19 mai 2010

Corinne Lepage et les retraites

Intéressant ! Le jour même (le lendemain…) de la présentation par le Parti Socialiste pour les retraites, Corinne Lepage, dont je lis le blog depuis sa venue à la Comète, présente une réflexion sur le sujet.

Ayant déjà causé des retraites ce matin, je ne vais pas faire un long billet pour revenir sur les propos de Mme Lepage.

Je suis parfaitement d’accord avec ses principaux constats qui rejoignent ce que j’ai dit ici sur le sujet. D’une part, c’est une hérésie de vouloir augmenter la durée de cotisation (notamment vu le chômage) et d’autre part ce n’est pas un vrai problème… et on a jusqu’à 2050 pour le traiter. Lisez sa démonstration : « on fait dire aux chiffres ce que l’on veut ». « si on retient les 10 Milliards d'€ de déficit en 2008, et qu'on les rapporte aux 261 Milliards d’€ de pensions versées, le déficit n'est aujourd'hui "que" de 4% des pensions, ce qui n'est pas insurmontable, et peut être réduit à zéro par un changement des taux de cotisation ou de versement des pensions ».

Par contre, je ne suis pas du tout d’accord avec les propositions qu’elle émet, notamment : « des alternatives sur les modes de financement peuvent être abordées : TVA notamment ou CSG, ce qui ferait peser le financement sur la consommation et l'épargne, donc l'usage des revenus, et non pas sur les coûts de production ».

Il ne faut pas limiter l’effort aux salariés et aux consommateurs.

12 commentaires:

  1. 10 milliards de déficit en 2008 contre 261 milliards de pensions versées soit 4% de déficit, le rapport est intéressant à mettre en exergue...

    RépondreSupprimer
  2. faut arrêter de taxer sur les salaires, faut taxer le CA des entreprises.
    certaines boites qui vendent du service et donc bossent uniquement avec des salariés sont pénalisées alors qu'elles créent de l'emploi...
    quant au bouclier fiscal c'est une aberration étant donné la crise actuelle !

    RépondreSupprimer
  3. Isabelle B :
    pas mal, le CA plutot que les salaires pour le côté création d'emploi.
    Mais serait-ce juste en matière de financement des retraites ?
    Et puis, chiffre d'affaire ne veut pas dire bénéfice...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Ce qui change radicalement le problème puisque, si on n'a pas les 10 énormes milliards, il est trop facile de se procurer ... les 4 misérables %. Rappelez à Madame Lepage, lors d'une rencontre prochaine, qu'il manque déja 80 % à notre budget annuel. Un pourcentage d'une somme que nous n'avons pas se trouve être voisin du zéro absolutissime.
    Sans oublier les 1000 milliards de retraites publiques non provisionnées et hors-bilan.
    En se remémorant que la retraite solidaire est, comme son nom ne l'indique plus, une assurance reposant sur des cotisations. Et en n'ignorant point que ce pourcentage est exponentiel.
    Que les charges patronales ne sont qu'une fière légende et qu'elles sont acquittées in fine par le salarié.
    Amitiés sincères.

    RépondreSupprimer
  5. Il n'empêche que ce que vous nommez "hérésie" est adopté par de plus en plus de pays en Europe : ils sont tous moins intelligents que les socialistes français ?

    Et puis, Martine Aubry hier, Corinne Lepage aujourd'hui : de plus en plus glamoureux, ce blog...

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    "ils sont tous moins intelligents que les socialistes français ?"

    Peut-être. N'ayons pas peur de le dire. Ou alors vous m'expliquerez en quoi c'est plus intelligent de bosser plus vieux avec 10% de chômage...

    Stef,

    Oui.

    Isabelle,

    Non. On ne peut pas taxer le CA. Tu peux faire un milliard de CA mais être en déficit !

    Benjii,

    Je viens de le dire !

    Jean,

    Ton commentaire est tellement stupide que je ne vais pas me fatiguer à y répondre point par point. A peu près tout y est faux.

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas : cela tient au fait que vous faites mine de croire que les travailleurs sont des pions interchangeables. Or, il n'en est rien : vous ne pouvez pas, sur un simple claquement de doigts, remplacer un type de 60 ans qui maîtrise parfaitement son boulot par un jeune branlotin qui, par définition, ne sait rien sur rien, puisqu'il sort des griffes de l'Éducation nationale...

    RépondreSupprimer
  8. Didier,

    Il ne s'agit pas de remplacer un type de 60 ans, il faut une vue globale. Et, en l'occurrence, les travailleurs sont des pions interchangeables. Le jour où vous partirez en retraite, l'organisation de votre canard sera changée, un branlotin sachant écrire fera votre boulot. Z'êtes pas indispensable ! Moi non plus. Ce qui ne nous empêche pas de faire correctement notre boulot.

    RépondreSupprimer
  9. Le point de vue de C. Lepage est séduisant, mais les chiffres et pourcentages que les politiques se renvoient à la figure deviennent de plus en plus incompréhensibles! Où se trouve la juste évaluation du problème?

    RépondreSupprimer
  10. Cher Nicolas,

    Vous écrivez dans votre réponse : " ce que tu dis est stupide... et faux". Si je puis me permettre,
    "stupide" relève du jugement de valeur et "faux" de la science des faits . Il est facile de vérifier ces derniers ( données Insee : comptabilité publique ). Le budget 2009 est déficitaire de 80 %, l'état devra débourser 1000 milliards d'euros pour les retraites de ses fonctionnaires jusqu'en 2050 et les retraites par répartition, c'est une assurance ( nommée vieillesse ) reposant (normalement) sur des cotisations versées à des caisses idoines( sauf pour les fonctionnaires ). Quant à la part patronale des cotisations sociales, elle est "versée" par l'entreprise aux organismes sociaux, tout comme la part salariale, les deux ne pouvant être distinguées (sauf sur la feuille de paye): aucune ne sort de la poche du patron ; pour lui, ce n'est que ce que coûte votre travail. Les deux constituent votre participation à la solidarité sociale et finissent d'ailleurs dans la même caisse d'Urssaf. C'est une aimable bouffonnerie pour laisser croire aux employés marxistes que la lutte est bientôt finale.
    Faux ou stupide ? Merci de choisir, cher Nicolas.

    RépondreSupprimer
  11. Pas lu les commentaires.
    En clair au lieu de cotiser sur nos salaires, on gagnerait la même chose mais les prix augmenteraient pour financer un faux trou ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  12. Jean,

    Tu insistes trop dans ta connerie : les retraites des fonctionnaires n'ont pas à être provisionnées, par exemple, puisqu'elles sont payées par le budget. Le budget n'est pas déficitaire de 80%. Tu racontes des conneries et ton prochain commentaire sera effacé car je n'ai pas de temps à perdre.


    Poireau,

    Tu as raison : ne lis pas les commentaires !

    Le Coucou,

    La juste évaluation du problème est la suivante :

    1. Nous sommes au bord d'un clash économique majeure. Donc, les retraites ne sont pas un problème. On ne sait pas quelle sera notre monnaie dans six mois, alors les déficit, dans 50 ans, je m'en fous.

    2. Dans le complément, avec l'inflation, l'augmentation de la masse monétaire et un tas de bordel économique et monétariste, on s'en fout de savoir ce que sera le trou des retraites dans 50 ans.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.