13 septembre 2011

La bourse, on l'envie ?

Enfin une bonne nouvelle ! A l’ouverture de la bourse, ce matin, le Crédit Agricole reprend plus de 4%, suivi de peu par le SG… Le CAC 40, quant à lui, est en légère hausse. Natixis se porte bien et BNPP reprend plus de trois points. Aucune valeur n’est à la ramasse mais notons que Danone perd 0,2%.

On s’en fout, me direz-vous. Oui, mais j’ai un billet à faire, moi !

BNPP est la banque la plus exposée à la dette de la Grèce et ça pourrait chier.

Conseil du jour : quitte à perdre du pognon, achetez des actions BNPP.

Deux solutions : soit tout se casse la gueule et de toute manière votre pognon ne vaudra plus rien autant le dépenser à faire des conneries, soit ça repart et tout ça remonte pour vous faire devenir un vrai petit spéculateur en herbe méritant de la patrie puisqu’avec votre achat, vous aurez contribué à la relance du titre. Monsieur Filliol (le taulier de BNPP) viendra alors en personne vous payer une bière la Comète.

Voila, c’est décidé. Je me lance dans le conseil boursier. Je vais coter Partageons mon avis en bourse pour prouver ma motivation et mes compétences extrême. Il ne vaut absolument rien, sa valeur pourrait ainsi être multipliée par deux assez rapidement.

Par contre, n’achetez pas d’actions de la Société Générale car les mesures correctives que devrait prendre la banque pour se conformer aux normes de Bâle 3 d'ici 2013 pourraient inclure une baisse du taux de distribution des résultats (de 30% environ actuellement à 20%E). Le groupe génère suffisamment de capital pour être en mesure de se conformer aux nouvelles normes Bâle 3. Selon moi, le régulateur français ne devrait pas imposer de mesure contraignante supplémentaire par rapport au comité de Bâle. Un ratio CETier1 minimum compris entre 7% et 8.5% devrait être acceptable

Alors, ça vous en bouche un coin, non ?

Figurez vous que ce paragraphe (aimablement prêté par ma propre banque pour illustrer ce billet) est assez incompréhensible, ce dont on se fout puisque personne n’écoute les conseils mais le pire est que des gugusses arrivent à les écrire sans même se poser de question.

Et ce sont les mêmes qui vont bientôt dégrader les notes de ces banques les faisant plonger dans le rouge, ce qui amènera les clients à s’inquiéter encore plus, donc les cours de bourse à chuter encore et par voie de conséquence les notes à baisser encore. On n’y comprend plus rien.

Donc on s’en fout. On reste calme. On ne se précipite pas à sa banque pour retirer son pognon. On appelle aimablement son banquier pour se foutre de sa gueule car il sera prochainement licencié. Ca lui apprendra à vous avoir pris de haut quand il a refusé de négocier vos frais quand vous vous êtes retrouvé à découvert après avoir du payer une amende à la RATP à cause de votre petit dernier qui avait perdu son ticket.

Pendant ce temps, le peuple Grec, serein, assis sur son tabouret de comptoir se demande néanmoins ce qui va bien lui tomber sur le coin de la gueule.

14 commentaires:

  1. Merveilleuse analyse, merci pour cette intervention Jean_Marc Sylvestre (pin, pour les intimes), on a rien compris, c'est donc que c'est vrai.

    RépondreSupprimer
  2. Pendant ce temps, le peuple Grec, serein, assis sur son tabouret de comptoir ... demande "Parakalo, ena ouzo !"

    RépondreSupprimer
  3. Attention, j'en connais qui vont réclamer ton transfert dans le wikio "bourse".

    RépondreSupprimer
  4. Le plus drôle, est qu'on envisage aujourd'hui ce qu'on s'interdisait hier, sortie de l'euro, rentrée au capital des banques, etc... Le désarroi est plus grand qu'il n'y parait...

    RépondreSupprimer
  5. Et ils sont où ?? Et ils sont où ?? Et ils sont où .. tous les milliards ?! dans les belles baraques, dans les belles bagnoles, dans les belles nanas ... La la la !! Maintenant, toi, gentil peuple : faut que tu craches, faut que tu payes. Vas-y, relance encore :-)

    RépondreSupprimer
  6. D'accord, la dette grecque ne plombe les banques que de pas grand chose (1 ou 2% ai-je entendu ce matin). Il n'y a pas de quoi en faire une pendule. Mais on ne me dit pas de combien la dette italienne, la dette portugaise, la dette espagnole etc plombent les mêmes banques.

    RépondreSupprimer
  7. Pernod Ricard perd 1,82% ce matin. On achète ou on boit?

    RépondreSupprimer
  8. Tiens, je regrette de ne plus avoir de compte à découvert chez BNPP. J'aurais suivi ton conseil.

    RépondreSupprimer
  9. Oui mais si "partageons mon avis" ne vaut absolument rien en bourse, même en attendant que sa valeur se multiplie par deux, ça ne vaudra toujours rien, non ?
    Enfin moi, hein, à part j'ai entendu dire qu'il faut acheter à la baisse et vendre à la hausse...

    RépondreSupprimer
  10. On l'envie ?... Je ne sais pas mais ce dont je suis persuadé c'est que l'on se fout de nous !!!
    Pourquoi ?
    Regarde :
    Journal français c'est içi
    *
    Journal suisse
    *
    Qu'endis tu ?... Inquietant non?.

    RépondreSupprimer
  11. Mille escuses je vois que mon lien ne fonctionne pas .

    RépondreSupprimer
  12. Ce matin, j'ai pensé acheter de la SOC GEN , ma femme m'a interdit, j'aurais pu faire + 14 % comme un trader assoiffé !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.