17 mai 2010

17 millions de sélectionneurs...

Le furieux lecteur de blogs politiques que je suis a parfois des étonnements quand il respire. C’est ainsi que je suis tombé sur le dernier billet de Gabale qui nous fait un rapprochement entre Ségolène Royal et Raymond Domenech.

C’est vrai ! Ils n’ont pas de chance. On les critique beaucoup. On oublie pourtant qu’ils ont des palmarès extraordinaires puisqu’ils sont tous les deux arrivés deuxièmes à une compétition.

Ensuite, il compare Raymond Domenech à Aimé Jacquet, qui c’est vrai, avait été bien critiqué en 1998, notamment par l’Equipe. Je ne ferai pas plus de commentaires, je vais laisser mon copain FalconHill, s’il le souhaite, donner son avis, il connaît plus le foot que moi (ce qui n’a rien de compliqué) et n’aime pas Domenech.

Après, il compare Ségolène Royal à François Mitterrand. Evidemment lui aussi, il est arrivé deuxième à sa première candidature. En 2006, l’élection de 2007 paraissait comme imperdable pour la gauche. En 1965, la présence de François Mitterrand au second tour a été une surprise. Tout le monde pensait que le général serait élu dès le premier…

La comparaison me parait osée.

Il aurait pu tenter de comparer avec Lionel Jospin. A sa première candidature aussi, il est arrivé second (je vais réussir à me faire engueuler par les Ségolistes ET les Jospiniens...).

« De manière plus profonde, comment peut-on avoir la volonté de s’en sortir lorsque l’on est submergé quotidiennement par cette logorrhée médiatique de l’échec ? »

La volonté de Ségolène Royal de s’en sortir ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse c’est la victoire de la gauche, quel que soit le candidat.

« Comment croire à un avenir meilleur quand l’immédiateté nous ramène sans cesse à l’annonce d’inévitables désillusions futures ? Nous vivons non seulement dans une époque qui a la mémoire de plus en plus courte mais aussi dans laquelle le pessimisme généralisé tend à devenir la loi commune. »

Je dois reconnaître un léger pessimisme. Nous sommes au bord d’une crise mondiale majeure, du même tonneau que celle de 1929 qui s’est terminée dans les joyeuses circonstances que nous connaissons. 16 ans après.

François Mitterrand a mis 16 ans entre sa première candidature et son élection… Je n’ai pas envie d’attendre 2022 (ou 23…).

Je souhaite à l’équipe de France un beau parcours… Mais l’équipe est moins belle qu’en 1998. Je constate juste.

25 commentaires:

  1. Tu vois ça comme ça toi aussi pfff tu me files le bourdon.

    RépondreSupprimer
  2. C'est à cause de ton billet de ce matin...

    RépondreSupprimer
  3. Allez les bleues!!! C'est ça hein?

    RépondreSupprimer
  4. Joli rapprochement, quel artiste ^^

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas, je te donnerai mon avis quand je rentrerai en France (sur un clavir qwerty de l'ordi de l'hotel c'est pas top)

    Mais je crois quand meme que c'est plus complique que ca, comme toujours. Et puis mince : on a le droit de ne pas aimer certains personnages (Royal; Domenech...).

    Sur le palmares de Domenech, non. Il n'a rien gagne. Rien. Royal a au moins une region et quelque legislatives. Et Jacquet avait prouve, a Bordeaux, que c'etait un Monsieur.
    Apres, sur la comparaison Domenech Royal... Oui, on peut dire qu'ils se moquent tous deux du peuple, mais je n'irai pas jusque la...

    Enfin, tout est loin d'etre la faute a Domenech... Si Blanc a toujours la meme FFF derriere lui, ca sera dur...

    Bonne soiree (semaine)

    PS : j'ai quand meme trouve un bar wifi pas loin, j'ammenerai mon PC, hi hi hi

    RépondreSupprimer
  6. Mitterrand est arrivé second à sa première candidature ET aussi à sa deuxième : Ségolène a le temps...

    Bon, je vais finir de lire...

    RépondreSupprimer
  7. La star du blogging politique consacre un billet à l’une de mes productions artisanales ! Quel honneur ! Merci beaucoup.

    Deux ou trois petites choses. En vrac.

    Je n’ai pas évoqué Lionel Jospin pour la raison suivante : non seulement c’est un looser qui s’est retiré de la vie politique en pleine déroute électorale (ce que jamais Mitterrand n’aurait fait), mais qui en plus a décidé aujourd’hui de faire une carrière de clown au cinéma (ce qui est son droit absolu).

    Pour ce qui est de la prochaine élection présidentielle, il est évident que le candidat de gauche qui sera sélectionné aux primaires (si elles ont lieu, car évidemment, avec la bande qui squatte la rue de Solferino, rien n’est moins sûr) m’intéresse. On verra bien ce que cela donnera. Je soutiendrai celle ou celui qui sera désigné.

    Naturellement, on connaît ma préférence. A ce titre, je suis sûr que Nicolas ne verra aucune objection à soutenir loyalement Ségolène Royal si jamais elle venait à être désignée aux termes des « primaires-dont-on-ignore-les-modalités-pratiques-mais-à-propos-desquelles-on-réfléchit-promis-juré-craché » (Montebourg, Chapitre 22, verset 4).

    Pour ma part, je n’en doute évidemment pas.

    RépondreSupprimer
  8. Jospin, c'est le meilleur : second à sa première candidature, troisième à sa seconde.

    Sinon, je plussoie le premier paragraphe du précédent commentaire de Gabale (que je ne connais pas). Pour le reste, c'est de la cuisine électorale de gauche, dont je me fous.

    RépondreSupprimer
  9. "Ce qui m’intéresse c’est la victoire de la gauche, quel que soit le candidat." Quelque soit le programme ? Je demande parce qu'en Grèce, ils sont gâtés avec Papandréou et DSK...

    RépondreSupprimer
  10. En 74, quand Mitterrand a été battu par Giscard d'Estaing, ça paraissait aussi imperdable pour la gauche!

    RépondreSupprimer
  11. J'adore la coupe du monde de football.

    D'ailleurs, si j'étais président (de la République ou de l'Amicale locale des Boulistes), je profiterais évidemment de la providentielle compétition pour enfoncer le peuple tout entier - enfin presque... - ou bien l'écrasante majorité des "à jour de cotisation" jusqu'à l'os. Après, je boirais une bonne bière bien fraîche sous la tonnelle tout en contemplant mon nombril rempli de lui-même.

    Sur ce,belle et bonne journée, ô grand Nicolas !

    RépondreSupprimer
  12. Stef,

    Oui, fallait oser !

    FalconHill,

    Tu es où, toi ? J'ai loupé une étape ?

    Didier,

    C'est ce que je dis en conclusion.

    Gabale,

    Il ne fait pas une carrière dans le cinéma, le Jospin, juste quelques minutes dans un film.

    Je soutiendrai loyalement le candidat issu des primaires sauf si trop de conneries sont faites, soit par lui (ou elle), soit par le parti, soit par ses fans. Ton billet aurait tendance à me pousser dans les bras de Mélenchon.

    Cela dit, en 2007, j'ai probablement fait plus de billets de blog que toi pour la soutenir !

    Didier,

    Quel premier paragraphe ? Celui sur "quel honneur" ?

    DPP,

    Tu nous fais le complexe de la vraie gauche. Toujours aussi ridicule.

    Le Coucou,

    Bof. La France était enracinée bien à droite. Et il y avait moins d'un point d'écart (de mémoire) entre Mitterrand et Giscard, contre 6 en 2007.

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas : le paragraphe sur Jospin.

    Le Coucou : nous n'avons pas les mêmes souvenirs, à propos de 1974. Je me souviens, moi, d'une élection indécidable et d'un suspense maintenu jusqu'au bout. Mais j'ai peut-être tort : je n'avais que 18 ans...

    RépondreSupprimer
  14. Christophe,

    A noter que lors de la dernière coupe du monde gagnée par la France, la gauche était au pouvoir. Nananère.

    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  15. Didier,

    Je sais...

    Pour 74, pareil (mais plus par les lectures que j'ai eues ensuite, j'avais 8 ans...).

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas, Didier, vous avez raison sur la réalité du rapport de forces, mais nous étions nombreux à nous faire des illusions sur les chances de la gauche, à cause des luttes intestines à droite (l'élimination de Chaban-Delmas avec l'aide de Chirac)…

    RépondreSupprimer
  17. Nicolas, je suis en Crête mais chut. Je récupère des fois une connection Wifi de l'Hotel quand Falconette croit que je récupère les photos de vacances, et je vais rapidement sur les blogs ^^

    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  18. FalconHill,

    Touriste !

    Le Coucou,

    Ah ! Les illusions !

    Tous,

    De toute manière, regardons la réalité. Mitterrand s'est présenté la première fois en 1965. A la présidentielle suivante, il a eu la décence de ne pas se présenter.

    RépondreSupprimer
  19. On est obligé de parler de foot ?
    Bon, OK.
    Je trouve que Domenech est un digne successeur de Bourvil de De Funès réunis. Il a décidé d'un nouveau sketch très drôle pour faire rire les africains du sud et la planète du ballon rond. J'espère qu'on pourrav raiment rigoler !
    :-))

    RépondreSupprimer
  20. Poireau,

    Ah ! C'est donc ça !

    RépondreSupprimer
  21. Demenech est capable de gagner la coupe du monde (je file acheter une télé chez Carrefour ^^) et Royal est capable de battre... Marine le Pen ?

    RépondreSupprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.