27 juin 2009

Toutes les mêmes ?

Vous retrouverez ce pétillant dialogue chez Didier Goux. Selon cette brave Mounia (j'espère qu'elle porte la burqa...), la femme violée est lapidée parce qu'elle pratique l'adultère.

La liberté des femmes est en marche.


Didier a fermé les commentaires. Allez savoir pourquoi ?

65 commentaires:

  1. La burqa fait couler beaucoup d'encre, de larmes et de sang mais pas toujours la bonne intelligence!

    RépondreSupprimer
  2. Les loups sortent du bois... En tous cas l'avantage de ce genre de débat c'est que cela permet de les mettre au jour...

    RépondreSupprimer
  3. Brillant dialogue. D'autant que l'exemple de Criticus est un amalgame entre des faits-divers qui se sont produits d'autres pays que le Pakistan:

    1) En 2007, en Arabie Saoudite, une femme ayant subi un viol collectif a été condamnée au fouet sous prétexte qu'elle était, au moment des faits, dans une voiture avec un homme qui n'était pas de sa famille. Puis le roi l'a graciée sous la pression de l'opinion internationale (et aussi interne, car ça a causé des remous en Arabie même). Elle n'a donc pas été exécutée, ni punie pour "adultère" à cause du viol, mais, au final, parce qu'elle a eu l'audace de porter plainte. À noter que son compagnon, l'homme qui était dans la voiture avec elle et avait également été violé, a écopé de la même peine (mais l'opinion internationale ne s'en est pas autant ému, apparemment). Enfin, les coupables du viol ont été condamnés, à de la prison.

    J'en avais parlé à cette époque:
    http://www.irenedelse.com/2007/12/17/les-mots-du-jour/

    Tout cela est déjà suffisamment choquant sans qu'il soit nécessaire de peindre cette affaire sous de fausses couleurs...

    2) L'année dernière, en Somalie (ou plutôt dans une zone contrôlée par des milices islamiques qui n'ont rien à envier aux Talibans), une jeune fille de 13 ans a été lapidée pour adultère, alors qu'elle avait porté plainte contre trois hommes qui l'avait violée. Il semble que les milices en question réagissent avec violence à tout ce qui peut ressembler à une critique de la façon dont ils font régner l'ordre (comme de se plaindre d'un crime, montrant par là que leur bel ordre "islamique" n'a pas supprimé le crime...) L'enquête d'Amnesty International révèle que des gens, dans l'assistance, avaient tenté d'arrêter la lapidation, mais que les miliciens leur avaient alors tiré dessus, tuant même un garçon.

    Cela dans une zone en état de guerre civile, où des groupes armés commettent journellement des exactions contre les populations civiles. Un peu comme dans les zones de l'Afghanistan et du Pakistan contrôlées par les Talibans, d'ailleurs.

    Bref, et heureusement pour l'avenir commun de l'humanité, ces islamistes ultra-intégristes qui tentent d'imposer, par la terreur, une loi moyenâgeuse à leurs coreligionnaires ne sont pas la majorité. En fait, ils ne pourraient probablement pas imposer ce genre de pratiques sans utiliser la terreur (ou profiter de ce que règnent le chaos et la guerre pour prendre le pouvoir).

    Même le genre de trolls islamistes qui viennent répondre des insanités aux approximations de Criticus seraient probablement beaucoup moins enthousiastes s'ils avaient à vivre sous ce genre de lois.

    RépondreSupprimer
  4. Irène,

    Ne m'oblige pas à défendre de Criticus ! Mais je crois bien avoir entendu des histoires de ce genre, au Pakistan.

    Mais c'est le mot adultère qui m'a titillé pour ce billet. La Mounia, échauffée par par une longue discussion dit une bêtise qui casse toute l'argumentation !

    Christie,

    Non, l'intelligence ne respire pas, ici.

    Polluxe,

    Oui, c'est même assez surprenant !

    RépondreSupprimer
  5. «La femme qui vit dans l'amour et la crainte d'Allah n'a rien à redouter des hommes».
    Quelle accumulation de peurs, tout de même…
    :-)

    [Que celui qui n'est pas d'accord me jette la première pierre…].

    RépondreSupprimer
  6. La lapidation, ça dépend de la taille des pierres.

    RépondreSupprimer
  7. Criticus croit vivre dans un monde partagé entre pays musulmans (les méchants) et pays chrétiens (les gentils), c'est mignon. Il a trouvé une adversaire à sa mesure. Beau dialogue.

    RépondreSupprimer
  8. Pourtant Le Monde a publié il y a 3 ou 4 mois de ça un récit très proche de celui de Criticus, et qui se passait effectivement au Pakistan; les pécheresses étaient d'ailleurs achevées-avec miséricorde- au bulldozer.
    Bien sûr, il ne faut pas juger les autres cultures, ce serait arrogant, voire ethnocentriste, et ça c'est pas bien du tout.

    RépondreSupprimer
  9. Moi ? Une femme ?!? Non, non !

    Hé, ho ! L'insulte hé !!!


    ;-)))

    RépondreSupprimer
  10. Malavita,
    Arrête d'abord de confondre culture et régime politique, ou alors dis clairement que tu penses que tous les musulmans sont prêts à rouler sur leurs femmes au bulldozer !

    RépondreSupprimer
  11. Marie-Georges : sans vouloir être mesquin, on observe tout de même que TOUS les pays musulmans vivent sous des dictatures plus ou moins tolérables. À la longue il va devenir très difficile de continuer à dire que c'est un simple hasard.

    Parallèlement, ce ne sont pas non plus des pays où les mouvements féministes sont particulièrement en pointe...

    Et j'avoue avoir du mal à comprendre cette tétanie face à l'islam, encore plus quand elle frappe des femmes, se voulant laïques et de gauche. Pourquoi pourrait-on taper à tour de bras sur le pape quand on estime qu'il exagère, et trouver toutes les excuses du monde à des gens qui ne sont nullement enclins à accorder le moindre droit aux femmes (et pas beaucoup plus aux hommes du reste) et qui n'y prétendent même pas ? Je n'arrive pas à comprendre à quel niveau se situe le blocage. À moins de considérer que vous (un vous collectif ici...) tremblez de peur à l'idée de peut-être, éventuellement, passer pour RACISTE ?

    Mais dites-vous bien que le prétendu racisme n'a rien à faire là-dedans : je vomis encore bien davantage les petits "souchiens" (puisque tels nous sommes nommés, en toute fraternité et volonté de "vivrensemble" bien sûr) qui se convertissent à l'islam que ceux qui sont nés et ont grandis dedans, ces derniers ayant toutes les raisons du monde d'être ainsi qu'ils sont.

    RépondreSupprimer
  12. Je n'ai pas lu les commentaires. Il y a quelque chose qui me dérange: il s'agit encore d'un anonyme… C'est tellement gros que ça pue la manipulation à plein nez!

    RépondreSupprimer
  13. Chez Aliocha, j'ai bien vu un "kamel" qui défendait qu'il valait mieux autoriser la burqa que de permettre certaines tenues de femmes qui n'attendent que de se faire violer...

    RépondreSupprimer
  14. Si l'islam s'étend sur toute la planète, est ce qu'il y aura des burqas en peaux d'ours pour les esquimaudes ?

    RépondreSupprimer
  15. En peau de phoque, Suzanne, en peau de phoque ! Et comme BB sera elle-même emburquinée, elle ne verra rien, on pourra massacrer tranquilles.

    RépondreSupprimer
  16. au pakistan il y a aussi des fois ou une fille peut être condamné au viol collectif en reunion.C'est rare heuresuement mais qu'est-ce que ça braillerait infiniment plus sur ça dans le Monde Diplo si la chose se passait aux USA!

    RépondreSupprimer
  17. Didier,
    Vous en êtes encore à en discuter si c'est bien ou pas bien de porter une burqa, je ne me pose pas une seconde la question. Mais je suis profondément laïcarde jusqu'au trognon donc peu tolérante à ce sujet. Soyons subtil : en tant que féministe je ne pourrai jamais dire ce que vous affirmez, à savoir que si les nanas sont condamnées à rester dans leur cuisine à cause d'une loi en France, vous vous en foutez. Je ne m'en fous pas ! Je ne me fous pas des femmes enfermées, volontairement ou pas !
    Deuxio :
    Fine remarque au sujet des pays musulmans. Les régimes politiques non laïques sont des catastrophes ; je pense notamment aux Etats-Unis qui, sans pratiquer la lapidation chez eux, ont œuvré méthodiquement pour que des régimes islamistes s'installent dans les pays musulmans qui avaient le malheur de songer à virer à gauche. Merci les valeureux chrétiens...
    Blanc bonnet et bonnet blanc, je continue, pour cette raison, de le penser.
    Je ne vous ferai pas l'affront de citer des dictateurs non musulmans, mais avouez que je pourrais.
    Enfin, je n'ai aucun intérêt à défendre les musulmans, je sais très bien qu'à leurs yeux vous (un croyant réac bien que sympathique mais réac tout de même) vaudrez toujours mieux que moi (femelle athée).
    Je vis en France et je n'aime pas ce climat de constant rejet de la faute sur les immigrés. La crise ? Leur faute ! L'intégrisme ? Il arrive en rampant ! Le gouvernement et ses réformes ? Rien à dire, ce ne sont pas les responsables de la paupérisation des Français et du climat d'insécurité, grand dieu non ! Bin voyons.
    Je crois que la politique peut beaucoup plus, dans cette affaire-là, que la religion.
    Sur ce je vous laisse, j'ai une burqa en macramé à terminer.

    RépondreSupprimer
  18. Romain,
    Parfois, les pakistanais mangent leurs enfants. C'est rare heureusement mais qu'est-ce que ça braillerait infiniment plus sur ça dans le monde diplo si la chose se passait aux USA !

    Je crois que notre cher gouvernement a trouvé avec les burqa-niqab-Hijab le sujet idéal qui réunit laïcs, féministes et réacs de tous bords pour nous distraire, tel un juteux os à ronger. C'est vraiment malin. C'est vrai que l'urgence, dans notre pays, était vraiment d'interdire le voile ! Et de découvrir aujourd'hui que la population pakistanaise souffre d'un régime politique intolérable... A présent, puisque c'est dit, on fait quoi ? On prend les armes et on va au Pakistan ? Sarkozy a un plan ?
    Je suis un peu triste de constater que toi aussi tu te laisses joyeusement entraîner dans ces faux débats, Romain.
    Salut Nicolas, désolée de faire comme chez moi ici... J'avais envie de réagir.

    RépondreSupprimer
  19. C'est terrible comme on se lit si mal les uns les autres, et comme on répond, non pas à celui qui vous parle, qui vous écrit, mais à une personne dont on se fait une idée à partir de constructions qui renferment un malentendu.

    Marie-Georges, de ce qu'on peut en lire, est le contraire d'un ayatollah, d'une personne bornée.Elle ne se sert pas d'un argument de son interlocuteur pour pour le catégoriser, le discréditer ou pire encore.

    Pourquoi revient-il dans les conversations (et là, c'est elle, Marie_Georges, qui s'y colle)avec Didier qu'il est croyant ? [...]"je sais très bien qu'à leurs yeux vous (un croyant réac"[...] Alors qu'à chaque fois qu'on lui dit ça, il rappelle qu'il n'est PAS croyant ? Pour le racisme ou le fait d'être réac, je comprends encore, chacun tire à soi la couverture la plus immaculée possible et reproche à l'autre ce que l'autre lui reproche,mais, mais , mais, l'opinion qu'on a du port de la burqa dans la rue sera-t-elle inféodée ou pas à nos croyances ? Forcément ?

    RépondreSupprimer
  20. "notre cher gouvernement a trouvé avec les burqa-niqab-Hijab le sujet idéal"

    Non, ce sont des maires, de députés qui ont soulevé la question, qui mérite une réflexion.
    Ce n'est pas forcément un dérivatif pour éviter qu'on parle des "vrais problèmes", mais un prétexte, une façon d'attirer l'attention sur un malaise, une difficulté à gérer des problèmes réels dont on a du mal à parler sans langue de bois.

    RépondreSupprimer
  21. MGP,

    Vas-y ! Lâche toi ! Mais Suzanne a raison : le gouvernement n'est pour rien dans cette affaire.

    Par ailleurs, elle déchaîne réellement les passions... C'est donc que le sujet est important !

    Mais la question n'est pas féministe, laïque ou réactionnaire. Tu es bien, ici, sur un blog politique de gauche. Et j'ai fait, il y a quelques jours, un billet pour engueuler certains "bien pensant" de gauche qui n'osent pas s'attaquer à l'Islam de peur de faire "un tapis rouge" aux réactionnaires ! Figure toi que c'est bien en ne menant pas des combats qu'on les perd !

    RépondreSupprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  24. Ouaich Suzanne, je suis obsédée par ce gouvernement et me mélange les pédales, merci pour cette précision. C'est même mon député (que j'ai élu moi-même en son temps quand j'étais de son district, je le dis pour la frime !), André Gérin, qui a lâché l'affaire. Et je peux m'exprimer sur la situation particulière qu'il a rencontrée, sans malaise aucun : il ne me semble effectivement pas possible d'accepter en France de marier quelqu'un qui a le visage couvert...
    Après, la question ne s'est plus posée en terme de problèmes d'identification des personnes. Ma question est simple : pourquoi ? L'histoire est venue se focaliser sur le niqab et notre capacité à la supporter sur notre territoire. En fonction des raisons qui nous pousseraient à l'interdire, la réponse peut être différente. Ce qui me semble subtil vous paraît lâche et je ne sais pas comment vous faire comprendre ma méfiance vis à vis de cette mesure, bonne ou mauvaise (globalement plutôt mauvaise pour moi) EN FONCTION DES RAISONS EXPOSEES QUI POUSSERAIENT A ADOPTER une loi.
    - S'agit-il d'un problème lié à l'identification des personnes ? Je suis pour l'obligation de retirer le voile dans ces circonstances, si vous voulez. Mais la question ne s'est pas posée en ces termes-là.
    - S'agit-il de débattre sur la liberté de la femme en France, ternie par le port du voile ?
    - le voile, c'est bien ou c'est mal : la question est ridicule et le débat nul et non avenu, non ? Je suis résolument contre le port du voile mais pas contre les femmes qui le portent, et je souhaite garder cette position. Y'a pas de raison que les femmes qui portent un voile en chient doublement, avec la police sur le dos etc. Mais bon, ça c'est mon avis perso.
    Encore une fois, je ne me sens pas éviter la question et cette manie de me soupçonner de ça m'énerve un peu : frileuse sur la question, moi, la chrétienno-islamo-religiophobe revendiquée ? Mouarf ! Le refus de débattre arrive en revanche avec certains débats ineptes : je vois fleurir des remarques sur tout et n'importe quoi (un grand fourre-tout pakistano-somaliano-musulmano je sais pas quoi), d'aucuns vont pêcher les pires atrocités pour, semble-t-il, expliquer leur avis favorable à une interdiction du voile en France. Grotesque !
    Et aussi : le sujet prend toute la place que mériteraient d'autres questions plus urgentes. L'effet os à ronger est irritant. On n'a pas de référendum sur la question de l'âge de la retraite (on se demande bien pourquoi !) alors on se jette sur ce qu'on peut, voilà l'effet que ça me fait.
    Personnellement, je n'ai de cesse de me demander si mon demi-billet sur la question (j'en avais commencé un, comme tout le monde ma foi) vaut le coup d'être publié, étant donné qu'il y a, à mon sens, mieux à faire ici et maintenant.
    La question est intéressante, oui ! Le débat aussi, mille fois d'accord ! Mais tout se passe comme si seul ce sujet mérite discussion (et là je ne suis plus d'accord). J'avoue aussi que le manque de passion suscitée par les questions sociales (par rapport aux questions religieuses) me déprime.
    Ou alors allons-y : que faisons-nous, politiquement parlant, pour venir en aide aux femmes qui résistent dans leurs pays à l'oppression fondamentaliste ? Ah zut, tout le monde se casse :))
    Je ne sais pas si je suis très claire mais ma foi, merci Nicolas pour cette tribune !

    RépondreSupprimer
  25. David75

    La gauche comme à son habitude ne prend pas de position ferme sur les questions liées de près ou de loin à l'islam ou si elle en prend elles sont contradictoires et à force de ne pas vouloir trancher elle se ridiculise.
    Je conseille de relire Les écrits qui ont aboutit sur la loi de 1905 de la séparation de l'église, ce qui en tout logique concerne également l'islam et ses dérives et tout autre religion.
    chez soi on fait comme on veut mais dehors on se conforme à la loi. Par ailleurs en France nous avons nos us et coutumes sur le sol français doivent être respectés.
    La séparation du religieux et de l'état ne se négocie pas. Point.

    RépondreSupprimer
  26. Marie-georges : je ne vous soupçonne de rien du tout, je vous lis, c'est tout. Les questions que vous vous posez, je me les pose aussi. Par exemple, si on me demandait mon avis d'une façon qui puisse avoir une importance (si cette question était l'objet d'une consultation au cas où je sois un élu, ou pour répondre à un référendum), j'aurais du mal à chosir: d'une part, une interdiction qui touche à des libertés de se montrer (pas de se vêtir,ce n'est pas un vêtement)dans la rue me fait un petit quelque chose de gênant, presque douloureux, d'autre part je ne me fiche pas des gens qui vivent à mes côtés, et quand on voit les enfants qui sont dans la poussettes, ceux qui marchent à côté de la femme emburqanée, je me demande si, au lieu d'aller chercher encore de nouveaux décrets, lois, on ne ferait pas mieux d'appliquer celles qui existent pour la protection de l'enfance. Les services sociaux s'occupent étroitement des enfants qui vivent dans des sectes, on admet également que les bébés qui vivent avec leur mère en prison doivent en sortir à 18 mois, "âge auquel on a conscience des barreaux", et je m'inquiète pour les enfants qui subissent, par ricochet, les regards qu'on assène à ce non-être qui est leur mère.

    RépondreSupprimer
  27. Marie-Georges : comme Suzanne l'a rappelé plus haut, je ne suis PAS croyant ! La seule différence entre nous, de ce point de vue, est que j'y vois, moi, un manque plutôt qu'une "conquête".

    Ah non, autre différence : renvoyer le catholicisme (agonisant et parfaitement inoffensif) et l'islam dos à dos me semble une stupidité. Ou, à tout le moins, un moyen commode d'évacuer la question, de "botter en touche".

    RépondreSupprimer
  28. Tiens ! Je suis d'accord avec David. Il faut que la gauche se remette à réfléchir et à se positionner. C'est bien joli de rigoler avec des machins comme hadopi, mais il faut aussi s'occuper du reste.

    Bon Suzanne pour répondre à votre question effacée : ouvrez le billet comme si vous vouliez le modifier et cliquez sur option en bas.

    RépondreSupprimer
  29. Je peux comprendre et respecter tous les points de vue ici (et je ne suis pas le dernier à condamner les dérives au nom de l'Islam), SAUF celui de Didier Goux que je trouve inadmissible. Tu es qui, toi, pour "vomir les soucheux qui se convertissent" ? j'en suis un et je t'emmerde, je ne te donne pas le droit de me juger, et je continue à respecter la laïcité comme je l'ai fait toute ma vie. Des abrutis dans ton genre ne feront jamais avancer les choses. Nicolas, pas la peine d'être obligé de me censurer quand je deviendrai trop virulent en voyant la bordée d'injures que je vais déclencher chez certains, je vais nous éviter cela, je ne reviendrai plus, il y a des gens trop intolérants par ici (pas tous, heureusement). Et pour le naze de service, critique tant que tu veux les meurtres au nom des religions, mais les convictions des gens qui la vivent sans faire de mal à personne, laisse les tranquilles.

    RépondreSupprimer
  30. typique de la position du type qui agresse en hurlant lui-même à l'agression, sauf que personne (en tout cas, je n'ai pas lu de commentaires en ce sens) ne critique les convictions de ceux qui vivent sans faire de mal à personne.
    Les nouveaux convertis aux extrémismes les plus voyants,spectaculaires, moi je m'en moque, je les trouve complètement cinglés, misérables, inintéressants au possible et je plains leurs proches.

    RépondreSupprimer
  31. Justement, ma foi n'est pas spectaculaire, elle est discrète, comme celle de pas mal de convertis, pour éviter ce genre d'invectives, et mon entourage s'en porte très bien, puisque je leur fiche une paix royale avec ça. même ma femme qui est musulmane de naissance, je ne la saoule pas, et elle ne me saoule pas, mais néanmoins, nous avons le droit de nous défendre devant ceux qui nous "vomissent" et mettent tout le monde dans le même sac, non ? Cette fois, c'est la bonne, je m'en vais. continuez entre vous. Et Suzanne, avant de m'appeler "type" avec dédain, apprends à me connaitre avant de me juger, je ne défends pas l'Islam, ou certaines dérives ignobles en son nom, je le pratique, point; je défends seulement les gens qui le pratiquent en paix et ne font de mal à personne, et qu'on met dans le même sac que les lapidateurs.

    RépondreSupprimer
  32. Poison social : bien reçu, et pardon pour "type", alors.

    "nous avons le droit de nous défendre devant ceux qui nous "vomissent" et mettent tout le monde dans le même sac, "

    Ah, oui, bien entendu.
    Et aussi, et davantage que vous défendre, parler, intervenir avec la voix de cet islam modéré que l'on entend et lit assez peu.

    RépondreSupprimer
  33. @marie-georges:non je donne mon avis sur un sujet de société qui n'est pas central mais m'interpelle.C'est comme les maoistes, c'est pas central mais ça m'a toujours repulsé et fasciné en même temps ou la question du contournement ouest de Lyon...On peut s'intéresser à des questions secondes sans lacher l'essentiel.Et oui je trouve qu'il y a une sorte de racisme de gauche (rappelle toi nos discutions à ce sujet) à considérer qu'une violations des droits de la femme c'est moins grave quand ça concerne une musulmane.

    RépondreSupprimer
  34. Ce faux débat a décidément la peau dure! Pour moi, ou bien la femme qui le porte y est forcée, et dans ce cas on fiche son mari ou ses parents en tôle —ou encore on les expulse—, ou bien cette femme, majeure, a choisi de porter le machin que ce soit par défit, le plus probable, ou par foi, et dans ce cas on la laisse en paix. Cela ne nous regarde pas, tant que son accoutrement ne contrevient pas aux besoins et règlements de la vie administrative. Les gens bornés ont droit à la liberté au même titre que les autres. Et la liberté ne se discute pas, elle prime tout.

    RépondreSupprimer
  35. "je trouve qu'il y a une sorte de racisme de gauche à considérer qu'une violations des droits de la femme c'est moins grave quand ça concerne une musulmane."

    Romain Blachier

    Eh oui. C'est peut-être là qu'il faut penser au racisme, aussi.
    Ces gens là, qi sont sur noter territoire, ils ne sont pas comme nous. Respectons leurs coutumes, et adaptons notre droit, nos libertés sont peut-être un peu trop neuves ou fortes pour eux. Acceptons les fillettes voilées à l'école, qu'est ce que ça peut nous faire, ce ne sont pas les nôtres. Acceptons, dans une certaine mesure, qu'ils fassent la loi dans leurs couples, dans leurs familles, dans leurs territoires, c'est l'expression de leurs coutumes, voyez-vous, ne jugeons pas. On pousse un peu plus loin en discutant les lois anti voile ou anti burka, en leur reprochant, en fin de compte, d'obliger notre belle république à se salir en promulgant des lois liberticides.

    RépondreSupprimer
  36. Je précise, au cas où, que le commentaire ci dessus était un peu ironique. Je pense qu'il faut parfois contraindre, forcer, pour faire respecter ce qui a été décidé démocratiquement dans l'intérêt commun. Quand un enfant de témoin de Jéhovah a besoin d'une transfusion sanguine, le Procureur saisit le Juge et sur l'heure, l'autorité parentale est suspendue le temps qu'on sauve l'enfant. On ne le laisse pas mourir.

    RépondreSupprimer
  37. (si je parle de ça, c'est que de plus en plus souvent les services de santé sont confrontés à des demandes spécifiques)

    RépondreSupprimer
  38. Alors là, désolée Didier, je ne sais pas pourquoi je vous colle cette étiquette de croyant. Je vous décore derechef avec une autre : vous êtes athée pro-catholique. Bon !
    Je botte en touche, alors là non, pour moi vous voulez dire que tant que je n'aurais pas dit ce que vous voulez me faire dire, je botte en touche. Je n'ai aucune raison objective d'affirmer que les musulmans sont, dans leur ensemble, de dangereux fondamentalistes. J'en connais qui sont progressistes alors bon, non.
    Suzanne, Oh, je ne voulais pas dire que VOUS me soupçonniez, pardon pour le raccourci qui aurait pu laisser le croire. Vous partez sur autre chose mais je dirais : je suis, contrairement à notre cher gouvernement, pour l'embauche d'assistantes sociales. Je n'ai cependant pas bien saisi votre idée au sujet des regards.

    RépondreSupprimer
  39. Donc, je résume, Monsieur "Poison social" (ouarf !) : mes opinions sont inadmissibles et je n'ai le droit de juger de rien. C'est, je suppose, ce qu'on appelle l'islam modéré, l'islam des lumières, l'islam à la française.

    Une petite question tout de même : vous comptez vous y prendre comment, pour m'empêcher de juger et de continuer à professer des opinions inadmissible.

    Quant à votre conviction personnelle, je ne peux ni ne veux en juger, pour la bonne raison que votre cas personnel, individuel n'a aucun intérêt (ni le mien d'ailleurs).

    Mais enfin, cmme vous nous dites que Madame votre épouse est, elle, musulmane de naissance (enfin, on ne doit sans doute pas dire comme ça, mais on m'aura compris), vous me faites un peu penser à mon père, athée et plutôt bouffeur de curés, acceptant le mariage religieux avec ma mère pour ne pas avoir de problèmes avec sa belle-famille...

    Sinon, si ça vous fait du bien de m'insulter, allez-y, ne vous privez pas. Vous me faites plutôt rire, avec vos petits poings rageurs.

    RépondreSupprimer
  40. Monsieur Goux, votre discours m'est particulièrement désagréable.

    Il me faut bien admettre que j'ai volontairement abandonné la religion catholique pour laquelle je n'avais aucun intérêt (si ce n'est celui de l'étudier pour en comprendre la perversité) afin d'épouser la religion du prophète, pour laquelle je n'ai aucun intérêt (si ce n'est celui de l'étudier pour en comprendre la perversité). Je fais donc partie, comme monsieur Poison-social, de ceux que vous vomissez. Néanmoins j'ai l'avantage de connaître très bien les deux religions, et pour avoir vécu de nombreuses années au Royaume du Maroc, sous Hassan 2 et Mohammed 6, je connais aussi les deux cultures que je vois s'affronter. Mes propres enfants étant le fruit de ce choc des civilisations, un choc tout à fait agréable, il m'est difficilement possible d'accepter vos propos. Un soufflet, avec rendez-vous à l'aube et choix des armes me paraît être la seule réponse à vous faire. Hélas je suis lâche, vous avez de la chance.

    Ensuite, puisqu'à partir d'une lapidation vous qualifiez toute une civilisation, il est heureux qu'on ne qualifia pas notre civilisation en regardant les massacres réguliers qui se commettent dans les écoles occidentales.

    Enfin, et j'en terminerai là, il est quand même étonnant que notre président qui veut interdire le niqab soit si prompt à vendre les meilleures armes et à soutenir le royaume saoudien, principal sponsor du courant wahhabiste.

    Monsieur, vous aviez déposé un commentaire sybillin sur mon blog, sachez que le prochain sera considéré comme celui d'un indésirable.

    RépondreSupprimer
  41. @ le coucou 16 h 44 : ton commentaire est le meilleur, et il résume en 3 lignes le fond du débat. Bravo.

    RépondreSupprimer
  42. Bon ! Les enfants ! On se calme ! Le théorème est vérifié : plus le billet est court, plus il y a de commentaires...

    RépondreSupprimer
  43. Entre nous Nicolas, c'est pour ça que tu traite ce sujet, pour lancer une baston.

    RépondreSupprimer
  44. David75

    Un institut de sondage a interrogé les femmes en Algérie. Ce sondage à révélé que plus de 67% des femmes ne sont pas choquées sur le fait qu'une femme qui trompe son mari soit battue, bien plus ces 67% pensent que c'est normal de punir l'adultère.

    A méditer ..

    RépondreSupprimer
  45. @ David75, un lien est toujours nécessaire pour préparer une bonne méditation.

    RépondreSupprimer
  46. Rimbus,

    Pas du tout, tu as tout faux...

    RépondreSupprimer
  47. Rimbus : à aucun moment je n'ai parlé de lapidation, vous devez me confondre avec d'autres commentateurs.

    Mais, bon, votre commentaire est si caricatural qu'il en devient drôle et que j'incline à le prendre pour de l'humour au second degré.

    RépondreSupprimer
  48. Rimbus-bis : j'avais totalement oublié avoir laissé un commentaire chez vous. Je viens d'aller le relire, il n'est pas du tout sibyllin : je me moque ouvertement de vous et de vos exagérations puériles, c'est très clair.

    Quant à votre droit de censure, je ne pense pas vous donner à l'avenir le plaisir de l'exercer à mon encontre – croyez bien que j'en suis désolé pour vous.

    RépondreSupprimer
  49. Tiens tiens tiens...
    Rimbus n'aime pas qu'on fasse l'amalgame musulman modéré/port de la burqa et intégrisme, mais il ne se gène pas pour assimiler "contre la burqa" et "vote FN."

    Je trouve malhonnête de reprocher à Nicolas d'attiser les clivages, etc.
    On a entendu ça à propos de l'affaire Rushdie, à propos de l'affaire Redecker, à propos des caricatures, à propos de TOUTE critique de l'Islam.
    En vérité, sorti du discours politiquement correct: "moi je suis contre le port de la burqa et contre la lapidation et le mariage des petites filles et je respecte plus qu'un autre la laïcité, mais toute mesure répressive ne fera que stigmatiser une population déjà en butte aux difficultés d'intégration dues au racisme et à la pauvreté et sera une écharde dans nos libertés qu'il est important de ne pas écorner" eh bien, sorti de ce discours là, on ne peut rien dire sans passer pour un vilain, un méchant.

    Il ne s'agit que d'une commission d'enquête. D'un débat. D'une mise à plat.
    Et, ici, de conversations cybernautiques, de bavardages, d'échanges d'idées...
    Et, évidemment, Nicolas est tombé dans le piège de l'islamophobie galopante, il se plait à attiser la haine. Lapidons-le, tiens.


    Chapeau !

    RépondreSupprimer
  50. @suzanne : c'est sympa de prendre la défense de Nicolas. Néanmoins, je ne fais pas l'amalgame entre "contre la burqa et le front national" mais entre "islamophobie et front national".
    Je ne souhaite pas du tout lapider Jegoun, contrairement à ce que vous suggérez, par un racourci un peu trop rapide. D'ailleurs je ne souhaite lapider personne, même ceux qui me vomissent (sans que cela ne déclenche de réactions de réprobation, je le note).

    RépondreSupprimer
  51. Je ne suis pas de votre avis, Rimbus. On peut être islamophobe sans entretenir aucune sympathie pour le Front National (c'est mon cas) comme on peut être anticlérical sans être communiste. Il y a largement et raisonnablement de quoi être islamophobe quand on aime la liberté, la démocratie et qu'on est une femme. On peut être laïc et chrétien, et laïc et musulman. On peut être laïc de droite ou de gauche. On peut être papou et pas papa, et papou papa pas à poux.

    RépondreSupprimer
  52. @suzanne, je ne me considère pas comme islamophobe, mais comme antireligieux en général, moi aussi. La lecture de l'épitre aux corinthiens, chapitre 11, par Saint Paul, me fait remarquer que la religion catholique est aussi sexiste que la religion musulmane. L'avantage de l'intégrisme musulman c'est qu'il se repère de loin. Je n'en dirai pas autant de l'intégrisme chrétien qui est insidieux et bien réel.

    RépondreSupprimer
  53. Suzanne, ma sœur, enfilons nos burquas et allons vite combattre l'intégrisme chrétien, qui menace gravement nos liberté, condamne nos écrivains à mort, et entre dans les cafés avec une ceinture de bâtons de dynamite ! Ce christiano-nazisme rampant qui voudrait rétablir la Sainte Inquisition (je mets des majuscules pour faire braire l'autre âne...), supprimer la mixité dans les piscine municipale et exiger que, dans nos hôpitaux, les femmes ne soient soignées que par des femmes et les hommes par des hommes !

    Oui, oui, le vrai danger, c'est l'intégrisme chrétien, pas de doute ! Allez, sortons de la paille les fusils la mitraille, les grenades !

    RépondreSupprimer
  54. Rimbus: vous avez raison. Saint Paul est un fieffé misogyne qui demandait qu'on voile les femmes, mais c'était plutôt la norme à l'époque. La Bible n'est pas tendre envers la chair. Même Jésus: il n'a pas dit à Marie-Madeleine: marche entre les pierres, méfie toi des vieux cons, à plus et bonne bourre, non, il lui a dit "va et ne pêche plus". ça calme.

    La petite différence, comme le rappelle frêre Didier (je l'imagine bien en bénédictin un peu porté sur la cuisse de nonne du couvent d'à côté, je ne sais pas pourquoi), c'est que les catholiques , à part, pour les plus intégristes, brûler une poubelle devant un cinéma où l'on projette une xième vie du Christ qui sera interprété cette fois par un chien des rues, un clochard pédé ou un funambule priapique, n'embêtent plus grand monde en France. Ils ne demandent même plus qu'on ne mange pas de viande le vendredi, c'est à peine s'ils savent le nom des quatre évangélistes et pourquoi il y a des oeufs en chocolat à Pâques.
    Les catholiques n'écoutent plus Saint-Paul. Ils se donnent au César de la modernité son tribut: ils ne vivent plus selon des principes moyennageux. les musulmans (enfin, ceux qui ont le verbe haut et la foi prosélyte, hélas...

    RépondreSupprimer
  55. ils donnent, pas se donnent, pardon.

    RépondreSupprimer
  56. et l'épitre aux corinthiens de saint paul, c'est quoi ?
    C'est bizarre on ne me répond jamais sur ce point.

    et ça :
    À Écône, en Suisse, huit prêtres et dix diacres ont été ordonnés lundi par la Fraternité Saint-Pie X. Au total, ces derniers jours, plus de 20 prêtres ont été ordonnés par l'église schismatique, qui refuse les enseignements du concile Vatican II de 1965. Ces ordinations interviennent après la levée des excommunications, fin janvier, par le Vatican de quatre évêques lefebvristes, dont le négationniste Richard Williamson.

    Je dois être parano sans doute, l'intégrisme n'est que musulman.

    l'église catholique n'a jamais massacré les albigeois, ni les indiens d'amérique, ni les protestants. La condamnation de l'usage du préservatif ne fait pas de mal à l'humanité. L'Opus Deï est un club d'enfants de chœurs.

    Allons, soyons sérieux, combattre l'intégrisme, c'est combattre tous les intégrismes (rappelez-vous aussi que c'est les juifs intégristes qui on tué isaac rabbin). Vous devriez lire Caroline Fourest.

    il n'y aurait donc selon vous qu'une seule religion dangereuse ? Ce n'est pas parce que je considère que les gens qui ne connaissent pas l'islam s'y attaquent de la mauvaise manière que cela veut dire que je défend les talibans.

    Si vous croyez que je cautionne le fondamentalisme musulman vous vous trompez lourdement, j'en connais beaucoup plus là dessus que vous.

    Comme vous je considère que créer des horaires de piscine réservés aux musulman est anti-républicain, de même que ceux qui refusent de se soigner normalement (au passage je note que d'autres refusent la transfusion sanguine, sans être musulmans).

    Je fais la promotion des idées de Gamal al-Banna depuis longtemps et c'est à mon avis le meilleur moyen de vaincre l'obscurantisme et de voir éclore un islam moderne et humaniste.

    Mais il est vrai que je recherche la paix alors que certains recherchent l'affrontement.

    RépondreSupprimer
  57. Gamal al-Banna : ah, oui, ce n'est pas un djihadiste cinglé, lui.

    On le cite souvent dans "culture d'Islam", émission de radio-Fance, de six à sept le dimanche.

    RépondreSupprimer
  58. @suzanne : je retiens surtout la soupe populaire au cochon comme signe de l'intelligence des cathos intégristes.

    RépondreSupprimer
  59. ( pas d'accord sur le reste, mais je vais me bainer (et sans burqini)

    RépondreSupprimer
  60. La soupe au lard, oui... nourrissons nOS pauvres rien qu'à nous ; bien fait pour les sarrasins :)

    RépondreSupprimer
  61. mais il y en a si peu, des intégristes chrétiens... si peu !

    RépondreSupprimer
  62. DERNIER MOT !

    C'est moi qui l'ai eu !
    Et hop !
    :-)

    RépondreSupprimer
  63. maître Poireau : ça me ferait mal de vous le laisser.

    Nicolas : vite, un sujet sur le foot !
    (plus con qu'un intégriste musulman, il y a le footeux)

    RépondreSupprimer
  64. On s'en foot !

    Et tous : arrêtez donc ou je coupe les coms.

    RépondreSupprimer
  65. FASCISTE ! HALTE À LA CENSURE ! À MOI, MES FRÈRES DE SAINT-NICOLAS-DU-CHARDONNET !

    Avant de m'éclipser, je précise quand même à l'autre pomme à l'eau que jamais l'Église n'a massacré les Indiens d'Amérique : les armées espagnoles, oui, pas mal, les virus européens encore bien plus, mais l'Église, non, désolé : va falloir trouver autre chose.

    Et puisque ce jeune homme a l'air de tout savoir, j'aimerais bien qu'il m'explique où sont passés les nombreux descendants des centaines de milliers d'esclaves noires que les pays arabes ont importés durant plus de mille ans ? Hein ? Ils sont où, tous ces descendants d'esclaves ? C'est curieux qu'on ne les voie jamais, non ,

    C'est la question à dix euros. Et ne vous fatiguez pas : on connaît parfaitement la réponse...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.