14 mars 2009

Alain Bashung

Alain Bashung est parti. Hommage.

11 commentaires:

  1. 61 ans, c'est pas bcp, ça fout les jetons

    RépondreSupprimer
  2. Personnellement je lui dois beaucoup d'émotion, de rencontres, de mots, de larmes aussi parce que certaines de ses chansons ont rencontré ma vie au moment exact, le type qui chante à la perfection ce qu'on ressent et qu'on n'avait encore pu dire…
    D'une certaine manière, il reste là…
    :-))

    [Il était vraiment très touchant lors de ce concert où j'ai pris cette photo, toute la salle debout pour lui dire "on t'aime", je n'avais jamais vu ça. J'en ai de nouveau la chair de poule…].

    RépondreSupprimer
  3. On croit certains immortels, et quand ils sont plus là... Sale weekend

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas : il n'est pas parti, il est juste mort...

    RépondreSupprimer
  5. Vous avez besoin de troller aussi les mauvaises nouvelles ?

    RépondreSupprimer
  6. Je ne trolle pas : je précise. Ce verbe "partir" pour dire "mourir" m' déjà valu de très gênants quiproquos...

    RépondreSupprimer
  7. Sans vouloir troller non plus, pourquoi débattez vous sur ces termes qui signifient exactement la même chose...
    C'est bien dommage dans tous les cas que cet artiste soit mort.

    RépondreSupprimer
  8. Natacha : justement, c'est qu'ils ne signifient pas la même chose. Par exemple, en ce moment même, ma femme est PARTIE faire un tour avec chien, néanmoins je compte bien qu'elle revienne vivante, comprenez-vous ?

    RépondreSupprimer
  9. Didier : partir, c'est mourir un peu, non ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  10. christine :

    un homme une voix un poète il restera présent sa souffrance était tellement forte il fallait qu'il parte pour un monde sans souffrance

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...