à la réorganisation seront telles que cette réorganisation ne sera jamais amortie ! Que fait-on des gugusses qui bossent à Nantes et qui seront rattachés à Rennes ?

La démarche est typiquement Sarkozienne : on bouge pour bouger, on réforme pour réformer. On donne une illusion de mouvement pour faire croire qu’on va vers le progrès mais on n’a rien pour améliorer l’efficacité des actions publiques.

Quant aux évolutions pour ce qui concerne la région Parisienne, la commission Balladur propose tout simplement de revenir à un système qui était jugé ringard il y a 40 ans. A mourir de rire.

Arrêtons de modifier les institutions ou la constitution pour le principe : ce ne sont pas elles qui vont mal !

23 commentaires:

  1. Il y aura la Sarkozie Nationale pour Paris et sa région, puis la Sarkozie de l'Ouest en rattachant la Bretagne à Nantes, la Sarkozie du Haut avec la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais !!!
    En effet, l'intérêt de cette réforme ne saute pas aux yeux !!!
    :-))

    [Ce type est le président le plus cher de toutes les républiques qu'on ait connues et il prétend toujours réforer pour faire des économies ! Menteur !!!].

    RépondreSupprimer
  2. Conservateur va :pppp

    Mais quand on arêtte de déconner cinq minutes, totalement en phase avec toi sur la conclusion. Le changement pour le changement, c'est con et ça sert à rien.
    Et charger le thermomètre quand on a vraiment de la fièvre, c'est idiot et ça rend pas le malade en meilleure santé.

    Et sur le fond d'une réforme qui n'interviendra qu'en 2014, pas franchement d'avis. Enfin, si : supprimer l'Auvergne, c'est pour moi un réel scandale.
    (et sur le système ringard il y a 40 ans, l'administration de Gaulle trouvait que le Grand Paris, ou le département de la Seine, c'était idiot... On revient en arrière : avec Balladur, il ne fallait pas forcément attendre grandes révolutions ^^)

    RépondreSupprimer
  3. Poireau,
    Oui, des fausses économies qui coutent la peau des fesses.

    FalconHill,
    Conservateur, peut-être ? Je n'aime pas le changement pour le changement.

    RépondreSupprimer
  4. Rattacher Nantes à la Bretagne, c'est BIEN.

    Forcer les enfants à apprendre par coeur la liste des départements, numéro, préfecture et sous préfectures, comme autrefois, c'est parfait.

    Offrir l'île de Ré aux autonomistes corses, par contre, c'est moyen.

    Suzanne

    (commentaire réponse offert à Nicolas : "comme d'habitude, Suzanne, vous dites n'importe quoi.")

    RépondreSupprimer
  5. Comme d'habitude, Suzanne, votre commentaire est parfait.

    Pour l'île de Ré, n'oubliez pas qu'il y a encore Jospin, là-bas.

    RépondreSupprimer
  6. La fusion des deux Normandie : très bien. La suppression, à terme, des départements : très bien aussi. La fusion d'un tas de minuscules communes entre elles, afin d'en réduire le nombre aberrant : très bien encore.

    En revanche, vouloir faire disparaître la Picardie ou l'Auvergne est un pur scandale de technocrates.

    Bref, il y a du bon et du mauvais dans ces propositions, me semble-t-il, et la rejeter en bloc est absurde (ou idéologique, ce qui revient au même). De toute façon, comme tout cela va être "en option", il ne se passera évidemment rien.

    Et si les élus, de gauche principalement, mais aussi de droite dans une moindre mesure, sont contre, c'est qu'ils veulent préserver leur petit fromage communal, cantonal, départemental, régional...

    RépondreSupprimer
  7. Je signale, intelligent et équilibré, le tout récent billet d'Authueil.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne serais pas aussi catégorique par rapport à la proposition sur les régions du projet Balladur.
    Je trouve comme Didier Goux que le rapprochement des Haute et Basse Normandie est une bonne idée, et je n'ai jamais compris pourquoi le scindement avait eu lieu.
    Idem pour le département de la Loire Atlantique qui serait rattaché à la Bretagne. Pourquoi pas !

    Pourquoi rayer des régions la Picardie, l'Auvergne voire la Franche-Comté même si cette dernière est proche sur beaucoup de points de la Bourgogne. Là je ne comprends plus.

    Mais on ne m'a pas demandé de comprendre !

    Je crois sincèrement qu'il faut revoir les niveaux de collectivités territoriales. Est-ce que ça a un sens une commune de 300 habitants aujourd'hui ?
    Les communes ne peuvent pas se passer d'intercommunalité.

    Il y a un échelon intermédiaire à supprimer. Je crois qu'il ne faut toucher que très légèrement aux régions, par contre les départements sont très sérieusement à remettre en question.

    RépondreSupprimer
  9. Didier, Flèche,

    Je ne rejette pas tout dans ce rapport (que je ne connais pas), ce que je rejette, c'est l'argument financier. Et cette manière de lancer des commissions qui vont annoncer des conneries pour faire diversion.

    Pourquoi remettre en question les départements ? Quel serait l'intérêt de reporter l'entretien des collèges ou des routes sur les régions ? Pourquoi les régions gèreraient mieux le RMI que les départements ?

    En quoi on ferait des réelles économies sur ces machins ou on gagnerait en efficacité ?

    Par contre, au niveau "municipal", il y a effectivement du boulot. Ce n'est pas tant la taille des communes qui est en jeu mais l'organisation de certains fonctionnement.

    En outre, la notion de canton me semble dépassée.

    Je crois aussi qu'il faut arrêter d'imaginer une solution globale qui marche pour tout. L'organisation d'un patelin comme Loudéac, perdu en campagne, n'a pas à être calquée sur celle du Kremlin-Bicêtre, perdu... aux porte de Paris.

    RépondreSupprimer
  10. Je suis d'accord avec toi, ce n'est pas tous ces changements qui vont amoindrir les dettes, on veut encore une fois nous faire prendre des vessies pour des lanternes, et de plus dans un pays comme la France, traditionnellement centralisé et inféodé à la capitale, ce n'est pas de bon augure de supprimer des structures existantes qui ne fonctionnent pas si mal que ça.
    Le mieux est souvent l'ennemi du bien.
    Notre super-président veut tout changer et tout de suite; il va trop vite, et heurte tout le monde, comme d'hab...une bien meilleure idée serait d'interdire aux députés de dormir à l'assemblée nationale, ou d'être tout le temps absents !

    RépondreSupprimer
  11. Je ne sais pas ce qu'en pensent tes commentateurs (je lirai plus tard) mais pour moi, je suis partagé sur cette réforme. Déjà, du temps de F. Mitterrand et de L. Jospin, on évoquait à gauche la nécessité de simplifier. Le département est de trop, c'est une évidence, sauf pour les élus qui en font leur miel, multiplient les postes, les édifices ruineux pour se sentir régner, etc. Pour le contribuable ET le citoyen, ça ne serait pas une perte. Par contre, la nécessité de modifier les régions m'échappe. Telles qu'elles sont, elles pourraient assumer les attributions des départements, et en plus devenir chez nous un équivalent approximatif des Länder allemands ou des Cantons suisses, débouchant sur la démocratie directe…

    RépondreSupprimer
  12. Le Coucou : je suis assez d'accord avec ta vision des choses !

    Nicolas : le carré noir sur le côté marqué "le net en France" est assez hideux et à peu près incompréhensible. C'est quoi cette campagne à la noix ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas, comment pouvez-vous nier que l'on dépensera moins d'argent (l'État, pas vous ou moi...) si l'on supprime totalement l'administration départementale et que le nombre des communes passe de 36 000 à, disons, 20 000 ?

    Pour ce qui concerne la disparition de région comme l'Auvergne, la Franche-Comté, l'Alsace ou la Picardie, je ne peux m'empêcher de noter qu'il s'agit de régions à fort poids historiques, de régions arrivées jusqu'à nous depuis l'ancienne France, et qu'on veut les diluer dans des entités purement administratives telles que "Rhône-Alpes" ou, plus con encore, "Midi-Pyrénées".

    RépondreSupprimer
  14. Didier : dans cette ancienne France, faut-il considérer l'Alsace et la Lorraine comme territoire national ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  15. Poireau : il suffit de placer le curseur sur la bonne époque...

    RépondreSupprimer
  16. Ouf! Je ne suis pas autonomiste!

    RépondreSupprimer
  17. Didier,

    En l'occurrence, ce n'est pas l'Etat mais les collectivités locales. Je ne nie pas les économies (quoique...) mais le fait qu'elles puissent être significatives.

    Je m'explique. L'essentiel des charges des structures sont sur la vraie vie : ramassage des ordures, infrastructures, subventions, RMI, écoles, ...

    Regrouper les structures ne diminuera pas ces charges de la vraie vie mais uniquement des "frais de siège" et dans d'une manière assez limitée. D'autres frais seront créés, par exemple, si un élu de Saint Nazaire qui siège à Nantes doit dorénavant siéger à Rennes, il faudra lui rembourser des frais de transport !

    Par ailleurs, la réforme aura un coup de mise en place : déménagement de service, ... Sans compter les gugusses qui se mettront en grève, ne seront pas contents et perdront en efficacité.

    Les économies réalisables portent sur des domaine dont la compétence n'est pas clairement répartie entre le département et la région ou la commune et l'agglo. Par exemple, on a vu des créations de communauté de commune prenant en charge l'organisation du ramassage des ordures mais les municipalités étaient emmerdés par les services centraux en charge de ça qui sont restés en place.

    Ce n'est pas la réforme en question qui permettra de résoudre ce problème mais un travail de fond sur les domaines de compétences.

    Par ailleurs, les services centraux (ceux où ont peut faire des économies), s'ils sont regroupés, ne généreront pas de diminution de personnel. Par exemple, je suppose que si au bureaux des ingénieurs de la "direction de l'équipement" des Côtes d'Armor, il y a vingt types, si les 4 départements Bretons fusionnent, il faudra 80 types.

    Pour ma part, je travaille au siège national d'une très grande entreprise. Nos directeurs font un tas de réorganisation du siège. On bouge, on bouge. Ca fait 3,40 € d'économies mais ça n'empêche pas qu'il faut toujours autant de personnes dans les agences locales pour accueillir les clients et dans les centres régionaux pour le "back office". C'est un mal Français que de tout vouloir réorganiser.

    Enfin, dans la communication politique, on confond souvent transfert de charges et transfert des centres de décision. Construire un collège à Bicêtre coutera aussi cher si c'est le département qui paye ou la région. Par contre, il faut bien que des élus de proximité décident : le département est très bien pour ça. Ca sert à quoi de transférer ça à la région ? C'est contraire aux lois de décentralisation.

    Par contre, les types étant en charge de la surveillance de la construction des collèges seront plus loin (dans le sens où une équipe aura beaucoup plus de truc à surveiller)... et surveilleront moins... Les charges seront donc plus importantes.

    Enfin (bis), diminuer le nombre d'élus diminuera un peu les charges... mais les élus auront des secteurs (géographiques... et fonctionnels) beaucoup plus grands à s'occuper. Ils seront donc obligés de s'entourer de cabinets divers pour faire le boulot. Bonjour l'efficacité et les économies !

    RépondreSupprimer
  18. Poireau,

    Vois le message du Coucou, hier soir, dans les lb.

    Le Coucou,

    Vois ma réponse à Didier Goux (un peu longue). C'est quoi cette manie de dire que les départements sont trop : il s'agit d'un problème de définition des compétences de chacun. Qu'est-ce qu'on en a foutre que les constructions de collèges soient décidés par un échelon ou par un autre ?

    RépondreSupprimer
  19. Nantais depuis la nuit des temps, je ne me sens absolument pas breton ! Quelle bétise !!! Une de plus !!!

    RépondreSupprimer
  20. Historiquement Nantes est en Bretagne... Mais ton intervention est la preuve que ce n'est pas la peine de rouvrir le débat !

    RépondreSupprimer
  21. Bah oui ! L'art de s'occuper de choses inutiles pour noyer le poisson de l'essentiel !

    RépondreSupprimer
  22. Réforme con.
    C'était décidé avant la crise; la crise arrive: on fait quand même cette réforme.

    RépondreSupprimer
  23. Merci de cette réflexion encore une fois bien approfondie.

    "Je suis contre parce qu'il n'y a pas de raisons d'être pour, il faut construire des lycées"

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.