16 juin 2010

Wallonie, une fois

Par Julien,

Vous l’aurez tous déjà lu, ce weekend les nationalistes flamands de la NVA ont fait 30% des voix en Flandres. Ajoutés aux 15% des deux petites formations nationalistes, cela fait quasiment un flamand sur deux qui a voté pour un parti prônant une « confédération » voire même le séparatisme. On en n’en est pas encore là puisque l’autre moitié ne s’est pas rattachée à ces thèses. Et de toute façon ça ne m’empêche pas de dormir.

En tant que petit suisse romand, ce qui m’irrite c'est l'arrogance de certains médias et politiques français qui, sentant le sang coulé, avance l’idée du rattachement de la Wallonie à la France (au lieu de respecter la souveraineté belge et se concentrer sur sa crise institutionnelle). Ce type de nationalisme à le vent en poupe à travers l’Europe. En avril, le gouvernement hongrois a annoncé l’octroi de la nationalité à des minorités en Slovaquie et en Roumanie. Cette dernière avait fait de même avec une minorité sur le territoire Moldave. En France, heureusement, ce n’est pas le gouvernement qui s’y met. Mais tout de même, Le Figaro avait fait un article sur le sujet il y a un an. Soixante pour cent des français seraient favorables à un rattachement de la Wallonie à la France en cas d’éclatement de la Belgique. Et fort de ce sondage, certains politiques s’y mettent : Nicolas Dupont-Daignan appelait avant-hier à mots à peine voilés au rattachement de la Wallonie à la France bafouant ainsi la souveraineté belge mais surtout ouvrant une boite de pandore sur le sujet des frontières européennes.

De quel droit naturel, de quelle légitimité, la France pourrait-elle se prémunir pour penser le plus naturellement du monde que la Wallonie puisse être « française » ? Mise à part vingt petites années sous Napoléon, la Wallonie n’a pas été gouvernée par la France depuis la mort de Charles le Téméraire au 15ème siècle ! (le bon vieux Charles d’ailleurs n’était pas Roi de France mais Duc de Bourgogne… mais bon il faut bien trouver un lien avec la France contemporaine). Certains me diront « la langue française ». Mais depuis quand une langue commune est-elle suffisante à donner une légitimité territoriale ? Avec ce critère, ni la Chine ni l’Inde ne seraient des nations aujourd’hui. Et de toute façon, en quoi la France aurait-elle le monopole de cette légitimité ? La Suisse romande devrait ainsi être annexée et le Quebec aussi. Et pourquoi pas rajouter quelques ex-colonies pendant qu’on y est. Les Etats-Unis reviendrait sous le giron de Sa Majesté Elisabeth II (ou l’inverse) et les Sudètes rejoindraient l’Allemagne. Drôle de réflexe pavlovien.

Le pearltree de Fabien revient sur le nationalisme flamand et la situation en Belgique au lendemain des élections.

Quel avenir pour la Belgique ?

24 commentaires:

  1. Julien,

    Je n'aime pas non plus ce nationalisme mais je n'ai pas la même lecture que toi... (qui serait de dire que si la Wallonie est écartée de ses collègues, la France PEUT l'accueillir).

    Mais tu as raison, c'est la crise institutionnelle qui est importante et nos dirigeants ne devraient pas se lancer dans les projets qui n'ont pas lieu d'être.

    RépondreSupprimer
  2. La Wallonie est culturellement et historiquement française. Quant à la souveraineté belge...

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas,

    mon message c'est que la discussion n'a pas lieu d'être car en lançant ce débat on influence la discussion en Belgique et de ce fait on favorise son éclatement.
    Après SI cela arrive, les wallons feront ce qu'ils veulent.

    Didier,
    la Wallonie n'est PAS historiquement française. A moins que vous références ne remontent jusqu'aux 15eme... Et à ce moment l'Algerie est française et la Syrie est ottomane.

    RépondreSupprimer
  4. Didier

    Et la culture ne se résume pas à une langue...

    RépondreSupprimer
  5. Ah Didier Goux a dit une connerie, je souligne (c'est mon petit plaisir !).

    Ce qui est étonnant dans cette histoire, c'est que côté flamand tout le monde nous dit : oui, ilsont voté séparatiste mais ils n'ont pas vraiment envie de ça. Un peu comme en France on disait : oui, ils votent FN mais ne sont pas racistes. La version officielle ici est qu'il y a entre 5 et 10% de "vrais" séparatistes et le reste de votes protestataires.

    Pendant la campagne électoral, un sondage fait en France a révélé que 66% des français seraient d'accord pour accueillir les wallons. C'est à dire avant même le vote et sans demander leur avis aux intéressés. Encore de l'arrogance à la française !
    Les partis qui prônent le rattachement côté wallon ont du atteindre péniblement les 5% des votes si j'ai bien suivi. Pas de grand mouvement de foule, donc ! :-))

    RépondreSupprimer
  6. Poireau,

    Merci pour ces précisions d'un observateur du coin.

    RépondreSupprimer
  7. Ah ? alors elle est quoi, la Wallonie ? Allemande ? Hollandaise ? Espagnole ?

    RépondreSupprimer
  8. Julien, je suis d'accord avec toi: Ces discussions donnent du grain à moudre aux nationalistes gebruïck.
    En gros c'est du troll politique et du mépris pour les Belges qui n'ont pas d'avis franc (sic) sur la chose.

    Tout ça va finir dans la tête de 1/2 cerveaux en rêve d'une grande France ? Hein ? et pourquoi pas revenir aux Frontières de Bonaparte avec le Rhin ?

    Ensuite moi comme Troll je propose l'inverse : Que la Wallonie annexe la France.

    Pourquoi ? par ce qu'on y vit mieux qu'en France et j'en ai des preuves statistiques.


    :o)

    RépondreSupprimer
  9. A mon avis Didier Goux n'a pas du rencontrer beaucoup de belges francophones, parce qu'à part la langue, un wallon est aussi différent d'un français qu'un Irokois d'un Zoulou...
    Et la langue est loin de faire la culture, l'esprit, les valeurs...
    Tout au plus est-il correct de dire que la Wallonie est francophone. Comme le Québec. Ou une partie de la Suisse.

    RépondreSupprimer
  10. Didier,

    elle est wallonne tout simplement. Suivez mes liens svp, vous verrez qu'elle n'a jamais été dirigé par la France depuis le 15ème siècle (sauf 20 ans sous Bonaparte... comme le reste de l'Europe).


    Dagrouik,

    Tout juste (enfin avant le trollisme ;-))


    Anonyme,

    tu pourrais te dévoiler mais ton com n'en reste pas moins pertinent.

    RépondreSupprimer
  11. Si la Wallonie daignait annexer la France, on pourrait peut-être tenter de refiler gratuitement Sarkozy aux Flamands...

    Et puis, Michel Daerden au Ministère de la santé et des sports en lieu et place de Roselyne Bachelot serait du meilleur effet.

    RépondreSupprimer
  12. La Belgique se divise : hop , deux paradis fiscaux de plus en europe !

    RépondreSupprimer
  13. Gabale,

    c'est peut-être une solution pour réunir les belges...

    Captainhaka,
    mouais. Petit n'est pas égal à paradis fiscal. Demande aux Etats-Unis qui est le plus grand...

    RépondreSupprimer
  14. Mais je vous parle pas d'une direction politique, je vous parle d'un ensemble culturel et historique !

    Cela dit, l'anonyme andouille a raison : en temps qu'Ardennais, dont la famille vit toujours à 5 km de Bouillon à vol d'oiseau, je ne connais strictement rien à la Wallonie.

    RépondreSupprimer
  15. Ne faites pas attention à ces petits dérapages verbaux de journalistes parisiens, je suis français, originaire de flandre-wallonne (je vois que ça va vous faire peut-être bondir ... mais pourtant ça, c'est le nom de ma région natale Lille-Douai-Orchies ; je suis même né à l'hopital de la comtesse de Flandres mais on y parlait alors un dialecte disons- "wallon avant l'heure" car c'est dès le 13° siècle). Je pourrais même donner le titre d'un Ouvrage qui affichent les actes en latin puis en ce dialecte que nous pouvons encore comprendre.
    Il faut connaître en détail l'histoire locale de nos régions frontalières pour s'y retrouver.
    Ainsi je suis français, mais ceux qui habitaient le même secteur que moi, n'ont jamais été français que 50 ans bien 4-5 siècles avant la révolution française, et je vis à présent en Catalogne qui s'enorgueillisent de n'être français que depuis Louis XIV ; ce qui me fait me marrer moi qui ne le suis que depuis 1780 env.
    Mais ça, en France, je ne le dis pas, ils ne comprendrais pas !!!

    Que voulez-vous, c'est comme ça ?
    Bonjour chez vous ...
    AGdH

    RépondreSupprimer
  16. Honnêtement, la Wallonie n'existe pas. Pas en temps que nation. C'est une erreur de l'histoire, une excroissance de la France à l'étranger.

    Et le coup de la souveraineté belge, LOL. La Flandre sera indépendante dans quelque années, quoiqu'il arrive.
    C'est normal (et même la moindre des choses) d'aider la Belgique Française à préparer son avenir. Et un sondage fait y a 2 ans montrait que 49% des Wallons étaient favorables au rattachement à la France en cas de scission (et 44% contre).

    Et si on veut faire de l'histoire à deux balles, rappelons que les Belges étaient le peuple le plus brave de Gaule.


    Mais bon, on sait que l'Allemagne fera tout pour empêcher cette annexion, parce que cela accélera encore plus le processus démographique qui rendra bientôt la France plus peuplée qu'elle.

    RépondreSupprimer
  17. Vive la Bretagne libre !

    RépondreSupprimer
  18. Didier,

    Mais Didier pensez-vous réellement que la réalité politique et son système soient totalement indépendants de l'histoire et de la culture? Le com de AGdH montre bien qu'il est facile de remonter à n'importe quelle date pour trouver un passé commun entre n'importe quelle région d'Europe de l'Ouest qui avec cette logique serait en fait française. Ce qui compte c'est le sentiment d'appartenance actuel.
    Je ne peux pas parler pour les wallons mais seulement en tant que suisse romand que je suis sûr vous incluez dans "cet ensemble historique et culturel". Je vous assure un suisse romand ne se sent en rien français. Et c'est précisément pour éviter ça que ces cantons font parti de la Suisse. Cette réalité politique et le système y afférant ont crée une histoire et une culture commune (sans bien sûr nier une proximité avec la France - nous regardons TF1 après tout…). Mais demandez à mes collègues (tous français) si j'ai les réflexes culturels d'un français…

    De toute façon, on dévie, ce n'est pas mon propos initial. Celui-ci portait sur: jeter de l'huile sur le feu en parlant de ce sujet influence le résultat du débat en Belgique et que ce n'est ni adéquat envers un pays "ami" ni la priorité du moment. Si la séparation devait advenir, il sera bien temps d'en parler. Que dirait les français si, lors d'un moment institutionnel douloureux, la presse italienne, certains politiques et les italiens en profitaient pour parler du rattachement de la Corse et du Comté de Nice à l'Italie ou les allemands avec l'Alsace/Lorraine?


    AGdH,

    c'est très claire et limpide… Et cela fait le point (désolé pour l'anglicisme)


    VinZ,

    Bravo, ça c'est de l'argumentation construite. Sieur Goux a au moins l'avantage d'avoir des arguments.
    Pour rappel, le parti Rassemblement Wallonie France a obtenu 2% des voix dimanche. Quant à la Gaule, je te conseille de lire ceci : http://www.college-de-france.fr/media/ant_nat/UPL19780_goudineaures0405.pdf


    Christine B.,

    Cela remonte a tellement loin…

    RépondreSupprimer
  19. Attends Julien, je suis un spécialiste de la question belge, et aussi de la nation, contrairement à toi (qui parle du Vlaams Belang comme d'une "petite formation séparatiste" alors que c'est un mouvement d'extrême-droite qui a longtemps été le second parti de Flandre).

    Oui, le RWF fait 2% : les Wallons préféreraient que la Belgique continue d'exister. Mais, dans le cas (très probable) de la sécession de la Flandre, ils sont nombreux à préférer le rattachement plutôt que de continuer seuls : 49% (et si on refaisait le sondage aujourd'hui, cela serait sans doute encore supérieur).

    Certes, la Wallonie a été éloignée de la France depuis quelques siècles. Et alors ? Il y a une histoire commune ! Bien plus qu'avec le Comté de Nice ou la Savoie quand ils ont été rajoutés à la France il y a 150 ans cette année ?

    Ce qui m'énerve, outre ce complexe d'infériorité vis-à-vis de la France (que je connais bien pour avoir des copines belges et suisses), c'est ce réflexe "surtout ne touchons pas aux frontières". De quel droit ?

    RépondreSupprimer
  20. L'article est faux, désolé.

    Car ceux comme Dupont-Aignan qui parlent de rattachement, se situent dans le cas où les Wallons le voudraient. Personne ne réclame un rattachement de force, voyons !

    Attention aussi à ne pas se baser sur les scores du RWF, qui sont néanmoins en progression, mais on peut être favorable au rattachement et cependant ne pas en faire son choix électoral premier.

    RépondreSupprimer
  21. VinZ,

    Je suis en voyage donc réponse rapide et en mode cryptique
    J'ai bien vu hier soir sur ton blog que tu t'intéressais au sujet (je n'aime pas le mot "spécialiste" qui est vide de sens) et j'ai lu avec plaisir ton rappel des faits récents sur l'éloignement flamand-wallon. Et c'est bien pour ça que ton commentaire m'a paru décalé.

    Ceci étant dit, tu comprends tout aussi bien que moi que le cadre d'un débat pré-détermine (ou du moins influence) son résultat. Rappelle toi le "débat" sur l'identité nationale dont le résultat était couru d'avance. Si tu était contre, tu ne peux être pour ce genre d'action: lancer le sujet du rattachement contribue à influencer - même faiblement et de l'extérieur - le résultat de ce débat interne belge.

    Quant à "toucher les frontières" et le "complexe d'infériorité": bien sûr que le second peut apparaître quand on t'entend parler du premier.

    "De quel droit?": Mais pour quel intérêt??

    Sinon, tu es pour l'indépendance de la Savoie? J'ai des copains savoisiens qui seraient content ;-)


    Emmanuel,
    Où vois-tu que je parle de rattachement de force?
    Sur NDA, cf ci-dessus sur le cadre d'un débat.
    Par ailleurs, tu peux être en désaccord avec ce billet mais il ne peux pas être "faux". Il n'est que l'expression d'un point de vue. Dire de quelque chose est "faux" sur ce type de sujet relève de la "croyance"…


    Bon mise à part ça je suis en long weekend avec Madame là, donc réponse à commentaire éventuel seront lent.

    RépondreSupprimer
  22. Moi je suis un défenseur de nation contre l'ethnie.

    Donc pour la France (nation regroupant les ethnies "française", bretonne, basque, occitane, corse, allemande, flamande, etc.). Et contre tout régionalisme ethniciste. Les régionalistes savoyards, corses, etc. sont des ethnicistes. Et d'ailleurs très envieux de la réussite de la N-VA, qui a su faire de son ethnie une nation au fil du XXème siècle.


    L'intérêt du rattachement, il est double : à la fois pour la grandeur de la France, et pour la Wallonie qui, comme le nord de la France, ne s'est toujours pas remise de la fin de la sidérurgie, et n'a guère les moyens de continuer seule.

    Et franchement, pourquoi la question du rattachement est posée en France ? Parce qu'elle est populaire en Belgique française. Et quand il y a la moitié d'un peuple qui voudrait se rattacher à la France dans l'éventualité d'une scission, autant savoir si la France est d'accord. Il ne s'agit pas de leur forcer la main, juste de leur dire "on est prêt à vous accueillir les bras grands ouverts si vous le souhaitez".

    RépondreSupprimer
  23. N'ayant pas trop d'avis et le billet n'étant pas de moi, je suis peu intervenu dans le débat.

    Mais VinZ parlant d'ethnie à la place des peuples décrédibilise tous ses propos.

    En tant que Breton, je ne me sens pas appartenir à une ethnie...

    RépondreSupprimer
  24. Bon VinZ,

    Tu démontres mon propos, merci. Je pense qu'on a pu entendre ton avis et on a bien compris que tu étais pour une "Grande France". Ceux qui voudraient en savoir plus peuvent aller sur ton blog. Donc inutile de troller ici!
    Bon weekend

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.