14 septembre 2012

La presse enchaînée

On apprend que LVMH vient de couper les vivres à Libération suite à la une insultante. Les autres industries du luxe devraient suivre. Le préjudice sera de 700 000€ pour Libération. Je suppose que les autres journaux retiendront la leçon et que Libération fera amende honorable.

J'espère donc que le grand public en tirera les leçons : les "puissances financières" peuvent bien décider de l'information qui sera fournie au public.

Il y a toujours des clowns, à droite, pour prétendre que la presse est de gauche...

33 commentaires:

  1. Difficile de sortir du sarkozysme, il faut toujours "moraliser le capitalisme" comme il disait....

    RépondreSupprimer
  2. Alors là, bien fait ! Qu'il crève une bonne fois, ce torchon, bon sang de bois !

    (Cela étant, comme il vit surtout de l'argent public, c'est encore nous qui allons compenser ce manque à gagner…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Le contribuable va payer. Je me fous de Libé c'est la globalité qui m'intéresse.

      Supprimer
    2. Bon sang de bois qu'il est con ......

      Supprimer
    3. "Alors là, bien fait ! Qu'il crève une bonne fois, ce torchon, bon sang de bois !"C'est marrant, quand on vire un journaliste réactionnaire d'une radio, vous hurlez au complot et là, cette sorte de censure indirecte ça ne vous embête pas... Toute cette histoire de politiquement correct, de pensée unique, c'est donc de la connerie.

      Supprimer
    4. Les journaux gagneraient en crédibilité si les investisseurs partageaient la même opinion que les journalistes.
      J'ai l'impression que Libé va souffrir de cette histoire auprès d'une partie de l'électorat de gauche.
      A mon avis, ça sent le roussi. QUe les investisseurs retirent une partie de leur pognon, c'est pas très grave, mais que le lecteur se mette à douter d'un journal en qui il avait toute confiance, c'est plus emmerdant.

      Supprimer
    5. Dorham : vous m'avez entendu hurler au complot, moi ?

      Supprimer
    6. Oui. Ah ça oui. L'omniprésence de la pensée unique, la sauvagerie des progressistes qui chassent en meute la moindre pensée contraire. Vous faites cela sans cesse. Vous pleurnichez quand on muselle un des "vôtres" (parfois, je reconnais que vous choisissez aussi le mode ironique) mais la réciproque vous enchante. C'est ce que je dis depuis le début, les réactionnaires et les progressistes sont comme un corps et son reflet dans le miroir. Le même corps, seulement inversé. (Même si je reconnais qu'il vous arrive, à vous en particulier, ce qui vous sauve à mon sens, d'être de bonne foi et en proie au doute)

      Supprimer
    7. Bon, sinon, en ce qui me concerne, je m'en fous. Je me fous du sort de R. Camus comme de celui de Libération. Cette une n'était pas bonne et en plus "casse-toi riche con", je ne sais...comment dire...ça ne sonne pas. Don't fit !

      Supprimer
  3. Salut Nicolas,
    c'est pas la première fois, mais je vous présente mes excuses pour les merdes que j'ai pu dire hier.
    Mes propos étaient odieux, pas justifiés, et ça me chagrine d'avoir gravement manqué de respect. Je n'ai pas votre talent, ni celui de Didier pour parler des gens tout en étant respectueux. L'art est difficile. Donc je comprends que vous n'en ayez que faire, je n'ai qu'à assumer ce que je dis. Mais quand je suis con, j'ai tout de suite après une alarme qui se déclenche dans ma tête.
    J'ai aussi écrit à Juan, même s'il n'en a rien à faire, c'est le minimum de la politesse.
    Je préfère que vous me perceviez comme un simplet plutôt qu'un mec méchant, car c'est tout le contraire de qui je veux être.
    Vous êtes chiant car avez encore une fois raison, je ne prends pas assez de recul. Vous ne devriez plus avoir à me le dire.
    Même si je ne partage pas vos opinions, je souhaite une longue vie à vos blogs.
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Pas de problème. Mais ça te rendrait service de te poser un peu.

      Par exemple, je ne connais pas nécessairement la politique que d'autres. Par contre, je connais a priori les blogs mieux que beaucoup. Donc tu rêverais tourner ta langue 7 fois dans ta bouche avant d'affirmer que je me trompes à ce sujet.

      Ça te rendrait service.

      Supprimer
    2. Je ne me permettrai pas de te dire que tu te trompes car tes billets sont souvent riches en infos, tu t'appuies toujours sur des faits, des chiffres pour argumenter tes propos. Mon argumentation est celle du faible qui dit des conneries à défaut de choses intelligentes.
      Bien sur que tu t'y connais plus que moi.
      Néanmoins l'avis que j'ai je le défends, je pense savoir détecter les absurdités d'orde général, mais ce n'est pas une raison pour émettre des propos sur les gens, leurs vies. Exemple: Valls arrête les gens, et Thaubira les libère. Sur ce point par exemple, je ne pense pas me tromper.
      Je t'assure que je m"en suis encore bien voulu hier soir, et me suis dit que ce matin, la première chose que je ferais serait de vous présenter des excuses à toi et Juan. J'ai conscience du caractère épouvantable de mes propos.
      Vu que c'est la 3ème fois, ça n'a sans doute plus de sens à vos yeux, mais ma personnalité fait que je ne me supporte pas quand je dis d'épouvantables conneries.
      Je pense que je tournerai ma langue pas 7 fois mais 77 fois avant d'attaquer les gens.
      Sincèrement, longues vies à vos blogs.

      Supprimer
    3. Je ne parlais pas du contenu de mes blogs mais de la discussion à propos du nombre de visiteurs chez Sarkofrance. Comme tu ne connais pas le sujet, tu argumentes à côté de la plaque.

      Laissons tomber.

      Supprimer
    4. En fait j'y ai repensé. Imagine qu'il change de nom, je suis presque sur qu'il aurait le même nombre de visiteurs. Sauf qu'il n'aurait pas ceux, qui comme moi, ont cru que c'était un blog en faveur de Sarko. Il y a un petit piège dans ce titre et on a gentillement l'impression de se faire avoir. C'est pas méchant, mais j'avoue qu'il a bien joué là-dessus.
      Mais je comprends ce que tu dis: c'est comme une équipe qui gagne. Pourquoi la changer?

      Supprimer
    5. Ce n'est pas comme ça que ça fonctionne : il ne te veux pas toi comme lecteur. De toute manière tu ne voteras pas pour un candidat de gauche et tu vas vite te lasser de sa prose.

      S'ils change de nom, il perdra les gens qui venaient chercher de l'information chez la marque Sarkofrance et, concrètement, ses abonnés, ses places dans les blogrolls, ses abonnés Twitter,... Sa réputation...

      Supprimer
    6. Vu!
      Un peu comme quand tu perds ton téléphone, faut que tu refasses tout le répertoire.
      Pour Juan, je m'en doute qu'il ne me lira pas, ni même qu'il me répondra.
      Je t'avoue ne jamais avoir lu un des ses articles, sauf la 1ère fois où je suis venu sur son blog, et j'ai compris que je m'étais fait carotte.
      J'ai pour habitude de m'excuser quand je dépasse les bornes, ce n'est nullement pour amorcer un dialogue.

      Supprimer
  4. «les "puissances financières" peuvent bien décider de l'information qui sera fournie au public.»

    Ah bon il y avait u.e information dans la une de libé et pas juste de l'insulte ?

    RépondreSupprimer
  5. Les journalistes sont de gauche (certains) mais leurs donneurs d'ordre sont bien de droite !

    RépondreSupprimer
  6. 100% OK avec toi.
    Le "mur de l'argent" version XXIème siécle.

    RépondreSupprimer
  7. Si les gars de chez Libé n'étaient pas au courant des risques qu'ils prenaient, c'est qu'ils étaient mal informés, complètement innocents et inconscients. Ce qui ferait d'eux de parfaits journaleux de gauche dignes de leurs lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose qu'ils le savaient. D'où l'intérêt de les défendre. Pour faire du bruit.

      Supprimer
  8. Le " Mur du Con " est dépassé dans la décision que prend LVMH en senctionnant Libé !!! Car tout de même si Arnaud porte plainte en justice c'est pour demander réparation ?.. sa façon de priver le journal de revenu publicitaire et une façon de se faire justice soi même, secondo la pire qui soit et la plus inélegante ,pour un promoteur du bon goût Français !!!.... Il n'hésite pas à mettre à mal la survie d'une entreprise et justifier aux yeux du peuple ce qu'il a toujours su le pouvoir de l'Argent !!!
    AH... si tout les " Pauvres cons " avaient dans une Classe Action attaqué le chef de l'Etat pour son "bon mot" nous aurions eu les moyens de venir en aide à Libé ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vincent, sur une échelle de 1 à 10 (10 étant le plus élégant, 1 le plus disgracieux), la une de Libé, le fournisseur d'espace publicitaire, vous la notez comment ?

      Et la une du lendemain, en terme d'honnêteté intellectuelle, pour ne pas dire déontologie ?

      Supprimer
    2. @Al west
      On ne demande pas à une "Une" d'etre élegante ou non il suffit qu'elle fasse réagir et c'est ce que l'une est l'autre ont fait !!! .

      Supprimer
    3. Une une de journal n'est pas là pour “faire réagir”, ce qui ne signifie rigoureusement rien, mais pour informer. En principe.

      Supprimer
    4. @ Vincent : dans ce cas, Libé a décroché la timbale en faisant réagir Bernard Arnaud. Et puisque c'est l'élégance du patron A. qui vous chiffonne, celle du patron D. qui titre en une en crachant sur son client n'est pas mal non plus.

      Supprimer
  9. Je vous ai laissé causer entre vous contrairement à mes habitudes mais j'ai eu une journée de fou.

    Merci à tous.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.