17 février 2009

Suppression de la taxe professionnelle

Quand Nicolas Sarkozy avait présenté son plan contenant la suppression de la taxe professionnelle et de la première tranche de l’impôt sur le revenu, j’avais surtout tiqué sur ce dernier point, prenant la défense de l’impôt. Je ne semble pas avoir été écouté ! « Le chef de l’Etat devrait annoncer demain la suspension du deuxième tiers provisionnel pour les contribuables les plus modestes. Mode d’emploi d’une mesure déjà controversée. »

C’est Rébus qui revient sur la suppression de la taxe professionnelle avec une évidence qu’il faut rappeler… Le motif invoqué est de stopper les délocalisations. Or, le coût du travail sera toujours plus cher en France qu’en Chine, en Inde ou en Bolivie Ivoirienne.

La mesure n’est donc qu’un nouveau truc pour faire plaisir au MEDEF (et pour transférer des charges sur les braves gens).

9 commentaires:

  1. Mais c'est comme ça sur quasiment tous les sujets, passer les revendications du Medef....

    26 milliards tout de même, quel beau cadeau !

    RépondreSupprimer
  2. Fatalement, les collectivités locales iront chercher chez les ménages le manque à gagner. UNe nouvelle fois, c'est le pékin moyen qui paiera. Scandaleux.

    RépondreSupprimer
  3. Accessoirement, on oublie de dire que la suppression annoncée de la 1ère tranche de l'impôt sur le revenu, c'est la troisième depuis 2007.

    On est passé en 2 ans de 7 tranches à 4: la progressivité de l'impôt sur le revenu a presque été divisée par deux.

    On se rapproche de la flat-tax chère aux ultra-libéraux.

    RépondreSupprimer
  4. "Or, le coût du travail sera toujours plus cher en France qu’en Chine, en Inde ou en Bolivie Ivoirienne." Pas si sûr ! Au rythme où on va, je donnerais cher pour voir la gueule de la France dans trente ans. Et qu'en Chine ou en Inde, le travail alors finisse par être mieux valorisé, ça ne m'étonnerais qu'à moitié.
    Quant aux conséquences de la suppression de la TP, elles sont naturellement terribles pour les collectivités concernées, c'est à dire toutes, c'est à dire pour tous les services publics locaux, elles vont finir de vider de leur substance les politiques de décentralisations, mais elles sont surtout terribles pour l'emploi et l'activité eux-même, parce que si les collectivité n'ont plus intérêt à voir venir une entreprise sur son secteur, qui va se mobiliser en faveur de l'emploi ?

    RépondreSupprimer
  5. Quelle bonne surprise...
    Bon, et nous alors, c'est pour quand? (ne me dites pas 2012...)

    RépondreSupprimer
  6. Etiam,

    Oui, ça baisse régulièrement et ces andouilles de socialos ne savent pas s'y opposer.

    Oh!91,

    Oui, les conséquences sont dramatiques, les communes vont se battre pour ne plus avoir d'entreprises et d'infrastructures à développer pour elles. On marche sur la tête.

    Homer,

    2017.

    RépondreSupprimer
  7. Si on fait un premier bilan du quinquennat, on peut raisonnablement dire que Nicolas Sarkozy s'est augmenté de 192% tout en dépensant l'argent des autres !
    Ici, celui des collectivités locales par exemple !
    :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.