20 septembre 2012

Caricature d'actualité

Je vois dans cette histoire de caricature de Mahomet un seul avantage : mon blog a fait hier sa meilleure audience depuis juillet. Pourtant, lors de ma virée d’hier soir, j’ai pu constater que tout le monde s’en fout.

Pourtant, les deux informations en une de Google News, ce matin, et qui pourraient retenir l’œil du passant qui passe (sans lire, donc).

Petit 1 : Charlie Hebdo profite.

Petit 2 : les otages sont en danger.

La lecture en diagonale du Parisien et de Métro, ce matin, montre que nos débats à propos de la liberté d'expression est bien un débat entre nous...

23 commentaires:

  1. Peillon était l'invité de fr culture ce matin, et j'approuve intégralement ce qu'il disait à propos du blasphème et de la liberté d'expression. On peut le ré écouter sur le site, mais en gros c'était quelque chose comme:
    "On ne doit pas commencer à s'inquiéter des conséquences de la liberté d'expression. Si on commence, on n'est plus libres, et on est fichus".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne veut pas dire grand chose. Par exemple, si j'écris sur mon blog "Suzanne est rance", même pour rigoler, je réfléchis. Il y a deux conséquences : d'une part, vous pourriez porter plainte et, d'autre part, je pourrais vous faire de la peine, ce à quoi je ne tiens pas. Donc je ne publie pas. Tant pis pour ma liberté d'expression.

      Supprimer
  2. (soutenez un peu le gouvernement socialiste, bordel, au lieu de faire la chochotte craintive !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Mais je soutiens, je constate uniquement que les préoccupations des blogueurs ne sont pas celles de la presse).

      Supprimer
  3. faut voir ce que vous lisez, hein.

    RépondreSupprimer
  4. Faudrait peut être redéfinir la liberté alors....
    Je croyais que la mienne s'arretait là ou commence celle des autres....

    Et il m'est impossible de caricaturer Ch Hebdo.... puisque ce que je pense de ce.... ex journal satyrique tombe sous le coup de la loi....

    Comme le disait la philosophe hier sur le JT d'A2.... dès lors que des catégories sont protégées par la loi (elle citait les juifs et les homosexuels) comment revendiquer ces caricatures au nom de la liberté TOTALE d'expression ?

    Je suis d'accord avec elle.... et pourtant je suis pour cette loi là.....
    Dilemme....

    RépondreSupprimer
  5. Il est bien ce Peillon, finalement... Quand je pense qu'on lui a prêté au PS des ambitions strictement personnelles...

    RépondreSupprimer
  6. Ah mais oui, pour "ne pas faire de la peine" ou respecter les croyances des autres.
    Si je vais visiter un temple d'adorateurs de la pastèque, je ne vais pas me mettre un tee-shirt "fuck les pastèques". Et s'il faut, pour cela, être couverte d'un poncho tissé en peaux de pastèque, je le mettrai.
    Dans le fond, c'est con, le blasphème. Après tout, chacun croit ce qu'il veut. On pourrait se dire aussi que ceux qui ne supportent absolument pas, mais alors vraiment pas, de vivre dans un pays où le blasphème n'est pas puni par la loi pourraient en chercher un qui soit davantage ouvert à leur conception de la religion, non ? Il n'en manque pas dans le monde, ce qui manquerait plutôt, ce sont ceux où on a le droit de faire croa croa quand passe le curé ou l'imam ou le rabin, ou d'allumer son barbecue avec des pages du Coran ou autres textes sacrés. Même si c'est con de faire de la peine à des croyants qui n'embêtent personne et ne comprennent pas pourquoi on se moque de leur dieu. Dans notre pays, à l'intérieur de nos frontières, on a assez galéré pour ça. (et c'est pourquoi il ne faudrait pas que Hollande constitutionnalise le concordat, comme le rappelle Catherine Kintzler sur son blog).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous énervez pas. Vous déformez mon propos. Je réagissais aux propos de Peillon en prenant un exemple. Je vous disais que je risquais de faire de la peine à VOUS (en tant qu'amie de blogage) et que donc, j'allais limiter moi-même ma liberté d'expression.

      Je voulais dire que les propos de Peillon étaient à relativiser.

      Supprimer
  7. Je reviens à ce que je disais hier, mettre en avant la "liberté d'expression " c'est de l'hypocrisie pour deux raisons :
    1. l'expression n'est déjà pas libre puisqu'on ne PEUT PAS tout dire, certaines assertions sont punies par la loi.
    2. réclamer la liberté d'expression dans cette situation particulière cela veut dire "l'islam nous court sur le haricot", mais cela on ne PEUT PAS le dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. VEUT au lieu du 2e PEUT

      Supprimer
    2. Si on peut le dire Geneviève ! Y'en a ras le Mouloud !

      La première chose qu'on apprend en politique c'est ne jamais dire du mal des juifs. " mais cela on ne peut pas le dire".

      Supprimer
    3. Je ne sais pas trop comment je dois prendre ça.

      Supprimer
    4. Ne réponds pas aux trolls dans les blogs des autres ! Ce n'est qu'un connard qui veut foutre la merde. À part ça je suis d'accord avec ton commentaire.

      Supprimer
    5. Nicolas, va te faire enculer..! Si je te croise la prochaine fois, je vais t'énucléer le gueule à coup de pelle.

      Supprimer
  8. ha tu es là, cet andouille m'a mise dans l'embarras, mais j'ai compris la leçon. J'espère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà. Tu ne réponds jamais aux agressions générales ni à celles qui te sont adresser par un type qui n'a pas blog.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.