11 mars 2009

Généralisation de la TVA réduite

Certains commerçants sont gonflés : voilà les coiffeurs qui demandent une TVA réduite à 5,5% comme, peut-être prochainement, dans la restauration sous prétexte qu’ils utilisent beaucoup de main d’œuvre. C’est le moment de nous foutre de la gueule du syndicat des capilliculteurs tordus.

A l’attention de mes lecteurs fragiles, je précise que je suis un très mauvais client pour les capilliculteurs. Je n’y vais que deux ou trois fois par an. Si la TVA basculait à 50%, ça me ferait une charge annuelle d’environ 15 ou 20 euros. Autant vous dire que je suis beaucoup plus sensible à la TVA sur la restauration. J’ai la chance d’avoir une tignasse qui s’auto-entretien assez facilement malgré une abondance désespérante (notre illustration) qui fait néanmoins ma gloire dans tous les salons O’Cédar. Pour vous dire, j’ai acheté mon appartement en février 1994, le 2. Le 3, j’ai acheté un peigne bleu. Il rempli toujours ses loyaux offices sans me faire chier. Je l’aime alors que je n’aime pas les capilliculteurs.

Tiens ! J’ai été au merlan jeudi. La petite mignonne me demande : « Je vous coiffe comment ? » J’ai répondu : « En silence. » Très mignonne d’ailleurs. Je viens de découvrir que j’avais à côté de mon bureau une succursale d’une de ces chaînes de coiffures dont les enseignes prospères à la place des vieux salons de coiffure des grosses dames de notre enfance. Je soupçonne le patron de cette chaîne d’envoyer dans ce salon les jeunes coiffeuses en formation. Elles sont absolument nulles pour le coiffage mais sont physiquement parfaites. J’envisage d’y aller beaucoup plus souvent que chez la grosse Michelle, celle qui me donnait des coups de nichons en me dégageant autour des oreilles, à côté de mon ancien job. Mais je m’égare, de triage, bien que je ne connaisse aucun merlan à Villeneuve Saint Georges.

Je propose que les sociétés qui emploient les types qui distribuent les journaux gratuits à la sortie du métro demandent également une TVA réduite au prétexte qu’ils emploient beaucoup de main d’œuvre, de même que les salons de massage et les maisons closes.

Toujours est-il qu’il faudra expliquer à ces patrons capilliculteurs qu’ils sont assez peu en concurrence avec des établissements étrangers ou des établissements français à faible taux de TVA et qu’on a aucune raison valable de leur baisser spécifiquement la TVA même s’il nous faut lutter contre la baisse générale de cet impôt injuste.

Il fallait le dire. Bordel. Je suppose que, encore une fois, mon blog sera le seul à s'engager dans cette lutte très importante contre la baisse de la TVA dans les salons de coiffures. Que font les vigilants ? Quand je pense qu'il y a des blogueurs qui ont du mal à trouver des sujets de billets.

20 commentaires:

  1. en plus je me demande si il n'y pas discrimination à l'égard des chauves...

    RépondreSupprimer
  2. c'est vraiment capillotracté comme demande :)

    RépondreSupprimer
  3. Bon, les clowns, un peu de sérieux...

    RépondreSupprimer
  4. Et si on mettait en place le principe "satisfait ou remboursé" chez ces coupeurs en chaîne ? Ça nous ferait de sacrées économies :-)

    RépondreSupprimer
  5. Mmmh je crois qu'il ya du blé à se faire avec le concept salon de coiffure-maison close.

    Polluxe< le soucis c'est que les femmes ne sont en général jamais satisfaites de leur passage chez le coiffeur.

    RépondreSupprimer
  6. On pourrait directement supprimer la TVA plutôt que de l'aménager secteur par secteur ! Non ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  7. Au moment du passage à l'euro, les coiffeurs s'était particulièrement fait remarquer par leur coup de pouce aux tarifs, si je me souviens bien.

    RépondreSupprimer
  8. @ Bob : en effet ; les coupes pour femmes sont moins nettes et en plus c'est plus cher que pour les hommes ! Pourquoi ? Mystère...

    RépondreSupprimer
  9. Plus cher ? À l'année je suis pas sûr, si tu vas chez le coiffeur pour avoir les cheveux courts tous les deux mois à raisons de 16€ la coupe (encore là c'est dans le patelin perdu de province) : 15*6 = 96€ par an. Vu qu'une femme aux cheveux longs y va bien moins souvent, ça se compense.

    RépondreSupprimer
  10. Nicolas : Et c'est à toi qu'on conseille des cours de compta !!!
    :-)

    RépondreSupprimer
  11. En accordant le taux réduit au restaurants, on ouvre un immense appel d'air et je ne sais combien de profession vont demander le taux réduit.
    Les coiffeurs ne sont que l'arbre qui cache la forêt.

    RépondreSupprimer
  12. Tim,

    De toute manière, il faut bien se poser la question d'une baisse de la TVA (au "profit" d'une augmentation de l'imposition sur le revenu).

    RépondreSupprimer
  13. >15*6 = 96 ? Putain, l'inflation !

    Je voulais dire 16€ la coupe, je me suis que 15€ on ne trouvais plus.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...