11 février 2008

Honte de l'UMP pour les municipales à Toulouse

J'en rigolais sur le blog : les candidats soutenus par l'UMP n'osent même pas le dire à Loudéac et au Kremlin-Bicêtre. Il n'y a pas que dans nos patelins provinciaux ou banlieusards : à Toulouse aussi. Jean-Luc Moudenc, sur son site, n'ose même pas l'avouer.

13 commentaires:

  1. Non seulement il n'a pas le logo UMP sur ses prospectus mais de plus, le site ne fonctionne pas !
    Y'a que la page d'accueil !

    Heureusement que Pierre Cohen bosse, lui ! :-)))

    RépondreSupprimer
  2. alors là Nicolas je suis d'accord.
    M. Moudenc prend les toulousains pour des andouilles.

    A Monsieur POireau: pour une fois que j'aurais été content de savoir que le Président de la République venait sur Toulouse pour le soutenir, mais il n'en veut pas !
    Globalement, certains à droite chez nous commencent à déclarer qu'ils vont perdre.

    RépondreSupprimer
  3. Poireau,

    Pour l'accueil, ils sont à la page ?

    Grognard,

    Ils vont perdre !

    N.B. : Tu as le blogage rapide ! C'est suspect...

    RépondreSupprimer
  4. Etrange, tout ceux qui ont voté à droite semblent se volatiliser? Comment ça se fait?

    RépondreSupprimer
  5. Chez moi non plus l'UMP ne s'affiche pas comme tel...et dans tout le département (Calvados) c'est pareil. On a droit à de magnifiques "Majorité départementale" !
    Pendant ce temps, le candidat de la gauche n'a plus assez de place sur ses tracts pour mettre les logos de tous les partis et associations qu'il fédère !

    Tout ne s'assume pas aussi bien...

    RépondreSupprimer
  6. Colin,

    Je ne suis pas de Toulouse, mais :
    . Dans ma commune natale, Loudéac,
    . Dans ma commune de résidence, Le Kremlin-Bicêtre,
    c'est pareil !

    RépondreSupprimer
  7. Puis tiens je te le prends avec le lien et l'article après!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.