12 mai 2010

David Cameron et la Constitution Britanique

J’étais bien décidé à faire ce matin un billet à propos de l’élection d’un nouveau Président de le République la nomination d’un nouveau Premier Ministre au Royaume-Uni, ce matin, et je vais donc le faire. Pour cela, j’ai fait une recherche documentaire dans le métro (vive l’iPhone qui permet de lire la presse et Wikipédia, même à 6 pieds sous terre) afin de faire un billet vachement pédagogique

Je me plongeais donc dans une lecture acharnée quand je me suis exclamé : « Ah ! Putain de bordel ». Sic. En français dans le texte. Comme beaucoup, j’ai toujours tendance à me considérer comme plus jeune que je suis, même si, je dois reconnaître, je suis beaucoup moins la cible de pédophiles que par le passé. Maman, je plaisante. D’ailleurs je suis toujours un gros bébé joufflu, blond et frisé, mais juste un peu plus gros que par le passé et un peu moins blond.

Toujours est-il que j’ai découvert que David Cameron, le nouveau Premier Ministre des outremanchins, est plus jeune que moi.

Dans ce billet, je voulais évoquer deux sujets. Le premier était un truc de fainéant pour éviter de répondre aux commentaires à mon précédent billet, celui que j’ai fait hier soir, pour rigoler, pour annoncer la démission de Gordon Brown. Le deuxième est, quant à lui, fort instructif. Vous ne remercierez jamais assez.

Commençons par les réponses aux commentaires à ce billet.

Yann me disait qu’il, pas Yann, Gordon, avait annoncé sa démission la veille. Oui, mais en disant qu’il resterait en place jusqu’en septembre.

Gularu indiquait justement qu’il resterait en place jusqu’à l’automne. Raté. Il disait aussi qu’il ne comprenait rien à la Grand Bretagne. Ne lui jetons pas la pierre et reconnaissons qu’on s’en fout royalement du fonctionnement de ce pays.

Des Pas Perdus au sein d’un commentaire laconique nous fait son coup habituel de la vraie gauche… Laquelle ? Celle qui perd.

Didier Goux a dit, je cite : « On s'en cogne ! ». Je confirme. On s’en fout… Royalement. D'ailleurs, mon billet d'hier n'a amené aucun visiteur.

Gildan a dit « il va voir la reine ». Je rappelle que la vie sexuelle des personnalités politiques, surtout étrangères, ne nous regarde pas.

Romain a confirmé le souhait de Gordon Brown de ne pas continuer à foutre la merde, déjà qu’il a perdu les élections.

Sophie a fait le commentaire le plus intéressant. Pour une gonzesse, c’est surprenant. Il fera l’objet de la deuxième partie de mon billet.

Monsieur Poireau nous fait comprendre qu’il est absolument passionné par la politique internationale et la géostratégie par un magnifique « Ah ! ».

Je vais donc revenir maintenant sur le commentaire de Sophie qui nous dit : « Le Royaume-Uni n'a pas de constitution écrite » (et plein de trucs intéressants). J’étais en effet surpris que beaucoup de gens annoncent une démission à l’automne et, comme Gularu, je dois reconnaître que je ne comprends pas grand-chose à ce qui se passe de l’autre côté de la Manche et que je m’en fous.

Dans mes longues recherches (quatre minutes), j’ai enfin compris la différence entre le Royaume Uni et la Grande Bretagne, c’est déjà pas mal (je résume : la Grande Bretagne c’est le Royaume Uni sans l’Irlande du Nord). Et surtout, j’ai pu étudier la constitution britannique, ta mer, qu’on voit danser, le long des golfes clairs.

Grace à Wikipedia. « La constitution du Royaume-Uni est un ensemble de règles constitutionnelles non codifiées basées sur la loi, la jurisprudence, les usages constitutionnels, etc. Les premières règles établies remontent au Moyen Âge et le Royaume-Uni  est aujourd'hui le seul État occidental à être resté fidèle à une Constitution  coutumière. Parmi ces règles coutumières, on peut citer le droit de dissolution  de la Chambre des communes par le Premier ministre ou encore la démission de l'ensemble du Cabinet lorsque sa politique est remise en cause par les Chambres, qui ne figurent dans aucun texte. »

Bref, Sophie a parfaitement raison : il n’y a pas une « constitution » comme on peut l’entendre par chez nous et qui m’intéresse particulièrement depuis quelques jours au point que j’en ai fait plusieurs billets.

Didier Goux et Corto (ai-je cru voir dans certains blogs) argumentent sur le fait que l’on a trop tendance à toucher la constitution pour un oui ou pour un non contrairement aux Etats Unis et au Royaume du même métal. Je vais donc leur répondre : c’est normal que les rosbifs ne changent pas leur constitution pour un oui ou pour un non : ils n’en ont pas.

Mon billet du 6 mai, titré « Modifions une dernière fois la constitution », avait justement pour objet de proposer une nouvelle constitution, minimale, avec presque rien dedans. Ca nous rapproche de l’absence de texte de nos amis britanniques, non ?

Tiens ! Je vais illustrer ce billet avec un photo de Cameron Diaz qui me parait plus bandante que Cameron David.

25 commentaires:

  1. Je pense, en outre, que vous êtes de "constitution" solide, cher Nicolas, et que votre cravate hallucinogène, quoi qu'on en dise par ailleurs (et ailleurs), ajoute du relief et de la profondeur à votre sens aigu de la synthèse.

    (Philippe Sollers, dans son roman "Studio", écrit ceci (de mémoire) : "En Europe, pour les choses essentielles, voir Londres." À la réflexion, je me dis non seulement que Freud et Marx sont tous deux morts à Londres, mais je me dis aussi que De Gaulle, en son temps, a bien fait d'y aller, comme je me dis que l'agent Double zéro sept, en dépit de ses cravates conventionnelles - conservatrices ? - et de ses noeuds papillons - son soutien à l'économie "casino"... -, finira bien par nous tirer d'affaire, même à l'ultime seconde. Mais bon, je m'égare.)

    RépondreSupprimer
  2. Pour être plus bandante, elle l'est. C'est ignoble de nous imposer ça dès le matin. Et comment on la termine la journée maintenant ? Hein ?

    RépondreSupprimer
  3. Yann,

    Repos !

    Christophe,

    Ne nous égarons pas.

    RépondreSupprimer
  4. Nice post(ure)!!!
    ...
    Pour la démission à l'automne, je parlais de démission du Parti "Labour". J'ai cru ouïr cela !
    ;^))

    RépondreSupprimer
  5. j'aime ce billet.
    C'est vrai que c'est déprimant d'entendre parler de " premier ministre" "président" ou autre Bwana
    plus jeune que soi. Les boules !
    Rien que pour ça, je resterai fidèle à mon général. Il restera à jamais plus vieux que moi :^)

    RépondreSupprimer
  6. Mais moins actif, maintenant.

    RépondreSupprimer
  7. C'est pas moi qui ai raté, c'est le Monde !

    RépondreSupprimer
  8. Beau billet sur ce sujet passionnant que sont les érections législatives.

    RépondreSupprimer
  9. Gularu,

    Bon. Ca ira pour cette fois.

    Balmeyer,

    Merci.

    RépondreSupprimer
  10. Extraordinaire billet qui oublie de dire que l'Angleterre, c'est la grande Bretagne moins l'Ecosse et le Pays de Galles...

    Plus sérieusement, j'adore les anglais... Déjà, ils ont considérablement moins de chanteurs de merde que nous autres, ils ont de superbes équipes de foot, les filles sont assez cochonnes, l'accent londonien a davantage de charme que celui de Provence.

    RépondreSupprimer
  11. A notre que le Commonwealth englobe l'Australie. La seule Australienne que je connais est TRES cochonne.

    RépondreSupprimer
  12. Je n'en connais pas. Je connais un australien. Un fermier. Un plouc sans dents. Je ne veux même pas savoir si il est cochon...

    RépondreSupprimer
  13. C'est bien du rital, ça ! Envisager de sodomiser un cochon.

    RépondreSupprimer
  14. Ou en faire de la charcuterie...

    RépondreSupprimer
  15. C'est très curieux, à part les Stones et les Beatles (qui ont bercé ma tendre jeunesse), je n'arrive pas à m'intéresser à l'Angleterre!!!!!est-ce grave Dr Nicolas ? nanou

    RépondreSupprimer
  16. Ce qu'il y a de bien aussi, pour eux, c'est qu'en étant réglés par la coutume, les usages non codifiés, etc, ils pourraient décapiter leur reine ou leur roi quand ils veulent, sans s'emmerder à faire une révolution.

    RépondreSupprimer
  17. Ce n'est pas vraiment la coutume...

    RépondreSupprimer
  18. Mais si, mais si! Nos amis Britanniques peuvent s'enorgueillir d'avoir décapité un roi longtemps avant nous. Ce n'est pas parce qu'une tradition ne sert pas souvent qu'elle est morte. La preuve: Philippe Auguste nationalisa (à la mode de l'époque) les biens des Templiers, et F. Mitterrand reprit l'idée en nationalisant les banques en 81.

    RépondreSupprimer
  19. Plutôt Philippe IV le Bel,pour les biens des Templiers.

    RépondreSupprimer
  20. Avant lecture des commentaires, je souligne cette pépite :
    «Comme beaucoup, j’ai toujours tendance à me considérer comme plus jeune que je suis, même si, je dois reconnaître, je suis beaucoup moins la cible de pédophiles que par le passé».
    :-))

    RépondreSupprimer
  21. Je pense que ce rapport à la Constitution, écrite ou non suivant les pays, découle vraiment de la culture locale, du rapport à l'ordre, … Chez nous, ce sont de gros livres écrit tout petit mais que personne ou presque ne lit !
    :-))

    [Par contre, nos élus aiment trop souvent y écrire, c'est pas faux ! :-))].

    RépondreSupprimer
  22. Le Coucou, Nachu,

    Je suis aussi nul en histoire anglaise qu'en gastronomie équatoriale.

    Poireau,

    Merci. Oui la culture locale est importante.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.