12 mars 2009

Interdire la Défense

Le journal Métro, ce matin, évoquait un nouveau projet de constructions de deux tours gigantesques à la Défense ce matin. C’est complètement crétin, je l’ai déjà dit. Il faut arrêter de construire ces machins et d’entasser les gens dans un même territoire. Je suggère aux promoteurs, par exemple, de construire ces tours à Val de Fontenay, à l’opposé de la Défense par rapport à Paris.

En effet, dans l’autre sens, le RER est quasiment vide alors que vers la Défense, c’est l’enfer. Je le sais, j’y étais ce matin. Un incident sur la ligne 1 du métro m’a empêché d’emprunter sans intérêt mon trajet habituel, il a fallu que je change de route.

Cet incident sans intérêt n’a pas d’intérêt intéressant. Il n’empêche que je vais vous le narrer sans les détails car j’avais vraiment envie d’exiger le licenciement d’un tas de types à la RATP, voire leur émasculation ou leur décapitage. Il aurait suffit que le conducteur de la ligne 7, que je prends tous les matins au Kremlin-Bicêtre, dise : « Bon, les gars, désolé, c’est le bordel sur la ligne 1, vous devriez l’éviter » pour que je ne perde pas 25 minutes ce matin. Je ne serais pas descendu de cette ligne 7 à Palais Royal mais à Opéra où j’aurais grimpé dans le RER A sans rouscailler.

Non. Ils n’ont rien dit. J’ai donc pris la 1 à Palais Royal. Juste après le départ, le machiniste a dit : « Bon ben c’est le bordel, on s’arrête à Charles de Gaulle Etoile ». J’ai dit « merde putain fait chier ». Arrivé lentement à Concorde, il nous a dit « Ce train ne prend plus de voyageur ». Comme les 500 types dans le machin, je croyais qu’il s’adressait aux gens sur le quai : « Nananère, vous pouvez pas monter, j’amène les autres loustics plus loin mais vous autres vous pouvez allez vous faire voir ». C’est quand le gens ont commencé à descendre de la rame que j’ai pigé. « Putain ! C’est pour nous ». Je suis descendu. La rame est repartie dans l’autre sens… emmenant les quelques abrutis qui n’avaient rien compris. Ca me faisait rigoler dans mon malheur.

Nous étions des centaines à attendre sur le quai. J’ai consulté un plan de métro mais bof, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Finalement, j’ai réussi à monter dans une nouvelle rame qui m’a déposé à Charles de Gaulle. Il y avait des milliards de personnes sur le quai. J’ai mis plus de 10 minutes à sortir de la station. J’avais envie de crier : « Ho ! Tas de connards ! Le métro s’arrête là, ce n’est pas la peine d’attendre ».

J’ai enfin eu la joie de découvrir le RER A aux heures de pointe dans le sens est-ouest. C’est abominable le quotidien de tous ces braves gens tassés comme des banlieusards dans un RER A. D’ailleurs le RER A devrait être interdit aux gros.

Et ces cons continuent à construire des tours géantes. Tarés…

20 commentaires:

  1. Oui, c'est ça le gros pb, ils ne communiquent pas.
    Il y a quelques années, j'étais aussi un banlieusard (100km allée, 100 km retour par train régional). Hé bien, les gars de la sncf à Lille nous laissaient monter dans le train en sachant pertinemment qu'il s'arrêterait dans une gare intermédiaire dans laquelle nous serions bloqués. Plutôt que de nous prévenir avant la montée, et nous laisser prendre d'autres dispositions (par exemple prendre un tgv plus cher ou autres ...)

    RépondreSupprimer
  2. y a pas qu'à Paris
    et encore il existe quelques solutions alternatives RER, metro, bus, trains, ...

    dans de grandes villes de province quand le tramway (ou même genre avec un nom différent) est bloqué - souvent par des manifs des fonctionnaires qui vont des grèves avec leurs élèves - vous croyez qu'ils donnent des infos -
    c'est bloqué basta! comme des sardines sans huile! et pour raisons budgétaires ou développement durable (::/) les bus ont été sacrifiés...pour donner de la place et faire des économies
    en province c'est vrai on construit moins de tour, mais il y a moins de gens qui travaillent...

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme,

    Tu peux pas comparer la Défense et le RER A à des villes de province...

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas:

    Il faut dormir sur votre lieu de travail, voyons. Entre les grèves, les incidents et tout et tout...

    Pas possible, il n'y a pas la place de mettre un lit, on n'est pas dans un atelier de tapis au Trukistan où les gamines dorment par terre ?

    Un camping car, alors ?

    Pourquoi les entreprises (la SNCF aussi je suppose)dépensent-elles des millions dans des stages de communication à la con, pourquoi laisse-t-on des services publics se conduire pire que des patrons rapaces avec autant de morgue et de mépris vis à vis des usagers ? Le pire, c'est qu'il faudra, demain, reprendre le même train, le même métro...

    Suzanne

    RépondreSupprimer
  5. Suzanne,

    Dormir au boulot ? C'est une idée !

    A propos de la communication : oui, c'est incompréhensible. Ce n'est même pas une question de personnel, il y avait un tas d'agents à Charles de Gaulle pour guider les gens...

    RépondreSupprimer
  6. Salut Nicolas

    Je me joins à ton ras-le-bol ! Comme on peut l'imaginer, l'incident de ce matin dont tu fais état s'est évidemment répercuté sur une bonne partie du trafic parisien. La ligne 4 est déjà assez pénible en temps normal entre 8 et 9, mais là, c'était... pff, je ne trouve pas les mots, je vais donc reprendre ton "milliards de personnes".

    Il y a un gigantesque chantier à aménager au niveau des transports franciliens, particulièrement sur la petite couronne, c'est une urgence absolue que je vois mal l'administration en mesure de traiter pour le moment.

    Le Vélib' par exemple, est une idée mignonne, c'est sympa au mois de mai, ça a un petit côté bobo qui plaît à certains à la mairie, mais pour répondre aux défis de l'urbanisme des années 2010-2020, va falloir trouver autre chose.

    De mon point de vue, il faudrait au minimum doubler les lignes de métro. Ce serait un plancher. Et ça prendrait beaucoup de temps. D'ici là, on est sans doute condamnés à choisir entre jouer au bétail pendant 1 à 2h par jour, et trouver un autre travail, du genre en bas de chez soi.

    RépondreSupprimer
  7. Evan,

    Le doublement des lignes de métro, ou, du moins, leur très large renforcement est bien évidemment nécessaire mais ça n'est qu'une fuite en avant... C'est tout l'aménagement du territoire qui est à revoir, à un niveau régional comme national.

    Mais la première action possible, presque urgente, est de bloquer la construction de nouvelles tours à la Défense, ce qui n'empêche pas d'en faire ailleurs (de taille modérée), notamment aux alentours des têtes de stations de métro (les lignes sont vides le matin dans le sens du retour).

    N.B. : tu as un blog ?

    RépondreSupprimer
  8. Il y a certes un grand chantier d'aménagement national à étudier. Mais verra-t-il seulement le jour?

    Je te rejoins pour les tours, j'ai moi-même récemment apporté mon soutien aux protestations locales contre la super-tour de la Porte de Versailles. A grand regret d'ailleurs, car j'apprécie les projets urbains ambitieux. Seulement c'est mon quartier, et force m'a été de constater que de surpeuplé qu'il est déjà, il va devenir simplement invivable.
    L'aménagement en préalable, tout ça. Mais ça implique du courage politique, et vaincre de très nombreuses résistances au changement. Je suis un peu sceptique.

    PS : Non je n'ai pas de blog, car ça impliquerait de ma part une assiduité et une ligne directrice dont je ne suis pas sûr pour le moment. Alors jusqu'ici je vadrouille... Mais j'y réfléchis. :)

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi, j'aime bien les projets ambitieux et donc les tours. J'avais d'ailleurs fait un billet à propos de ça... Mais c'était avant que je bosse à la Défense et que je prenne conscience du problème de transports en commun (qui n'est pas réellement un pb de transports mais de concentration des andouilles).

    RépondreSupprimer
  10. Tout ça n'explique pas l'attitude bizarre de la SNCF. Ce manque d'indication, ce refus de politesse envers les usagers, comme si c'était une question de principe. Vous le décrivez très bien, il y a de quoi rendre fou de rage le plus pacifique travailleur qui n'a pas le choix de subir ou pas un tel traitement.



    Suzanne.

    RépondreSupprimer
  11. Suzanne,

    Non, ça n'explique pas. Je dis même que c'est incompréhensible dans la réponse que je vous ai faites.

    RépondreSupprimer
  12. Excellent ces billets. On sent que le gars était mal luné qd il l'a écrit. C'est bon car c'est sincère... et tellement vrai!

    RépondreSupprimer
  13. On sent le vécu... Même si ça pue dans le rer a aux heures de pointe, surtout quand on est bloqué entre De Gaulle et la défense, ça pollue moins malgré tout... Le seul acident qu'on risque c'est de se faire écraser les pinceaux... Félicitations pour avoir renoncé à la bagnole

    RépondreSupprimer
  14. Tout a fait d'accord evidement (contre les tours a la defense et pour plus de comm). Mais quand on habite a NYC, la Ratp c'est le paradis...

    RépondreSupprimer
  15. J'ai bien vu pire pour la SNCF grandes lignes ou TER (je narrerai sans doute un jour mes 45 ans de voyages et si j'y ajoute les galères avec mes voitures, j'aurais de quoi remplir plusieurs chapitres !).

    Il y a des journées comme ça, où tout en n'habitant qu'à 15 km de Paris, j'ai mis deux heures pour arriver à la Maison de la Chimie. Grève du RER, je prends deux bus. Au retour, les bus ne circulent plus (manif culturelle). Je prends le métro après avoir attendu au moins 20 mintures le 38 à Saint-Michel... :)

    RépondreSupprimer
  16. Mémé,

    Tu habites Paris ? Ca me laisse sur le cul, j'étais persuadé que tu étais vers Tour !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.