17 août 2009

Alliance contre nature, à l'UMP ?

Suite à mon récent billet sur les alliances(qui suivait celui de Némo), Disparitus se lance dans le débat.

L’UMP, issu du RPR, cet ancien Parti Gaulliste, vient de se rapprocher du parti de Philippe de Villiers et de Chasse Pèche Nature et Tradition.

Pour emporter les élections, une large alliance est nécessaire. C’était l’objet de mon récent billet parfaitement péremptoire tant il est évident que le PS ne récupérera pas le pouvoir, au niveau national, sans ménager se droite et sa gauche. Chacun peut le regretter mais les faits sont là… Evidemment, nos amis du Parti de Gauche verront d’un mauvais œil quand le Modem sera invité à l’Université d’été du PS… Et les copains du Modem verront d’un mauvais pied le stand du PS à la Fête de l’Huma.

Je ne sais pas si la démarche de l’UMP est la bonne. Dès sa création, d’ailleurs, j’en ai douté, d’autant que l’UDF est restée existante… La multitude de partis à côté de l’UMP (à droite comme « à gauche ») fait qu’ils sont inexistants… D’où, d’ailleurs, le rapprochement… J’ai douté sur la démarche, ça n’a pas empêché l’UMP de gagner toutes les élections nationales depuis sa création !

Pour ma part, comme Disparitus, je vois assez difficilement Jean-Marie Bockel, par exemple, faire cause commune avec Philippe de Villiers. Cette alliance "contre nature" ne serait-elle pas, d'ailleurs, fatale à l'UMP lors des élections locales ?

La nouvelle hégémonie totale de l’UMP sur la droite encouragera-t-elle les électeurs à bouder ?

34 commentaires:

  1. Sarkozi est un fin stratège et même s'il est en tout point imbu de sa personne, on ne peut qu'avoir que du respect pour sa façon très calculée mais toujours payante de mener sa barque.Dans le fond quelque soit les valeurs de chacun tout le monde s'incline devant ses exigences, les petits partis n'ont pas d'existences sans le soutien du groupe ump et les têtes d'affiches ne peuvent pas affirmer leur position et leur pouvoir sans soutien. La droite à déjà vendu son âme au diable, quoi de pire en sommes, l'alliance contre nature à déjà fait ses preuves. La droite quelqu'elle soit se rangera derrière le projet de l'UMP Sarkosiste. La droite à moins un leader et un projet à défendre, qu'est ce qu'à la gauche à proposer aujourd'hui? De multiples partis qui cherchent à défendre leur bout de gras envers et contre tout qui à rendre plus facile la victoire de l'adversaire. La gauche à de grâves problèmes d'égo identitaires et dépasser cela demanderait beaucoup de maturité, la gauche saura t-elle grandir pour s'élever plus forte? NOUS VERONS

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Salut, toi ! Je me demande si tu bégayes pas un peu ?

    Au fait, c'est toujours OK pour le 27 à la Comète ?

    RépondreSupprimer
  5. Je pense que les alliances contre nature sont un mauvais calcul (peut être pas à court terme, mais à moyen et long terme l'effet est désastreux).

    Une des raisons est que les familles politiques ont la vie très dure

    RépondreSupprimer
  6. Pour répondre à ton com : oui, Sarkozy est très fort !

    Mais à gauche, en "multipliant" les partis, on "multiplie" les militants, les "tracteurs", les "colleurs d'affiches, ...". Alors que l'UMP affiche un "mastodonte" mais n'a plus de force pour les questions locales...

    A voir : pas simple !

    RépondreSupprimer
  7. Elmone,

    Oui. Je pense aussi... Enfin, j'espère...

    RépondreSupprimer
  8. Ha ! Mais alors ?? Ton billet sur les alliances du PS ?????

    RépondreSupprimer
  9. Elmone,

    C'est la différence entre "alliance" et "monopartisme"...

    Je répondais à ton commentaire "de travers" en pendant à la stratégie de l'UMP de "bouffer" les autres.

    RépondreSupprimer
  10. Elmone,

    J'avais pas fait gaffe aux commentaires à mon dernier billet sur le sujet (j'avais bien noter que j'avais oublié de répondre...).

    En fait, je trouve les réactions assez sidérantes : les gens confondent "alliance" et "projet", chaque "extrème" refusant l'idée de bosser avec les autres donc ça crée un débat qui trouble le jeu : pour gagner, il faut 51% des suffrages...

    RépondreSupprimer
  11. Faire la différence entre alliance et monopartisme ?? Pourquoi pas ?? En termes de structure de parti et pour la constitution d'un groupe à l'assemblée nationale ou au sénat !

    Mais penses-tu que les électeurs soient vraiment dupes ?

    Est-ce qu'un mec qui se trouve à la gauche du PS va continuer à voter pour un parti qui veut s'allier avec un centriste (centre droit qui plus est) ?

    Quel sera le gain pour le PS ? Il gagnera au centre des électeurs qu'il perdra à gauche.
    Et en plus de cela, le ps passera pour un parti surfant sur les modes et renonçant à ses principes fondamentaux !
    Quelle est la position du Modem sur les golden parachutes ? Et celle du PS ?
    Le Modem est-il pour une relance par la consommation ? Qui du PS d'ailleurs ??
    A force d'hésiter entre son aile gauche et le centre, le PS est devenu inaudible.
    Le PS avait (a encore ?) une vraie base populaire.
    Quand je regarde lkes dirigeants (Hamon mis à part peut être), je vois ce qu'on appelait la "gauche caviar" dans les années 80 !
    Le PS est-il vraiment condamné à devenir un parti de bobo ? Je ne le pense pas. Mais si c'est le cas, il faut effectivement que le PS fasse alliance avec le Modem.

    Mais qu'il choisisse ! Et vite ! Car c'est en fonction de ce choix que je voterai aux présidentielles!

    RépondreSupprimer
  12. On pourrait se poser la question d'une alliance contre-nature si Bockel et Besson pesaient quoi que ce soit dans le corpus idéologique de l'UMP actuelle : leur pôle sarkozyste "de gauche" n'a apporté aucune contribution en terme d'idées, et leur seule identité consiste en clamer "je suis toujours de gauche" tout en participant à un gouvernement de droite.

    En réalité, la venue de Villiers dans la majorité présidentielle me semble être un prolongement logique de l'entreprise de Sarkozy depuis des années : rassembler la droite, ou plutôt les droites, toutes les droites, et peu importe les concessions idéologiques, Sarkozy en a déjà fait tant en rassemblant libéraux et conservateurs dans un même parti ... et en draguant les frontistes en 2007 !

    Berlusconi a eu exactement la même démarche dans la création du nouveau parti de la droite italienne "Le Peuple de la Liberté" (PDL, 1er parti de droite d'Europe), en avalant carrément les anciens fascistes d'Alleanza Nazionale.

    Je vais faire un peu de provoc, mais à gauche on tente la même chose avec la volonté de créer la "Maison commune de la gauche". On s'oriente de plus en plus vers un bipartisme, non par conviction, mais par pure volonté d'être les plus massifs possibles pour battre l'adversaire (démarche de la gauche) ou pour éviter les divisions et triangulaires fatales, nationalement et localement (la droite).

    RépondreSupprimer
  13. Je pense que tu as raison Maxime.

    Et je pense que c'est un mauvais calcul.

    Les familles politiques française datent du début du XIX siècle.
    Vouloir les réduire à 2 partis aujourd'hui me paraît être méprisamment réducteur vis à vis des électeurs.

    RépondreSupprimer
  14. Elmone,

    C'était un peu le sens de mon billet de l'autre jour et du "en deux secondes" (de mémoire) dans le titre. Que le PS se mette au boulot pour bâtir un projet de société global qui tienne la route.

    "Et en plus de cela, le ps passera pour un parti surfant sur les modes et renonçant à ses principes fondamentaux !" Tu as parfaitement raison ! Il faut que le PS arrête de surfer et reprenne un positionnement politique. Par exemple, dans le truc de la burqa (qui nous oppose bien "entre nous"), le PS est incapable de se prononcer et laisse l'idéologie à d'autres...

    Maxime,

    Oui. Et ce n'est pas de la provoc. A force de vouloir se mesurer avec l'UMP, le PS perd son âme... Mais c'est ton copain Marc V. qui me tapait dessus quand j'ai essayé de positiver le résultat des Européennes...

    RépondreSupprimer
  15. En résumé (surtout de mon billet de l'autre jour) : il faut arrêter de se poser la question des alliances... Il faut gagner les élections.

    RépondreSupprimer
  16. D'accord avec ton dernier commentaire

    RépondreSupprimer
  17. Salut Nicolas, c'est mon ordi qui bégayes (mdr), bien sûr que je serais là, pour deux raison, la première pour voir à quoi ressemble un bloggueur z'influent à l'échelle réelle(mdr), moi qui suis microscopique sur cette bloggosphère, deux pour ne pas manquer le lieu mythique qu'est devenu la comête gràce à toi et puis cela me rapellera mes années d'école de commerce que j'ai éffectué au kremlin bicêtre. Et puis, moi qui suis une grande timide (mdr), j'espère me faire de futur ami(e)s qui sait? oui, justement, au niveau locale on casse la baraque , alors merde, pourquoi cela coince au niveau nationale?! Parce que les petits élus sont plus intélligents et partisans que les gros bonnets, nah!

    RépondreSupprimer
  18. Vertazt,

    Parfait !

    Ce n'est pas qu'une question de "petits élus" (les alliances, en local, sont plus naturel, le clivage droite gauche n'est plus vrai).

    RépondreSupprimer
  19. "le clivage droite gauche est moins important", voulais-je dire.

    RépondreSupprimer
  20. "ça n’a pas empêché l’UMP de gagner toutes les élections nationales depuis sa création "

    Tu oublies les dernieres régionales, cantonales, municipales...

    RépondreSupprimer
  21. Ca ne sont pas des élections nationales...

    RépondreSupprimer
  22. Le clivage est moins important, dis-tu ?

    Donc tu te satisfais du monde tel qu'il est, du libre échange heureux, de la mondialisation qui profite à tout le monde, des délocalisations qui enchantent les salariés, du capitalisme vert qui va sauver la planète ?

    Parce que c'est une des raisons du clivage...

    RépondreSupprimer
  23. Ces grandes alliances sont des Titanics de la pensée et des idées.

    Ce n'est pas tenable de tels grands écarts,

    A moins qu'une profonde mutation ne soit en cours suite à la présidentialisation du régime et que le bipartisme ne soit inéluctable, débat à lancer..

    C'est une question cruciale

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  26. Pas perdus,

    Je parlais du clivage au niveau local.

    Disp,

    Oui. Mais c'est bien la question du bipartisme et de constitution qui est posée.

    RépondreSupprimer
  27. Le PS devrait bosser. Qu'il profite d'être dans l'opposition pour éclaircir certaines questions...

    2002, 2007 : Deux présidentielles perdues où le PS a ménagé sa droite...

    RépondreSupprimer
  28. DPP,

    Le PS n'est pas le seul parti à avoir perdu 2002 et 2007.

    RépondreSupprimer
  29. Nicolas,
    non ce n'est pas le seul parti à avoir perdu en 2002 et 2007.

    Mais c'est le seul parti constituant encore une alternative crédible à l'UMP à avoir perdu les élections en 2002 et 2007.

    Le PS a, pour ces 2 élections, été une machine à perdre. Il avait le potentiel électoral pour gagner. Mais son absence totale de stratégie l'a fait perdre.

    RépondreSupprimer
  30. Envisager les alliances sous le seul aspect arithmétique, reviendrait à regrouper des carpes et des lapins.
    (arithmétique, je sais même pas si j'ai foutu le "h" au bon endroit)
    Redonnons un P majuscule à la politique.
    Regrouper les anti-sarkozy ne constitue pas un projet politique...
    Proposons un projet ( et non un programme, qui s'assimile à un catalogue de promesses)...
    Proposons un vrai projet de société, que ceux qui veulent y adhérer pourront voire même enrichir, mais envisager le truc comme une simple adition de voix, c'est aussi incongru que d'imaginer Ségolène à la tête du PS

    RépondreSupprimer
  31. Elmone,

    on est d'accord mais je souligne juste que la gauche de la gauche a un peu trop tendance à taper sur le ps !

    Olivier,

    oui ! Un projet !

    RépondreSupprimer
  32. 32 commentaires ? Tu as levé du troll encore, non ? Il faut tout lire ?
    L'UMP c'est une cacophonie mais sur un seul rang !
    :-))

    RépondreSupprimer
  33. Poireau,

    En quelque sorte, je me suis autotrollé en n'étant pas assez clair et formel dans mes positions.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.