12 mai 2010

Tiens ! On reparle des emplois-jeunes !

« Que sont devenus les "emplois-jeunes" presque 10 ans après le lancement du dispositif en octobre 1997 ? 74 % des jeunes embauchés début 1999 ont occupé un emploi immédiatement après leur sortie du dispositif. » « Cette proportion de jeunes insérés professionnellement à la suite d’un emploi-jeune passe à 85 %, un an et demi après après leur sortie du dispositif dont 72 % en situation de CDI ». C’est indiqué sur ce site gouvernemental.

Pourtant « Le ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives Marc-Philippe Daubresse a dénoncé mercredi dans un communiqué "la supercherie des emplois-jeunes proposés par la première secrétaire du PS Martine Aubry. »

En effet, « A sa sortie mardi de Matignon, où elle était reçue par François Fillon pour évoquer le projet de loi du gouvernement sur le voile intégral, Mme Aubry avait notamment souhaité un "grand programme d'emplois jeunes nouvelle formule pour donner une chance à ces jeunes d'avoir un travail, d'avoir un salaire et donc de pouvoir consommer". »

M. Daubresse devrait vérifier ses informations avant de sortir de tels propos. Il suffit de taper « Bilan emplois-jeunes » dans google. On apprend par exemple ici que « Parmi les personnes embauchées en emploi-jeune à la fin 1999 et restées en poste au moins deux ans, 73,6% ont trouvé un emploi immédiatement après leur sortie du dispositif (dont les trois quarts en contrat à durée indéterminée): 62,8% sont restées chez le même employeur, sur un contrat de droit commun ».

Ainsi selon M. Daubresse « les emplois jeunes légués par le gouvernement Jospin dans l'Education nationale, pour lesquels n'étaient prévus ni dispositifs relais, ni titularisation, ni indemnités de chômage, ni même principe d'indemnisation ! » Ben si… Les trois quarts ont trouvé un emploi juste après et presque les deux tiers sont restés chez les mêmes employeurs.

Si les jeunes ont éprouvé des difficultés, c’est parce que la droite à supprimer ses dispositifs. C’était d’ailleurs tellement aberrant qu’elle a du remettre en œuvre des machins équivalents un peu après.

Je me demande, d’ailleurs, si M. Daubresse n’était pas au gouvernement (il l’a quitté vers cette époque).

7 commentaires:

  1. et dans daubresse il y a ??.
    Les emplois jeunes n'étaient pas la panacée, cela pouvait être vu comme une forme d'exploitation, il n'empêche que ces jeunes étaient autonomes, et géraient un (petit) budget et un pied dans la vie active.
    la suppression fait partie des dégâts collatéraux de l'alternance sans doute.

    RépondreSupprimer
  2. Je peux témoigner : j'ai été en emploi jeune et ai été titularisée à l'issue, dans la même collectivité, suite à l'obtention d'un concours.Ça a donc été un tremplin me concernant.

    RépondreSupprimer
  3. je te soupçonne d'être aubryste... ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Avec la charte que je viens de lire, faut vraiment que je fasse gaffe à ce que je vais écrire, j'en tremble...

    En plus, je suis même pas concernée par les emplois jeunes, j'approche des séniors, alors finalement, j'ai rien à dire...

    Bonne nuit

    RépondreSupprimer
  5. bien joué Nicolas, c'était un billet que j'avais en tête car vraiment ce ministre se la joue connaisseur alors que bien évidemment comme tu l'a démontré les emplois jeunes ont été un succès en terme d'intégration des jeunes dans la vie active.

    RépondreSupprimer
  6. Dès que le gouvernement est en difficulté, il nous ressort soit Mitterrand (le vrai), soit les 35 heures… bref, n'importe quoi pour qu'on ne parle pas de leurs propres échecs !
    :-))

    RépondreSupprimer
  7. Fidel,

    Je ne sais pas ce qu'est la panacée mais comme tu le soulignes, les EJ permettaient une entrée dans la vie active.

    Céline,

    Tu es une preuve vivante !

    DPP,

    Même pas. Je me fous de la personne. Je suis partisan des emplois jeunes.

    Machin,

    Bonne nuit.

    Melclalex,

    Ben fallait le faire !

    Poireau,

    Oui. Cette fois, c'est les emplois jeunes !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.