13 mai 2010

Débat participatif

Je suis invité, par Facebook, à un débat participatif : « Débat participatif organisé par les Comités locaux Désirs d'Avenir de Maison Alfort et Alfortvillesur le thème: "C'est dans la jeunesse d'aujourd'hui que se trouve les Femmes et les Hommes politiques qui dirigeront le Pays demain" avec la participation de Kamel Chibli Secrétaire Général de Désirs d'Avenir ».

J'aime beaucoup penser à l'idée des hommes politiques « dans la jeunesse »... C'est du propre !

Je me demande aussi comment on pourrait inviter quelqu'un à un débat qui ne serait pas participatif.

Ils sont rigolos, chez DA. Je vais peut-être me pointer là-bas voir ce qu'on peut échanger sur le thème les vieux de demain sont les jeunes d'aujourd'hui.

Allez ! Soyons sympas... :
Date :
mardi 18 mai 2010
Heure :
20:30 - 22:30
Lieu :
Salle du Stade Cubizolle
Adresse :
25 bis Avenue Charles de Gaulle 94700 Maison Alfort

14 commentaires:

  1. Un débat participatif ? Et qu'est-ce que ce serait qu'un débat "non participatif" ?

    Nicolas : arrêtez donc de parler à ces connard qui se servent de vous ! Et laissez ces huitres molles à leurs débats "participatifs"...

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait le genre de truc où je suis très heureux que vous vous rendiez à ma place. Grâce vous soit rendue cher Nicolas.

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, je lis (et commente) les mêmes choses que Didier Goux et à la même heure qui plus est. Mon cas ne s'arrange pas.

    RépondreSupprimer
  4. Je suppose qu'un débat "non-participatif", c'est un débat entre quelques "notables", avec un public qui écoute sagement.
    Je suis sûr que beaucoup de militants savent de quoi je parle, pour l'avoir vécu eux aussi !

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Ben voyons! Tous les débats ne sont pas participatif, il y a aussi le débat magistral: un membre de la direction du PS qui livre sa docte parole de haut, et qui consent ensuite à ce qu'on l'approuve individuellement dans le micro.

    RépondreSupprimer
  7. D'acord avec le Coucou...

    En 2007, j'avais organisé un débat participatif, en tant qu'animateur D.A de l'Aisne.
    On avait suivi les recommandations :
    - L'animateur présente rapidement le thème du débat (10 min)
    - Ensuite, les interventions sont limitées à 5 min par personne (y compris pour les "notables" !), pour que chacun puisse s'exprimer.
    - Un "rapporteur" désigné est chargé de noter toutes les interventions, dans un compte-rendu destiné à être transmis à la "hiérarchie décideuse".

    RépondreSupprimer
  8. Didier,

    On peut plus rigoler;

    Christophe,

    Fainéant.

    Thierry,

    Dans ce cas, on n'est pas invité au débat mais juste à invité à assister à un débat.

    Le Coucou,

    Dans ce cas, ça n'est pas un débat. J'aime comment tu perds toute objectivité à ce sujet.

    Thierry D,

    Tu viens de démontrer en quelques lignes à quel point c'est de la fumisterie. "Un "rapporteur" désigné est chargé de noter toutes les interventions, dans un compte-rendu destiné à être transmis à la "hiérarchie décideuse". "

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas, difficile de te contredire sur le manque d'objectivité de ma remarque: c'est exact. Mais à ma décharge je dirai que lorsque nous nous essayons à la neutralité bienveillante sur ces questions, les uns et les autres, ça grince toujours quelque part. Comme l'ironie consistant à relever la pléonasmitude d'un "débat participatif"…

    RépondreSupprimer
  10. Le Coucou,

    D'une part, il ne s'agit pas de ça. C'est uniquement que l'on voit à peu près à qui tu penses en parlant d'un "membre de la direction du PS qui livre sa docte parole de haut".

    D'autre part, oui, je fais de l'ironie. J'en ai marre de cette expression qui a décrédibilisé Ségolène Royal tout en étant insultante avec les autres courants politiques. C'est Thierry qui le souligne : de toute manière, c'est un rapport qui décide de ce qu'il va transmettre à la hiérarchie qui va décider de ce qu'elle veut.

    C'est complètement antidémocratique. Mais au nom de la démocratie, tu préfère ça.

    RépondreSupprimer
  11. Nicolas,

    tu fais un contre-sens : un débat participatif militant n'est pas un référendum et non, les participants ne sont pas invités à décider, mais à faire des diagnostics et proposer des solutions.

    Le rôle du "décideur", c'est de :
    - prendre connaissance des diagnostics de "la base",
    - trancher entre les propositions, parfois contradictoires, des intervenants (afin d'éviter un catalogue sans cohérence)
    - à partir des diagnostics, définir des solutions politiques auxquels les participants n'auraient pas pensé (ça arrive souvent, les gens se plaignent mais n'ont pas de solution à proposer !).
    Tu vois, c'est simple : chacun a un rôle dans cette chaîne qui relie les "notables" (élus ou candidats) et les citoyens.

    Tu pratiques le dénigrement et c'est dommage... Je sais que tu es capable d'analyses beaucoup plus fines, pour suivre ton blog politique quotidiennement.

    RépondreSupprimer
  12. Ce n'est pas moi qui dénigre. Ceux qui dénigrent ce sont ces gugusses qui ont inventé cette terminologie de "débat participatif" pour faire croire que c'était la seule solution pour faire entendre la base. Et que les autres ne le font pas et ne sont pas démocrates.

    Mais si tu veux, oui, je dénigre. Parce que j'en ai marre de recevoir des invitations Facebook pour des pseudo-débats sur des thèmes sans le moindre intérêt.

    RépondreSupprimer
  13. En même temps, le temps que les jeunes débattent participativement, ils ne seront pas au bistrot et on pourra quand même leur piquer leur scooter !
    :-))

    RépondreSupprimer
  14. Poireau,

    Je préfère les débats participatif au bistro.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.