15 juin 2010

Demander plus à la politique

C’est encore Yann qui lance une chaîne. Le bougre sachant que je vais mettre les pieds dedans, il me tague. Je dois répondre à la question : « Pourquoi les Français boudent la politique ? »

Je note que lui-même n’y répond pas. Je crois d’ailleurs qu’il a raison : si on pouvait le faire, la porte serait ouverte au gain d’élections. Je pense d’ailleurs que la question est au cœur des sciences politiques. N’y connaissant rien, je vais donner mon avis mais sur un seul aspect alors que je crois qu’il y en a plein.

A vue de nez, tout est fait pour que les gens ne s’y intéressent pas longtemps… La structure même de nos institutions fait qu’on ne s’y intéresse plus et toutes les évolutions sont faites pour que ce sentiment se renforce.

Remontons à 10 ans… Jean-Pierre Raffarin a fait une vague de décentralisation qui aurait du renforcer le pouvoir des exécutifs départementaux et régionaux. Les compétences transférées n’ont fait que renforcer les charges budgétaires en mettant ces exécutifs en difficulté alors que dans le fond, on se fout totalement de l’échelon qui va entretenir la Nationale 7, payer le personnel technique des lycées ou verser le RMI.

La dernière élection en Ile de France a été exemplaire : le débat n’a tourné qu’autour des transports en commun (alors que les évolutions ne seront visibles qu’à très long terme : dans les 20 prochaines années, je continuerai à galérer dans le métro) en occultant complètement les enjeux que pourraient avoir un échelon régional. Même l’aménagement du territoire a totalement été effacé par les travaux simultanés autour du Grand Paris qui est une décentralisation à l’envers.

Ainsi, l’état se défausse de ses responsabilités (éducation, solidarité nationale, …) vers des structures qui doivent se battre sur des enjeux qui ne sont plus politiques tout en leur retirant des responsabilités comme l’aménagement du territoire.

Il n’y a plus qu’une seule élection importante en France : la Présidentielle.

Et le Président en place a beau jeu de se retrancher vers des décisions « de l’Europe » imposée par la mondialisation et les décisions de nos voisins.

Le sentiment que le politique n’a plus de pouvoir se renforce.

A ce stade, mon billet pourrait partir en couilles. Je pourrais me lancer sur une diatribe sur le fait que le pouvoir est détenu par les puissances financières mais c’est l’heure de l’apéro.

Je pourrais critiquer la politique de Nicolas Sarkozy qui cumule les lois pour faire croire aux gens qu’on s’occupe d’eux, qu’on est pris en mains,…

Je pourrais me moquer amicalement de mon copain Le Coucou (hop ! un premier tagué !) qui, en matière d’institution ne jure que par le referendum d’initiative populaire alors que je suis persuadé qu’il serait là comme un trompe l’œil, intervenant sur des bricoles mais n’ayant aucun impact sur l’évolution de la société.

Je pourrais me lancer dans une série de conseils pour le Parti Socialiste et les autres composantes de la gauche pour leur rappeler que cette élection Présidentielle est essentielle et qu’il FAUT la gagner.

Je pourrais me lancer dans le principal de ces conseils : ne pas oublier de rappeler, en permanence, que Nicolas Sarkozy a échoué. Le pouvoir d’achat est aux abonnés absents et comme le rappelait Ségolène Royal, ce week-end : on nous prépare la société du travailler plus pour gagner moins.

Je pourrais me lancer dans un délire à propos des « vrais problèmes » jamais les mêmes quel que soit la rive où ou s’assoit mais qui masquent bien ce qui fait réellement évoluer la société.

Mais je vais juste relancer cette chaîne : « Pourquoi les Français boudent la politique ? » Le Coucou, Olympe, Christophe, Aude et Rimbus qui me trouveront bien des raisons plus optimistes !

18 commentaires:

  1. Bien répondu maestro et zou ça part dans le pearltree.

    RépondreSupprimer
  2. Contrairement à d'habitude, j'ai eu un peu de mal à accoucher ce billet...

    RépondreSupprimer
  3. Je ne te demande pas pourquoi le poulet (j'ai compris sur le billet précédent). J'attends avec impatience, après la période légumière et bouchère-charcutière, la période céréalière (voire poissonnière, mais je crois que tu as déjà mis Nadine Morano en photo, donc c'est déjà fait).

    Sur le fond, je sais pas quoi te répondre. Je suis attaché à la présidentielle, mais pas au quinquennat (que j'avais modestement combattu en 2001, on était 7 dans le sud est...)

    RépondreSupprimer
  4. FalconHill,

    Je ne suis plus attaché à la Présidentielle... Nicolas Sarkozy a achevé de démontrer que le système est mauvais mais, en 2002, Jacques Chirac, en nommant un premier ministre comique troupier (sans méchanceté, juste pour l'aspect "communication") avait mis une première couche.

    Mais si on remontait plus, on constaterait que ça n'a jamais été un bon système, sauf peut-être en période de cohabitation...

    RépondreSupprimer
  5. Pouah, le référendum d'initiative populaire. Déjà que les français votent à droite, on ne va pas en plus leur demander leur avis sur tout et n'importe quoi. Si la vérité était dans le nombre, ça se saurait, et on serait en démocratie... euh, merde, on est en démocratie. Bon, alors c'est juste que les masses sont stupides!

    RépondreSupprimer
  6. Elda,

    Tu (si je puis me permettre) raisonne à l'envers ! Justement, on est plus en démocratie... Et dans ce contexte, le RIP (heu...) aurait tout son sens.

    Ce que je veux dire au Coucou, c'est qu'il faut restaurer la démocratie représentative avant le passer au RIP.

    RépondreSupprimer
  7. le poulet est-il une référence au coq français, sachant que le poulet est un coq émasculé on pourrait en déduire que l'emblème de la France n'a plus de couilles ?! ce serait donc là un outrage...je préfère croire que tu as pris en photo ton repas du midi ;-)
    ps : merci pour tes com' ( même si je suis pas d'accord ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Non, le poulet est une référence à mon repas de ce midi. Et tu confonds avec le chapon...

    RépondreSupprimer
  9. A propos de décentralisation injuste, le département de Loire-Atlantique attaque l'Etat

    RépondreSupprimer
  10. Les français boudent la politique.
    Les politiciens eux, ne boudent pas la politique. Les français boudent-ils les politiciens alors ?

    RépondreSupprimer
  11. Tiens j'ai signé anonyme, moi ?
    Mon coussinet a ripé !

    RépondreSupprimer
  12. Tu fais dans le poulet rôti ? ou le plat réchauffé ?

    RépondreSupprimer
  13. Demander plus aux politiciens surtout et de s'investir et de mouiller la chemise pour des idées mais surtout pour l'application d'idées justes et humaines..

    Et surtout arrêter de se regarder le nombril !!
    C'est ce qu'on leur demande !!

    RépondreSupprimer
  14. Qu'est-ce qu'il disait ton égo au fait ?

    RépondreSupprimer
  15. Les Départements,

    A l'attaque !

    Captain,

    Ne boudons pas notre plaisir.

    Eric,

    Non.

    Dominique,

    Laisse tomber...

    Christie,

    Je ne sais plus ce qu'on peut leur demander.

    RépondreSupprimer
  16. Évidemment un référendum d'initiative encadré de manière à rendre les interventions des citoyens anodines, ne servirait à rien… Il doit y avoir moyen de faire mieux…

    Merci du tag, ça peut servir!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.