01 juin 2009

Le centre ville de Loudéac

Les rares promeneurs ou usagers de terrasses de bistros, dans Loudéac, hier, ont du être surpris de voir plusieurs fois passer une voiture rouge immatriculée dans le 94. C'était ma voiture. Je faisais le tour de Loudéac dans tous les sens pour compter le nombre de « bâtiments à caractère commercial » fermés (ou presque : liquidation, réouverture annoncée, vide depuis 20 ans, …). Comme il y a des sens interdits dans tous les sens, ça m'a pris 35 minutes.

J'en suis arrivé à 27.

Pour ceux qui ne connaissent pas Loudéac, c'est une ville d'environ 10000 habitants dans le Centre Bretagne. Je suis copain avec les gugusses de l'opposition, proches du PS, à la Mairie. Je prends souvent Loudéac en exemple, dans le blog, pour démontrer plein de machins divers mais les supporters du Maire sont persuadés que je leur en veux. Il y a même un type de la majorité qui a un blog. Sous différentes identités, il vient commenter pour faire de la publicité pour son blog.

J'aime bien faire des billets sur Loudéac mais je suis obligé de fermer les commentaires au bout d'une quinzaine de jours tellement les deux ou trois lecteurs qui passent sont des casse-couilles qui confondent mon blog avec un forum de discussion. Je ne veux pas péter plus haut que mon cul, mais j'ai un blog national, d'ailleurs number one au seul classement qui existe. Quand une andouille m'explique que je me trompe quand je dis qu'il y a plusieurs surfaces commerciales non occupée rue Notre Dame alors que je les ai comptées personnellement le week end précédent, il me fait perdre mon temps.

Mais, j'ai mauvais caractère. Hier, j'ai profité du magnifique soleil pour faire le tour de Loudéac. Malheureusement, il faisait trop chaud pour le faire à pied (j'ai la clim dans la bagnole).
J''en suis arrivé à 27.

Non ? Si ! On ne les voit pas, on les a oubliés. Tiens ! Quand j'arrive de Paris jusqu'à chez ma mère, je passe devant le bar de la Grenouille et les Meubles Aubin. Ca fait déjà deux que vous n'aviez pas compté, à un kilomètre de l'église. En encore, je n'ai pas compté les meubles Allo, à l'angle de la rue des Tilleuls et la rue leVézouët, fermés depuis trop longtemps. Epuisé par ce constat, j'ai foncé au Vincennes prendre un café avant de pousuivre ma quête. Tiens ! Dans l'espèce de machin neuf, où il y a une auto-école, un truc fermé. Rue de la Gare, juste après le Vincennes, un truc fermé (l'ancien Kebab). Et en bas, au rond point, un truc fermé (l'ancien livreur de pizzas). Continuons vers le centre... Le Sidney : fermé.

J'arrête. Je suis épuisé. J'en suis déjà à 6. Je n'ai pas fait le quart de Loudéac. Faites-le, vous dépasserez les 20 ! Je suis arrive à 27 (mais j'ai compté l'ancien Codec et l'ancien Leclerc : on peut toujours négocier). N'oubliez pas de passer par la Corderie, vous pourrez remonter par la rue Notre Dame, faites bien attention, c'est facile d'en louper un ou deux.

Mais non ! Mes trolls, trop fainéants, prendront en exemple un ou deux nouveaux commerces installés dans le centre, sans se préoccuper de savoir s'ils fonctionnent un peu, pour m'expliquer que je me plante, qu'eux seuls connaissent Loudéac. Ben non, les gars, promenez vous dans la rue et observez plutôt que de défendre sans la moindre analyse une zone commerciale qui aura fait crever le centre ville en moins de vingt ans.

Je reviens à Loudéac dans trois semaines. Le hasard. C'est la fête de la musique. Il y a un jour par an où Loudéac n'est pas mort. Ca tombe bien.

11 commentaires:

  1. Comment tuer le petit commerce.
    Bravo la droite !
    Il vous reste les yeux pour pleurer et regarder les jolies maisons, comme celle de la photo.

    RépondreSupprimer
  2. MGP,

    Je ne sais pas si c'est la droite ou une évolution de la société "à responsabilités partagées". Pour Loudéac, il est clair que c'est l'équipe du Maire qui est en cause, mais avaient-il le choix dans la mesure où des communes proches développaient leurs zones commerciales ?

    RépondreSupprimer
  3. La plaie des grandes surface laissée béante dans tous les centres villes. Sans compter qu'en général, les mairies octroient des aides à l'installation dans les zones nouvellement créées en périphérie et permettent aux géants commerciaux de s'en mettre dans les deux poches !!!
    :-))

    [Quel courage de parcourir Loudéac sous le soleil ! Vous ne devez pas être habitué ! :-)))) ].

    OK, je sors !

    RépondreSupprimer
  4. Premièrement,

    Une voiture rouge en plein Loudéac, tu viens t'afficher avec ta luxueuse Ferrari et fanfaronner devant moins fortunés que toi? Salaud de parisien.

    Deuxièmement,

    Tu as fait le tour de Loudéac en voiture avec la clim'? Salaud de pollueur.

    :-D

    NB: Ce message est à caractère non-constructif

    RépondreSupprimer
  5. Dans toutes ces petites communes, il faut l'admettre, la majorité au pouvoir porte des oeillères et n'encourage pas franchement la relance économique et les petits commerces. Parfois il suffit de s'attarder sur le bulletin communal et d'y relever les projets en cours... c'est pathétique...

    RépondreSupprimer
  6. Poireau,

    A Loudéac, c'est la municipalité qui va démarcher les grandes surfaces vous viabiliser la zone commerciale !

    Nemo,

    Exactement.

    Homer,

    Oui. Ils pensent créer des emplois mais ne font qu'augmenter le nombre de smicards...

    RépondreSupprimer
  7. t'as raison je suis loudéacien et j'avais commencé la même chose que toi sauf que je me suis arrêté a la rue notre dame ( je suis donc plus écolo que toi mais aussi plus fainéant) qui est la plus commerçante !! c'est vrai qu'on les oublie les locaux vides , ils font parti du paysage au bout d'un moment , bref il y en a un peu partout.D'autres s'ouvrent ou bougent peut être que loudéac va être un peu plus commerçante qu'elle ne l'a été mais elle partait de loin depuis 10 ans.
    Tiens , j'ai rencontré un très vieux loudéacien qui me disait qu'il y a eu jusqu'a 8 bistrots dans la rue de moncontour et le dégringolade continue . 2000 cafés , brasseries , bistrots ont fermés en France en 2008 et on se félicite d'avoir des zones commerciales à la con ?
    bordel tout fout le camp....
    henri Eugene

    RépondreSupprimer
  8. Henri,

    Pour les bistros, c'est autre chose, mais c'est grave aussi.

    RépondreSupprimer
  9. tout se rejoint Nicolas.
    Les bistrots sont les premieres victimes du tout sécurité tout répressif et en plus des politiques commerciales (ou çantes)locales.
    Henri eugene

    RépondreSupprimer
  10. C'est marrant ... quoi que ;-)

    Dans les villes de droites les commerces ne ferment pas ...et pourtant !

    c'est étrange ?

    @ +

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.