18 novembre 2009

Royal-Peillon, gestation d'un conflit [perles]

Par Julien,

Le clash Royal - Peillon tout le monde en parle (y compris le taulier). Ce matin, j'ai lu que Segolène avait décidé de (ou veut) nommer une nouvelle équipe d'animation pour Espoir à Gauche. Volonté remise en cause par Peillon. Qui a la légitimité pour faire quoi ?
N'étant ni français ni membre du PS ni d'EAG, je m'en fous un peu de ces deux. Par contre, je trouve ce pearltree de Rom_J très intéressant: il retrace l'évolution de la relation entre les deux protagonistes depuis la création d'EAG au congrès de Reims à aujourd'hui... un conflit en gestation depuis pas mal de temps.

Légitimité à 'EAG : Royal vs Peillon


6 commentaires:

  1. "Royal-Peillon", je trouve que ça fait nom de palace abandonné.

    RépondreSupprimer
  2. je dirais : "Peillon, qui a la légitimité pour faire quoi ?"

    RépondreSupprimer
  3. « Le clash Royal - Peillon tout le monde en parle »

    Non, franchement, je crois que 98 % de la France n'en a rigoureusement rien à foutre, voyez-vous...

    RépondreSupprimer
  4. Tous d'accord avec BESSON !

    Vu de loin, on a vraiment l'impression que le PS est devenu un organisme fou qui se dévore lui-même. Au moins à l'époque de la guerre Rocard-Mitterrand, il y avait un débat d'idées entre gauche socialo-communiste (pour faire court) et gauche plus libérale.

    Mais aujourd'hui qui saurait dire pourquoi Ségolène Royal et Vincent Peillon se bouffent le nez ?


    Il faut quand même se souvenir, je le précise car la mémoire médiatique est courte, que Vincent Peillon était le porte-parole et porte-flingue du courant Royal lors du dernier congrès à Reims il y a tout juste un an. Depuis la lune de miel a tourné en lune de fiel. On l'a vu ce week-end à Dijon. Peillon a peu apprécié que Royal s'invite à sa petite sauterie avec les Verts et le Modem. Et depuis, Peillon n'a pas de mots assez cruels pour décrire son ancienne égérie. Ségolène Royal n'aurait pas la capacité de rassembler. Elle n'aurait pas la capacité de travailler sur le fond des choses. Elle serait imprévisible.


    Pire. Elle participerait gravement à la pipolisation du politique. Ce qui m'amuse beaucoup, c'est exactement ce que disait Éric Besson dans son livre “Qui connaît Madame Royal ?” après avoir claqué la porte du PS en 2007. Je serais curieux de savoir ce que disait Vincent Peillon au même moment ! Et Valls, et Montebourg ? Et les journaux tels Libé qui se moquent aujourd'hui de celle qu'ils ont pourtant fait reine ?

    Il est vrai qu'à l'époque les sondages étaient “royal” pour Ségolène.

    http://lavenircestmaintenant.skyrock.com/

    RépondreSupprimer
  5. Rachid,

    C'est mon blog, pas le tien. Je t'ai déjà censuré plus d'une fois. C'est moi que les gens viennent lire... Ou Julien, à l'occasion, car il a la réputation de répondre à tous les commentaires...

    Bon, je m'y colle ! Il n'y a plus de petit personnel.

    Didier,

    "Tout le monde en parle", dans les blogs de gauche...

    Lucia,

    Il a été élu par les militants d'EAG pour diriger ce bazar.

    Chr,

    La royauté ne peille pas de mine.

    RépondreSupprimer
  6. Je découvre et je réponds, je réponds taulier (quitte à te répéter)

    Chr,
    Un beau château avec des tranchées

    Lucia,
    Peut-être, peut-être pas. Il a été élu par les militants EAG. En même temps, sans avoir obtenu l'onction de Segolène à l'époque, il ne l'aurait peut-être pas été. Les militants décideront.

    Didier,
    oui, on a tendance à regarder le monde de sa place

    Rachid,
    Laissons Besson à sa place!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.