04 septembre 2012

Qui disait que la presse était de gauche ?

23 commentaires:

  1. Réponses
    1. La presse de droite aurait titrée : ils sont nuls !

      (Pas sur la tête)

      C'est juste pour rire (je m'en tape, je ferai le point dans 4 ans et 8 mois). (En revanche Qu'est-ce qu'un bon prof ? c'est sûrement plus intéressant).

      Supprimer
  2. Effectivement, ils avaient attendu un moment avant de titrer ça pour Sarkozy

    RépondreSupprimer
  3. Nuls non. Stagnation oui.
    Les premiers mois sonne comme le slogan PS "le changement dans la continuité..." :D.

    RépondreSupprimer
  4. sur marianne, c'est pas mal aussi. Je crains surtout qu'ils soient un peu mous du genou.

    RépondreSupprimer
  5. Voilà un joli titre miroir pour eux-mêmes, c'est sûr. (Non mais Jegoun, c'est pas un fake ?)

    RépondreSupprimer
  6. Le changement c'est main tenue !

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/09/le-changement-cest-main-tenue/

    N'en voulez pas s'il vous plaît à l'amant de la première dame
    Il ne pourra pas faire mieux que ce qu'il fait : porter une jupe plutôt qu'un pantalon.
    Il vous a prévenu et c'est vous qui l'avez retenu...
    Qu'il était normal, qu'il est normal et qu'il sera normal.
    Toutes ses promesses ont été tenues ... maintenues... entretenues.
    Le changement c'est à vous de le faire maintenant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrête de spammer. Tes textes sont sans le moindre talent.

      Supprimer
    2. Inconsciemment On commence a douter ? alors on est de mauvaise humeur ?
      allez que diable !! le changement c'est pas forcemment maintenant ( j'aime pas les magiciens ) pour l'instant on répare.
      wait and see

      Supprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. En même temps, c'est le Nouvel Obs...
    un magazine truffé de pub pour des bagnoles, des parfums, des sacs LWMK ou Tuivvon, et où les annonces immobilières proposent plus de petits châteaux sur des terrains de plusieurs hectares que de 2 pièces-cabines (et ça ne date pas d'hier).

    Et puis, vu le bon paquet de personnes qui n'ont pas voté Hollande (48% des suffrages exprimés au 2nd tour), ça fait un gros lectorat potentiel, et ça justifie bien un peu de racolage grossier. Faut bien vendre, mon brave monsieur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ anonyme
      Avec ta permission Nicolas .
      As tu lu une seule fois cet hebdo ? Si tu n'y a trouver que des pubs et rien d'autre d'inteligent c'est que ta religion etait déjà faite ... remarque il faut de tout pour faire un monde .

      Supprimer
    2. @Vincent: Abonné plusieurs années, pas de façon continue; mon dernier abonnement s'est fini cet été donc je ne pense pas que j'aurai l'occasion de lire ce numéro si alléchant.
      Et je maintiens que la profusion de pub pour les produits de luxe m'a toujours beaucoup gêné dans ce magazine normalement plus à gauche que le Point ou l'Express.

      Supprimer
    3. le Nouvel Obs a un problème, par rapport à ses concurrents, c'est qu'il n'a pas d'annonceurs du luxe, car son lectorat est trop large, trop féminin, c'est à dire pas assez CSP+ (affinitaire qu'on dit dans le bâtiment). le Point, le FigMag, Le Monde... sont des recueils à pubs de luxe. Pas l'Obs, d'ou le lancement d'Obsession pour capter cet "univers".
      C'est donc une grosse bêtise que vient d'asséner l'anonyme de 14h32... :)))

      Supprimer
  9. Sont ils si nul?
    Si j' en crois le sous titre , "Les dessous d'une rentrée ratée" , il semble que le NObs les note en dessous de la moyenne!!! . Moi j'attends dans lire le contenu car pour accrocher le quidam avec leurs titres ils savent y faire . En attendant je vais patienter jusqu'a demain jour où le facteur me livre l'hebdo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement j'attends D'EN ( !!! )lire le contenu hein VINGT CENT ?

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.