05 novembre 2009

On a fait la moitié ?


Me voilà à la Comète, ce matin, dès sept heures devant mon café avec un nuage de lait. Le Parisien était alité sur le comptoir à côté de moi. Je l’ouvre. « A mi-mandat, Nicolas Sarkozy défend son bilan ». Je bois une gorgée et je me plonge dans l’article de la mort.

« Pourtant, malgré la grogne à droite et des sondages en berne (39 % de cote d’approbation selon un sondage Ifop-« Paris Match », une chute de 6 points), Sarkozy, dressant hier son bilan en petit comité à l’Elysée, s’est montré fier de ses réformes. »

Ah ! Voilà un gars optimiste. Le chômage galope, le déficit explose, l’insécurité insécurite, …

« L’objectif est que « les voiles du navire France soient réparées et déployées lorsque la croissance reviendra ». »

Je croyais qu’il était fâché avec Raffarin mais il lui emprunte ses raffarinades !

Le grand emprunt. Ah ? C’est une réforme. « La droite se divise entre ceux qui, inquiets des déficits abyssaux, préconisent une somme modeste et les amis d’Henri Guaino, qui plaident pour un « vrai » grand emprunt, de 50 Mds € à 100 Mds € ». J’entendais à la radio, ce matin, que François Fillon disait entre 25 et 30 milliards et Nicolas Sarkozy « jusqu’à » 50 milliards. Il n’y a pas le téléphone entre l’Elysée et Matignon ? Dès fois, je me demande comment fait François Fillon pour ne pas démissionner.

« Une popularité en berne. Pour le chef de l’Etat, pas de doute : les « commentateurs », médias ou opposition, sont en décalage avec l’opinion. » Je fais partie des commentateurs ? Oui ? Bon. Laissez-moi me tromper : La popularité est en berne. Le pauvre. Les Français se trompent. Ils n’ont pas vu qu’il est génial.

« Son « erreur» sur l’EPAD. Sarkozy n’a guère l’habitude de faire son mea culpa, mais sur l’arrivée programmée de son fils cadet, Jean, à la tête de l’organisme gérant le quartier d’affaires de La Défense, il admet avoir commis une « erreur ». Pour avoir lui-même occupé le poste jadis, il estimait qu’à partir du moment où le président de l’Epad n’a ni salaire, ni bureau, ni voiture avec chauffeur, l’affaire ne poserait aucun problème. » Nous pouvons confirmer : il n’y a rien à faire à ce poste (je rappelle que je bosse à côté du siège de l’EPAD). Nicolas Sarkozy faisait très bien l’affaire quand il l’occupait.



Un bilan de mi-mandat...



14 commentaires:

  1. La France est vraiment à la dérive...grâce au PS, il n'y a même plus d'opposition car tout a été préparé pour le retour du "messie".

    RépondreSupprimer
  2. Mais non, mais non, le PS n'est pas mort.
    La plupart des lecteurs de ce blog voteront socialiste en 2012 parce que c'est notre seule chance de battre Sarkozy.
    Alors arrêtons l'autoflagellation et soyons réalistes.

    RépondreSupprimer
  3. Stef,

    Ne réponds plus à Made qui ne fait que cracher sur le PS pour soutenir Ségo...

    RépondreSupprimer
  4. Popularité en berne soit ! Néanmoins... un dernier sondage tout frais le donne en tête du 1er tout des présidentielles si elles avaient lieues aujourd'hui. Normal, il n y a personne de l'autre coté !

    RépondreSupprimer
  5. Corto,

    Premier avec 28% des voix... et pas de réserve ce qui fait un deuxième tour à 40%.

    Faut pas interpréter les sondages...

    RépondreSupprimer
  6. Il reconnait son erreur à propos de Fiston ? Si j'en crois le canard enchaîné, voilà un gars qui a passé des mois à manœuvrer, qui a dégommé au passage Patrick Devedjian et fait nommé un type dans un siège assez confortable pour qu'il la boucle dans le but d'occuper junior à la tête de l'Epad et qui nous dit que finalement, non, ça n'a pas d'importance !
    Mort de rire !

    [Je commence à bien voir François Fillon en embuscade pour un démarrage dans la dernière ligne droite vers la présidentielle. Il embarquerait Rama Yade qui sait choisir sa carrière et a déjà changé de cheval puis fusionnerait avec les villepinistes et les tenants d'un gaullisme véritable ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  7. Poireau,

    Tu as foi en Fillon ! C'est beau.

    RépondreSupprimer
  8. Nicolas : je n'ai pas foi en Fillon, t'es fou ! Par contre, c'est notre boulot de blogueur gauchisse, je trouve, de tenter chaque fois que c'est possible de glisser le doute dans le camp de la droite. La thèse Fillon est assez laisante pour cela ! :-))

    RépondreSupprimer
  9. Fillon c'est quoi son surnom? Gorges profondes ?

    RépondreSupprimer
  10. Deep Throat pour les intimes.

    N.B. : J'ai voulu vérifier ça en cherchant Gorges Profonds sur Google, les résultats sont amusants.

    RépondreSupprimer
  11. Ce coup-ci j'ai fait le même billet que toi. Hum. Je te pique la photo.

    A part ça, il attend que la croissance revienne ou il va faire quelque chose... pour nous?

    RépondreSupprimer
  12. J'avais lu le billet ce matin, et à treize heure j'y repensais en écoutant à la radio Pascal Perrineau, politologue, commenter la chute de N. Sarkozy de façon sidérante. On aurait presque cru à l'entendre qu'il se livrait à un éloge de "l'hyper-président" en retournant comme un gant le mécontentement des Français…

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.