11 décembre 2008

Défendons l'impôt sur le revenu

Le « nouvel amendement » Marini sur la suppression d’avantages fiscaux pour les parents isolés une fois que les rejetons ne sont plus sur la même feuille d’impôts fait couler beaucoup d’encre… et de pixels, notamment sur mon annexe sur 20 minutes. Mon billet a en effet été propulsé en Une de www.20minutes.fr ce qui m’a valu près 2000 visiteurs… et j’ai du fermer les commentaires après avoir reçu une trentaine d’avis argumentés et répondu à tous ou presque.

N.B. : C’est incroyable la longueur des commentaires ! A un moment, j’étais plié de rire. Comme je n’étais pas d’accord avec un type, il me fait comprendre par un commentaire d’une cinquantaine de lignes que je ne suis qu’un névrosé… J’imaginais le type, tout seul, derrière son clavier pour cacher son anonymat s’exciter pour me démontrer que je suis fou et en faire une cinquantaine de lignes. Je vais lui donner un conseil. Abrège. Par exemple, « Pauvre con » aurait largement suffit et m’aurait évité de perdre mon temps.

Tous les arguments donnés sont plein de bonnes de foi, y compris par un excellent pote, de type : « tu te rends compte, les pauvres femmes, elles méritent bien un avantage, elles ont élevé un enfant toute seule ». C’est vrai. Mais bon. Une femme qui élève 4 gamins avec un mari handicapé mérite aussi un avantage. Tiens ! Mon copain Antoine a sa fille toute la semaine alors qu’il bosse de 4 heures à 14 heures et il la confie à la mère le week-end. Il n’a pas du mérite, lui (d’autant qu’avec ces horaires et sa fille, il ne peut pas aller au bistro) ? Il n’aura rien.

Je ne sais pas ce que cherche M. Marini avec son amendement. J’ai vu quelque part que l’autre amendement (sur les moins-values boursières), avait été retiré juste pour masquer celui là qui est abominable. En fait, je ne serais pas surpris d’apprendre que M. Marini ait déposé l’amendement uniquement pour apparaître pour un méchant et donner à M. Sarkozy la possibilité de le retirer pour montrer qu’il s’occupe des plus pauvres.

En l’occurrence, et Merci à Monsieur Poireau de nous le rappeler, M. Sarkozy avait promis d’augmenter les petites pensions de 25% : il est temps de s’occuper des vrais problèmes, dont fait partie le niveau des petites pensions, pas la fiscalité des parents isolés.

Chacun des arguments de mes aimables commentateurs est bon à recevoir mais avant de pleurer sur une enième attaque aux pauvres, il faudrait peut être ouvrir la calculette et se rappeler ce qu’est l’impôt sur le revenu.

L’Insee nous rappelle que le montant moyen des retraites des femmes est de 979€ par mois soit 11748€ par an (ce noble institut nous rappelle d’ailleurs qu’un homme touche près du double… ça n’est pas l’objet du billet, c’est dommage…).

Hop !

Quand on touche 11748 euros par an, on n’est pas imposable. La pauvre femme qui a élevé ses mômes toute seule n’est généralement pas imposable. Vous pouvez lui accorder 1265 parts, ça ne changera rien à son imposition.

La personne qui touchera le double de la pension moyenne serait pénalisée par l’amendement Marini d’une cinquantaine d’euros par mois. Elle a « fait » un enfant toute seule, elle le mérite sûrement… mais obtient un avantage de 600 euros par an par rapport à la même personne qui touche la moitié… Tiens ! Si elle gagnait encore le double (environ 4000 euros par an), l’avantage se monte plus de 2200 euros.

A force de s’énerver sur le mérite des pauvres gens, on oublie que l’impôt sur le revenu est progressif… et que toute réduction d’impôt favorise « exponentiellement » les plus hauts revenus.

Pour chaque bénéficiaire, pris individuellement, la suppression peut être considérée comme injuste (s’il est imposable)… En fait, tout avantage fiscal sur l’impôt sur le revenu peut être considéré comme juste. En tant que buveur de bière Française, je favorise l’industrie Française et encourage nos brasseurs. Je ne mérite pas une défiscalisation, pour ça ?

La veuve et l’orphelin… J’imagine Nicolas Sarkozy annonçant la suppression de l’amendement Marini, ce dangereux gauchiste : « Je ne vois pas pourquoi, une femme qui a trimé toute sa vie pour élevé son gamin toute seule, n’aurait pas le droit de conserver la juste déduction d’impôt qu’elle a obtenue, par son sacrifice, son abnégation, tout au long d’une vie de dur laveur, rentrant du travail pour donner à manger à ses enfants et les aider à faire leurs devoirs tout en économisant centime après centime pour leur acheter des chaussures neuves à Noël ? ».

Versons une larme.

Ca aura marché… Pendant ce temps là, Nicolas Sarkozy ne se sera pas attaqué à la faiblesse des petites pensions. Retraite moyenne d’une femme en France : 979€ ! L’opposition aura eu l’occasion de s’opposer, de faire croire qu’elle a gagné un débat et on se retrouvera dans un statu quo idiot.

Et on aura oublié que sur ces 979€, une bonne centaine aura été versée en TVA.

Arrêtons de défendre des réductions d'impôts sur le revenu... Par définition, il faut des revenus pour en profiter. Ce n'est pas parce qu'une niche fiscale impose le respect qu'il faut oublier de sortir la calculatrice.

Si on veut aider les femmes seules élevant des mômes, augmentons la durée de l'allocation et les petites et moyennes retraites ! Ne jouons pas avec l'impôt sur le revenu : ça n'est pas son rôle.

22 commentaires:

  1. Je pense que toutes ces mesures ne sont que de l'opérette et cachent une chose essentielle : la majorité des revenus en France est bloquée depuis une dizaine d'années et ce gouvernement ne sait rien y faire !
    Comme je le disais dans cet article que tu mets en lien (merci !), à force de toucher tant à nos impôts, on va finir par prendre Sarkozy pour un imposteur !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Au fait, il n'avait pas prévu une grande réunion sur les salaires notre président à talonnettes ? C'est devenu quoi ? Oublié en route ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  3. Poireau,

    Tu as raison. Cette fausse bataille parlementaire n'est destinée qu'à masquer tout le reste.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai tout lu attentivement, mais je n'ai pas tout compris… Souvent, sans trop savoir si c'est bien raisonnable, je me dis que tout le monde devrait payer quelque chose en impôt sur le revenu, même très peu. Par contre la TVA me paraît un impôt pulvérisant les limites de l'injustice : un SDF, clodo ou non, qui fait la manche, qui n'a droit à rien, paie pourtant cet impôt caché quand il achète sa boite de sardine ou son pinard !

    RépondreSupprimer
  5. Ta conclusion est frappée du sceau d'un certain bon sens...

    Pour autant, c'est vrai que, sans argumenter, j'aurais tendance (par réflexe, par sensibilité, je ne sais pas...) à préférer moins d'impôts prélevés à plus d'allocations reversées. Pourquoi ? Je ne sais pas...

    J'en parlerai ce soir à la maison à Maman, qui officie à la belle administration des impots, pour avoir son avis sur la question...

    (et il a raison Poireau... Franchement, est ce la sujet en ce moment le plus important... C'est fou le vide qu'on brasse...)

    RépondreSupprimer
  6. Le Coucou,

    Tu es bien au coeur du problème : les gens réagissent sur allègement de l'impôt sur le revenu alors que c'est l'impôt le plus juste... Mais sur le fait qu'un pauvre paie la TVA (ce qui est normal, c'est le principe de cette taxe), personne ne bronche.

    FalconHill,

    "c'est vrai que, sans argumenter, j'aurais tendance (par réflexe, par sensibilité, je ne sais pas...) à préférer moins d'impôts prélevés à plus d'allocations reversées. Pourquoi ?"

    Uniquement par principe, peut-être ? Par "réflexe" ? Surtout par bon sens. Mais ça ne contribue pas nécessairement à la justice sociale.

    RépondreSupprimer
  7. Encore une fois, ta façon d'aborder le problème n'est pas correcte. Il faut mettre en parallèle les cotisations avec la pension versée. A t'écouter les choses sont simples, il suffit d'augmenter les pensions pour aider les gens !
    Tiens, et si on rendait l'argent gratuit (après tout il suffit de faire marcher la planche à billet, hein), ça résoudrait pas tous les problèmes aussi ?
    Tu causes de justice sociale comme si ce concept est clairement définit, or ce n'est pas le cas.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis assez d'accord sur le fait que Sarkozy use de ce stratagème pour faire pleurer dans les chaumière et apparaître comme un héros.

    Sur le reste, il y a aussi des hommes seuls qui élèvent leur enfant, c'est aussi dans l'amendement ?

    RépondreSupprimer
  9. pô de soc : tu ne proposes rien comme idée ? Tu as pourtant l'air vachement sûr de connaitre le mieux qu'il nous faut...
    :-)

    RépondreSupprimer
  10. Peau de soc,

    Si ça n'est pas clair pour toi, je comprends mieux... Un libéral...

    Ton commentaire porte sur un mot de ma conclusion par sur le billet.

    Gularu,

    Oui, c'est dans l'amendement. Je prends l'exemple des femmes car c'est une majorité et que les salaires et pensions sont moins élevées.

    Poireau,

    Tu crois ?

    RépondreSupprimer
  11. Ben la vala la conclusion qui manquait à ton billet sur 20 minutes pour arrêter ces polémiques !

    RépondreSupprimer
  12. M,

    Pourquoi ? Tu pensais que j'avais viré à droite ?

    RépondreSupprimer
  13. Proposer quoi ? pourquoi ? pour qui ?

    En terme d'imposition gauche et droite se rejoignent : l'objectif est que l'indidivu produise plus et consomme plus pour que l'impot remplisse les caisses, et fasse tourner la machine. Plus d'impot ou moins d'impot c'est simplement histoire d'appater le gogo qui croit faire une bonne affaire avec son bulletin de vote.

    PS : le mieux pour un poireau c'est la soupe, non ?

    RépondreSupprimer
  14. Coco : tu viens d'en servir, de la soupe ! :-))

    RépondreSupprimer
  15. Lèche bien ton assiette !

    RépondreSupprimer
  16. Poireau,

    C'est MON troll. Note bien que quand on se surnomme coco, on peut toujours bien se moquer des pseudos des autres.

    RépondreSupprimer
  17. Félicitations, c'est probablement héroïque d'afficher son accord avec Marini, mais l'impôt sur les revenus, mal-aimé, n'en n'est pas moins un des plus justes puisque progressif. Un bémol quand même, les nombreuses niches fiscales sans parler des "erreurs" de déclarations qui en limitent la portée.

    Exemple : je ne bois pas de bière (ou si peu) et moins encore au bistrot. Si vous êtes adepte du bistrot du coin, à raison de 2 bières par soirée en semaine vous n'investissez pas loin de 1500 € par an pour la défense de l'industrie brassicole !
    Si en 2009, suite à une décision héroïque que vous êtes parfaitement en droit de ne pas prendre, vous placiez les économies réalisées dans certains produits d'investissement tout à fait accessibles, l'état vous accorderait (en 2010) 25% de réduction d'impôt (soit 375 €) !

    Mais si vous n'êtes qu'un pauvre (au sens sans le sou) ivrogne (au sens buveur pour oublier les injustices de ce bas monde) non imposable, l'encouragement à vous repentir ne tient pas !
    L'État, pas si prolixe, ne va pas abandonner à la fois les taxes sur l'alcool et vous rendre de l'argent. ^^

    RépondreSupprimer
  18. PMF,

    Tout ça est bien compliqué...

    Je reviens sur ton introduction : je suis d'accord avec Marini (vu de loin !) justement car il veut supprimer une exonération fiscale, ce qui permet d'améliorer la progressivité de l'impôt sur le revenu... et donc de le rendre encore plus juste...

    RépondreSupprimer
  19. De toute façon, aucun enfant ne se ressemble, et la facilité avec laquelle on l'élève ne dépend pas de 50€ en plus ou en moins, mais de tout un contexte.
    Des qu'on touche au porte monnaie, ça gueule, mais nos gosses auront plus d'avenir avec un système d'orientation de qualité qu'avec 50€ de plus par an.

    RépondreSupprimer
  20. ciao Nikolas
    io ci capisco poco, ma ti seguiro con piacere.
    a presto

    RépondreSupprimer
  21. En fait, je me pose une question : les parents isolés ont besoin d'argent quand ils ont encore leurs gosses, ça c'est normal.

    Mais après, pourquoi en auraient-ils plus besoin que les autres ??

    D'ailleurs, les personnes âgées isolées sont justement celles qui n'ont pas de gosses... (ou des gosses cons, mais pour ça, la loi existe déjà depuis longtemps, faudrait seulement la faire appliquer...).

    Celles qui ont des gosses bénéficient (ou le devraient, d'après la loi) de l'aide de leurs enfants...

    Bref, je suis d'accord avec ton raisonnement.

    RépondreSupprimer
  22. Etienne,

    Mon raisonnement ne porte pas sur le "mérite" des parents isolés (je ne suis pas loin d'être d'accord avec toi mais c'est un sujet trop sérieux pour générer une polémique).

    Et si le gosse est smicard, ça peut lui être difficile d'aider ses vieux...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.