18 mai 2010

La fabrication du consentement [pour les retraites]

Alors qu’on attend les propositions du Parti Socialiste sur les retraites (Benoit Hamon les a annoncées pour les tous prochains jours), Ségolène Royal a rappelé que la durée de cotisation et l’âge légal de 60 ans n’étaient pas négociables.

Les dirigeants socialistes, dans leur ensemble, condamnent les propositions du gouvernement annoncées hier. « « On attendait un projet, on a des orientations » du gouvernement dont « la piste principale est le recul de l'âge légal ou l'allongement de la durée de cotisation, a insisté Benoît Hamon, le porte-parole du PS. Le gouvernement croit que la pilule passera si l'on utilise le leurre de la mise à contribution des revenus financiers. » Mais cette mesure « n'est pas chiffrée », « ne remet pas en cause le bouclier fiscal » et s'annonce « homéopathique », a déploré le leader de l'aile gauche du parti. »

Ils ont bien raison. Contrairement à Daniel Cohn-Bendit, ce matin, qui, dans un autre domaine, fustigeait les socialos à propos du bazar autour de l’Iran. Daniel, quand on s’oppose, on s’oppose.

« Depuis quelques temps, la plupart des journaux par manque de moyens, se mettent au service d'intérêts particuliers. Eux et les autres médias deviennent des outils de propagation d'idées. […] Des personnes plus instruites que moi ont appelé cela la fabrication du consentement. »

« A voir les pistes de travail que propose le gouvernement dans le domaine des retraites, on a la sensation qu'il n'a guère les moyens de ce qu'il avance. On a l'impression qu'il ne dispose d'aucun moyen de rétorsion pour effectuer le moindre prélèvement sur le monde de la finance en ces temps de crise. »

Une autre version du TINA ?

« Tout cela pour donner le sentiment au français que l'état est préoccupé par la justice sociale. On finit par ressentir du soulagement car ils ont fini par érafler le bouclier fiscal au profit des pauvres : c'est le retour de Robin de bois. Comme je le disais au début, tout est question de ressenti de la population et c'est bien là l'essentiel. Non ? »

10 commentaires:

  1. À treize heures, sur France Inter, Laurence Parisot disait tout le mal qu'elle pense de cet embryon d'évocation d'un début de réforme. Elle fait déjà ses contre-propositions (embryonnaires), en demandant la création d'un complément de retraite obligatoire, par capitalisation —comme les suédois…

    RépondreSupprimer
  2. Tiens ! Un commentaire !

    Le Coucou,

    C'est le jeu des négociations...

    RépondreSupprimer
  3. C'est dans leur gueule qu'on va négocier !

    RépondreSupprimer
  4. Vivement Parisot au ministère du travail , qu'on soit fixés une bonne fois pour toutes ;^#

    Merci Nicolas pour le lien.

    RépondreSupprimer
  5. Ca y est, j'ai rattrapé mon retard de lecture, ouf !

    C'est un dossier vraiment intéressant que cette fabrication de l'entendement. Daniel Mermet en parle depuis des années (France Inter 15 heures, tous les jours de la semaine) notamment avec le Monde Diplomatique où officie Lordon ! La boucle est bouclée !
    :-))

    RépondreSupprimer
  6. Poireau,

    Du coup, j'ai plein de réponses en retard !

    N'écoute pas les émissions gauchistes !

    RépondreSupprimer
  7. Retraites : mettre fin aux faux débats !

    Nous ne devons pas céder au chantage injuste à la dette !

    1)La dette de la France est injuste, elle n'est pas le résultat de trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites... Mais elle est bien le résultat de la destruction de l'économie physique, et le pillage des établissements bancaires avec de lourds intérêts composés sur la dette depuis la fin du crédit public productif de la Banque de France. La loi Giscard Pompidou du 3 janvier 1973 puis le traité de Maastrich interdit au gouvernement d'émettre de la monnaie et oblige de fait de s'endetter avec des taux d'intérêt aux banques privés !

    Chaque jour nous subissons un bourrage de crane qui appelle les citoyens au bon sens avec de mensonges patentés, comment garder une retraite à taux plein si la population vieillie etc etc !

    Nous devons sortir de la mentalité monétaire, la mentalité calculette, c'est bien la peine de faire de si grande étude pour apprendre à faire des divisions. Nous devons apprendre les principes de l'économie physique.

    1)Une économie à taux plein d'emploi sans chômage ! Et oui c'est minimum avant de parler de rallonger le temps de travail !
    2)Un retour à l'économie productive, et non une économie de financier et de commerce ! Une économie productive peut permettre de redistribuer les vrais fruits de la croissance physique. L'argent n'est pas un richesse, personne ne vit en mangeant des billets.

    Ceci suppose de sortir de la logique de pillage de notre système actuelle.

    La force publique et nos responsables politiques doivent reprendre la main sur les intérêts financiers, nous devons remettre en place la loi Glass Steagall à la Française afin de séparer les banques par activités. Les banques de dépôts séparer des banques d'affaire et des compagnie d'assurance afin de remettre les banques à leurs place, travailler pour faire vivre l'économie physique et non jouer l'argent dans la spéculation et les casinos financiers.

    Citoyens, nous devons nous organiser pour mettre en place une alternative. Vous voulez vous battre pour connaître les agissements des intérêts bancaires et financiers alors rejoins moi sur facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

    David CABAS
    http://www.davidcabas.fr

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.