25 décembre 2008

Je vous salue, Michèle Alliot-Marie !

Je suis désolé, je fais le même jeu de mot crétin pour chaque Noël. Ca me fait rire. Et elle le cherche : "Auparavant, la ministre avait souligné, sur RTL, que ce n'est pas "parce que quelqu'un est connu qu'il ne doit pas pouvoir bénéficier de la loi". "Il y a une loi et (...) cette loi a été appliquée. Il y a toujours eu un certain nombre de grâces qui ont été exercées par tous les présidents de la République", avait-elle ajouté."
Quelqu'un peut-il lui expliquer qu'il vaut mieux être connu, voir avoir été un sous-fifre de l'ex-mentor du Président de la République pour avoir les faveurs de ce dernier ?

7 commentaires:

  1. Ben oui, c'est évident mais comment le prouver ?
    Il faudrait examiner en détail la liste des graciés, et chercher à démontrer l'existence d'une relation entre "lien avec M le Président de la République Française" et grâce présidentielle.
    Si cette relation était avérée, cela signifierait que la grâce ne s'effectue pas sur des critères objectifs de bonne conduite mais sur la base d'un lien entre le détenu et le M Président de la République Française.
    Auquel cas, nous serions d'accord pour dire que M le Président de la République Française n'a pas la probité qui sied à sa fonction, et qu'il mérite une condamnation morale.

    RépondreSupprimer
  2. J'ajoute qu'en attendant lui aussi mérite la présomption d'innocence !

    RépondreSupprimer
  3. Il y a aussi une autre manière de voir les choses: une fonction importante dans l'état assure à son titulaire des avantages et un pouvoir supérieurs à ceux d'un citoyen ordinaire. Il ne peut donc en aucune façon être comparé à ce dernier. Et les éventuelles fautes d'un tel personnage ne peuvent faire l'objet d'un traitement privilégié.

    RépondreSupprimer
  4. Désolé Nicolas, je viens de faire un billet plutôt sympa avec Mam. (enfin si on le compare à Sarkozy et les autres)

    RépondreSupprimer
  5. Ils ont déjà utilisé cet argument ! Nos amis sont des citoyens ordinaires alors on leur applique le droit tout particulièrement et avec soin… C'est en plus d'un cynisme très insultant pour nous, je trouve...
    :-))

    RépondreSupprimer
  6. Dans un autre domaine , je citerais qu'un François Mitterand qui n'a pas levé le petit doigt avant que ce brave Beregovoy se "sacrifie" pour une broutille d'accusation et le lynchage médiatique qui s'en suivit, et pourtant je pense que Mitterand et "Béré" étaient de bons amis.
    Ici, désolé , l'affaire serait beaucoup plus proche des amnisties reservées habituellement aux républiques bananières, ou aux royaumes et empires du 18 et 19° siecles. Et s'il n'y avait que celle-ci d'affaire on pourrait encore compter cette grâce en remerciement de services rendus à l'Etat mais je pense aux cadeaux faits à M.Bouygues, aux interventions plus que musclées de la police de MAM , à Tarnac, aux élèves de Marciac, aux passages en forces de certaines lois, à la manière plus que discutable du " traitement" des sans papiers par exemple. Ma liste pourrait s'allonger encore un peu, mais pour ce soir j'en resterais là.
    Bonne année à tous.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.