02 juin 2009

Les experts dans un avion

En rentrant de Bretagne, je suis arrivé vers 18h à Bicêtre et une large place de parking m’attendait devant la Comète. Je n’avais pas le choix. Mon petit monde était en émoi : la fille d’Odette, sympathique personnage de blog et cliente de bistro, est hôtesse de l’air chez Air France et devait rentrer, dans la nuit, de Rio. Odette n’avait pas de nouvelle.

J’avais passé 4h30 de route à écouter France Info qui n’interrompait son édition spéciale pour la catastrophe aérienne que pour donner des résultats de tennis et annoncer la sortie du RSA, un jour férié. Je ne sais pas pourquoi, je suis resté scotché devant la radio alors que je ne considère cette catastrophe que comme un fait divers tragique, suscitant néanmoins quelques interrogations : comment un gros machin peut disparaître d’un claquement de doigt.

Dès la première demi heure, on avait compris que c’était plié, qu’il n’y aurait strictement aucun espoir et je pensais aux familles qui, elles, continuaient à garder de l’espoir, car j’imagine que c’est ainsi que ça se passe : on ne veut pas y croire, on ne peut pas y croire.

C’est probablement lorsqu’ils ont vu Nicolas Sarkozy débarquer que certains ont compris. Je vous l’avais dit : ce gars-là ne porte pas l’espoir ! Qui a dit que j’étais antisarkozyste primaire ?

Devant la radio, j’étais fasciné par le nombre d’experts qu’avait trouvés France Info. J’adore les experts. Le premier explique que la catastrophe ne peut être due qu’à la foudre. Le deuxième explique que la catastrophe ne peut en aucun cas être due à la foudre. Le troisième démontre que ça ne peut absolument pas être un attentat. Le quatrième estime que la piste terroriste est la meilleure.

Ils passaient en boucle. A un moment, je m’amusais à essayer de deviner ce qu’allait dire l’expert suivant, que j’avais d’ailleurs déjà entendu au cours de la demi heure précédente.

Ils sont très forts, à la radio, ils arrivent à vous faire oublier les bouchons.

La fille d’Odette avait reçu un appel de la compagnie trois heures avant le départ de l'AF447 qu'elle devait prendre pour lui demander d’assurer le vol suivant. On est peu de choses…

22 commentaires:

  1. Crise dans les Médias pose la question de l'envahissement de la mort dans les media.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, j'ai vu (mais trop tard !).

    RépondreSupprimer
  3. Le morceau de vie que tu présentes est poignant, et touchant.
    Je suis resté très mal à l'aise hier soir... Pour pleins de raison, dont certaines que tu évoques...

    Enfin, pas forcément envie de polémiquer sur ce sujet. Bonne semaine de quatre jours

    RépondreSupprimer
  4. FalconHill,

    Je vois pas comment on pourrait polémiquer sur la catastrophe elle-même !

    RépondreSupprimer
  5. Ben non ! Sa fille devait prendre ce vol mais a appris, trois heures avant qu'elle prendrait le suivant.

    RépondreSupprimer
  6. Zori,

    Je modifie mon billet qui pouvait laisser croire autre chose...

    RépondreSupprimer
  7. Ah... Merci de la précision... C'est bien pour Odette, quel soulagement... Ça reste triste pour les 228 autres passagers

    RépondreSupprimer
  8. L'avion me paraît de moins en moins sûr parce qu'on rogne de plus en plus sur les budgets pour réparer ce qui devrait l'être?
    Trop d'accident en vol depuis quelques temps! La malchance uniquement, je n'y crois pas trop.
    Les experts devraient parler "vrai", ça nous changerait.

    RépondreSupprimer
  9. Tout mon soutien aux familles des victimes et une pensée pour les disparus..

    RépondreSupprimer
  10. Y a eu un accident d'avion ? Merde, j'ai rien suivi, moi...

    RépondreSupprimer
  11. Est-il vrai qu'Air France / Klm avait été dégradée dans les évaluations sécurité récentes ?

    Ce qui est flippant, c'est aussi le côté réchauffement climatique et ses conséquences.

    RépondreSupprimer
  12. J'aime surtout les experts de l'aviation qui viennent dire que sans déconner, l'avion c'est vachement le plus sûr moyen de voyager, quoiqu'il en soit !
    Ça reste sans doute vrai statistiquement mais pas en particuliers ce jour-là !

    [Est-ce que Sarkozy a annoncé une nouvelle Loi sur ce sujet ? :-)) ].

    RépondreSupprimer
  13. Zori,

    Ouais.

    Christie,

    Ca reste le moyen de transport le plus sûr !

    Didier,

    Vous devriez aller prendre des vacances au Brésil (mais faites gaffe, la Guyane est à côté, c'est mauvais pour le fois).

    Disp,

    Je ne sais pas. Peut-on réellement qualifier cet accident de conséquence du réchauffement climatique ? Et quelle est la part de "l'aviation" dans ce réchauffement ?

    Poireau,

    C'était pas le bon jour !

    RépondreSupprimer
  14. C'est vrai, il n'y a pas à polémiquer sur la catstrophe elle-même, qui en surtout une pour chacune des victimes et chacun de leurs proches.

    Mais on peut s'interroger sur le traitement médiatique de la catastrophe.

    Pourquoi cet évènement plutôt que des millions d'autres drames humains ?

    Parce qu'il s'agit d'un spectacle ?

    RépondreSupprimer
  15. Moi, ce qui m'affole le plus, c'est le temps passé par les médias pour nous dire... qu'ils ne savent rien. C'est à chaque fois pareil lors d'une catastrophe majeure...

    RépondreSupprimer
  16. A part le respect que l'on doit aux familles des victimes, je me demande bien pourquoi à part pour donner dans le sensationnel, les journalistes font la une d'un accident dont on ne connaîtra peut-être jamais la cause.
    La seule chose certaine aujourd'hui est qu'ils ne savent rien.
    Ce matin encore ils trouvaient du monde sur France Info pour dire tout et son contraire.
    Ca ne ramènera pas les victimes ...

    RépondreSupprimer
  17. @Dominik : je suis désolé, mais je ne vois pas en quoi un accident d'avion peut être qualifié de "catastrophe MAJEURE". Il vous restera quoi, comme mots, pour un tsunami géant ? L'éruption d'un super-volcan ? Une guerre nucléaire ?

    RépondreSupprimer
  18. Dedalus,

    C'est un peu ce que je dis dans ce billet : ça n'est qu'un fait divers. Pourquoi y consacrer du temps ?

    Dominik,

    Oui, ça fait partie du côté délirant de la chose car on sais très bien qu'on ne saura jamais rien sauf si, par miracle, les boites noires sont retrouvées et si elles "donnent" quelque chose.

    Flèche,

    Oui, mais c'est nous qui écoutons les radios. Sommes-nous, inconsciemment, demandeurs de sang ?

    RépondreSupprimer
  19. Peut-être, le public a besoin de sensationnel. Pourquoi ce besoin ?
    Le peuple est sanguinaire. Il y avait du monde lors des exécutions en place publique.
    Ca n'excuse rien, la remarque consiste à dire que ça ne s'est pas amélioré bien au contraire.

    RépondreSupprimer
  20. Ou alors, c'est la presse qui se plante sur nos attentes. Gardons espoir.

    RépondreSupprimer
  21. C'est clair que la presse se trompe. J'ai beaucoup de mal à supporter cet espèce de voyeurisme qui consiste à nous faire étalage de la misère des personnes qui ont subi qui un accident, qui une catastrophe, ou plus simplement qui se retrouvent chômage.
    Je n'y éprouve aucun plaisir. Ca ne sert qu'à rendre chacun un peu plus indifférent chaque jour à la misère, plus indifférent chaque jour à celui qui habite juste à côté et qui aurait peut-être besoin d'un coup de main.
    Bon je m'énerve, mais parfois ...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.