31 mai 2010

Martine, Ségolène, Bernard, François, Jean-Pierre et Nicolas

Le fait politique du week-end tourne autour des propos de Martine Aubry, Nicolas Sarkozy et Bernard Madoff. Etant en retard pour en parler, je suis parti faire un tour des blogs.

Yann, par exemple, déplore la dégringolade de la politique dans des bas-fonds et accuse même les médias, ce en quoi il n’a pas entièrement tort. Il n’empêche qu’il pourrait accuser l’UMP même si le propos de base revient à Martine Aubry… Jean-Pierre Raffarin a déclaré : « Reprocher à François Mitterrand la retraite à 60 ans, c'est une opinion politique. Comme telle, elle est à la fois respectable et discutable. Comparer le président de la République à un escroc, c'est une injure, pas une opinion! »

C’est lui qui parle d’escroc…

Juan de Sarkofrance, dans les coulisses, se pose la question : « Sarkozy est-il un escroc ? » Il ne donne pas la réponse mais je suis d’accord à 100% avec lui. Je vous laisse lire !

Juan fait une allusion à François Hollande. Je suis d’accord : il aurait mieux fait de ce taire. On a vu un beau week-end pour le Parti Socialiste. La petite phrase de Martine Aubry a aidé à ressoudé le PS et Ségolène Royal a clairement déclaré qu’elle soutiendrait Martine Aubry ou Dominique Strauss-Kahn à plein tube ou plus exactement, ce qui est très bien, qu’elle pourrait s’asseoir sur ses ambitions personnelles pour faire gagner la gauche.

Et paf ! Une leçon d’unité. Ca fait du bien. A moins que ça ne cache quelque chose mais je ne vais pas mégoter, hein !

Ainsi, comme Juan, je suis attristé par François Hollande. Pourtant j’ai longuement cru en lui, jusqu’à peu, jusqu’à ce qu’il se déclare ouvertement candidat. Alors, je me suis dit « Ah ! non ! C’est trop ». Je l’aimais bien, rigolo et tout ça… Je lui avais même pardonné les positions foireuses du PS sur l’Europe, pour vous dire. Puis j'ai compris, finalement, que Martine Aubry tenait la route...

Et non, l’ancien Premier Secrétaire du PS ne comprend pas qu’il ne l’est plus. Martine Aubry et Ségolène Royal ont trouvé leur bon positionnement, l’unité semble à peu près retrouvée et lui, François Hollande vient taper.

Pourtant, Nicolas Sarkozy avait déclaré ne pas vouloir de Martine Aubry en face d’elle en 2012. « Elle joue en deuxième division, moi en première. » Ni même de Ségolène Royal : « Une formation politique qui a des talents pareils et qui choisit Martine Aubry ou Ségolène Royal... »

Ben quoi ? Les Français ont bien élu Nicolas Sarkozy Président de la République…

10 commentaires:

  1. C'est le principe de projection: On voit chez l'autre des défauts que l'on ne veut pas chez soi !
    ;)
    Nicolas Sarkozy est un homme comme les autres ! rires....

    RépondreSupprimer
  2. Permettez, Nicolas, que je retouche quelque peu votre phrase inaugurale. Voici : "Le fait politique du week-end tourne autour de rien."

    Bonne semaine à vous !

    RépondreSupprimer
  3. Christie,

    Tu crois ?

    Christophe,

    On est d'accord...

    RépondreSupprimer
  4. Une femme présidente,chouette!

    RépondreSupprimer
  5. Madoff ne s'est pas senti blessé par la comparaison ?

    RépondreSupprimer
  6. NR,

    Pas encore fait !

    Mtislav,

    C'est ce que j'ai pensé...

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement, je pouvais parler de l'UMP mais à un moment donné, colle tout le monde dans le même panier. Même Corinne Lepage s'en mêle, alors que je la pensais un peu au-dessus de la mêlée.

    RépondreSupprimer
  8. Tu as raison mais la vie est ainsi faite.

    RépondreSupprimer
  9. Pourquoi on agite autant de verres d'eau au lieu de faire de la politique ?
    :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.