01 juin 2010

Des mots pour bloguer

Je ne sais pas si l’Académie Française et le Petit Larousse retiendront le verbe « bloguer » un jour, toujours est-il que l’indispensable Dada, à cheval sur les principes, a trouvé un site web qui en propose une conjugaison. On ne va pas négocier : je suis d’accord.

Certains mettent deux « g » : ce n’est pas joli. « Bloguer » me va très bien. Il se conjugue comme les verbes du premier groupe en « guer » comme… « conjuguer ». Ca n’est pas fatigant. Ou fatiguant. Ah ! Merde ! Une difficulté. Des explications s’imposent.

On dira par exemple « je blogue une connerie en buvant une bière ». Pour ma part, il est plus exact de dire « Je bois une bière en bloguant en connerie ». C’est du gérondif, c’est-à-dire « en » suivi du participe présent. La langue française est compliquée. Des esthètes divers pourront passer après moi pour me contredire : je ne suis pas susceptible en matière d’orthographe.

C’est bien du participe présent ! Il ne faut pas confondre avec l’adjectif. L’adjectif « blogant » n’existe pas. C’est bien dommage. Nous avons bien l’adjectif « blogué » issu, non pas des pieds, mais du participe passé. « La connerie que j’ai bloguée en buvant une bière » forme une locution très jolie. On l’accorde. Connerie étant féminin (par définition), j’ai ajouté un « e » à « blogué ». Le participe présent de s’accorde pas. On ne dira donc jamais « bloguante ».

Reste à savoir si l’adjectif « blogant » existe. En fait, je ne vois pas trop quand on pourrait dire « bloguante ». On voit très bien la différence entre « fatiguant » et « fatigant » (la confusion sera néanmoins excusée, mais faites gaffe bordel). C’est fatiguant de lire mes billets. La lecture des mes billets est fatigante. J’ai bon là ? Edit : "non" me dit-on en commentaire.

Nous allons donc décréter sur le champ que l’adjectif « blogant » n’existe pas pour ne pas se fatiguer.

A part ça, il n’y a pas de difficulté majeure à la conjugaison du verbe « bloguer ». Par exemple, à l’imparfait du subjonctif, ça donnera : « Il eut fallu que je bloguasse une connerie au lieu d’aller au bistro ». Le « u » est très important. Notamment au scrabble si vous en avez un à caser. Au plus-que-parfait du subjonctif, ça donnera : « la connerie que j’eusse bloguée si je n’avais pas été au bistro ».

L’auxiliaire à utiliser sera assez facile à trouver : « J’ai blogué une connerie en buvant une bière ». Ou, comme dans mon exemple ci-dessus : « La connerie que j’ai bloguée en buvant une bière ». Une gonzesse ne dira donc pas : « J’ai bloguée une connerie en buvant un thé avec mes amies dans un salon de thé » mais bien « J’ai blogué une connerie en buvant une bière avec les copains au bistro ».

Maintenant, Mesdames et Messieurs, il va nous falloir passer à l’exercice suivant, c’est-à-dire définir le terme « bloguer ». Ca va être très difficile. Déjà qu’on a du mal à définir « blog », notamment en ne trouvant pas la frontière entre un blog tricot et un article de la presse en ligne. Tous les deux ont des flux RSS, des liens hypertexte, la possibilité de commenter, …

En fait, je crois qu’il y a deux utilisations possibles. Il y a d’abord la réalisation de toutes les actions autour des blogs (rédiger des billets, lire des billets et mettre des commentaires, notamment). Dans ce contexte, on considérera le verbe « bloguer » comme étant intransitif, le blogage (nous étudierons ce terme ultérieurement) étant intransigeant.

Néanmoins, dans le début du document, j’ai utilisé la phrase « J’ai blogué une connerie ». Ca ne vous a pas choqués car vous n’êtes pas encore très familiarisés avec le verbe « bloguer ». C’est un abus de langage de ma part. Je ne le regrette absolument pas puisqu’il permet d’illustrer ce billet. Mais nous ne conseillerons de l’utiliser qu’à titre exceptionnel. Par exemple, si vous faites un billet de blog pour raconter la cuite de la veille, vous n’utiliserez la phrase « J’ai blogué la cuite de la veille » qu’à titre humoristique.  Par exemple, aujourd’hui, on parle beaucoup du bordel au large de Gaza. Vous ne direz en aucun cas : « J’ai blogué Gaza ». Déjà qu’ils sont à moitié bloqués. Eventuellement, vous pourrez dire « J’ai blogué à propos de Gaza » mais ça n’est pas très joli. Il conviendra de dire « J’ai publié un billet de blog à propos de Gaza ».

En passant, d’ailleurs, on ne dira pas « J’ai publié un billet de blog sur Gaza » pour ne pas fâcher Didier Goux.

Par contre, l’emploi intransitif du verbe blogué sera toléré. Par exemple, vous direz facilement « Gaza a beaucoup été blogué ce matin ». Il est néanmoins plus joli de dire « Gaza a fait l’objet de beaucoup de billets de blogs ».

Nous en avons fini avec le verbe « bloguer ». Nous retiendrons donc qu’il faut éviter la forme transitive du verbe et que l’adjectif « blogant » n’est existe pas.

Nous pourrions en finir là et j’aurais rédigé le billet de la taille idéale mais il nous faut maintenant bien définir les noms propres.

Le « blog », on sait ce que c’est même si nous pourrions passer des heures à nous entrégorger pour en trouver une définition exacte. Partageons mon avis est un blog. Point.

Certains utilisent le terme « blogue ». Je trouve ça laid. Je n’aime pas franciser un mot anglais. D’autant qu’il trouve bien une andouille pour nous expliquer que ça vient de « bloc note » donc de deux mots français. Nous nous en tiendrons à « blog » (pourtant « blogue » a un sens, la « fatigue » étant le résultat de l’action « fatiguer »).

« Blogosphère » est apparu dans le langage des blogueurs pour des raisons que j’ignore. Nous aurions pu chercher des mots amusants comme « blogobulle » mais le mal est fait. Blogosphère s’est imposée. Ce mot représente soit la totalité des blogs soit un groupe plus ou moins défini. Par exemple, « MA blogosphère » représente les blogs dont je me sens plus ou moins proche des tauliers : je serais bien incapable de faire la liste des blogs qui la composent.

Seul un mot reste à définir : l’action qui consister à bloguer (publier des billets, en lire, commenter).

Certains utilisent « blogging ». Ce n’est pas joli. C’est trop anglophone et on ne sait même pas si les rosbifs utilisent ce terme.

Quel est le nom utiliser pour l’action de « fatiguer » ? Il n’y en a qu’un seul : le « cassage de couilles ». Nous ne pouvons pas nous abaisser à ce niveau dans un billet de blog de cette tenue.

Nous avons donc le choix entre « bloguement », « blogation », « bloguation », « blogage » et « bloguage ». Je préfère blogage.

Et vous ?

Demain, nous étudierons l’usage des mots autour de Twitter.

47 commentaires:

  1. Moi j'aime bien "poster"... mais ce n'est qu'une action du blogging (je suis pour la forme anglophone).

    RépondreSupprimer
  2. Rimbus,

    Je n'aime pas trop "poster" (mais je l'utilise).

    J'aime bien le terme "blogage" parce qu'il correspond à ma manière "franchouillarde" de bloguer.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai remarqué que la forme blogue était Québecquoise (il y a de trs bons blogs au Québec) et je comprends le besoin pressant qu'ils ont de lutter contre l'anglais (voire l'Anglais).
    Ton billet est amusant.

    RépondreSupprimer
  4. Rimbus,

    Merci ! N'oublie pas de le RT ;-)

    Pour le Québécois (et pas quoise...), c'est probablement. Nous n'avons pas le même rapport à la langue.

    RépondreSupprimer
  5. Dominique, Agésippe, Adélard de Champignac ! Sors de ce corps immédiatement ! (Smiley !)

    RépondreSupprimer
  6. Les blogueurEs sont les héroEs des temps modernes.

    RépondreSupprimer
  7. Hem... Vous allez réveiller ma blogroll.

    RépondreSupprimer
  8. Soyez logique, un peu.
    Blog, bloguer, bloguerolle.

    Je crois que j'ai inventé le mot "bloguerolle". En tout cas, je ne l'avais jamais lu avant. Oui, je me vante. Je l'offre magnanimement au blogomonde.

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi je préfère blogage !

    RépondreSupprimer
  10. Suzanne,

    Merci. Google Blogsearch, le Dieu des blogs, vous le rendra. Pas Wikio, vous avez été excommunié volontairement.

    Céline,

    Parfait !

    RépondreSupprimer
  11. Je ne pensais pas que mon billet Mea Culpa serait une source d'inspiration pour toi !

    RépondreSupprimer
  12. Une rapide recherche sur Google Blogsearch, que je n'utilise jamais, m'indique que le mot bloguerolle existe depuis l'antiquité des blogs.

    Ah, j'ai l'air fin, tiens.

    RépondreSupprimer
  13. Dada,

    Tout m'inspire ! Et comme j'avais déjà 5 billets sur PLA, hop : sur PMA.

    RépondreSupprimer
  14. Sans mentir, si ton twittage se rapporte à ton blogage, tu es le phénix des hôtes de ces blogs !

    Tiens d'ailleurs celui là, il se tweete ! hop!

    RépondreSupprimer
  15. Arf,

    Merci !

    Suzanne,

    J'ai fait une recherche avec Google normal par blogsearch, il y a en tout 33 entrées, toutes ou presque sont des blogs que je connais : vous êtes donc la mère de bloguerolle.

    RépondreSupprimer
  16. Je n'aime ni blogage ni blogging!
    Mais bon c'est bien connu je rale tout le temps et je n'aime presque rien! ;-)

    Je blogue et puis c'est tout!
    J'attends de voir demain si tu tweetes ou tu twittes ^^

    RépondreSupprimer
  17. Shaya,

    J'avais utilisé "blogage" pour ma série sur les "conseils de blogage".

    RépondreSupprimer
  18. J'aurais aimé avoir plus souvent des cours de français dans le genre.

    RépondreSupprimer
  19. See Mee,

    Oui, les profs de Français sont parfois chiants...

    RépondreSupprimer
  20. "C’est fatiguant de lire mes billets. La lecture des mes billets est fatigante"

    Je crois que tu te trompes et qu'il faut écrire :
    "C’est fatigant de lire mes billets. La lecture des mes billets est fatigante" (c'est la même phrase, seul l'ordre des mots a changé!).

    Par contre on écrirait : "Je lis tes billets pour me fatiguer ; et en fatiguant mon cerveau, je m'endors plus facilement"

    Pourquoi je suis prof de maths, moi ???

    RépondreSupprimer
  21. Sinon, à la place de "bloguer", il y a aussi "écrire" ou "se branler".

    RépondreSupprimer
  22. Tiens ! Je n'ai pas parlé de bite, dans ce billet, moi.

    RépondreSupprimer
  23. Pardon Nicolas.
    Je parlais juste de moi, comme tout un chacun.

    RépondreSupprimer
  24. Christophe,

    Non non, z'avez raison. Le blogage est souvent de la branlette.

    Vous avez des gugusses hyper sérieux qui vont débattre de choses et d'autres, TRES importantes ! Tiens ! La guerre au Proche Orient.

    Ils vont dire : Nicolas, le gros de PMA, est honteux et fait de la branlette : il ose même parler du PO et du Wikio dans le même billet ce matin.

    Allez donc leur expliquer que ce sont eux qui font de la branlette : ils ne trouveront pas la solution dans les blogs. Pour ma part (et la vôtre aussi, d'ailleurs), la guerre des 6 jours a commencé quand j'avais un an et depuis, on ne me parle que de conflit maintenant.

    Alors parler de classement Wikio ou se branler sur la crise économique (elle-même commencée voilà près de 40 ans), pour trouver un autre exemple, hein !

    RépondreSupprimer
  25. Première remarque, parvenu à la moitié du billet et sans avoir pris connaissance des commentaires : êtes-vous sûr que bloguer est transitif ? Moi, ça me choque votre "bloguer quelque chose". Je le verrais plutôt intransitif.

    D'autre part, je suis pour introniser l'adjectif "blogant" – voire "béta-blogant" pour ceux qui ont des problèmes de pression artérielle.

    J'y retourne...

    RépondreSupprimer
  26. "C’est fatiguant de lire mes billets. La lecture des mes billets est fatigante. J’ai bon là ?"

    Non, pas bon. Dans les deux cas, vous avez des adjectifs - qui s'écrivent sans U après le G.

    Exemple correct:

    C'est toujours fatigant de lire des billets... mais c'est en se fatiguant les yeux qu'on s'informe!

    ou:

    Bloguant sans relâche, N. oublie de finir sa bière.

    Et, pour conclure, c'est en bloguant qu'on devient blogueron!

    RépondreSupprimer
  27. Ah, merde, j'avions point vu que vous abordiez la question juste à l'endroit où je me suis interrompu de lire !

    Sinon, je plussoie avec enthousiasme la "bloguerole" de Suzanne, mais avec une seule "l" (comme pour banderole et farandole).

    D'autre part, je propose "UNE blogue", pour désigner une déconnade, un départ en vrilles ayant eu lieu sur un ou des blogs.

    RépondreSupprimer
  28. DF,

    Ah ! Merci ! Deux personnes qui me donnent tort. Il va falloir que je corrige.

    Didier,

    Ah ! Vous ne lisez pas tout, alors. C'est comme moi avec le journal ?

    RépondreSupprimer
  29. Didier,

    Désolé, je n'avais pas reçu votre premier commentaire !

    RépondreSupprimer
  30. Recevoir les commentaires dans le désordre perturbe du coup je ne comprenais plus le premier sur "l'intransifif" puisque j'avais oublié le deuxième...

    Tout va bien, là.

    RépondreSupprimer
  31. Je vois: "blogging", je gerbe, et je change de crèmerie.
    C'est fou ce que le mot "blog" excite le commentateur. Autant que "Wikio", "Gaza", ou plus.
    Si tu calques le mot sur fatigue, fatiguant, etc, il faut aussi penser au bloguoir, comme il se trouve des fatiguoirs… Je me retire pour bloguer dans mon bloguoir, le lieu où je blogue, qui n'est pas forcément le blog que vous pouvez ne pas lire…
    Dans mon bloguoir, il y a notamment Netvibes, un compteur, twitter, etc.

    RépondreSupprimer
  32. Le Coucou,

    Ouais... Faudrait creuser le bloguoir.

    (ne le dis à personne, mais je voulais surtout exciter le RT, pas le commentateur).

    RépondreSupprimer
  33. Il y a une blogeoisie mais comment nommer le Lumpenproletariat qui s'entête à se restreindre à un thème très pointu dont tout le monde se moque?

    RépondreSupprimer
  34. Ils sont bien vos "carnets" en ligne.

    RépondreSupprimer
  35. Thierry et DF ont raison: on doit écrire "c'est fatigant" de lire ce blog car il s'agit de l'adjectif.

    Une autre erreur: si on considère que bloguer est intransitif, on ne peut pas le mettre à la forme passive. Si on ne doit pas dire "On a (ou j'ai) blogué Gaza" on ne peut pas dire non plus "Gaza a beaucoup été blogué" !

    Pour ce qui est de "l'action qui consiste à bloguer", on pourrait dire "blogue" (construction comme fatigue), blogage (préférence), blogging (pour les anglophiles) ou encore blogation, blogature ou bloguement (mais c'est moche) mais pas bloguation et bloguage où le "u" est fautif.

    Personnellement, je trouve qu'il y a une différence entre publier des billets et les lire ou les commenter. Dans le 1er cas, c'est le propriétaire du blog qui fait l'action (donc le "blogage"), dans l'autre, ce sont les internautes : mon mari appellerait ça "glandage", je préfère "surf" et "postage" (pas beau mais tant pis).

    RépondreSupprimer
  36. Je propose bloguiblogage

    RépondreSupprimer
  37. Fort me chaux votre enluminure, messire Nicolas !!!

    RépondreSupprimer
  38. Putain d'Adèle, ils sont trop con, les Claribelle et les Méoule ! Bon, Méoule, c'est normal, il est juste sous-Gisors. Mais alors, Claribelle, si elle pouvait...

    Non rien...

    RépondreSupprimer
  39. Champion du monde !! Le meilleur billet de tous les temps (si on omet les miens, bien sûr).

    Sinon : blog vient de bloc note ? Mais non, de "web log", journal sur le web. Pouet. Bravo. Chapeau bas. Lol. Blol.

    RépondreSupprimer
  40. J'ai lu ce billet lors d'un coup de mou au travail... et j'ai retrouvé le sourire ! Un billet absolument remarquable ! Excellent !

    RépondreSupprimer
  41. Ferocias,

    Ah ! Un nouveau mot.

    Christophe,

    Il faut un truc branché !

    Claribelle,

    J'ai justement un passage sur le "transitif" et note moi même la contradiction.

    Sinon, je considère bien le blogage (pour moi, hein !) comme un tout : lire, écrire et commenter.

    Dominique,

    NON !

    Philippe,

    Merci !

    Didier,

    On sait (on a lu votre blog) : vous avez eu un apéritif forcé.

    Balmeyer et Homer,

    Merci !

    RépondreSupprimer
  42. 46ème commentaire (tout aussi utile !) :
    J'en suis venu à dire "espace privé mis à disposition d'un public".
    Par contre, je dis blogage. T'aurais du faire un sondage !
    :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.