20 août 2009

Vive l'impôt sur le revenu !

Je suis bien content : des ténors du Parti Socialiste, en les personnes de MM. Hollande et Rebsamen, reparlent enfin de l'impôt sur le revenu. C'est une de mes marottes : il faut le réhabiliter, montrer aux gens que c'est l'impôt le plus juste, qu'il vaut mieux payer des taxes sur ce qu'on gagne plutôt que sur ce qu'on dépense !

Tiens ! Expliquez à un type qui gagne 2000 euros par mois paiera 4000 euros par de TVA par an (en gros, faites vous même le calcul, bande de fainéants).

Tout ça est avant tout un problème de communication, mais pour un programme électoral, c'est la moindre des choses !

Et c'est là que tout va mal ! François Hollande a recommencé à parler des 4000 euros, en oubliant que c'est un des trucs qui avait ridiculisé le PS en 2007. Les types bien à gauche se disent "ça y est, ils se foutent encore de notre gueule" et ceux "du centre" crient au scandale de la communication gauchiste et du retour de la taxation des riches (voir par exemple le billet de notre ami Nemo où vous trouverez, par ailleurs, les liens sur les articles évoquant les propos de François Hollande et de François Rebsamen).

Mais François Hollande s’en fout probablement. Il doit penser que le cœur de clientèle du PS a un revenu entre 2200 et 3500 euros : il s’attaque aux revenus supérieurs à 4000 euros.

La deuxième erreur est de montrer qu'il s'agit de taxer les riches car il s'agit de taxer les revenus élevés. La différence est importante (pour éviter le syndrome des « paysans de l’Ile de Ré » : tous ces gens qui ont du patrimoine mais de faibles revenus, comme un type de 70 ans qui vivrait avec une retraite de 1500 euros dans un appartement qui vaut 400 000 euros dans Paris, appartement qu’il aurait acheté à crédit à 25 ans).

La troisième erreur est de faire croire qu’il s’agit d’une mesure exceptionnelle d’augmenter les impôts sur le revenu de cette manière alors qu’il s’agit tout au plus de revenir sur toutes les diminutions faites par la droite depuis 2002, bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy et baisses d'impôts de Jacques Chirac en tête, qui n’ont donné aucun résultat à part une dégradation du budget et un endettement qui supprime toute marge de manœuvre en temps de crise économique. Il ne serait d’ailleurs pas inutile de rappeler que parallèlement les taxes diverses se sont multipliées. Rien que depuis son arrivée au pouvoir, Nicolas Sarkozy en a créé une petite vingtaine, rendant encore plus opaque notre fiscalité.

La quatrième erreur, à mon sens, est commise par François Rebsamen puisqu’il parle de l’imposition des traders. Sans doute pour faire gauchiste également. C’est d’ailleurs ce qui provoque la colère de Némo, blogueur « Modem ».

Françoiss devraient expliquer qu’il n’y a aucune raison de ne pas taxer certains revenus par rapport à d’autres. La seule réforme qu’il vaille est celle qui aboutisse à une taxation uniforme (mais progressive) de tous les revenus, qu’ils soient du travail quotidien, des rémunérations exceptionnelles, du capital, …

Faisons du Nicolas Sarkozy : « Je ne vois pas pourquoi quelqu’un qui gagnerait 3000 euros par mois en travaillant dur paierait plus d’impôt qu’un type qui gagnerait 3000 de profits financiers ».

« Je ne vois pas pourquoi un type à qui son patron octroie une prime de 5000 euros car il a accepté de bouger ses congés et a bossé dur pour finir un chantier important paierait plus d’impôts qu’un type qui touche 5000 euros de participation parce que son entreprise a gagné un marché juteux en Chine ».

En complément, dans cette réhabilitation de l’Impôts sur le revenu, il faut s’attaquer à tout ce qui permet d’y échapper, tous les abattements, toutes les niches, … et en supprimer la quasi-totalité (on en trouvera bien quelques unes positives…).

Chaque mesure a un sens quand elle est prise individuellement mais leur cumul est lamentable.

Tiens ! Il y a un truc qui permet aux ménages d’avoir une réduction fiscale lors de l’acquisition d’un logement. En première analyse, c’est très bien ! Mais ça n’a aucun impact sur l’économie. Quand vous vous apprêtez à dépenser 200 000 euros pour acheter une maison, ce n’est pas une réduction fiscale de 1000 euros par an qui va faire pencher la balance !

Et surtout : « Je ne vois pas pourquoi un ménage qui achèterait une maison dans une bourgade de province aurait un avantage fiscal par rapport à un ménage qui doit payer 800 euros de loyer en région Parisienne ».

En fait, cette mesure est parfaitement injuste !

TOUTES ces mesures sont injustes ! Tiens ! Vous bénéficiez d’une réduction d’impôt pour l’emploi d’une femme de ménage deux heures par semaine. Vous êtes content. Mais, « je ne vois pas pourquoi quelqu’un qui aurait assez de revenus pour employer une bonne bénéficierait d’un avantage par rapport à un gugusse qui doit faire le ménage en rentrant du bistro et assurant la paie d'un barman ». Ne nous y trompons pas. Cette mesure (par exemple) intéresse surtout ceux qui paient beaucoup de salaires à des employés (un ménage avec un chauffeur, une cuisinière et une bonne) pas à la petite dame qui emploie quelqu’un pour l’accompagner à faire des courses car elle ne peut plus tenir debout en poussant un caddie !

Pareil pour la réduction d’impôt pour l’acquisition d’un logement : elle rapporte beaucoup plus à un ménage à forts revenus qu’à un couple de smicards qui s’installe… et qui, de toute manière, n’est quasiment pas imposable.

Bon. Vous êtes content. Vous économisez 300 euros d’impôt par an.

Petit 1 : est-ce que les mesures vous ont incité à acheter un logement ou à employer du personnel ?

Petit 2 : par rapport à ces 300 euros, combien vous coûte le « pourcent » en plus de TVA imposé par la droite en 1995 ? (et encore, c’était 2% mais la gauche en a sucré 1). Combien vous coûtent les nouvelles taxes créées par Nicolas Sarkozy, comme la hausse des cotisations retraites, les franchises médicales, la hausse de la redevance, les taxes sur les assurances et les mutuelles ? Combien vous coûtent ceux qui échappent à l'impôt par le bouclier fiscal ?

Vous économisez 300 euros… Pensez un peu à tous ceux qui en économisent des milliers, voire des millions parce qu’ils ont les moyens d’économiser des millions ! Pendant ce temps-là, cette vos cotisations sur vos consommations et notre chère dette à tous qui payent les dégâts !

34 commentaires:

  1. Si la gauche savait communiquer cela se saurait. Elle n'a jamais été capable de défendre ce qu'elle savait faire de bien. Et là sur les impôts c'est la catastrophe. On passe pour des politiques qui veulent faire payer toujours plus d'impôts aux français alors que la droite fait pire mais sans rien dire. Elle fait baisser l'impôt sur le revenu, le plus juste, et crée d'innombrables taxes les plus injustes qui soit.

    La gauche doit réhabiliter l'impôt, jouer la transparence et dire ce qu'elle fera.

    RépondreSupprimer
  2. Pazmany,

    Oui, principalement les socialos ne savent pas communiquer sur ce sujet car ils se trompent de cible. Ils pensent qu'il faut expliquer "aux pauvres" que les impôts sont normaux (alors qu'ils en sont déjà convaincus) alors qu'il faut expliquer à tout le monde qu'ils sont justes !

    RépondreSupprimer
  3. Purée!
    Magistral! J'ai failli bramer Nicolas Président mais ça confuse...
    Mag

    RépondreSupprimer
  4. D'accord avec vous, pour ce qui concerne la "justice" de l'impôt sur le revenu. À deux conditions :

    1) que TOUT LE MONDE le paie (y compris les plus bas revenus, même s'il s'agit de dix euros symboliques),

    2) qu'il soit plafonné à 50 % des revenus (et avec, bien entendu, suppression de l'ISF).

    RépondreSupprimer
  5. Et il y a ceux qui ont reçu un remboursement sur leurs impôts..
    Ce n'est pas dans mon entourage..
    je pense à ma nièce dont le fils est handicapé par une très grave maladie neurologique et qui dépenses de plus en plus parce que les remboursements de santé ont diminués (sécu + mutuelle!)

    Revenir au système d'impôsition d'avant l'arrivée de la droite serait juste.

    De plus, on n'a pas vu la situation des français s'améliorer sauf pour ceux qui avaient déjà les moyens au départ, bien au contraire..

    Et au Danemark, par exemple, après avoir retiré 50°/° d'impôts à ceux qui travaillent, tout est redistribuer et le niveau de vie est supérieur au nôtre.

    De plus si on distribuait l'argent là où il le faut vraiment, je suis sûre que l'on ferait d'autres sortes d'économie..

    Je suis profane, c'est vrai.. oups, alors je me sauve!!

    RépondreSupprimer
  6. Mais ça, vous le dites tous, ça doit être expliqué correctement et pourtant, on ne manque pas d'exemple sur notre planète.. De bons exemples et qui marchent..
    Pour ceux qui n'y croient pas!

    RépondreSupprimer
  7. Didier,

    Sur le point 1., je suis parfaitement d'accord avec vous (il faut évidemment que le montant soit symbolique, comme vous dites). J'irai même d'ailleurs presque plus loin... pour donner des vertus pédagogiques à certains... dont un pote à moi mais c'est une autre affaire.

    Point 2 : Pas d'accord (enfin, 50% c'est déjà mieux que 40%). Pour l'ISF, je m'en fous, c'est marginal dans les recettes de la France... et pour la plupart des gens qui la paient : c'est un faux problème.

    RépondreSupprimer
  8. Christie,

    Tu n'es pas profane (et tu lis assez souvent billet !).

    En outre, il n'y a que nos dirigeants socialos qui croient que les Français ne sont pas capables de comprendre...

    RépondreSupprimer
  9. Rien à dire à cela. C'est bien clair et c'est ça qui fait peur. Faudrait publier ton article dans la presse nationale !

    RépondreSupprimer
  10. Merci. Et d'accord pour la presse...

    RépondreSupprimer
  11. Je confirme ce que je te disais par ailleurs. Je suis absolument d'accord avec toi sur cette question de l'imposition sur le revenu.

    RépondreSupprimer
  12. L'impôt sur le revenu doit redevenir la base même de toute l'impostion, c'est évident !
    Pour tout l'article, je suis d'accord !
    :-))

    [Pour les 50% c'est n'importe quoi et ça permet à nouveau de créer des niches !!! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  13. Poireau,

    Pour les 50%, je n'ai pas répondu grand chose à Didier... Si la dernière tranche est à 50% (même en incorporant la CSG) sans y incorporer les impôts locaux, ça me va déjà pas mal ! C'est "un premier pas".

    Par ailleurs, tu dis "L'impôt sur le revenu doit redevenir la base même de toute l'imposition, c'est évident !" Le tout est d'une question d'équilibre entre la TVA, les charges sur le travail (cotisations sociales), impôt sur les société et impôt sur le revenu, les principaux revenus "de l'état". L'impôt sur le revenu doit reprendre de place mais ne pas négliger la TVA, notamment... qui permet de taxer ce qui est produit à l'étranger et vendu chez nous (et de taxer les étrangers qui viennent acheter des cochonneries chez nous).

    Une question d'équilibre...

    RépondreSupprimer
  14. Bien vu. Sarkozy, sous prétexte de ne pas toucher à l'impôt sur le revenu, le seul juste comme tu le dis, multiplie les taxes sur tout et port nawak. La fourberie a encore frappé !

    RépondreSupprimer
  15. @Didier
    Même réponse que Nicolas
    Que tout le monde paye un impôt, à faculté de ses revenus, y compris un impôt symbolique.
    L'impôt est une notion révolutionaire qui fait de chaque assujéti un citoyen
    article 13:
    * "Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés."

    Pour le reste, nous ne sommes évidemment pas d'accord, puisque vous tendez à instaurer une exception au principe de progressivité de l'impôt.

    RépondreSupprimer
  16. Olivier,

    Relis le com. de Didier, il ne propose pas le "bouclier fiscal" mais juste de mettre la dernière tranche à 50%.

    En outre, il ne parle pas de plafonner "l'impôt total" mais "l'impôt sur le revenu" (à condition de supprimer l'ISF...). D'accord, c'est probablement une coquille de sa part...

    Et comme je réponds à Poireau ci-dessus : ça serait déjà une bonne base...

    RépondreSupprimer
  17. On ne peut être que d'accord sur le fond du billet, que tout le monde soit assujetti à l'impôt de manière égale, sans passe-droit, sans privilégier les clientélismes politiques.

    Question sur la forme que prendrait ce "nouvel" impôt sur le revenu : quelle progressivité (5 paliers, 12 paliers)? Quel taux marginal envisagerais-tu ?
    Serais-tu favorable à un transfert des cotisations sociales pesant sur les salaires vers cet impôt sur le revenu ?

    Ps: "on en trouvera bien quelques unes positives", tu as des exemples en tête ? Le but de ces niches est de privilégier un secteur donné, donc n'est-ce pas laisser la porte ouverte à la recréation de niches ?

    RépondreSupprimer
  18. Nicolas : en fait, je parlais d'un plafond à 50% qui serait une injustice à mes yeux. Par exemple en cas de RDS inventée par quelqu'un pour rembourser la dette énorme que nous creuse ce gouvernement, tous les gars déjà à 50% d'impôts y échapperaient et ça créerait une nouvelle injustice en faveur des plus riches !

    Pour le reste, tu as raison ! :-))

    RépondreSupprimer
  19. Toujours d'accord avec ton point de vue sur l'impôt sur le revenu. Tout le monde devrait le payer, sans oublier aucun revenu. Mais il y a un seuil de fortune et de gains, au dessus duquel la barre peut et doit dépasser 50%. En Amérique, quand l'imposition des très hauts revenus atteignait 90%, cela n'avait appauvri personne ni provoqué l'exode des contribuables.

    RépondreSupprimer
  20. Bob,

    Pour une fois, tu fais un commentaire aimable ! Je vais répondre pareil !

    1. "tout le monde soit assujetti à l'impôt de manière égale" C'est bien ça, mais le terme "égale" ne va pas, puisque c'est "progressive"...

    2. "la forme que prendrait ce "nouvel" impôt sur le revenu" : ce n'est effectivement pas un "nouvel impôt". Je crois qu'il est trop tôt pour parler de forme sinon on va patiner dans les détails (ce que je reproche presque à Hollande et Rebsamen dans mon billet).

    2. "quelle progressivité (5 paliers, 12 paliers)?" : il ne s'agit pas de paliers mais de tranches (la nuance est importante : les gens sont déjà trop apeurés par "l'effet de seuil" qui n'existe pas directement pour l'impôt (il existe pour d'autres trucs, comme les aides sociales).

    Quant au nombre de palier, je crois que c'est un détail. Pour que l'impôt soit juste, il en faut (je crois) beaucoup. L'idéal serait de trouver une formule mathématique (compréhensible) par tous pour supprimer les paliers tout en rendant le machin progressif (du type proportionnel au carré du dixième du revenu multiplié par l'âge d'Hélène Dieudonné lors de la deuxième guerre mondiale).

    3. Le taux marginal. Lui il est réellement trop tôt pour en parler... et en plus les gens n'y comprennent pas grand chose. Parlons d'un taux maximal (comme Didier Goux et Monsieur Poireau ci-dessus) ou d'un truc comme ça (quitte à déplaire à vieux gauchistes comme Olivier P., ci-dessus).

    Avant de parler de ce tôt marginal, il faut une réflexion globale et un accord pour faire sauter le bouclier fiscal tel qu'il existe. Par ailleurs, les USA ont eu des taux marginaux de 90% pendant la seconde guerre mondiale, pour financer l'effort de guerre.

    4. "Serais-tu favorable à un transfert des cotisations sociales pesant sur les salaires vers cet impôt sur le revenu ?" Ce n'est pas l'objet du billet, mais globalement "oui", du moins dans le cadre général de la réflexion.

    (fouille dans mes archives : j'explique ce que j'en pense et je dis clairement que, à part les retraites, les dépenses sociales, non maladies, n'ont pas à être financées par le travail. Et je sais : je ne suis pas dans la ligne du parti).

    Néanmoins, c'est réellement un autre sujet puisque ça touche le domaine de la représentation des syndicats (ouvriers et patronaux) et un tas de trucs comme ça. Mon "oui" est d'un strict point de vue fiscal et d'arrêter de faire porter des charges sur le travail. Par contre, en faire porter un peu sur l'impôt sur les sociétés ne me parait pas mal... Mais on rentre maintenant dans un débat sur la TVA sociale par des voies détournées...

    5. "on en trouvera bien quelques unes positives". Oui et non. Au moment où j'ai pensé à ce billet j'en avais mais en rédigeant la version définitive je me suis rendu compte que "non". Mais je laisse la porte ouverte...

    Les mesures auxquelles je pensais étaient utiles, mais pouvaient évidemment être détournées facilement...

    6. "n'est-ce pas laisser la porte ouverte à la recréation de niches "

    Que veux-tu faire ? Inscrire dans la constitution l'indiction de créer des niches - d'ailleurs François Bayrou avait voulu, à une époque, modifier la constitution pour empêcher de faire un budget déficitaire... ?

    Une constitution, ça se change... Ce n'est pas Nicolas Sarkozy qui nous contredira !

    Quand je n'ai pas de cadenas assez solide, je laisse la porte ouverte !

    Par ailleurs, la seule niche vraiment juste a été supprimée par la droite : l'abattement de 20% accordées à beaucoup de professions, celles qui n'avaient pas les moyens d'avoir facilement des revenus "au black"...

    RépondreSupprimer
  21. Poireau,

    Pour moi, la RDS et la CSG sont des impôts sur le revenu (la RDS est à part, mais dans la lignée de ce que je répondais à Bob, ci-dessus, la "dette sociale" devrait intégrer le budget - plus exactement la dette - de l'état et qu'on arrête de nous faire chier avec ça... Mais la RDS est marginale).

    La CSG est typiquement un impôt sur le revenu (vaguement proportionnel à la base, puisque imposable) visant à transférer les charges du travail vers l'impôt sur le revenu ! C'était très bien mais il faut penser à la remettre un jour à sa place - surtout maintenant qu'elle a bien augmenté dans le financement de la sécu : un impôt sur le revenu).

    Donc, pour répondre à Didier, Bob, toi et Olivier :

    le taux marginal, ou plutôt le taux maximum, doit prendre en compte CSG et RDS.

    Le Coucou,

    Tout au long de ce débat, j'ai "refusé" de parler de ce taux maximum. Tiens, suite à la réponse que je viens de donner à Poireau, il est évident qu'un seuil à 60 ou à 70% est exact.

    Et tu as raison de dire qu'un fort taux max. n'a pas ruiné les USA (mais là, il faudrait une concertation au niveau mondial...).

    RépondreSupprimer
  22. "il est évident qu'un seuil à 60 ou à 70% est exact." Ceci ne veut rien dire. Pas "exact" mais "correct" ?

    RépondreSupprimer
  23. "vieux gauchiste" j't'en foutrais, moi

    RépondreSupprimer
  24. David75

    L'impot progressif sur "l'ensemble" des revenus doit être la base de la justice sociale.
    Avec une surtaxe sur les placements financiers qui ne sont pas investis dans l'économie réelle.

    Quant à François Hollande pour qui j'ai de l'estime mais qui pense qu'on est riche avec un revenu de 4000€ Je serai tenté de dire qu'il est con ou mal informé s'il ne change pas cette pensée ..

    RépondreSupprimer
  25. Olivier,

    Je parlais de ton ancienneté comme militant socialiste, c'est un compliment.

    David,

    Il ne le pense pas (il doit lui-même, comme tous les politiciens de ce niveau, toucher beaucoup plus !). Il fait juste une erreur de communication.

    RépondreSupprimer
  26. Merci pour la réponse détaillée.
    Il semble par ailleurs que certains députés UMP souhaitent aller dans ce sens http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Toutes-les-reductions-d-impot-amputees-125242/
    Mais j'ai le sentiment qu'ils vont encore faire les choses à moitié.

    RépondreSupprimer
  27. Bob,

    Non ! Les députés UMP parlent juste de supprimer environ 5% des niches fiscales et ne parlent pas du bouclier...

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour,
    Un jour dans une conversation un ami entrepreneur dans différents pays m'a dit texto : "tu paies des impôts toi ? " comme si j'étais un parfait idiot. Alors moi la justice par les impôts ça me laisse sceptique car ceux qui devraient payer le plus ne sont jamais au rendez-vous.
    Après mûre réflexion sur le sujet, même si l'impôt direct peut sembler "juste", je propose de supprimer toutes les cotisations sociales et impôts sur le travail salarié qui font migrer les entreprises vers d'autres cieux moins coûteux. Ne vous en déplaise, j'augmenterais la TVA en proportion du manque à gagner des impôts directs et cotisations sociales, pour rattraper au tournant tous ces délocalisateurs qui n'y trouveraient plus d'intérêt puisque les impôts et cotisations seraient sortis du coût de production. Et je pense qu'au final, les consommateurs, même les plus faibles, ne paieraient pas plus car il existe des taux de TVA réduits sur les produits sensibles.
    Autre chose: vous êtes vous demandés pourquoi on nous demande toujours des économies sur tant de choses mais JAMAIS l'état ne parlera d'économiser sur le remboursement de la dette publique?
    Dominique

    RépondreSupprimer
  29. Dominique,

    Il m'arrive d'être très grossier quand je lis des âneries dans les commentaires de mon blog (demande à Bob, ci-dessus) mais là, c'est à un tel niveau que je te demande de prendre ta calculatrice pour m'expliquer comment on va repartir les nouveaux taux de TVA pour satisfaire tous les besoins ?

    Ensuite, sans cette calculatrice, tu pourras m'expliquer comment tu peux être un tel fumier pour imaginer qu'un smicard n'a pas le droit d'acheter un pantalon pour son môme ou un shampooing pour sa grosse, puisque de tels produits n'ont pas, je crois, un taux réduit de TVA ?

    RépondreSupprimer
  30. Et baisser les dépenses de l'Etat, est-ce que ça ne serait pas plus utile dans un pays où la pression fiscale est déja tres forte?

    RépondreSupprimer
  31. Tu as raison. Arrêtons tout soutien aux entreprises publiques voire tout marché avec les entreprises privées qui continuent à faire des profits sur le dos des contribuables.

    RépondreSupprimer
  32. Completement absurde ton dernier post.

    RépondreSupprimer
  33. Non. Mais tu es de droite et moi de gauche : on ne se mettra jamais d'accord.

    Comme en plus, tu es prétentieux, tu penses pouvoir convaincre les gens en argumentant. Et quand ils ne sont pas convaincus, tu dis que leurs arguments sont absurdes parce que tu es bien plus intelligent que tout le monde nananère.

    Tu n'as tout simplement rien compris à la politique.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.