14 septembre 2011

Et si on investissait sur l'avenir ?

Dans son dernier billet, Dagrouik s’interroge sur les « consignes » données par les équipes de François Hollande aux militants. Elles présentent le projet orienté vers les jeunes, vers l’école, vers les efforts à faire en matière d’éducation.

Dagrouik a l’air de penser que ça ne parle pas aux électeurs : « Question: si je suis un jeune, disons de 25 ans, sorti du système scolaire avec ou sans qualification. Précaire, et habitant dans un logement de mauvaise qualité et avec des amis précaires ou au chômage eux aussi… Est-ce que ce message-là me parle ou leur parle ? Non, car je suis hors du public visé. Ca ne parle pas aux jeunes précaires, ni aux parents des jeunes précaires : ceux-ci ne vont pas retourner à l’école, ce n’est pas proposé ici.

Mais alors à qui cela parle-t-il ? Aux parents des jeunes scolarisés sans doute. Pour les autres, il va falloir attendre. C’est ce que semble dire cette newsletter. Un peu dommage non ? »

Ben, ça me parle à moi. J’ai encore des neveux et nièces à l’école. Ca parle à ma mère, qui a des petits-enfants à l’école (par le plus grand des hasards sont mes neveux et nièces) et s’inquiète pour leur avenir. Ca parle à tous les profs (par ailleurs électeurs traditionnels de notre parti polique). Ca parle à tous les français, inquiet pour l’avenir de leur pays. Ca parle à tous ceux qui pensent que dans un monde en crise, un monde à réinventer, il faut privilégier l’éducation, il faut investir sur l’avenir.

Mais c’est Dedalus qui dit le mieux à qui ça parle.

Mais d'après Dagrouik, l'éducation ne serait pas importante.Ou alors celle faite par les militaires.

20 commentaires:

  1. ça parle aussi à tous ceux qui se sentent concernés par les jeunes en conflit avec la loi, car nombre d'entre eux ne le seraient pas, si le système éducatif ne fonctionnait pas comme un tri-sélectif en faveur des catégories les plus favorisées d'une part et d'autre part, si les moyens de mettre en oeuvre des méthodes de pédagogie active adaptées à des gamins plein de vie.

    RépondreSupprimer
  2. (...) étaient donnés aux enseignants (formation continue; moins d'élèves par classe = + d'enseignants;locaux; etc).
    Cf. Gilbert Longhi : ses expériences de raccrochage scolaire et d'école de la 2ème chance.

    Pardon, c'est long.

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas, j'espère que vous n'êtes pas l'inventeur de la formule "investir sur l'avenir", car elle est particulièrement imbécile.

    Apolline : les jeunes dont vous parlez ne sont pas "en conflit" avec la loi. Un conflit implique une espèce d'égalité entre les tenants de celui-ci. Or, il n'y a nulle égalité entre un casseur (ou un cambrioleur, ou un violeur, etc.) et la loi qui réprime et sanctionne ses agissement : c'est typiquement une vision de modernœud pratiquant l'excuse systématique des malfrats de toute espèce.

    En outre, s'il veut mettre un terme à son effondrement actuel, le système éducatif doit au contraire s'appliquer à redevenir sélectif, notamment en éliminant du circuit tous ceux qui ne sont visiblement pas fait pour suivre des études au-delà de l'ancien certificat d'études, c'est-à-dire en gros 50 % de chaque classe d'âge, proportion qui doit bien atteindre 70 % au-delà du BEPC (qui ne doit plus, j'imagine, s'appeler comme cela). Cela permettrait de supprimer une grosse moitié du corps professoral (les nuls, les pas motivés, les syndicalistes à temps plein, etc.) et, donc, de payer correctement ceux qui resteraient.

    RépondreSupprimer
  4. Un pléonasme en guise de titre..
    Mille bravos Nicolas !

    RépondreSupprimer
  5. En fait ce n'est même pas un pléonasme; ça ne veut tout simplement rien dire.
    C'est du Ségo.. Faites gaffe: vous commencez à parler le Ségo.

    RépondreSupprimer
  6. Je peux vous suggérer "investissez dans l'espérance".
    Ca le fait non ?

    RépondreSupprimer
  7. J'en connais un qui va se faire virer, nananè-reu…

    RépondreSupprimer
  8. @Didier Goux,
    Je reconnais bien là des idées qui datent d'avant la guerre de 14 :
    - enfants délinquants en maison de correction
    - enfants de pauvres à la terre ou à la mine
    - enfants bourgeois ches les Jésuites.
    Mais le monde change.
    La notion "d'enfants en conflit avec la loi" émane des Déclarations de l'Unesco(qui engagent la France, au titre de ses engagements internationaux) et non de ma faible cervelle.
    Mais j'accepte tout à fait que vous ayez un point de vue différent du mien.Je combattrai toujours votre point de vue, pas votre personne,au demeurant trés sympathique.

    RépondreSupprimer
  9. Ah non ! Il me faut un quota de tarés pour toucher mes subventions.

    Et z'avez pas finit de commenter le titre (fait pour attirer les visiteurs modernoeuds dans Twitter) sans lire le billet ?

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  11. Cette photo en noir et blanc pour illustrer l'avenir...Ca aussi c'est top.
    Un peu réac toutefois.
    Vous n'aimez pas les classes d'aujourd'hui Nicolas ?

    RépondreSupprimer
  12. Vous auriez pu choisir ça.

    RépondreSupprimer
  13. J'ai fini mon truc par "un peu dommage" et expliqué que ça ne parlait pas à tous les jeunes. Alors que FH base son discours vers LES jeunes. Légère distinction

    Aussitôt on me colle des trucs , donc "barbouze" chez l'autre, dont tu fais un lien .. hein ... et hop 2 billets pour me répondre.

    Le premier commence par de la diffamation et le 2e ici oublié que j'ai écrit des trucs sur l'UMP et savent ce que je pense de cette merde qui salope la vie de tous.


    Manifestement il ne faut pas avoir d'avis "non conforme à 100%" sur Hollande, sinon on devient barbouze ou cabinet noir hein ?

    RépondreSupprimer
  14. En même temps, même si je pense pas voter pour lui, je trouve qu'il est pas mauvais : le but pour l'instant, c'est pas de parler à tout le monde, mais bien à ceux qui sont susceptibles de voter à la primaire.

    RépondreSupprimer
  15. @Didier

    J'ai bien peur que le système éducatif soit devenu globalement sélectif, lorsqu'on voit qu'un titulaire d'un bac pro technique sait à peine lire et écrire. N'oublions pas que nous lâchons dans la nature entre 8 et 12% de jeunes au bord de l'illettrisme par classe d'âge. Par rapport à l'après-guerre, 60 ans plus tard, nous avons progressé !!!

    J'écoutais récemment Natacha Polony sur France Culture. Elle ne raconte pas que des sottises !

    RépondreSupprimer
  16. Ronald,

    Un peu dommage, ton billet. Tu peux chercher des prétextes, tu es tombé à côté de la plaque.

    Les gens,

    Merci pour vos coms !

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour,
    personnellement, je trouve le discours de Hollande complètement démago, et sans crédibilité et trés malin.
    1/ Malin, car il n'a pas vraiment dit investir dans l'éduction, mais plus de profs, ce qui bien sur va avec, mais demande une gymnastique d'esprit pour le français moyen. Il se sent donc intelligent lorsqu'il arrive a faire le lien.
    2/ sans crédibilité: Imaginez-vous comme le disais Fillon "au bord de la faillite", comment allez vous financer tout ça? en augmentant les impots? hum hum...
    3/ Démago: Vu que c'est techniquement impossible dans un avenir proche, ce sont des paroles en l'air. De plus, pourquoi ne pas l'avoir dit plus tot?

    RépondreSupprimer
  18. Mon Dieu ! Un homme politique serait donc démago !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.