27 mai 2010

Une trace dans l'Histoire

Nicolas Sarkozy prépare les cérémonies du 18 juin, pour les 70 ans de l’appel du même nom. Pour la première fois, un Président de la République Français se rendra à Londres pour de grandes célébrations. « L'Elysée attend 700 anciens combattants français acheminés par un Eurostar spécial ». Au frais de la République et de nos déficits…

Pour les 40 ans, François Mitterrand n’avait pas fait de grosse fiesta, se contentant de recevoir le premier ministre de RDA, apportant ainsi sa modeste contribution à la réunification de l’Allemagne.

Récemment (voir un des mes 1125 billets d’hier), Nicolas Sarkozy mettait en cause Mitterrand et la retraite à 60 ans, responsables de tous les maux d’aujourd’hui, avec les 35 heures. L’incident ne serait rien s’il n’avait déclenché un esclandre à l’Assemblée Nationale, hier.

Suite à cette discussion houleuse, l’Assemblée Nationale adoptait le projet du Grand Paris. Mitterrand avait lancé la décentralisation. Sarkozy crée une société nationale pour gérer les transports en Ile de France (et casse les structures locales par une autre loi, également étudiée au cours cette séance).

Je serais curieux de revenir dans 50 ou 100 ans étudier les traces respectives qu’auront laissées MM. Mitterrand et Sarkozy dans l’histoire.

17 commentaires:

  1. Pour Mitterrand, rien d'étonnant : il a toujours détesté de Gaulle ! Et puis, hein, tout de même, Vichy, la francisque, toussa...

    Pour les traces dans l'Histoire, revenez plutôt dans 200 ans : ils auront disparu tous les deux, je prends les paris.

    Et prem's.

    RépondreSupprimer
  2. Des traces dans l'histoire ? Mais c'est une plaisanterie Nicolas ?

    Tenez, faites un test : prenez n'importe qui dans la rue, dites-lui "carolingiens-capétiens-mérovingiens", et puis ensuite demandez-lui seulement de remettre tout ça dans l'ordre chronologique... Effet garanti. Alors vous comprenez, Mitterrand et Sarkozy...

    RépondreSupprimer
  3. Didier, Christophe,

    J'ai bien dit, dans le billet, dans 50 ou 100 ans. Dans 200 ans comme dans 1200, tout le monde aura oublié tout le monde, y compris De Gaulle.

    A la limite, c'est presque le hasard qu'on sait qui était "le chef de l'état" il y a deux cent ans. Mais je doute que beaucoup de Français sachent qui l'était il y a 195 ans...

    RépondreSupprimer
  4. Ben après le musée Pompidou, le volcan Giscard, la bibliothèque Mitterand, le musée du quai Branly / Chirac : le musée Grévin Sarkozy ?

    RépondreSupprimer
  5. À part Charlemagne, Louis XIV, Napoléon et... De Gaulle, en effet, tout le monde aura oublié tout le monde.

    RépondreSupprimer
  6. Balmeyer,

    Un jour, un bistro portera son nom !

    Christophe,

    Etes vous sur pour de Gaulle ? Je suis prêt à parier que les plus jeunes le connaissent sur tour grâce à Roissy Charles de Gaulle Etoile.

    RépondreSupprimer
  7. Dans 100 ou 200 ans, il es possible que personne ne s'intéresse à l'histoire. Le "meilleur des mondes" est sans histoire(s).Un présent sans passé et sans futur dans le flux de la distraction. Et plus besoin de politique.

    RépondreSupprimer
  8. Hermès,

    Oui, c'est possible...

    RépondreSupprimer
  9. Je fais confiance à l'intelligence des Historiens et à l'inconscient collectif, s'agissant de la mémoire: Mitterrand sera associé à Mendès France, Kölh, Badinter, Elie Wisel, la Grande bibliothèque de France...
    Sarkozy, ce sera plutôt Johnny Hallyday, Alain Minc, Georges W Bush,Rolex et Fouquet's.

    RépondreSupprimer
  10. Monsieur Méoule, vous "rêvez en couleurs", comme disent les Québécois. Le fameux "inconscient collectif" se souvenant de Mendès France : mouarf !

    Et puis, pour que les gens aient une chance de se souvenir de quoi que ce soit de l'histoire, il faudrait encore qu'il y ait des gens pour la leur enseigner. Or, on voit bien ce qu'il en est.

    RépondreSupprimer
  11. Les 70 ans, mon ami, 70 ans de l appel du 18 juin, m'enfin !

    RépondreSupprimer
  12. Arg ! Merde... J'sais pas compter.

    RépondreSupprimer
  13. On pourrait rappeler que dans le même temps, Sarkozy casse justement ce que la Résistance avait décidé de mettre en place au sortir de la guerre. La Résistance, quoi !
    :-))

    [Je pense que s'il reste dans l'Histoire, ce sera comme une verrue sur une jolie peau, genre les Rois Fainéants ou Nicolas Le Destructeur ! :-)) ].

    RépondreSupprimer
  14. C'est un peu le but de ce billet : le rappeler.

    RépondreSupprimer
  15. Je crois qu'il est primordiale de transmettre de génération en génération l'histoire, la mémoire de ce que fut, est ou sera le monde. Se souvenir de ces grands personnages, c'est comprendre qui nous sommes, d'ou nous venons. Il est de notre devoir d'apprendre et de raconter aux générations futurs. Chacun d'entre nous peut y contribuer.
    De gaulle, Mitterand loin d'être parfait ont concrètement marqué l'hisoire, chacun est libre d'en juger mais Sarkozi, je ne le trouve pas digne d'une telle comparaison!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.