24 juin 2009

Les regrets de Frédéric Mitterrand

"Le nouveau ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a déclaré mercredi qu'il regrettait d'avoir annoncé lui-même en avance sa nomination rue de Valois mais qu'il ne fallait "pas en faire tout un plat"."

C'est sûr ! S'il commence à dire des bêtises avant sa prise de fonctions, on n'a pas fini de rigoler.

21 commentaires:

  1. Premier pan pan cucul pour le nouveau ministre ! Après Alba-nulle, voilà Mitte-rampe, elle est jolie la culture !

    RépondreSupprimer
  2. Eh oui, bienvenue dans un gouvernement où même les ministres perdent leur liberté d'expression.

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est pas une question de liberté d'expression, car il me semble que dans le fonctionnement des institutions, c'est au 1er ministre d'annoncer les nominations !

    RépondreSupprimer
  4. Ah Frédéric, toujours tellement prêt à parler de lui avant les autres…
    :-)

    [Lang doit se retourner dans sa tombe !]

    RépondreSupprimer
  5. Polluxe,

    Non, c'est au Secrétaire Général de l'Elysée.

    Tous,

    C'est juste une gaffe : il a annoncé à ses anciens collaborateurs qu'il partait... et où il allait.

    RépondreSupprimer
  6. Merci de la précision Nicolas. Je voulais dire que l'accusation de "muselage" était déplacée...

    RépondreSupprimer
  7. Pour qui la nomination du neveu est la plus désagréable ?

    Pour la gauche ? Je n'en suis point, j'en fut, je n'en serais plus mais de quelle gauche parle-on ?

    Pour la droite ? Je en fut, j'en suis peut être encore, je n'en serais peut être plus mais de quelle droite parle-on ?

    Rupture ? Un joli bordel.

    Ce neveu n'est pas idiot, mais le pouvoir rend con alors il faut s'attendre à tout.

    Quelle réaction du coté du PS ? (sans esprit de polémique)

    RépondreSupprimer
  8. Pierre,

    Un type qui se dit ni de gauche ni de droite est de droite, presque par définition.

    Cela dit, le neveu n'a jamais caché qu'il était de droite et a soutenu Chirac dès 1995, puis Sarkozy en 2002. Sa nomination n'est ni surprenante ni étonnante.

    Elle est juste amusante (c'était l'objet d'un billet, hier midi), non pas à cause de la personne mais à cause de son nom et du probablement symbole que recherche le Chef de l'Etat (ce qui n'ôte rien aux probables compétences de FM).

    RépondreSupprimer
  9. Avec la lang que possède le petit mitterand ... ils n'ont pas fini de valls-é à l'Élysée.

    ;-))

    Et nous de nous poiler ... ah les clowns .

    @ ++

    RépondreSupprimer
  10. oh il était content et il l'a dit ! quelle histoire pour pas grand chose. allez zou, au boulot !

    RépondreSupprimer
  11. Il devrait demander à Ségolène de l'excuser auprès de sarkozy

    RépondreSupprimer
  12. Elmone,

    Au nom du peuple Français ou Italien ?

    Arf,

    Ben ouais... Ca ne fait pas non plus la une de la presse, ça m'a juste fait rigoler.

    Eric,

    Deux "r" à Mitterrand, bordel !

    RépondreSupprimer
  13. Je ne comprends pa pourquoi tu as mis entre guillemets Le nouveau ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a déclaré mercredi qu'il regrettait d'avoir annoncé lui-même en avance sa nomination rue de Valois mais qu'il ne fallait et le point final ?

    RépondreSupprimer
  14. Parce que c'est un extrait de la dépêche que j'ai mise en lien (sous "déclaré"), pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  15. Ben parce que les guillemets anglais, c'est pas comme les français, ça ne s'imbrique pas.

    RépondreSupprimer
  16. Donc la partie "pas en faire tout un plat" n'est pas entre guillemets. Le point final, si.

    RépondreSupprimer
  17. Franssoit : tu lis trop le blog de Didier Goux !
    :-)

    RépondreSupprimer
  18. J'ai mis des guillemets anglais parce que j'ai fait le billet directement sous blogger alors que d'habitude je fais sous word qui met automatiquement des guillements pas anglais.

    RépondreSupprimer
  19. Il vaut mieux faire sous word que faire sous soi.

    RépondreSupprimer
  20. La gaffe de F. Mitterrand n'est pas de nature à le transformer en étoile filante du gouvernement, comme cela arriva à J.J. Servan-Schreiber, ministre des Réformes pendant 13 jours…
    Pas sûr qu'il faille le regretter, il a autant d'atouts que J. Lang en son temps.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.