10 mars 2009

Des lois de façades contre la santé publique

Homer le soulignait : « A l'instar de la loi Hadopi, où rien n'a été vraiment réfléchi, ce projet de loi [la vente d’alcool au mineur] se heurte encore à la réalité ». L’Assemblée Nationale a même durci le texte, cette nuit, en interdisant la vente d’alcool et de tabac aux mineurs de moins de 18 ans. Ce texte ne changera évidemment rien à la consommation d’alcool et de tabac par ses mineurs : les « grands frères » se chargeront des emplettes.

Au pire, on devrait même voir un marché noir se développer avec différents trafics et une industrialisation des importations d’alcools louches en provenance de pays où ils sont moins taxés que par chez nous ! La vente de cannabis est interdite mais ça n’empêche pas sa consommation de masse à un niveau très préoccupant.

Nos législateurs s’emparent encore d’un dossier grave en le prenant par le mauvais bout. La loi est très jolie et ne peut que faire se pâmer de jeunes mères de famille mais ne résout rien au problème de santé publique.

Santé publique ? On veut nous faire gober n’importe quoi derrière ces mots. Tiens ! Dans le texte, cette nuit, on nous parle d’autoriser les tickets restaurants pour le paiement des fruits et légumes. A ma connaissance, il est déjà possible de le faire dans les supermarchés et probablement dans tous les coins où la vente de nourriture est possible. Ca reste à vérifier mais l’amendement correspondant me semble encore être un truc de façade. D’ailleurs, ils nous ressortent le truc « des cinq fruits ou légumes par jour » sans nous préciser s’il s’agit de melons ou de cerises.

Cette manière d’utiliser la santé publique à toutes les sauces est dramatique et permet de camoufler les vrais problèmes derrière des trucs bien propres sur eux.

Je joints à ce billet le classement Wikio des pays (états souverains) par espérance de vie. La France apparaît à la cinquième place que l’on pourrait d’ailleurs considérer comme la deuxième si on supprime les quelques pays devant nous qui ne dépassent pas quelques millions d’habitants.

Il faudrait voir les problèmes de santé publique où ils sont réellement. Et notre brave gouvernement, derrière ces mesures de façade, continue à casser l’hôpital public et d’une manière générale toute la sécurité sociale (déremboursements, …).


1 Andorre
2 Japon
3 Saint-Marin
3 Singapour
5 France
6 Suède
7 Australie
7 Suisse
9 Islande
10 Canada
11 Italie
12 Monaco
13 Liechtenstein
14 Espagne
14 Norvège
14 Israël
17 Grèce
18 Autriche
19 Malte
20 Pays-Bas
21 Luxembourg
22 Nouvelle-Zélande
23 Allemagne
24 Belgique
25 Royaume-Uni
26 Finlande
27 Jordanie
28 Bosnie-Herzégovine
29 États-Unis
30 Chypre
31 Danemark
32 Irlande
33 Portugal
34 Albanie
35 Koweït
36 Corée du Sud
37 Costa Rica
38 Cuba
39 Chili
40 Libye
41 Équateur
42 Slovénie
43 République tchèque
44 Argentine
45 Géorgie
46 Uruguay
47 Arabie saoudite
48 Émirats arabes unis
49 Mexique
50 Paraguay
50 Tunisie
52 Brunei
53 Panamá
53 Pologne
55 Dominique
56 Serbie
57 Slovaquie
58 Croatie
59 Sri Lanka
60 Bahreïn
61 Lituanie
62 Macédoine
63 Qatar
64 Saint-Vincent-et-les Grenadines
65 Sainte-Lucie
66 Oman
67 Algérie
68 Venezuela
69 Suriname
70 Salomon
71 Liban
72 Jamaïque
73 République dominicaine
74 Barbade
75 Hongrie
76 Maurice
76 Chine
76 Turquie
79 Malaisie
80 Saint-Christophe-et-Niévès
81 Bulgarie
82 Thaïlande
83 Antigua-et-Barbuda
84 Seychelles
85 Estonie
86 Colombie
87 Brésil
88 Arménie
89 Corée du Nord
90 Roumanie
91 Salvador
92 Lettonie
93 Égypte
94 Samoa
95 Maroc
96 Viêt Nam
97 Cap-Vert
98 Nicaragua
99 Palaos
100 Syrie

13 commentaires:

  1. L'essentiel est de faire parler d'eux..
    Pour qu'on ne les oublie pas. Ah, au fait tu te souviens du "coche et de la mouche" de notre très connu Jean de La Fontaine.

    Le Coche et la Mouche

    Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
    Et de tous côtés au solail exposé,
    Six forts chevaux tiraient un Coche.
    Femmes, Moine, Vieillards, tout était descendu.
    L'attelage suait, soufflait, était rendu.
    Une Mouche survient, et des Chevaux s'approche ;
    Prétend les animer par son bourdonnement ;
    Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
    Qu'elle fait aller la machine,
    S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
    Aussitôt que le cher chemine,
    Et qu'elle voit les gens marcher,
    Elle s'en attribue uniquement la gloire ;
    Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit
    Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
    Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
    La Mouche en ce commun besoin
    Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;
    Qu'aucun n'aide aux Chevaux à se tirer d'affaire.
    Le Moine disait son bréviaire ;
    Il prenait bien son temps ! une femme chantait ;
    C'était bien de chansons qu'il s'agissait !
    Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
    Et fait cent sottises pareilles.
    Après bien du travail le Coche arrive au haut.
    Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
    J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
    Çà, messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.

    Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
    S'introduisent dans les affaires :
    Ils font partout les nécessaires,
    Et, partout importuns, devraient être chassés.

    La Fontaine, Fables, VII, 8.

    ça me rappelle quequ'un!!

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Tu as besoin de spammer tous mes billets ? Hop. Poubelle.

    Christie,
    Ce n'est pas pour qu'on ne les oublie pas, c'est pour qu'on oublie le reste.

    RépondreSupprimer
  4. Oui c'est pour qu'on oublie le reste, mais le souci du reste, c'est qu'il est aussi peu travaillé en amont que la loi HADOPI et la loi Bachelot.
    Tout est sur le même mode. Il faut faire vite dit le chef, alors on fait vite mais très très mal.

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas, c'est aussi ce que je voulais dire.. pour qu'on ne les oublie pas et qu'on oublie tout ce qui fait mal, notamment au niveau du handicap, que ce soit le financier, la maladie ou la scolarité etc..

    Je part de mon cas particulier pour arriver au général..
    Parce que c'est tout le social qui part en vrille. Et que c'est leur volonté d'amuser le peuple pour effectivement faire passer le plus délicat.
    j'ai bien compris qu'en faisant couler l'encre ici et là sur tel ou tel sujet, y compris en allant sauver mademoiselle Cassez, on oublie le plus noir..

    RépondreSupprimer
  6. Le tableau des espérances de vie est bien clair, mais il se maintient aussi parce qu'on à la Sécu et les remboursements maladie. Jusqu'à quand?
    On en revient à ce qu'on disait chez Hypos: le gouvernement pond des textes mais il n'y comprend rien. C'est de l'incompétence notoire.

    RépondreSupprimer
  7. Homer,

    Oui. Ils suppriment ce qui nous tuent pas et ce qui nous maintient en vie.

    RépondreSupprimer
  8. Un grand sage a dit "l'alcool tue lentement. Ce n'est pas grave, je ne suis pas pressé de mourir"

    RépondreSupprimer
  9. Il faudrait une Loi qui nous préserve des Lois inutiles ou inapplicables !
    :-))

    [Pour le statut de beau-parent, j'ai entendu qu'il existe une loi votée en mars 2002 (Jospin ?) qui règle déjà tout ça et qui rend donc inutile le nouveau texte. C'est souvent de l'esbrouffe tout ça…].

    RépondreSupprimer
  10. Très fort le coup des tickets restaurants, ils devraient tenter l'aventure des supermarchés eux mêmes, ils sauraient que c'est déjà possible.

    RépondreSupprimer
  11. En effet, comme tu le dis, le gouvernement ferait mieux de revenir en arrière sur ses mesures contre notre protection sociale!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.