08 juin 2009

La fausse victoire de l'UMP

On lit dans la presse un tas de bêtises sur ces élections Européennes. Tiens ! Dans cette dépêche Reuters : « Avec 28% des suffrages - seulement deux points de moins que Nicolas Sarkozy au premier tour de la présidentielle de 2007 - l'UMP et ses alliés du Nouveau centre réalisent le meilleur score d'un parti de droite au pouvoir depuis 30 ans. »

Non. C'est faux. La liste menée par Simone Veil, en 1984 récoltait 43% des voix. Par ailleurs, la "droite de gouvernement" a toujours été composée de plusieurs partis, sauf cette fois, ce qui descend de l’UDF, le MODEM, se situant clairement dans l’opposition.

Edit : on me fait remarquer en commentaire, à juste titre, que je n'avais pas percuté sur le "au pouvoir" dans la citation ci-dessus. Oups donc. Il n'empêche que la "droite de gouvernement" a fait 44% en 1979, 38% en 1994, 28,6 en 2004.

Par ailleurs, objectivement, si on prend en compte l’abstention, il est probable que jamais aussi peu d’électeurs ont voté pour le parti au pouvoir.

Certes, le PS a pris une belle claque. Mais cette élection est surtout une défaite de l’UMP qui ne peut en tirer comme plaisir que le fait de fanfaronner sur un score de 28%. Jamais dans aucune élection, la « droite de gouvernement » n’a fait un aussi faible score.

Sur les 72 sièges de députés, l’UMP en rafle 29, le FN 3, les divers droite 1, le Modem 6, les autres partis, alliés naturels historiques du PS, 33.

33 à droite, 33 à gauche, 6 au centre. Et je suis sympathique, je positionne les trois élus du FN dans le camp de l’UMP.

Le PS prend une baffe mais la Sarkozie n’est pas dans un bel état !

46 commentaires:

  1. et si on suit ton raisonnement, encore une fois les 3 FN permettent à la droite de s'équilibrer, n'en déplaise au borgne !

    RépondreSupprimer
  2. Aux Européennes de 2004, l'UMP au pouvoir avait fait 2,86 millions de voix, hier 4,8 millions de voix...

    Par contre l'idée d'un socle fidèle à Sarkozy est à relativiser car en 2007 au premier tour il avait eu 11,45 millions de voix...

    RépondreSupprimer
  3. Il t'a apparemment échappé qu'en 1984, c'était la gauche qui était au pouvoir.

    RépondreSupprimer
  4. Rubin,

    Tiens, j'avais pas tilté sur le "au pouvoir" ! Je corrige le billet...

    RépondreSupprimer
  5. Une défaite je ne sais pas, mais non ce n'est pas une victoire. Réserve de voix inexistantes, et première place acquise sur un taux de participation famélique.
    Je suis inquiet pour la droite en vue des régionales si elle pense, si le pouvoir en place pense, que c'est une victoire...
    Et en 2007, une partie des nouveaux centre faisaient parti des 18 % de Bayrou... Pas de réserves de voix, et donc un score largement moindre qu'en 2007.

    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  6. αяf,

    Yes.

    Arretsurlesmots,

    En 2004, l'UDF était clairement membre de la majorité.

    Rubin,

    J'ai corrigé. Mais je reste dans le vrai...

    FalconHill,

    Tu peux être inquiet (mais l'UMP risque difficilement de perdre une région).

    RépondreSupprimer
  7. Je suis d'accord sur un point : à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

    Mais c'est une victoire quand même, soyons honnêtes.

    RépondreSupprimer
  8. Oui, mais les médias ne retiennent que la première place de l'UMP. A mon avis, les Régionales de l'an prochain vont nous montrer autre chose, même si le PS risque fort de reculer car ils ont presque toutes les régions (et on a vu à quel point ça leur a été utile...)

    RépondreSupprimer
  9. - 28 % avec un taux d'abstention de 60 % ça fait environ 11 % ... whoua !

    A elle est belle la victoire de l'UMP.

    @ +

    RépondreSupprimer
  10. Dominik,

    Oui, la gauche a tout à perdre pour les régionales !

    Eric Citoyen,

    Ouais... Ca fait pas beaucoup de monde !

    RépondreSupprimer
  11. @Nicolas
    Franchement sur le coup Nicolas, c'est un peu de l'enfumage ton billet : il faut arrêter de dire la droite a perdu et se poser les bonnes questions sur le fait que le PS est aussi bas. Ce serait plus contructif pour l'avenir, 2012 ce n'est pas loin et l'opposition est carrément mal partie. Alors faire la politique de l'autruche, ça ne paiera pas et je suis déçue que tu praticipe au bruit qui voudrait rendre inaudible le vrai verdict qui ressort des urnes.

    RépondreSupprimer
  12. Le vrai problème pour les régionales de 2009, ce sont les régionales de 2004. La gauche peut difficilement faire aussi bien. Même si on conserve une majorité de régions, le droite pourra compter sur une victoire relative.
    Et puis il va falloir bien gérer la question des alliances. Avec qui s'allier au premier tour? Avec qui au second?
    Les Verts vont réclamer une ou deux présidences de régions, parmi celles facilement gagnables par la gauche.

    Et puis pour 2012, c'est difficile de faire des pronostics au vu des résultats d'hier.
    Qu'ont donné les 29% du PS en 2004 3 ans plus tard?
    Et les 16% de l'UMP?
    Je crois même qu'il est trop tôt pour dire que Bayrou est foutu.

    RépondreSupprimer
  13. Le seul truc que j'ai retenu de Copé sur I>télé ce matin, c'était qu'il a expliqué que l'UMP n'a pas de réserves de voix en cas de 2nd tour.

    28% avec l'UMP, le nouveau centre, la gauche moderne, les progressistes (ben oui, sont sur le bulletin), ça fait peu.

    D'ou l'idée du scrutin à un tour.
    http://www.intox2007.info/index.php?post/2009/05/22/La-grosse-saloperie-a-un-tour...

    RépondreSupprimer
  14. Hypos,

    Non, pas du tout ! Ca ne sont que des Elections Européennes ! Je dis bien "que". 1999 : Nicolas Sarkozy prenait une veste. 3 ans après, il était numéro 2 du gouvernement, 5 ans après Président de la République. En 1994, le PS prenait une claque et trois ans après était majoritaire à l'Assemblée Nationale.

    Je ne fais pas de la politique de l'autruche, je réponds à une dépêche Reuters que j'ai trouvée en Une d'un des plus grands sites web d'information en France (yahoo) qui raconte un mensonge éhonté en prétendant des bêtises.

    On fait la Une sur la défaite du PS et la victoire de l'UMP. Cette élection a montré que l'UMP est marginalisée et prétendre le contraire, équivaut à légitimer la politique de Nicolas Sarkozy.

    La "Gauche de gouvernement" représente environ 40% de l'électorat alors que la "droite de gouvernement" 30%.

    Oui, le PS a pris une taule et doit se mettre au travail, mais non, ce n'est pas dramatique (ce qui est dramatique c'est d'avoir un faible nombre de députés Européens, mais j'ai l'impression que tout le monde s'en fout).

    J'en ai franchement marre de voir un tas de blogueurs de gauche taper sur le parti alors qu'ils représentent toute la fraction "ségoliste" des adhérents et qui ont comme vocation de se foutre de la gueule de Martine Aubry.

    Tiens ! Va lire les commentaires chez Maxime Pisano.

    Alors, moi, je dis : remettons les choses à leur place. Le PS a pris une veste mais l'UMP aussi même si elle est moins visible.

    En outre, je ne vais pas dire au PS ce qu'il a à faire, je ne suis pas membre du PS. J'ai appelé à voté pour lui, par soucis d'unité, parce qu'il faut bien voter pour quelqu'un.

    Je constate que "mon camp", la gauche, est majoritaire. Point barre. Je ne suis pas membre du PS, qu'il se débrouille.

    RépondreSupprimer
  15. Rha lala ! Heureusement qu'il y a les femmes pour venir vous secouer la paillasse. Elle a raison Hypos, secouez-vous les petits loups, l'UMP est largement en tête. Alors après on peut toujours faire le mesquin, mais les faits sont là. OK, ça ne fait pas plaisir mais le déni de ralité n'arrangera pas la suite.
    Mettez plutôt votre énergie à vous poser la question de l'abstention ou d'un parti aussi moisi que le PS qui jamais en l'état ne donnera envie à l'électorat absent (les jeunes) de soutenir les professionels de la politique.
    Ah au fait, c'est ballot pour Hamon, mais chez moi ou ailleurs, les apparatchiks branleurs sont passés genre Pargneaux, Peillon ou Weber... Pathétique !

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas, depuis 2002 on entend des gens nous parler de "coup de tonnerre", "tremblement de terre" et de rénovation.

    Tu l'as vu toi la rénovation en marche ? Si oui, donne moi en l'adresse. Par ce que là on voit ceux qui donnaient de leçons en 2002 recommencer.

    Tu te réserves le droit de ne pas donner de leçon au PS, nous militants encartés nous en donnons le droit.

    Faudra que tu comprennes que nous aussi on en a marre de voir des gens nous annoncer la rénovation du PS, le PS enfin au travail alors que rien n'a été fait. Et pire encore, on a parfois du mépris du militant.

    Tu veux un détail sur ce genre de comportement ?
    80% des militants PS ont voté le manifesto et un texte qui précisait que le PS Français allait rajouter des éléments pour fortifier le manifesto.

    On les cherche encore !

    RépondreSupprimer
  17. Hypos,

    Tant que j'y suis, va lire les commentaire chez Dedalus.

    Laure,

    Il faut effectivement se poser les bonnes questions et je répète : je ne suis pas au PS. Je suis de gauche, point barre. Je constate uniquement que la gauche est majoritaire, mais à la limite, ce n'est qu'un détail.

    Ce billet n'était qu'un coup de gueule contre les médias qui disent le contraire de la vérité : la "droite de gouvernement" n'a jamais été aussi faible.

    Alors que le PS a déjà fait pire, ne serait-ce qu'en 1994.

    Mais le pire, pour le PS, arrive. Va lire les commentaires dans les blogs (les billets eux-mêmes ne vont pas tarder) : ils ne sont que des appels à poursuivre les combats internes, à se foutre sur la gueule.

    Seul Dagrouik (parmi les blogueurs connus du PS) a raison : il faut se remettre au boulot, dans le cadre des statuts du parti et arrêter de se foutre sur la gueule. Ce que tu fais, dans ton com, ci-dessus, en tapant sur Hamon, Pargeaux, Peillon et Weber.

    Pathétique.

    RépondreSupprimer
  18. Tiens ! Je parlais de Dagrouik, le voilà ! Bref...

    Dagrouik,

    Oui. Il faut bosser. Et prendre en compte le résultat des votes. Mais ça n'est pas l'objet de mon billet (contrairement au précédent billet).

    Je me contente de constater que l'UMP est minoritaire mais que la presse dit le contraire.

    RépondreSupprimer
  19. @hypos Quand on entend sur toutes les ondes, Plébiscite (ou triomphe) pour Nicolas Sarkozy, faut arrêter de suite la ganja ! Les votes UMP représentent 10 à 12 % de la population potentiellement en âge de le faire.
    Le PS est au plus mal (voire au plumard) mais de grâce, arrêtons de nous bassiner avec le prétendu raz de marée de l'agité du bocal !

    RépondreSupprimer
  20. Tiens ! L'AFP dit la même chose...

    "c'est la première fois -hors cohabitation- depuis 1979, que le parti au pouvoir est en tête d'une élection intermédiaire, face il est vrai à une opposition dispersée."

    Ils précisent "hors cohabitation" pour supprimer 1994. Il reste donc 1979 et 2004 et à ces deux dates, il n'y avait pas un parti au pouvoir mais deux. Il n'y a plus qu'un seul parti au pouvoir (ou, du moins, à présenter des listes).

    RépondreSupprimer
  21. B.Mode,

    Bien dit !

    Ils commencent à me bassiner tous avec cette analyse mensongère.

    RépondreSupprimer
  22. @ Nicolas

    Je crois que tu te trompes : l'UMP a gagné sur toute la ligne. Et au passage, ce n'est pas son score qui est important.

    Ils ont gagné car :
    - il devaient occulter le double langage tenu en France et en Europe, au sein du Conseil et ils ont réussi
    - ils devaient esquiver les débats sur le modèle de société qu'ils défendent (et donc la sortie de crise) et leurs révirements (qui se souvient de Sarkozy voulant introduire les subprimes en France ?) et ils ont réussi
    - ils devaient casser leurs adversaires (PS et MoDem avant le scrutin) et ils y sont parvenus, grâce aussi aux ingéniutés des uns et des autres

    Oui, on rit gras rue de la Boétie.

    "Nous" on rit jaune (ou orange si tu préfères, de l'autoironie ne fait jamais de mal)

    RépondreSupprimer
  23. 100% d'accord avec mon collègue démocrate ci-dessus. ;)

    RépondreSupprimer
  24. Nicolas :oui la droite est minoritaire, mais la gauche est explosée en 4 morceaux !

    On verra demain soir si le Conseil National du PS sera l'occasion de lancer le débat sur le mise au travail illico presto.

    RépondreSupprimer
  25. Résultats officiels circonscrition Sud Est

    Liste "Alliance écologiste indépendante"....110.106 3,75%

    Tête de liste: Francis Lalanne

    RépondreSupprimer
  26. Claudio,

    Oui, ils ont réussi à occulter le débat c'est d'ailleurs un des buts de mon billet : encore une fois, la presse dit n'importe quoi. La presse n'a pas à dire que l'UMP est fait un score historique quand ça n'est pas vrai.

    Nemo,

    Moi aussi mais ce n'est pas l'objet du billet, l'objet de billet tourne autour des conneries dites par les médias.

    Dagrouik,

    Elle est éclatée, mais ça vaut peut être mieux qu'un PC à 28% juste aidé par des écolos à 3% et des coco à 2%...

    Mais tu as raison, il faut bosser, proposer, notamment pour montrer aux autres formations qu'il n'est pas utile de taper sur le PS !

    RépondreSupprimer
  27. Disp,

    Ce n'est pas la peine de te foutre de la gueule de Lalanne... Le pauvre... ;-)

    RépondreSupprimer
  28. @ Disparitus
    Le pauvre :-)

    @ Nicolas
    Tu sais, j'ai été interdit de me plaindre des médias ... il paraît que ça fait pleurnichard ;-)

    Non, sérieux. C'est évident. Cependant, faut pas croire qu'il n'y a pas un sacré paquet d'abstentionnistes prêts à voter des deux mains pour sarko

    RépondreSupprimer
  29. Claude,

    Je me plains pas, je constate... Et je n'ai pas crié victoire pour la gauche.

    Mais presque, je le reconnais. Mais j'ai tellement lu de trucs dans les blogs ce matin, que j'avais envie de dédramatiser. Les écolos ont piqué des électeurs au PS et au Modem, la belle affaire !

    RépondreSupprimer
  30. Je dépose souvent des commentaires courts sur ton blog. Je vais 'un peu) déroger à cette coutume.
    En 1989, un certain Antoine Waechter dépassait les 10 %. Une nouvelle donne apparaissait, incontournable. Ah?!
    En 1994, un certain Bernard Tapie bouleversait le paysage politique. Le MRG devenait une force politique incontournable. Ah?!
    En 1999, un certain Nicolas Sarkozy était battu dans son camp par une liste dissidente (incontournable bien sûr). Tout était fini pour lui. Ah?!
    Je crois, et je l'ai twitté hier mais personne n'a cru bon me répondre, que si les élections européennes reflètent un état de l'opinion, elles ne permettent pas de tirer des enseignements pour l'avenir. La participation est trop faible pour pouvoir pronostiquer les prochaines échéances. Certes cela fait le bonheur des commentateurs mais bon...

    RépondreSupprimer
  31. Ferocias,

    Tu devrais commenter (longuement) plus souvent ! Ta remarque est très juste et j'ai fait la même sur plusieurs blogs. Le résultat est mauvais pour le PS mais pas catastrophique ! Les gens parlent de décomposition du PS patati patata : il subit juste un bordel qu'on a déjà vu par le passé...

    Ce qui compte est bien le rapport de force global. Ca personne ne le fait, tous très pressés d'enterrer François Bayrou et surtout Martine Aubry.

    RépondreSupprimer
  32. Le parti qui obtient 28% de voix, donc celui qui en a le plus, subit une défaite ?
    Et si c'était le PS qui avait obtenu ce pourcentage, de serait une défaite aussi, alors ?
    On ricane en disant : 28% avec un taux d'abstention de 60%, ça fait du 11%, mais 16% avec le même taux d'abstention, ça fait combien ? Entre 6,5 et 7%
    L'enjeu des Européennes, c'était... Les Européennes, avec ceux qui voulaient bien voter pour les Européennes.
    La gauche est majoritaire ? C'est vite dit. Le MoDEM est à droite et les Verts... ne sont pas tous à gauche, loin de là.

    Une bonne nouvelle dans ce scrutin: la liste antisioniste de Dieudonné a eu beaucoup moins de succès que la liste Euro Palestine de 2004 en Ile de France.

    RépondreSupprimer
  33. Suzanne,

    L'objet de mon billet est de contredire une dépêche d'information qui insiste sur le succès de l'UMP en le présentant comme une victoire histoire : ça n'est pas le cas.

    RépondreSupprimer
  34. Nicolas: Ok. Par contre, il faut se rendre à l'évidence des urnes.
    Beaucoup d'intervenants ont dit qu'il y avait une cassure de plus en plus grande entre la base et les élus, et je suis bien d'accord. On ne voit plus la différence, les politiciens se conduisent comme de la chair à média, bêtes de show,on a l'impression de voter pour eux comme on choisirait un chanteur de la nouvelle star. Exemple: Hamon n'est pas élu, ah, c'est dur, ça va être une grosse déception pour lui, disait je ne sais plus quel socialiste.
    Bref... Ceux qui y croient encore et qui donnent de leur temps sans espérance de pouvoir en échange, juste par conviction, ceux là se retrouvent déçus et désemparés,c'est bien dommage.

    RépondreSupprimer
  35. Claironner une victoire UMP, sans tenir compte de l'abstention record, revient, pour les médias, à préparer le terrain pour 2012, et à faire avaler l'idée d'une adhésion totale à la politique menée

    RépondreSupprimer
  36. ... mais vraie déroute pour le PS...

    RépondreSupprimer
  37. Le total en voix gauche, vert, modem, fait en effet une majorité d'antisarkozystes, cela n'adoucit en rien la baffe au PS, mais laisse l'avenir ouvert.

    RépondreSupprimer
  38. Sur le blog de monsieur Moscovi, on peut lire : "Ne tournons pas autour du pot : Nicolas Sarkozy a gagné son pari.". On en pense ce que l'on veut ...

    RépondreSupprimer
  39. @dagrouik sur "la rénovation en marche" : le ps est de retour dans les manifs.
    C'est bien, mais c'est à peu près tout ce que je trouve de concret, donc beaucoup trop peu.
    Le boulot est devant nous.

    RépondreSupprimer
  40. salut
    laissez moi vois dire que tirer des conclusions nationales sur un scrutin international, c'est ne pas voir l'essentiel : la montée de l'extreme droite au PE.
    Europe écologie a-t-il un destin en France, ou est-ce un vote refuge comme l'a été le Modem ? L'alliance Eva Joly-José Bové est-elle celle de la carpe et du lapin ?

    Je n'en sais rien.

    L'abstention, le scrutin a un tour, tout cela est trop singulier pour être exemplaire.

    RépondreSupprimer
  41. Suzanne,

    Ouais... Il faut que le PS sauve d'abord ses militants !

    Rébus,

    Oui. A chaque élection, c'est pareil : ils analysent le taux d'abstention mais oublient de le prendre en compte dans le résultat final.

    Pas Perdus,

    Ca a l'air de te réjouir ! Tu es content du score du FdG ?

    Le Coucou,

    Oui, rien n'est perdu !

    Gringoire,

    Il a raison !

    Rimbus,

    Ouais, pas facile à analyser.

    RépondreSupprimer
  42. De retour d'un week-end spécial [ ;-))) ], je me rends compte que désormais, pour ce qui concerne les élections européennes, le premier parti de France, c'est le parti des je-m'en-fous !
    J'ai zappé un peu dimanche soir et j'ai été frappé que cette info sur l'abstention soit aussi peu traitée.
    Quoi ? 6 électeurs sur 10 ont décidé de faire un doigt d'honneur au scrutin et on analyse les résultats comme si de rien n'était ?
    C'est vraiment devenu n'importe quoi le cirque politique !!!

    [Et un commentaire de plus, un ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  43. Poireau,

    Ca y est ? Tu as dessaoulé !

    L'abstention n'est pas vraiment une information tant elle était prévue, mais c'est vrai que les andouilles qui fanfaronnent (d'un côté comme de l'autre) ne devraient pas oublier...

    RépondreSupprimer
  44. Nicolas : j'ai mal au crane !!!

    Si l'abstention est une info. Si un journaliste rappelle que 60% d'abtention, ça relativise quand derrière il annonce une victoire de la droite et une baisse du PS !
    Si tu occultes le fait que ça n'a motivé personne, l'analyse n'a plus le même éclairage !!!
    :-))

    RépondreSupprimer
  45. On est d'accord ! Il faut intégrer l'abstention à l'analyse du vote et arrêter de la présenter comme une information à part entière.

    RépondreSupprimer
  46. Encore faut-il considérer que tous les électeurs des Verts sont de gauche...

    Car, si on se dit qu'il y a un transfert des voix du Modem vers les Verts (suite notamment au débat du jeudi avant l'élection et à l'importance des thèses écolo pour les sympathisants Modem à la sauce Lepage), on peut aussi placer les Verts ni à gauche ni à droite.

    Ce qui aurait plutôt à rééquilibrer les choses en défaveur de la gauche.

    Par ailleurs, ajouter les élus FN aux élus UMP, c'est comme mélanger les torchons et les serviettes. Qu'ont-ils de commun sur les questions européennes?
    La question se pose aussi pour les proches de Mélenchon... et les strauss-kahniens du PS...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.