27 février 2008

Des industriels, des blogs et un peu de justice (pas sociale)

Cette histoire d’accord probable entre les industriels pour faire monter le prix de la Javel et du rouleau de PQ me gonfle prodigieusement.

Je dois être paranoïaque ! Il n’empêche que je trouve que cette affaire tombe à pic pour le gouvernement qui peut nous dire : « c’est pas nous, vous voyez bien, ce sont les méchants industriels qui augmentent leurs tarifs à l’insu de notre plein gré, vous pouvez donc vous nous ».

Pendant ce temps-là, la blogosphère est en émoi à propos des personnalités politiques qui portent plainte contre des blogueurs sympathiques ! Ils ont même soudoyé ce blog pour me pousser à en parler et éviter d’évoquer le coût de la brosse à dent et du coton tige spécial pour nettoyer les vibromasseurs USB (notre illustration).

Je vais donc répondre à Dagrouik : ça donne une occasion aux politiques et aux blogueurs sympathiques de faire parler d’eux.

Ce n’est quand même pas extraordinaire d’être poursuivi en justice. La mésaventure suivante pourrait m’arriver mais je vais la raconter au passé pour faire plus vrai.

Je viens de recevoir un mail du Directeur du Service Juridique de Matignon. Derrière un jargon incompréhensible même par Maitre Eolas, j'ai cru comprendre que la raison de cette colère matignonesque provient de ce billet où j'ironise sur les coiffures respectives de François Fillon, André Santini, dit Dédé, et Eric Woerth.

Je suis dans
la merde. Je lui ai répondu qu'il n'y avait aucune méchanceté dans mes propos et que certains chauves réussissent très bien à l'instar de Valéry Giscard d'Estaing et Geneviève de Fontenay, mais le Monsieur semble n'avoir aucun humour.

J'appelle tous les blogueurs à me soutenir en m'envoyant un chèque de 500 euros à l'ordre des Etablissements PartageonsVotrePognon&co.


Trêve de plaisanterie : il y a plus grave que des attaques en justice. Par exemple, si les blogueurs en question étaient condamnés, nous pourrions craindre pour la liberté de parole !

Dagrouik, mon canard, je n’ai lu aucun billet sur cette histoire avec mon quasi-homonyme, j’ai lu l'article du Post sur Sylvie Noachovitch et le billet de Luc. Cet article va probablement rapporter de l’argent au Post qui dispose ainsi d’une formidable publicité.

Il n’empêche qu’on a actuellement un odieux gouvernement libéral qui n’hésite pas à taper oralement sur les industriels pour faire oublier qu’il est libéral et que toutes les mesures prises depuis six ans permettent exclusivement d’enrichir les actionnaires de ces industriels ! Ca, il faudrait en parler dans les blogs !

11 commentaires:

  1. Et si on allait foutre le feu aux Tuileries ? (C'est mon côté passéiste...)

    Tiens, rien à voir, mais pour tenter de vous faire sourire, cette phrase de Jim Harrison, extraite de l'une de ses lettres à son ami, l'écrivain français Gérard Oberlé :

    «Beaucoup d'entre nous voient dans les crotales les républicains de la nature, vu la manière dont ils attaquent sans raison particulière les pauvres et les innocents.»

    Vous pouvez remplacer "républicains" par ce que vous voudrez de plus hexagonal...

    RépondreSupprimer
  2. Encore une fois, j'abonde dans ton sens (qui est le bon).

    En attendant la révolution, je vais allumer ma 25e clope de la journée et entamer ma 12e heure supplémentaire parce que le président a dit que c'était bon pour la France.

    RépondreSupprimer
  3. Didier Goux,

    Qui est le crotale ? Les ministres qui vont accuser les industriels d'être responsable de tout ? ou moi qui accuse les ministres d'accuser... ?

    Didier B,

    Le Président a dit que la loi antitabac a fait baisser en deux mois les AVC ! (je ne vais pas souvent sur ton blog mais je suis un fidèle lecteur via Cozop !).

    RépondreSupprimer
  4. Eh ! oh ! Harrison parle de VRAIS crotales (des serpents, si vous préférez...). Et je pensais que la comparaison entre ces serpents venimeux et la droite américaine pourrait vous faire sourire (apparemment, je m'ai gourré...)

    RépondreSupprimer
  5. Didier G,

    La phrase m'a fait sourire, mais je me demandais s'il fallait y voir un sous-entendu de votre part ?

    RépondreSupprimer
  6. MAIS NON : je ne trolle pas 24 h sur 24, non plus !

    RépondreSupprimer
  7. Pour moi tout cela illustre surtout l'impuissance de la fine équipe face à des entreprises qui se foutent de la France, voire même de l'Europe : lorsqu'elles se font épingler, elles paient les amendes mais n'en changent pas pour autant une seconde leurs façons de faire. Avant ça, il y a eu ça et ça et ça n'a rien d'exhaustif.

    RépondreSupprimer
  8. Ouais... Et notre Sarko qui veut dépénaliser le droit des affaires.

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas

    Ah, c'est toi LE lecteur? :-)

    RépondreSupprimer
  10. Moi aussi ça me gonfle, mais là j'avais déjà écrit 2 billets soit bien plus que mon rythme actuel. J'ai donc du me poser et gérer mon nouveau célibat ( snifff, quel con je suis).

    Mais tu as raison: l'entente sur le prix du PQ, de la Javel est odieux: cela veut dire qu'on ne peut plus chier en toute tranquillité. Déjà que le camembert prend 40%.

    Tu as raison la politique menée depuis 6 ans ne va que dans les interêts des entreprises qui sont parties prenantes du capitalisme à la française: ces gros trucs qui vivent au crochet de l'état et sucent les subventions publiques.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.