05 juin 2010

Défenseur des enfants, du droit, ... et du rire ?

La fréquentation de Didier Goux est probablement mauvaise : je deviens réac. De gauche, mais réac quand même. Deux billets hier soir pour dénoncer des trucs « de gauche » « progressiste ». Encore que ! Je ne vois en quoi c'est un procès de faire une pétition pour envoyer un type en justice ou de se satisfaire quand la justice encombrée perd du temps avec des conneries, limites contraires à la liberté d'expression dans un cadre privé (en présence d'une caméra, néanmoins).

En lisant le journal, ce matin, j'ai été surpris que la gauche s'offusque contre la réintégration du Défenseur des enfants dans le giron du Défenseur des droits.

J'ignorais qu'il existe un « Défenseur des enfants » et je trouve à chialer que notre république est besoin d'un haut fonctionnaire pour rappeler à ses collègues la nécessité de défendre les enfants. Je ne conteste pas, je suis circonspect.

Les progressistes feraient mieux de gueuler contre la création de ce « défenseur des droits » ou d'expliquer au grand public ce que c'est ! « Cette nouvelle institution "doit être une institution forte qui défende l'ensemble des droits. Oter du périmètre, qui dans l'avenir s'agrandira, le Défenseur des enfants, ce n'est pas une bonne chose", a plaidé la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie. » Ah ! Bon.

La petite dame qui occupe le poste de Défenseur des enfants trouve que sa mise sous tutelle du Défenseur des droits trouve que c'est un recul de la démocratie.

Si j'y comprenais quelque chose, je pourrais la consoler.

« Le texte, prévu par la révision constitutionnelle de juillet 2008, créé ce Défenseur des droits qui doit remplacer le Médiateur de la République. Il regroupera donc trois autres institutions: Défenseur des enfants (créé en 2000), Commission nationale de déontologie de la Sécurité (CNDS, existant aussi depuis 2000) et Halde. »

Qu'est-ce que ce bordel vient faire dans notre Constitution ?

Je laisse tomber.

Défense d'en rire.

12 commentaires:

  1. gauchedecombat05 juin, 2010 13:14

    @jegoun : effectivement, comme l'annonce ton entête, s'il fallait connaitre quelque chose à la politique pour en parler... tu ne dirais plus rien ! Benni soit celui qui n'ayant rien à dire s'abstiens d'en donner la preuve en paroles. Même (surtout ?) à l'écrit. Ce sujet méritait mieux. Tu n'as effectivement rien compris.

    RépondreSupprimer
  2. Vous savez quoi, mon Cher ? Je crois que nous sommes tous en train de devenirs déments. Collectivement déments.

    Je crois que je vais laisser tomber aussi.

    RépondreSupprimer
  3. GdC,

    Pauvre type. Tu ne fais même plus pitié.

    Didier,

    Oui, organisons un barbecue.

    RépondreSupprimer
  4. Bof, même quand je sais pas de quoi ça parle, j'ai toujours tendance à penser que l'on ne s'aperçoit de l'utilité d'une institution qu'une fois celle-ci disparue.

    RépondreSupprimer
  5. De la même façon qu'il existe une déclaration des droits de l'enfant, des institutions internationales tournées vers les enfants (telles que l'Unicef), il existe en France un défenseur des enfants.

    Son rôle me semble utile... même si là, je ne vois pas bien la polémique. Qu'il reporte au Défenseur des droits ou à quelqu'un d'autre, on s'en fiche.

    A moins qu'il ne s'agisse d'une question d'égo ?

    oups, pardon, ca ne peut pas être ça...

    RépondreSupprimer
  6. Doudette,

    Oui il y a une polémique, une histoire d'égo, peut-être...

    Il n'empêche que je ne vois pas ce que faire un type dans un cabinets à Paris pour défendre les enfants en France en 2010 !

    RépondreSupprimer
  7. Je crois que l'étape suivante, c'est que Sarkozy outre son deuxième type de Président de tous les français (y compris nos aînés) devienne aussi Défenseur en chef des petits nenfants !
    Revoir l'indépendance d'un tel personnage, c'est forcèment biaiser son boulot !
    :-))

    [La différence essentielle c'est que toi tu bois la bière sans gâcher ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  8. Poireau,

    Oui, mais c'est quoi le boulot ? C'est quoi l'indépendance du défenseur des enfants ?

    Quand on lit ça, on croit rêver !

    RépondreSupprimer
  9. Le "Défenseur des enfants" ? Késako ?

    RépondreSupprimer
  10. Je ne sais pas de quoi ça parle, je sais seulement que le Défenseur des Enfants nous a aidé à obtenir ce que nous voulions pour mon gamin, ce qu'était particulièrement disposé à nous refuser le médiateur de l'éducation nationale.
    Ce que je comprends, c'est qu'il faut un organisme indépendant totalement pour faire pression là où se joue les conflits et les soutiens de copinage.

    Seul le Défenseur des Enfants à su faire entendre sa loi, je suppose,
    sinon, nous nous confrontions à un proviseur, connu et adulé dans la petite province qu'est la banlieue de Toulouse...

    Et tu as raison de le souligner, c'est grave et j'y ai laissé des plumes, je le raconte largement mais...C'est une réalité aussi odieuse soit-elle...

    RépondreSupprimer
  11. Christie,

    Je ne sais pas. Ce que je dis, c'est qu'il est dramatique d'avoir besoin de ce genre de structure qui s'ajoute aux tribunaux administratifs et autres machins...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.