04 juin 2010

Un p'tit joint?

Par Julien,

Je me demandais quel billet je pourrai bien écrire chez Nicolas quand je suis tombé sur le pearltree de Terra Nova sur le cannabis.

J'ai appris que la politique répressive actuelle engendrerait un cout de près de 3 milliards d’euros par année… pour des résultats plus que médiocre: la France est le pays européen où la consommation de cannabis est la plus forte avec 4 millions "d’usagers" dont 550 000 quotidiens.

Terra Nova critique en particulier la "politique du chiffre". En contradiction avec les discours de lutte contre les trafiquants, cette politique s'est traduite, entre 2002 et 2008, par le doublement des peines pour usage mais une baisse de celles pour trafic… sans endiguer la croissance de la consommation.

La fondation conclut en préconisant (respirez) « un changement de paradigme et de pratiques, notamment sécuritaire, il s’agit donc de savoir penser et faire avec le cannabis en fonction de la réalité des risques pour les usagers, mais aussi en fonction des risques liés à l’action publique elle-même. Le mot d’ordre doit redevenir : savoir plus – risquer moins » (expirez). Une belle phrase alambiquée qui veut simplement dire: dépénalisation!

Cannabis : le débat

34 commentaires:

  1. 3 milliards par an ?
    Voilà qui ne m'étonne pas. Ici dans ma ville à Armentières, il y a une section spéciale (la brigade anti criminalité ou BAC) avec au moins 3 voitures récentes et 5 policiers le tout en civil, dont la seule activité ou presque se résume à faire des contrôles d'identités pour trouver du cannabis dans les poches des jeunes et/ou immigrés.

    RépondreSupprimer
  2. benjii, et oui ça fait beaucoup pour bien peu. Et c'est juste pour les interpellations.

    RépondreSupprimer
  3. Qui sera au cannabis ce qu'a été Simone Veil à l'avortement ? Là est la seule question !

    RépondreSupprimer
  4. Jean,

    je ne sais pas mais ce n'est pas aussi porteur comme sujet

    RépondreSupprimer
  5. L'article L3421-4 du Code de la santé publique interdit de "présenter les drogues sous un jour favorable", ce qui a pour conséquence d'exposer les partisans de la dépénalisation/légalisation à des sanctions pénales et donc de geler une partie du débat public.

    Abroger cet article est donc Le préalable indispensable à la tenue d'un débat sérieux sur le sujet.

    RépondreSupprimer
  6. Grodem,

    tu m'apprends quelque chose là. ça doit pas être facile pour les médecins qui font de la recherche là-dessus

    RépondreSupprimer
  7. Dépénaliser ne suffira pas, il faudra que le commerce en devienne normal c'est à dire pas aux mains de mafias... et puis il faudra taxer, bref faire comme pour le tabac...

    RépondreSupprimer
  8. Grodem :
    non, il faut surtout préciser ce qu'on appelle drogue.
    Si une telle définition est posée de manière à en exclure le cannabis, alors ce genre de débat ne tombe plus sous la coupe de cet article.

    Sinon, si on supprime cet article, n'importe quel allumé pourra vanter les effets de l'héro ou que sais-je encore.

    RépondreSupprimer
  9. "L'article L3421-4 du Code de la santé publique interdit de "présenter les drogues sous un jour favorable"."

    Merci pour ce renseignement, cher Grodem, que, tout comme Julien, j'ignorais.

    (Ah oui, l'article en question est-il également valable pour la bière ?)

    RépondreSupprimer
  10. Polluxe,
    ou comme l'alcool...
    Mais c'est sûr que dépénaliser ne suffit pas à atteindre un objectif de baisse de la consommation...


    benjii,
    j'imagine que cet article inclut le cannabis


    Christophe,
    heureux de savoir que je ne suis pas le seul ignorant ;-)

    (la bière est une plante donc c'est bon pour la santé)

    RépondreSupprimer
  11. Tout se passe bien, les gens ?

    RépondreSupprimer
  12. Oh ben oui tu vois quoi. Manque juste une bière.

    RépondreSupprimer
  13. Ca va venir, pour moi. Au fait ! Le week-end prochain, tu es dans le coin ? KdB vendredi !

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour à tous, arrivant dans votre débat, il me semble que vous évoquez non pas la dépénalisation (qui se conçoit comme l'abandon de la répression d'un comportement) mais de la légalisation (qui passe par ailleurs par la décriminalisation) dans la mesure où le cannabis en vente libre et la taxation étatique sur les produits de ces ventes résulterait d'une démarche allant plus loin que la seule tolérance de la consommation de ce type de produit.
    Par ailleurs, contrairement à une idée reçue couramment répandue, le cannabis n'est pas toujours considéré comme un produit stupéfiant.

    Sur ce sujet:
    http://www.actes-types.com/blog/gatien-hugo-riposseau/index.php?post/2010/01/30/Detention-de-cannabis%3A-relaxe-Stupefiant-non-Suite

    RépondreSupprimer
  15. Nicolas,
    Je regarde comme je peux m'organiser. Je dois être jeudi à Zurich puis samedi à Genève pour un mariage. Donc revenir à Paris vendredi va être un peu tight...
    Mais tu en refais une en juillet non?

    RépondreSupprimer
  16. Gatien,

    Ce n'est pas la peine de faire ta pub...

    Julien,

    Non. Peut-être en août ?

    RépondreSupprimer
  17. Gatein-Hugo,

    Tu as raison nous avons dévié en cours de route de dépénalisation à légalisation (c'est tout Polluxe ça)

    RépondreSupprimer
  18. Nicolas,

    En août ça va aussi ;-)

    RépondreSupprimer
  19. Je ne serai pas là le 11 juin Nicolas. D'abord parce que je suis loin du Kremlin - ça a toujours été, ça... - et ensuite parce que je vais dîner chez Josette et François qui viennent d'installer un barbecue en béton dans leur jardin.
    D'autant que le lendemain je suis aussi de mariage, à savoir celui de Rebecca, aide-soignante, et de François, ambulancier.


    (Quant à la phrase alambiquée de la Fondation, elle m'évoque je ne sais plus quel document de l'Education nationale qui, au lieu de parler du "ballon", parlait de "médiateur bondissant." À mon avis, les rédacteurs de cette brillante note devaient tous être camés ou revenir d'un mariage. Enfin bref.))

    RépondreSupprimer
  20. Christophe,

    probablement qu'ils ont fait ce qu'ils ont écrit

    RépondreSupprimer
  21. si je puis me permettre (les blogs "sérieux", j'ai pô l'habitude, hein... faut pas m'en vouloir...), il faudrait peut-être commencer par flinguer la loi du 31 décembre 1970 (70-1320). Après, on pourra discuter... et pas que du cannabis :D

    (pardon pour le smiley...)

    RépondreSupprimer
  22. Ceci n'est pas un blog sérieux, bordel ! C'est un blog de cul.

    RépondreSupprimer
  23. ah bon? alors, je peux mettre des smileys? :D

    chouette ;-))))))

    (j'ai pas de smileys de cul... quelqu'un en connait? :ppp)

    LOL (?)

    RépondreSupprimer
  24. Mets un lien sur une photo de tes fesses.

    RépondreSupprimer
  25. @ Nicolas: tu tiens à garder ton lectorat? :D

    RépondreSupprimer
  26. Daydreamer, Julien,

    Ca dépend.

    RépondreSupprimer
  27. Le système des Pays Bas est très bien inventé, il n'y a plus qu'à copier tout ça. En plus ça financera la sécu en plus de créer quelques emplois !
    On garde une équipe de policiers pour vérifier la qualité des produits mis en vente ?
    :-))

    [Ah oui, pour ne pas être attaqué en Justice : le pétard c'est pas bien d'après la Loi! ].

    RépondreSupprimer
  28. Oui, et en plus y a les putes en vitrine.

    RépondreSupprimer
  29. Nicolas : il y a une vraie différence culturelle de fait. En Belgique, un peu mais aux Pays Bas encore plus, le sexe est une activité comme une autre et les les sex boutiques ont pignon sur rue, naturellement !
    :-))

    [Ce qui est drôle, d'après ce qu'on m'a raconté hein !, c'est que dans les coffees shops, il est interdit de fumer ! En clair, un pétard ça va mais une clope, c'est dehors ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  30. Poireau,

    Oui. La manière dont est considérée la prostitution en France est lamentable, notamment de la part de l'état et des féministes... Rien que sur ce blog, je me prends des engueulades carabinées, comme si "le sexe était mal".

    RépondreSupprimer
  31. Julien,

    comme je n'ai pas l'habitude de cliquer sur les "pearltrees" j'en ai profité avec ton article pour mieux me familiariser au machin : ingénieux ;-)).

    Sur le thème en question : il semblerait que ce soit bien plus lucratif d'interdire et de "pénaliser" (ou d'incriminer ?) que l'inverse, la drogue (comme le sexe, mon cher Nicolas) étant les deux mamelles (si tu me permets l'expression, Nicolas) de l'économie. Dépénalise, vends ça en grand magasin, fais des soldes aussi de temps en temps, avec info, quand même, "le sexe c'est mal" (dixit Nicolas) et "se droguer tue"... Et ça changera quoi ? juste que ça rapportera BEAUCOUP MOINS. Or, l'argent (avec le sexe) est le nerf de la guerre (et du foot ?).

    Euh... moi ? j'ai juste pris mon café du dimanche matin.

    Bon dimanche à tous, et à vendredi.

    RépondreSupprimer
  32. Et bien ça papote ici même le dimanche

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.