12 décembre 2008

Les Français ne veulent pas travailler

J’adore ses soirées au bistro où on parle politique avec des gens à peu près normaux (à part le foie) ce qui change des blogs abreuvés par des trolls.

Hier, il y avait le vieux Jacques, Marcel le Fiacre et Abdel, le roi du Maroc. La discussion a duré… J’espère que Marcel ne s’est pas fait engueuler par sa femme ! De toute manière, c’est de sa faute, à Miranda.

Elle est née en Italie, probablement un peu après la guerre, mais vit en France depuis plus de 45 ans. Miranda et Marcel sont assez facilement classables sur l’échiquier politique. A leur droite, on ne trouve guère que Jean-Marie Le Pen les jours où il n’est pas en grande forme. Miranda est une admiratrice de Berlusconi et c’est pour ça, notamment, que Marcel et elle ont voté pour Nicolas Sarkzoy, l’homme comme ça qui nous faut, le type avec de la poigne, …

La carte d’identité (Française) de Miranda arrive à expiration. Marcel fait les démarches pour la renouveler mais a du mal à obtenir un extrait de naissance, Miranda étant née en Italie.

« Tu te rends compte ! Ca fait 45 ans qu’elle est Française, présenter l’ancienne carte devrait suffire ! Pourquoi faut-il un document Italien, avec des difficultés pour l’obtenir ? »

« Heu… Marcel… Depuis que je te connais, tu gueules après les étrangers qui s’imposent par nuées dans nos contrées et tu soutiens des gouvernements qui renforcent les dispositifs de contrôle, les chasses à l’étranger, … Miranda en est victime ! »

« Oui, mais elle, elle est Française ! » « Oui, autant que Abdel, derrière toi, qui est né un peu au Sud-Ouest de l’Italie ! »

Une longue conversation sur l’efficacité des mesures de contrôle et le mérite successif des gouvernements de gauche et de droite. Amusant, avec ces andouilles de droite… C’est de la faute à la gauche si Miranda n’a pas de papiers, la gauche n’a pas supprimé les mesures mises en place par la droite !

Objectivité, quand tu nous tiens… La communication politique a de l’avenir

Je ne vais pas vous raconter toute la discussion mais de l’immigration nous avons naturellement bifurqué sur le chômage. C’est de la faute à Abdel qui justifiait la présence des immigrés à cause de ces fainéants de Français qui refusent de travailler : il faut donc des immigrés pour faire le boulot.

Je ne leur ai pas rétorqué qu’ils mélangeaient l’immigration clandestine avec celle… heu… pas clandestine…

Jacques et Marcel ont embrayé : « Ah ! Oui ! C’est vrai ! Les gens ne veulent plus travailler ». Ca me fait toujours rigoler : les deux sont à la retraite… Mais ils sont électeurs. J’aime bien discuter du chômage avec Jacques. Lui-même, comme beaucoup de Français, a très peu travaillé après 50 ans : nos joyeux employeurs rechignant à embaucher des anciens ! Il a donc vécu quelques années grâce à la solidarité nationale. Toujours amusant de constater comment certains restent à droite.

Un peu comme Abdel qui soutient toujours la droite malgré sa qualité de Marocain… qui fustige les fainéants mais qui est en arrêt de travail depuis juin (très grosse fracture de la jambe : quand on est cuisinier, travailler assis n’est pas facile).

Ils sont tous électeurs…

Sur les Français qui ne veulent pas travailler, je leur ai dit : « heu, les gars, arrêtez donc de déconner, les Français ne veulent plus travailler pour des salaires de misère ».

Je les ai interrogés sur leurs revenus quand ils bossaient. Jacques est objectif : effectivement quand il bossait, il gagnait bien sa vie. « Mais je bossais souvent plus de 60 heures par semaine ! ». « Oui, Jacques… mais jusqu’à 50 ans seulement ».

Marcel, qui était taxi : « Tu parles, malgré les heures, une fois les charges payés, il ne me restait plus rien ! ». « Oui, Marcel, mais la licence de ton taxi, tu l’as vendue combien ? » « Pas tant que ça, et ça ne compte pas. » « Si Marcel, un type qui fait taxi maintenant, il n’arrive plus à acheter une licence et est obligé de payer un loyer à la G7 ou aux taxis bleus, quand il part à la retraite, il n’a rien à vendre ». « Heu… » « Et la maison, que tu t’apprêtes à acheter pour 450 000 euros à Bicêtre, tu la payes comment ? Tu crois qu’un type qui commence maintenant, quand il partira à la retraite, il pourra s’offrir un pavillon à 500 mètres de Paris ? ».

Tiens ! Faudra que j’en reparle sur l’autre blog. En fait, c’est lui qui veut déménager, sa femme ne veut pas (elle a bien raison, ils ont une petite maison superbe à 300 mètres du métro). Son dernier argument, à Miranda, est qu’il n’y a pas de bus le dimanche sur cette ligne et qu’elle ne pourra pas aller au marché. Du coup, Marcel cherche partout des informations sur les horaires de bus et ne sait pas où les trouver. Jacques, qui ne veut pas se fâcher avec Miranda, ne veut pas dire qu’il prend ce bus tous les dimanches. Mais je m’égare.

A ce stade de la discussion, mes camarades étaient bien dépités. Il faut dire qu’à force de tenir un blog politique, je commence à avoir de l’argumentation. J’ai une culture politique plus grande qu’eux. Je lis le Parisien tous les jours alors que Jacques lit l’Equipe.

Il nous fallait clore, le patron allait fermer…

« Vous voyez, les gars, on est 4, la tournée coûte 10 euros, vous savez combien de temps un smicard doit bosser pour en payer une ? » Jacques : « Heu, tu ne raisonnes pas à l’envers, là ? »… « Presque ! Je reprends dans le bon sens. Tu sais qu’en faisant UNE heure supplémentaire, un ouvrier n’a pas les moyens de payer une tournée ? »

Les Français sont des fainéants… Je les ai laissés là, sur cette réflexion. Pourquoi travailler si, avec une heure de travail, on n’a même pas les moyens de payer une tournée aux copains ?

20 commentaires:

  1. Bravissimmo, joliment tourné !

    RépondreSupprimer
  2. Elmone,

    Avec le vieux Jacques, je comprends tout !

    RépondreSupprimer
  3. Excellent ! J'adore et j'ai l'impression de les connaître tes compagnons de bistrot. D'un autre côté, ils ne sont pas isolés dans leur genre... ;o)

    RépondreSupprimer
  4. Très agréable à lire, tant par la forme que le fond. Bravo !

    RépondreSupprimer
  5. MGP,

    Merci !

    Je me répète, ce soir !

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  7. excellentissime ! (ne me réponds pas Merci, merci).

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  10. Balmeyer,

    Il est trop de question que je te réponde.

    Merci.

    Oups ! J'ai effacé quelques messages de trous du cul anonymes par mégarde.

    RépondreSupprimer
  11. Alors il n'y a pas que les hommes politiques qui ne perçoivent pas le concret de la réalité, il y a aussi une bonne partie de leurs électeurs ! On est bien barrés !
    :-))

    [Bobiyé ! Quand tu pars du réel, ça parle !!!].

    RépondreSupprimer
  12. Très bon, où l'on constate encore une fois que les donneurs de leçons sont en général hors de portée de l'application des mensures qu'ils prônent.
    C'est donc ça qu'on appelle la fracture générationnelle : Pour les plus riches, Ils ont profité d'un système et veulent que ça continue pour eux. Pour les autres ( en dessous de 60 ans en gros), qu'ils travaillent plus bordel : le 4x4 on doit le financer, la baignoire aménagée defiscalisée aussi...

    RépondreSupprimer
  13. Ca m'écoeure. Il y a quelques jours j'ai été sciée. Un reportage à la télé sur les SDF, une femme , jeune, pas trop mal, un peu fardée mais qui vit dans une tente qu'on voyait en arrière plan et qui, en soufflant dans les doigts, lançait ce cri mêlé de rêve "une salle de bains, de l'eau chaude, des toilettes" quant on est une femme dans la rue, on ne pense qu'à ça, moi, j'ai toujours peur quand je fais mes besoins..." Et, à côté de moi, une pêtasse "Oh, t'as vu comment elle est? Franchement trop cool pour une SDF"
    Ben ouais, quand t'es dehors, si tu veux que ça l'fasses faut être crade. Même pas belle, bouhh...
    Et un autre à côté qui reprend "Si sont dehors, c'est qui veulent bien, i l'ont dit à la télé, y a des hébergements"
    Et pendant ce temps, sur certains blogs, dits left ou vigilants, on cherche toujours le sexe des non anges, non perdants ou non victorieux d'une non élection. Merci Nicolas pour ce billet.

    RépondreSupprimer
  14. Joli billet, on s'y croirait !

    Suzanne

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.