02 juin 2010

Allez les vieux ! Au travail !

Un des derniers arguments à la mode pour repousser l’âge de la retraite, par exemple à 67 ans, est « psychologique » : si l’âge de la retraite est repoussé, la moyenne d’âge dans les entreprises sera repoussée et un type de 57 ans ne se sentira pas vieux et pourra bosser comme un taré dans la plus grande joie !

Je propose de repousser l’âge de la retraite à 80 balais, comme ça un type 67 sera toujours motivé !

J’ai vu un article de presse où Laurence Parisot expliquait qu’à 55 ans, on pouvait facilement s’engouffrer dans une deuxième phase de la vie professionnelle ! Quand je pense qu’à 44 ans, en lisant une affiche dans le métro, je me demandais comment j’avais pu tenir jusque là… L’affiche (je l’avais repérée car elle était recouverte d’un tag amusant : « Pensé pour de Gaulle ») était une publicité pour des cours d’anglais. Je cause très mal le rosbif et justement, une de mes tâches de la journée est de lire (et comprendre) une pile de documentation technique en anglais.

Ayant des difficultés avec la langue, ça va me demander un tel niveau de concentration que je serai probablement vanné, ce soir, … Toujours est-il que je m’en sors, bon an mal an, depuis 23 ans sans causer l’anglais, éludant les réunions sous des prétextes divers mais qu’on arrivera, un jour, à un tournant. Avec la mondialisation, la concentration du capital, … je me retrouverai fatalement dans cinq ou dix ans à devoir travailler avec des partenaires anglophones…

C’est peut-être à ça que pense Mme Parisot avec sa deuxième carrière à 55 ans… : le gros de Partageons mon avis ne pourra plus garder son job et devra se réorienter. Je pourrais peut-être rester dans la même boite, au service entretien…

Ainsi, dans le métro, je lisais un article du Monde à propos de Laurence Parisot. Je ne lui en veux pas, elle défend son bifteck. Il faut travailler plus vieux et ne pas augmenter les cotisations. Point. Une ritournelle. Elle veut donc négocier mais sans contrepartie de sa part. Je ne lui en veux pas. C’est son job.

J’avais néanmoins dans le crâne qu’on représentait mieux les entreprises qu’elle : on y travaille et on consomme les produits qu’elles fabriquent.

Alors je me suis rappelé un autre article du Monde : Laurence Parisot gagne 22000 euros par mois, dans son entreprise, pour y bosser une demi-journée par semaine.

Je me demande comment les entrepreneurs peuvent imaginer que dans ces conditions Madame Parisot puisse vraiment les représenter.

Cela dit, je veux bien entreprendre une deuxième carrière professionnelle à 55 ans et prendre ma retraite à 70 à condition de bosser une demi-journée par semaine et de gagner 22000 euros par mois

21 commentaires:

  1. J'ai déjà le droit de bosser à la retraite jusqu'à ce que je sois gâteux (ça vient)… Pour 1/2 journée par semaine à 22000 par mois, je suis près à bosser au-delà du gâtisme!

    RépondreSupprimer
  2. Surtout si la retraite est basée sur les dix meilleures années...

    RépondreSupprimer
  3. Il y a ceux qui rêvent leur retraite et ceux qui vivent leur retraite, bizarrement, ce ne sont pas souvent les mêmes.

    RépondreSupprimer
  4. Christie,

    L'égalité est loin...

    RépondreSupprimer
  5. Pas d'accord :
    1- Il te reste la possibilité de prendre une formation d'anglais (pour toi ce sera rapide, je pense)

    2-Parisot n'est pas dans le vrai rôle du patron d'un syndicat patronal. (Quand tu dis qu'elle défend son beefteck). Un syndicat patronal doit en permanence être dans la négociation avec les autres parties, en amont, toujours en privilégiant la discussion pour éviter justement les blocages au niveau de l'activité économique. Cela, d'une part pour son propre intérêt ( ça va de soi) et aussi pour garder en face d'elle des partenaires/adversaires.
    (un boxeur ne monte jamais seul sur un ring)

    RépondreSupprimer
  6. Captainhaka,

    1. En deux de collège, trois de terminale et trois d'études, je n'ai jamais réussi à parler anglais...

    2. Des déclarations publiques font partie des négociations... Faire monter la pression...

    RépondreSupprimer
  7. A ce tarif horaire, mme Parisot a un salaire de footballeur professionnel. Sauf qu'elle ne fait rêver personne.

    RépondreSupprimer
  8. Non... Même pas la patronat, probablement.

    RépondreSupprimer
  9. Je veux moi aussi 22000 € par mois pour 1/2 journée par semaine.Et sans prendre de retraite!!! Je peux même mourir 'sur scène'.
    ;^)

    RépondreSupprimer
  10. Gildan,

    Je ne sais pas où on s'inscrit !

    RépondreSupprimer
  11. C'est marrant une demi-journée par semaine à 22000 euros par mois ça me va aussi.

    RépondreSupprimer
  12. On se contente de peu, en fait !

    RépondreSupprimer
  13. Je propose de repousser la mort pour qu'on se sente toujours jeune. :-)

    RépondreSupprimer
  14. Vous savez Nicola, Madame Parisot a peut-être beaucoup de "frais" (pour elle et autour d'elle).

    RépondreSupprimer
  15. Polluxe,

    C'est la meilleure solution. Appelle le Medef.

    Christophe,

    Oui. Mais je vais bien une retraite à 22000 même avec beaucoup de frais.

    RépondreSupprimer
  16. Pourquoi s'arrêter à 70 balais ? Moi, dans des conditions comme ça, je suis même prêt à bosser jusqu'au jour de ma mort !

    RépondreSupprimer
  17. Pas lu les commentaires.
    On peut aussi supprimer la retraite puisqu'il faut subvenir aux besoins de nos milliers d'entreprises tricolores !
    :-))

    [22.000 par mois et je suppose qu'il y a des frais de représentation… :-) ].

    RépondreSupprimer
  18. Thierry,

    J'y pense...

    Poireau,

    Appartement de fonction et personnel de maison détaché.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.