07 mai 2010

2012 en ligne de mire

Pour les trois ans de la Présidence de Nicolas Sarkozy, Sarkofrance nous sort un abécédaire des promesses non tenues. Le Coucou célèbre cet événement à sa façon : « Merci de tous ces bienfaits, M. le Président, ces trois ans inoubliables ont dû vous épuiser. Aussi, nous comprendrions parfaitement que vous nous annonciez ce soir votre démission immédiate… »

Beaucoup de blogueurs commémorent cet anniversaire et je devais le faire hier. Pas de chance, j’avais en tête mes deux billets de la journée, sur la constitution et sur le Grand Paris, contrairement à d’habitude, quand mon cerveau est en dérangement chronique et matinal. Je pourrais le faire aujourd’hui mais c’est trop tard, alors je vais juste rebondir, comme souvent, sur un article du Monde. Ces trois ans, je m’en fous. Ce sont les deux prochains qui comptent.

Hier ou avant-hier, on nous annonçait que Nicolas Sarkozy avait fait entendre qu’il se représenterait en 2012 : jusqu’à mi 2011, les réformes allaient continuer et que la suite serait réservée « à la politique ». A mon avis, les deux prochaines réformes annoncées sont déjà de la politique. Il y a celle des retraites. Les salariés, les seuls concernés, donc, sont déjà, pour une grande majorité, antisarkozystes. Par contre, ceux qui ont des problèmes de retraite (commerçants, paysans, …) sont au cœur de l’électorat. Il y a celle de la dépendance, pour les vieux, également sarkozystes… Enfin, le thème central de la communication devrait tourner autour de la sécurité. Cœur de cible : les vieux.

Voilà comment on compte bâtir un avenir, sans vouloir manquer de respect pour les personnes âgées.

« Le premier ministre, François Fillon, a annoncé, jeudi 6 mai, un gel des dépenses publiques pour les trois prochaines années. » Arg ! Le coup de la rigueur. La plus mauvaise des idées en période de crise économique. Au bout de cinq ans de Présidence, la dette devrait passer de 1200 milliards à 2000 ! Excusez du peu… Et ils tentent de nous faire le coup de la bonne gestion.

« Un gel des dépenses publiques. » ? Arg ! Bis. Ils ont oublié de traiter les rentrées publiques… On réforme les retraites, par exemple, sans s’occuper de l’assiette des cotisations. Une annonce foireuse de réforme des niches fiscales puis on gèle les dépenses. On transfère des charges sur les régions en réduisant le nombre de fonctionnaires ? « Pour Mathieu Plane, économiste à l'Observatoire français de la conjoncture économique, ces annonces remettent en cause l'organisation de la fonction publique, tout en posant des questions sur les priorités du gouvernement et l'organisation de l'Union européenne. »

« Cela pose des questions de fond sur l'organisation, le fonctionnement et les objectifs des principales branches de la fonction publique : à savoir l'éducation nationale, l'intérieur et la défense, qui concentrent 80 % des fonctionnaires. Et au-delà, il y aura forcément des répercussions sur la croissance du pays, avec plus de chômage et un pouvoir d'achat à la baisse pour une partie de la population. »

« Le risque est bien de voir, en France et en Europe, s'installer la récession, si cet objectif [de réduction des dépenses publiques] prend le pas sur les politiques de croissance et d'emploi. C'est la voie sur laquelle semble s'engager la France, avec une rigueur qui s'annonce inédite depuis 1949. »

On est bien !

Il faut que j’arrête de lire Le Monde, moi ! Je vais revenir au Parisien. Tout va bien : « Baromètre de la confiance : embellie pour Fillon et Sarkozy » ! Les Echos, dangereux journal gauchiste, sont plus critiques : « Le bilan de Sarkozy jugé sévèrement par les Français ».

Alors, ce matin, j’ai pris le métro et lu Métro. « Trois ans après son élection, le chef de l’Etat se recentre sur les réformes essentielles » et réajuste son style. Le compte à rebours pour 2012 a commencé. »

« Devant ses députés mercredi, le Président a listé les derniers chantiers de son quinquennat. "Pour moi, l'essentiel c'est la sécurité, l'emploi, la crise, l'agriculture, la gestion des déficits et l'international", a-t-il résumé. »

C’est reparti pour un tour ! La communication est en marche. La gauche n’a qu’à bien se tenir. Et ne pas oublier de dénoncer, systématiquement.

25 commentaires:

  1. Tiens, dans "systématiquement", on peut entendre "(le) système à tic ment."
    D'ailleurs, déjà François Mitterrand s'épuisait la vue en d'irrépressibles et permanents clignements palpébraux.

    (Aujourd'hui, chez moi, "le gros" (sic) est à l'honneur. Viendez.)

    RépondreSupprimer
  2. Christophe,

    J'ai vu ! (je lis tout... mais commente assez rarement sur les blogs où il n'y a pas "l'abonnement" pour recevoir par mail les commentaires suivant). J'y retourne !

    RépondreSupprimer
  3. Crise ou pas crise, vivement l'heure du bilan !

    RépondreSupprimer
  4. Ouais. Surtout si le bilan se fait après la fin...

    RépondreSupprimer
  5. C'est évident que maintenant, nous sommes entrés en campagne électorale. C'est clair.
    2012 en ligne de mire, le titre est bon.

    Le billet aussi... Pas d'accord avec tout, mais sur le fond, c'est loin d'être faux...

    Pour la gauche, dénoncer oui. Qu'ils n'oublient pas de proposer, sinon...

    Bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  6. FalconHill,

    On est d'accord, la gauche doit proposer. Mais ce que je veux dire, c'est qu'elle ne doit pas oublier de critiquer. En 2007, j'avais l'impression qu'il n'y avait que les blogs qui étaient négatifs par rapport à Nicolas Sarkozy. Là il va communiquer "alors vous voyez, on ne s'en est pas mal sorti, de la crise, grace à mes actions". Si personne ne rappelle quelques bricoles pour le contredire, il est sur de gagner !

    RépondreSupprimer
  7. C'est triste comme on tourne en rond en France en ce moment !

    RépondreSupprimer
  8. Nicolas, en 2007 je trouvais (à tort peut être) qu'on voyait davantage à gauche la critique de Sarkozy (l'homme, ses propositions) que le projet de Ségolène Royal.

    C'est évident qu'il faudra que la gauche mette en avant les contradictions, nombreuses. J'ai la faiblesse de croire que les oreilles seront sensibles...

    RépondreSupprimer
  9. " c'est la voie sur laquelle SEMBLE s'engageR la france "
    Je pense que tu peux supprimer les Majuscules de cette phrase...
    ;^)

    RépondreSupprimer
  10. Les salariés massivement antisarkozystes ? D'où tirez-vous une telle certitude ? Ce ne serait pas un peu de wishful thinking de votre part ?

    RépondreSupprimer
  11. Océane,

    Oui. On est revenu en 2006 !

    FalconHill,

    Parce que tu as peut-être le même réflexe que TOUS les blogueurs, tu lis beaucoup de blogs en oubliant de regarder les vrais gens.

    Et aussi, parce que comme tout le monde, tu trouves que le candidat "opposé" n'a pas de programme et qu'on critique trop "ton favori".

    L'objectivité est dure à trouver. A l'époque, on avait un grand débat dans les blogs pour savoir si les médias soutenaient la gauche ou la droite. Je ne cherche pas à relancer le débat (chacun étant persuadé que la presse soutient le camp d'en face) et je veux bien reconnaitre qu'une majorité de journalistes sont plutôt à gauche mais dans ce débat, les blogueurs de droite occultaient le fond : le pognon. Les médias sont détenus par des groupes financiers qui, presque par nature, ne pouvaient que soutenir Nicolas Sarkozy...

    Objectivité...

    Gildan,

    Hein ?

    RépondreSupprimer
  12. Nicolas, accuse moi de beaucoup de choses, pas d'oublier de regarder les vrais gens.

    Après, on ne refera pas 2007, l'élection est passée. Je te dis juste mon ressenti. De blogueur sans doute, mais je ne pense pas être "que" ça...

    Je suis d'accord avec ton paragraphe sur l'objectivité.

    Mais sur le fond, je pense (je me trompe peut être) que si le candidat de gauche n'est pas audible sur son projet, ça sera difficile pour lui.

    RépondreSupprimer
  13. Didier,

    Non. C'est statistiques. Les "tranches d'âges en âge de travailler" ont majoritairement voté à gauche (sauf, de mémoire, les trentenaires, particulièrement sensibles au "travailler plus pour gagner plus" et à tout ce qui touche l'accession à la propriété, ...) alors que les plus de 60 ans ont TRES majoritairement voté à droite.

    Par déduction, pour que Ségolène Royal touche ait récolté 47% des voix, sachant qu'elle a peu de chance d'avoir celles des travailleurs indépendant, des commerçants, des professions libérales, ..., on peut conclure que les salariés ont voté à gauche.

    Cela dit, on pourrait le dire sans plus de recherche...

    RépondreSupprimer
  14. FalconHill,

    Arg ! Je ne t'ai pas accusé, peut-être ma phrase est mal formulée... Je veux juste dire qu'on est nez dans le guidon, à fond dans l'actu. Et c'est en discutant avec des collègues de bureau, début avril, que j'ai découvert qu'ils n'étaient tout simplement pas au courant de tout ce qu'on mettait sur le dos de Sarko.

    Pour le reste, oui. Il faut que le programme de la gauche soit lisible. Mais si le programme de Sarkozy est "travailler plus pour gagner plus" et la sécurité, il faudra que la gauche le casse, en rappelant l'immense échec que ça a été, pour faire entrer dans le subconscient des électeurs les cinq ans de ratage total (voire les dix ans).

    RépondreSupprimer
  15. @Nicolas
    C'est une phrase de ton billet et je pense que tu peux supprimer le verbe "semble" et le "r" de 'engager'...
    La rigueur est là !

    RépondreSupprimer
  16. C'est un extrait de l'article que j'ai mis en lien !

    RépondreSupprimer
  17. Retour de Nimes :)

    J'ai vu ta réponse à mon égard (merci). Nous sommes complétement en phase. C'est vrai que nous sommes plus "informés" que beaucoup, car aussi plus interressés et passionnés.

    Bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  18. "Pour moi, l'essentiel c'est la sécurité, l'emploi, la crise, l'agriculture, la gestion des déficits et l'international", a-t-il résumé. »
    Il s'essaie à être drôle, sans doute, ce président, plus qu'un nez de clown et il est crédible!Il s'entraîne pour son futur recyclage de 2012? -))

    RépondreSupprimer
  19. Eh oui! C'est reparti pour un tour.
    On fera mousser le rognage des niches fiscales, mais les vrais cadeaux du Paquet resteront… Je ne serais pas étonné que la rigueur leur pète à la figure, et que 2012 passe à la trappe.

    RépondreSupprimer
  20. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  21. NR,

    Tu crois qu'il veut nous faire rire ?

    Le Coucou,

    Faut être optimiste...

    RépondreSupprimer
  22. Hola, y'a trop de commentaires ici !
    Sarkozy a noyauté la presse, s'occupe maintenant de prendre en main la télé totalement. Pour 2012, ça s'annonce assez mal pour le pluralisme d'opinion dans les journaux !
    :-))

    RépondreSupprimer
  23. Il n'y a jamais trop de commentaires...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.